Seigneur de la guerre

Infos
Un seigneur de la guerre ou seigneur de guerre exerce un contrôle de facto sur une partie d'un territoire national au moyen d'une force militaire qui lui est fidèle. Cette notion est clairement distincte du féodalisme européen. Ce concept est principalement utilisé dans le cadre de l'histoire de la Chine, mais peut être utilisé dans d'autres contextes. Ainsi, dans le contexte contemporain, on désigne par seigneur de guerre des chefs milita
Seigneur de la guerre

Un seigneur de la guerre ou seigneur de guerre exerce un contrôle de facto sur une partie d'un territoire national au moyen d'une force militaire qui lui est fidèle. Cette notion est clairement distincte du féodalisme européen. Ce concept est principalement utilisé dans le cadre de l'histoire de la Chine, mais peut être utilisé dans d'autres contextes. Ainsi, dans le contexte contemporain, on désigne par seigneur de guerre des chefs militaires locaux qui profitent d'une période d'instabilité socio-politique de leur pays pour se soulever contre les autorités légales afin d'accaparer le pouvoir politique sur le territoire qu'ils contrôlent (par exemple en Afghanistan, en Somalie, en République démocratique du Congo, etc.).

En Asie

En Chine

Les seigneurs de la guerre (军阀 , jūnfá en mandarin) jouèrent un rôle important en Chine durant toutes les périodes où l'autorité centrale faiblit (Printemps et Automnes, Royaumes combattants, Seize Royaumes, etc.). Leur rôle fut particulièrement prépondérant durant la période des Trois royaumes et celle qui va de la chute de l'empire en 1911 à l'Expédition du Nord en 1927. En effet, l'instabilité politique provoquée par la fin de la dynastie Qing (pouvoir central disputé par Sun Yat-sen et Yuan Shikai) favorisa la montée en puissance des seigneurs de la guerre, qui agitèrent des campagnes. À cette époque, ce terme regroupe différentes réalités : anciens officiers de l'armée des Qing auxquels se rallient des troupes impériales déserteuses ou de riches potentats locaux désireux d'étendre leur hégémonie sur une région entière et soutenus par la population locale. Contrairement aux époques précédentes, il s'agit alors généralement de roturiers (la noblesse avait à cette époque pratiquement disparu du fait du légisme). L'influence des seigneurs de la guerre ne disparurent complètement qu'avec la victoire du Parti communiste chinois en 1949. Notons que l'utilisation du terme n'eut un caractère officiel que pendant la période de la République de Chine (1911-1949). Auparavant, il n'était utilisé qu'en littérature pour désigner certains seigneurs de la période des Trois royaumes ou de la période Sengoku au Japon.

Durant la période des Trois royaumes (220-280)

- Gongsun Kang
- Gongsun Yuan
- Yuan Shao
- Sun Jian
- Cao Cao
- Liu Bei

Durant la dynastie Jin (1115-1234)

- Puxian Wannu

Durant la République de Chine (1912-1949)

- Zhang Zuolin (张作霖), le Vieux Maréchal ou le Tigre de Moukden
- Zhang Xueliang, le Jeune Maréchal
- Zhang Zongchang
- Feng Yuxiang (冯玉祥), le Général chrétien
- Bai Chongxi, le Général musulman
- Yan Xishan (阎锡山), le Gouverneur modèle
- Wu Peifu, le Maréchal de jade
- Mao Zedong (毛泽东)), le seigneur de la guerre communiste

Au Japon

Durant le , avant la période Tokugawa (époque Sengoku), le Japon était tourmenté par des guerres entre des seigneurs de la guerre rivaux appelés daimyos. Chaque seigneur de la guerre avait un ou plusieurs châteaux, des terres et une armée privée de samouraïs.

En Europe

Le phénomène des seigneurs de la guerre en Europe est en général lié à des compagnies de mercenaires dont les chefs étaient souvent des puissants de facto dans leur zone de résidence. De telles situations sont arrivées lorsque le pouvoir central était déficient, comme durant le Grand Interrègne en Allemagne (1254-1278) ou durant la guerre de Cent Ans en France après la bataille de Poitiers en 1356. Des capitaines de mercenaires comme Sir John Hawkwood, Roger de Flor de Catalogne ou Hugh Calveley peuvent être considérés comme des seigneurs de la guerre. Le commandant impérial en chef durant le règne de l'empereur Maximilien I avait le titre de Kriegsherr (seigneur de la guerre) mais ne l'était pas dans le sens propre du terme.

Dans le monde contemporain

Des seigneurs de la guerre apparaissent dans des États dont le gouvernement central a perdu son autorité de contrôle sur l'ensemble du territoire national. Par exemple en Somalie avec l'effondrement du pouvoir central, les seigneurs de la guerre représentent la seule forme d'autorité dans de nombreuses parties du pays. Il en va de même en Tchétchénie, en Birmanie, en Colombie, et dans la République démocratique du Congo.

Voir aussi

-République chinoise des Seigneurs de la Guerre
-Le Seigneur de la guerre (film de Franklin J. Schaffner, 1965) Seigneurdelaguerre Seigneurdelaguerre Seigneurdelaguerre br:Tiern a vrezel de:Kriegsherr en:Warlord es:Señor de la guerra fa:جنگ‌سالار fi:Sotaherra it:Signore della guerra ja:軍閥 nl:Krijgsheer pt:Chefe militar sv:Krigsherre zh:军阀
Sujets connexes
Afghanistan   Allemagne   Bataille de Poitiers (1356)   Birmanie   Cao Cao   Christianisme   Colombie   Communisme   Daimyo   De facto   Dynastie Jin   Dynastie Qing   Europe   Expédition du Nord   Feng Yuxiang   France   Franklin J. Schaffner   Féodalité   Gongsun Kang   Gongsun Yuan   Grand Interrègne   Guerre de Cent Ans   Histoire de la Chine   Islam   Jade   Japon   John Hawkwood   Le Seigneur de la guerre   Liu Bei   Légisme   Mandarin (langue)   Mao Zedong   Maximilien Ier de Bavière (roi)   Mercenaire   Officier   Parti communiste chinois   Roger de Flor   Royaumes combattants   République chinoise des Seigneurs de la Guerre   République de Chine   République démocratique du Congo   Samouraï   Seize Royaumes   Somalie   Sun Jian   Sun Yat-sen   Tchétchénie   Wu Peifu   Yan Xishan   Yuan Shao   Yuan Shikai   Zhang Xueliang   Zhang Zongchang   Zhang Zuolin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^