Testudines

Infos
Les tortues (Testudines) sont un de reptiles. Il existe deux s, les Pleurodires qui regroupent des tortues palustres et les Cryptodires qui regroupent les tortues marines, les terrestres et certaines aquatiques. Les testudines forment le dernier ordre (clade) de la des Chéloniens à avoir survécu à l'extinction du Permien. La plupart des tortues vivent dans en zone tropicale et 42% sont en voie d'extinction, Liste rouge de
Testudines

Les tortues (Testudines) sont un de reptiles. Il existe deux s, les Pleurodires qui regroupent des tortues palustres et les Cryptodires qui regroupent les tortues marines, les terrestres et certaines aquatiques. Les testudines forment le dernier ordre (clade) de la des Chéloniens à avoir survécu à l'extinction du Permien. La plupart des tortues vivent dans en zone tropicale et 42% sont en voie d'extinction, Liste rouge de l'UICN..

Description

La caractéristique principale des tortues est d'être un reptile muni d'une carapace. Elles n'ont pas d'oreille externe et sont à "sang froid". Crâne d'anapside
-j : jugal,
-p : pariétal,
-po : postorbitaire,
-q : carré,
-qj : quadratojugal
-sq : squamosalLes tortues sont des anapsides c’est-à-dire qu'il n'y a pas de fosse temporale au niveau du crâne. Pour toutes les tortues, l'os carré est concave. L'os squamosal est limité à la moitié de la joue. L'os quadratojugal et l'os carré sont relativement grands. C'est une caractéristique contraire aux primitives caractéristiques des amniotes pour lequel le quadrate est petit et entièrement couvert latéralement par un grand squamosal. L'os postpariétal est absent de sorte que la fosse temporale est encadré seulement par les os pariétals et les os supratemporals pour la plupart des tortues primitives Proganochelys. La machoire est sans dents mais est plutôt couverte par une surface cornée tranchante, elles sont donc munies d'un bec. L'os postfrontal est absent, ce qui a pour conséquence une surface de contact importante entre l'os préfrontal et l'os postorbital, et entre l'os frontal et l'os postorbital. Squelette de tortue luthLes tortues possèdent une ceinture scapulaire encerclée par les côtes, disposition unique chez les vertébrés. Cette importante modification anatomique peut être suivie au cours des premiers stades de l'ontogénèseLes tortues, vol.2, Animalia Edition . La peau, recouverte d'écaille, sert de protection mais joue aussi un rôle dans la thermorégulation, et dans les rapports sociaux. Le tégument peut chez certaines espèces jouer un rôle dans les échanges gazeux extra-pulmonaires. Certaines tortues peuvent absorber l'air par leur peau, les trionychidés peuvent en absorber dans l'eau jusqu'à 70% de leurs besoins. Les tortues ne muent pas même si périodiquement, pour certaines espèces aquatiques, la peau de celles-ci s'exfolie sous la forme d'un mucus translucide. L'organe de Jacobson est très réduit, voire absent. Sans dent, elles sont pourvues d'un bec appelé rhamphothèque. Le rhamphothèque supérieur est appelé rhinothèque et le rhamphothèque inférieur est appelé gnathothèque. Les glandes salivaires sont dépourvues de d'enzymes digestives. Toutes les tortues possèdent une valvule iléo-caecale inexistante chez les squamates. Le foie est toujours volumineux. Les poumons, formés par des sacs alvéolaires, sont assez primitifs. Toutes les espèces résistent assez bien à l'anaérobiose qui sert non seulement aux tortues aquatiques mais aussi aux tortues terrestres pendant l'hibernation. Les espèces marines peuvent extraire 35 à 52% de l'oxygène de leur respiration. Un phénomène de modification du flux sanguin peut être observé en cas de dianarose prolongée pour protéger certains organes vitaux. Le système veineux est assez complexe pour cette raison. Le cœur possède deux oreillettes et un ventricule. Les viscères sont similaires à ce que l'on retrouve chez les reptiles et les oiseaux. Toutes les tortues sont ovipares et les oeufs doivent être incubés.

Alimentation

La tortue a une alimentation variée, qui dépend essentiellement de l'espèce. Certaines sont herbivores, d'autres carnivores, elle peuvent aussi être omnivores. Les tortues de terre comme la tortue d'Hermann sont principalement végétariennes : elles se nourrissent de diverses plantes et de fruits, auxquels elles ajoutent parfois quelques petits escargots. Éviter de leur donner viande, jambon, poisson, aliments pour chiens et chats, pâtes, riz, pain et lait qu'elles mangeront mais qui nuiront gravement à leur santé (carapace déformée, longévité diminuée...). Par contre, les tortues aquatiques (tortues de Floride, cistude, ...) sont omnivores (elles mangent de la viande, du poisson, des méduses en plus de certains végétaux, et des crevettes). Elles sont surtout carnivores lorsqu'elles sont jeunes et deviennent végétariennes (pas complètement) lorsqu'elles sont adultes...

Espérance de vie

tortues géantes des Galapagos possèdent une longévité exceptionnelle. S’il est vrai que les tortues peuvent vivre très longtemps, les centenaires restent l’exception. L’espérance de vie moyenne d’une tortue est de 50 ans. Différents records de longévité ont été enregistrés, notamment celui de Harriet, une tortue géante originaire des îles Galapagos. Ou encore celui d', estimée comme la plus vieille tortue du monde, une tortue géante qui provenait des Seychelles et qui aurait atteint 255 ans avant de rendre l'âme au zoo de Calcutta.

Détermination du sexe

La détermination du sexe correspond à l'évènement au cours du développement embryonnaire qui va faire d'une tortue, un mâle ou une femelle. Il existe trois grandes modalités de détermination du sexe chez les tortues. Le sexe peut être déterminé par la combinaison chromosomique des gamètes, soit dans un système XX (femelle) XY (mâle) soit ZZ (mâle) ZW (femelle). X, Y, Z et W symbolisent des formes chromosomiques. Chez de nombreuses espèces il existe un mécanisme supplémentaire ou remplaçant celui-ci. On sait depuis la fin des années 1960 que, à une période critique de l'incubation, la température influe sur la détermination du sexe des embryons de certaines espèces de reptiles. juvénile de Testudo marginata C'est le cas des Testudines. Claude Pieau a écrit plus d'une centaine d'articles scientifiques sur le sujet dont certains restent une référencePieau, C. 1974. Différenciation du sexe en fonction de la température chez les embryons d'Emys orbicularis L. (Chélonien); effets des hormones sexuelles. Ann. Embryol. Morphog. 7:365-394..

Reproduction et dimorphisme sexuel

A la naissance, il n'existe pas de différences morphologiques permettant de distinguer les mâles des femelles. Il faut disséquer les individus pour regarder la structure des gonades. Chez les adultes ou les subadultes, en général, chez le mâle, la carapace ventrale est concave, alors que chez la femelle elle est plutôt convexe. Parfois, les ongles sont courbés et longs chez les mâles, droits et plus courts chez les femelles. Pratiquement toujours, la queue du mâle est aussi bien plus large et longue que celle de la femelle. On peut noter un cas particulier chez la Cistude d'Europe (Emys orbicularis) de Brenne chez laquelle les mâles ont les yeux rouge-brique et les femelles les yeux jaunes. La plupart des tortues femelles creusent un trou pour enterrer leur oeufs. Elles utilisent les pattes arrières pour creuser, cependant il existe de rares exceptions (Pseudemydura umbrina). Quelques tortues gardent leurs nids comme les Manouria emys ou les Kinosternon flavescens. Bébé tortue de mer après l'éclosion. La plupart des tortues ont un cycle de reproduction annuel, cependant les femelles peuvent pondre plusieurs fois par an. Le mâle est à quelques exceptions près, plus petit que la femelle, et son plastron est en creux. Leur queue est plus longue que celle des femelles et les griffes des pattes arrières, surtout pour les tortues aquatiques, sont plus longues chez les mâles. Chez de nombreuses espèces la coloration de la robe, de la tête ou des iris est différente chez les mâles et les femelles. La maturité sexuelle des tortues, d'une façon générale est tardive (15 à 20 ans chez les Gopherus polyphemus). Les pontes collectives des tortues marines sont appelées arribada. Elles ont lieu sur les plages au début et à la fin des cycles lunaires quand la marée et le ressac sont au plus bas.

Physiologie

Les tortues semblent, contrairement à la plupart des reptiles, de bénéficier d'un sommeil paradoxal avec des mouvements oculaires rapides et une suppression du tonus musculaire du cou. Elles passent la moitié de son temps dans une attitude immobile que l'on qualifie au sommeil.

Étymologie

Le mot tortue proviendrait de tartare, région des Enfers, dans la mythologie greco-romaine. Chelys signifie tortue en grec, on retrouve ce terme dans le nom scientifique de plusieurs espèces. Chelys est également le nom d'un luth grec.

Chorologie

Les tortues comportent environ 300 s que l'on classe populairement en trois groupes : les terrestres, les aquatiques et les marines. Plusieurs espèces sont menacées d'extinction. Bien que les tortues soient abondantes aux tropiques, elles sont également diverses dans des régions tempérées et même présentes dans les eaux arctiques.

Origine

Les fossiles des chéloniens les plus anciens datent de la fin du Trias. La plus grande diversité des espèces de Testudines date de la fin du crétacé. Les tortues n'ont que peu évolué et cette évolution a surtout porté sur la réduction du nombre d'os du crâne. On a proposé le reptile Eunotosaurus du permien en tant qu'ancêtre aux tortues. Cependant, la présence d'un os d'ectopterygoid dans le crâne et l'agencement des os, des nerf et des vaisseaux sanguins suggèrent que ce genre ne doit pas être celui d'origine. On a ensuite pensé.au Captorhinidae (Cotylosaurus) mais l'agencement des os du crâne ne correspondait pas non plus. On a aussi proposé les Procolophonides et des Pareiasaurus. Les propositions les plus récentes reprennent une vieille idée étayée par la recherche moléculaire qui propose que les ancêtres des tortues ne serait pas des anapsides mais des diapsides ayant perdu leur cloison temporale, . Il convient alors de préférer le terme chéloniens pour la de cet . Manchuroche Les fossiles de tortues sont nombreux. Le plus primitif et important est celui du Proganochelys. Cette tortue montre les dispositifs primitifs absents des tortues modernes qui le rendent utile comme repère pour l'étude de l'évolution des tortues (comme une rangée de dents vomériennes et palatines). Aussi ancien que lui, le Proterochersis qui pliait le cou pour rentrer la tête et dont le bassin est joint à la carapace. Sa présence vers la fin du Trias indique que la différentiation Pleurodires-Cryptodires a eu lieu à cette époque. Le Kayentachelys du milieu du Jurassique en Amérique du Nord longtemps considéré comme cryptodire est à présent simplement classé dans les Selmacryptodira. Les fossiles de cryptodires marins éteints sont communs dans beaucoup de régions d'Europe et d'Asie. Beaucoup appartiennent à la famille des Plesiochelyidae qui composait entre autres le groupe des Centrocryptodira, le plus important du crétacé et disparu peu de temps plus tard. Des fossiles plus récents européens ont pu être mis à jour sur le site fossilifère de Messel, une carrière désaffectée de schiste bitumeux située en Allemagne dans la Hesse. Les roches se sont formées durant l'Éocène moyen, il y a 50 millions d'années environ.

Systématique

La systématique est en mesure d'évoluer, se reporter à la documentation actuelle pour avoir des informations fiables. Elle est décrite complètement dans l'article « testudines (classification phylogénétique) ». o Chelonia `--o Rhaptochelydia |--o ... †Proganochelys `--o Casichelydia |--o Pleurodira | `--o | |--o Chelidae | `--o Pelomedusoides Cope, 1868 | |--o †Araripemydidae Price, 1973 | `--o Pelomedusoidea Cope, 1868 | |-- Pelomedusidae | `--o Podocnemoidea Cope, 1868 | |--o †Bothremydidae Baur, 1891 | `--o Podocnemidae Cope, 1868 `--o Clytodires `--o Polycriptodira |--o Chelydridae `--o Procoelocryptodira |--o Chelonioidea Bauer, 1893 | |--o Cheloniidae | `--o Dermochelyoidae dont la tortue luth `--o Chelomacryptodira, c'est à dire les autres tortues cryptodires
-Le sous-ordre des Pleurodires regroupes les familles d'espèces en vie
- Chelidae Gray, 1825. (tortues à cou de serpent)
- Pelomedusidae Cope, 1868. (tortues au cou de côté)
- Podocnemidae
- Dortokidae
- Eusarkiidae
- Propleuridae
- Bothremydidae
-Le sous-ordre des Cryptodires regroupe les familles d'espèces en vie
- Cheloniidae Oppel, 1811. (tortues marines)
- Dermochelyidae Fitzinger, 1843. (tortues-luths)
- Emydidae Rafinesque, 1815. (tortues palustres) qui contient un tiers des espèces
- Testudinidae Batsch, 1788. (tortues terrestres)
- Dermatemydidae Gray, 1870.
- Carettochelyidae Lydekker, 1887.
- Trionychidae Fitzinger, 1826. (tortues à carapace molle)
- Kinosternidae Agassiz, 1857. (tortues bourbeuses)
- Platysternidae Gray, 1869. (tortues à grosse tête)
- Bataguridae Gray, 1869.
- Chelydridae Gray, 1831. (tortues hargneuses) Liste alphabétique des genres de tortues

Tortue et l'homme

Les tortues dans la culture

right Voir l'article tortue de fiction traitant des tortues dans les bandes dessinées, dessins animés, jeux vidéo, ...

Symbolique

Si en Occident la tortue est surtout associée à la lenteur, (cf Le Lièvre et la Tortue) dans la symbolique orientale, la tortue symbolise la sagesse, la longévité, l'immortalité et la Terre. En Chine, la tortue possède une symbolique particulièrement forte et importante, se faisant l'allégorie du monde. En effet, une fois sur le dos, le ventre de la tortue forme un carré, inscrit dans le cercle formé par la carapace, figurant ainsi la conception schématisée du monde chinois : le carré au centre du monde, représente la Chine, les parties entre la carapace et le ventre représentent le reste du monde, les "barbares", tandis que le monde céleste s'étend au-dela du cercle. Elle est connue en Chine comme détenant les secrets du ciel et de la terre. Dans le culte des ancêtres, les chinois croyaient pouvoir établir une communication avec le monde des morts par le biais des tortues et de la pyromancie. Ainsi, ils inscrivaient sur un morceau de carapace de tortue une question qu'ils désiraient poser aux ancêtres, après quoi ils exposaient ce morceau dans les flammes. Le craquèlement du morceau de carapace sous l'effet de la chaleur devait signifier la réponse des ancêtres. Le morceau était alors confié à un collège divinatoire qui interprétait les craquelures. En Inde également, la tortue prend une certaine importance dans les mythes et légendes. La tortue Kurma est le second avatar, la seconde incarnation de Vishnu sur terre (descendu pour montrer la voie aux hommes, pour sauver l'humanité). Schématiquement, c'est encore la tortue qui supporte le monde, le portant sur sa carapace.
-Un article sur la écrit en 2004 par un des contributeurs de la Wikipédia

Protection

Les fossiles de la gorges d'Olduvai indiquent que les hommes ont mangé des tortues pendant au moins 2 millions d'années. L'homme a eu un impact important sur les tortues, causant l'extinction de beaucoup d'espèces, particulièrement sur les tortues de terre. Aujourd'hui beaucoup de tortues de terre, tortues de mer et d'eau douce sont en voie d'extinction. La dégradation voir la perte des habitats ainsi que le massacre continu des femelles reproductrices sur la plage, le ramassage des oeufs sont les plus grands problèmes. La plupart des tortues sont protégées, ce qui implique que posséder, acheter ou vendre une tortue est réglementé pour la plupart des espèces. Les centres de protection déconseillent fortement, dans l'intérêt des espèces, d'enfreindre la loi pour posséder une tortue. Les personnes voulant être en contact avec les tortues peuvent contribuer à leur protection en travaillant bénévolement dans des centres de protection. Les espèces dont le commerce est interdit sont spécifiées dans la convention CITES de Washington. Enfreindre cette réglementation expose à de lourdes sanctions. La pollution y compris des sacs en polyéthylène, les filets et les modifications climatiques sont la principale cause de disparition d'espèces de tortues.

Anecdotes

Il existe une tortue à deux têtes visible au Muséum de Genève. Née dans une couveuse le , de sexe mâle, elle est nommée « Janus » — d'après le dieu aux deux visages de la mythologie romaine — et a besoin de soins particuliers.

Notes

Voir aussi

===
Sujets connexes
American Museum of Natural History   Années 1960   Arctique   Avatar   Barbare   Bataguridae   Carapace de tortue   Carl von Linné   Carnivora   Ceinture scapulaire   Centre de protection des tortues du Sénégal   Chelidae   Cheloniidae   Chelydridae   Chromosome   Cistude   Clade   Climat   Colossochelys atlas   Cryptodires   Crâne   Crétacé   Culture chinoise   Dent vomérienne   Dermochelyoidae   Dimorphisme sexuel   Emydidae   Escargot   Eugene Gaffney   Extinction des espèces   Extinction du Permien   Fosse temporale   Gamète   Genève   Gorges d'Olduvai   Harriet la tortue   Herbivore   Humanité   Jurassique   Kinosternidae   Le Lièvre et la Tortue   Liste rouge de l'UICN   Luth   Marée   Matamata   Monde chinois   Mythologie grecque   Mythologie romaine   Omnivore   Ordre (biologie)   Orient   Os carré   Os frontal   Os pariétal   Pelomedusidae   Permien   Platysternidae   Pleurodira   Polyéthylène   Poïkilotherme   Proganochelys   Reproduction   Science magazine   Site fossilifère de Messel   Symbolique   Système de détermination sexuelle   Tartare (mythologie)   Testudines (classification phylogénétique)   Testudinidae   Testudo marginata   Tortue aquatique   Tortue d'Hermann   Tortue de Floride   Tortue de fiction   Tortue géante des Galapagos   Tortue luth   Tortue marine   Trias   Trionychidae   Trombinoscope des tortues terrestres   Tropique   Tégument   Ventricule cardiaque  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^