Toleman

Infos
Toleman était une écurie de course automobile fondée par les frères Toleman, industriels britanniques spécialisés dans le transport routier international. Toleman a participé au championnat du monde de Formule 1 de 1981 à 1985, disputant 57 GP et marquant 26 points. L'écurie a signé trois podiums, une pole-position grâce à Teo Fabi et deux meilleurs tours en course grâce à Derek Warwick et Ayrton Senna. Toleman est l'écurie qui a permis à Senna de débuter en For
Toleman

Toleman était une écurie de course automobile fondée par les frères Toleman, industriels britanniques spécialisés dans le transport routier international. Toleman a participé au championnat du monde de Formule 1 de 1981 à 1985, disputant 57 GP et marquant 26 points. L'écurie a signé trois podiums, une pole-position grâce à Teo Fabi et deux meilleurs tours en course grâce à Derek Warwick et Ayrton Senna. Toleman est l'écurie qui a permis à Senna de débuter en Formule 1.

La Formule 2

L'écurie Toleman débute en compétition automobile dans les années 70 (en Formule Ford 2000) et s'engage en Formule 2 en 1978. A Brands Hatch, dès sa première course, Rad Dougall sur March-BMW-Toleman termine 3e. En 1979, avec un budget en hausse, Toleman peut se permettre d'engager une monoplace supplémentaire pour Brian Henton. La solide paire de pilotes signe alors 3 succès et Henton termine vice-champion de F2 derrière Marc Surer. En 1980, la nouvelle TG280 permet de confirmer les résultats de la saison précedente : Henton (3 victoires) et Warwick (2 victoires) surclassent la concurrence : carton plein pour Toleman au classement final, Henton est champion devant son coéquipier. Fort de ses succès en F2, Toleman annonce sa montée en Formule 1 en 1981.

Des débuts difficiles en F1

Le trio Toleman-Hart-Pirelli, novice en Formule 1, connaît des moments difficiles qui contrastent fortement avec les réussites passées de l'écurie. La TG181 (conçue par Rory Byrne comme les F2 depuis 1978), est confiée aux pilotes "historiques" de l'écurie Brian Henton et Derek Warwick. Warwick ne réussit à se qualifier qu'à Las Vegas (22e puis abandon) et Henton qu'au GP d'Italie (23e place puis 10e à l'arrivée). La première saison est donc vierge de tout point et très décevante pour l'écurie championne en titre en F2.

Le premier résultat et les premiers points

En 1982, Teo Fabi remplace Henton sur la TG181B, modeste amélioration de la monoplace de 1981. Après quelques GP insipides apparaît une nouvelle évolution, plus performante, la TG181C. A son volant, Warwick réalise le meilleur tour en course au GP des Pays-Bas. Mais 11 abandons en autant de GP disputés sont synonymes d'une nouvelle saison blanche. En 1983, Toleman engage la TG183B, évolution de la TG183 étrennée en fin de saison 1982 lors des deux dernières courses. Cette machine est à l'origine d'une forte progression des résultats de l'écurie. Derek Warwick se qualifie assez régulièrement en première partie de grille. Au GP des Pays-Bas, il inscrit les premiers points de l'écurie en se classant 4e. Sa fin de saison est tonitruante : il se classe quatre fois consécutivement dans les points : (d'abord 4e aux Pays-Bas, puis 6e en Italie, 5e en Europe et enfin 4e à Kyalami). Bruno Giacomelli, son coéquipier, inscrit également le point de la 6e place au GP d'Europe. En 15 GP, Toleman marque 10 points et pointe à la 9e place du classement final du championnat du monde des constructeurs.

L'année Magic

La TG184 d'Ayrton SennaEn 1984, Toleman se sépare du duo de pilotes qui lui a pourtant offert ses premiers points. L'équipe recrute le Vénézuélien Johnny Cecotto, libre depuis la faillite de l'écurie Theodore à la fin de la saison 1983 et un jeune pilote brésilien prometteur, Ayrton Senna, qui remplace Warwick parti chez Renault pour remplacer Alain Prost. La TG183B, si brillante la saison précédente, est à nouveau engagée puis remplacée par la TG184 à partir du GP de France. Dès son deuxième GP, en Afrique du Sud, Senna marque son premier point en GP, il récidive au GP suivant à Zolder en Belgique. Mais la crise couve entre Tolemen et Pirelli. Elle aboutit à la non-qualification de Senna au GP de Saint Marin à Imola. Toleman rompt son contrat avec le manufacturier italien et rejoint le clan des utilisateurs de Michelin. Les bénéfices de cette nouvelle association ne vont pas tarder. En effet, dès sa deuxième course avec les enveloppes françaises, à Monaco, Senna, qualifié en 13e position, démontre son agilité sous la pluie en prenant la tête de la course lorsque le directeur de course Jacky Ickx l'interrompt pour raison de sécurité. Le classement est figé au tour précédent l'interruption : Alain Prost devant Senna et Stefan Bellof (autre révélation de la journée qui signait des temps au tour encore plus rapides que Senna). Toleman décroche toutefois son premier podium en F1. Arrive alors le GP de Grande-Bretagne, très contrasté pour Toleman : si Senna termine 3e, Johnny Cecotto est victime d'un grave accident. Lors des quatre GP suivants, Toleman, attendant le rétablissement de son pilote vénézuélien, n'engage qu'une seule monoplace avant que Stefan Johansson ne soit finalement recruté à Monza, Cecotto n'étant plus apte à piloter une F1. Mais là encore, une seule monoplace est engagée car Senna est mis à pied : lors du GP des Pays-Bas, à Zandvoort, Lotus annonce que Senna vient de signer chez eux pour la saison 1985 alors que son contrat chez Toleman était de deux ans. Senna est finalement reconduit pour les deux derniers GP de la saison et termine 3e lors de la manche finale de la saison à Estoril. Avec 3 podiums, 1 record du tour, 16 points marqués et une 7e place en championnat, cette saison est la plus prolifique de Toleman en F1.

La dernière saison

La saison suivante, s'engage plutôt mal pour Toleman. L'écurie est contrainte de faire l'impasse sur les trois premiers GP de la saison, Goodyear refusant de lui fournir des pneus. Johansson quitte alors l'équipe pour effectuer une pige chez Tyrrell (qui lui vaudra d'être repéré par Ferrari pour remplacer Arnoux). Puis Toleman n'engage qu'une seule monoplace, la TG185, chaussée en Pirelli, pour Teo Fabi, de retour après une année 1984 chez Brabham en F1 et chez Forsythe en CART. Lors du GP d'Allemagne, Fabi réussit l'exploit de décrocher la première pole-position de l'écurie (malheureusement il abandonne en course). Cet évènement incite Luciano Benetton, en quête d'exposition médiatique, à sponsoriser l'écurie Toleman. La monoplace est entièrement décorée aux couleurs Benetton et, à partir du GP d'Autriche, une seconde voiture (pour doubler la visibilité publicitaire) est confiée à Piercarlo Ghinzani qui vient de quitter Osella. Cette saison (aucun point inscrit en championnat), entamée sous de mauvais auspices, doit être considérée comme une saison de transition : Toleman est finalement rachetée par son sponsor qui engage en 1986 l'écurie Benetton en championnat du monde avec comme pilotes Teo Fabi et Gerhard Berger.

Résultats en championnat du monde de Formule 1

Voir aussi

===
Sujets connexes
Alain Prost   Ayrton Senna   Benetton (Formule 1)   Brian Henton   Bruno Giacomelli   Championnat du monde de Formule 1 1981   Championnat du monde de Formule 1 1982   Championnat du monde de Formule 1 1983   Championnat du monde de Formule 1 1984   Championnat du monde de Formule 1 1985   Derek Warwick   Formule 1   Formule 2   Formule Ford   Gerhard Berger   Goodyear Tire & Rubber   Hart (moteur)   Johnny Cecotto   Marc Surer   Michelin   Osella   Piercarlo Ghinzani   Pirelli   Renault F1 Team   René Arnoux   Rory Byrne   Scuderia Ferrari   Stefan Bellof   Stefan Johansson   Teo Fabi   Theodore Racing   Tyrrell Racing  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^