Nivelles

Infos
Nivelles (en néerlandais Nijvel, en wallon Nivele) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne, chef-lieu d'arrondissement dans la province du Brabant wallon. Chef-lieu de l'arrondissement administratif et judiciaire de Nivelles, code postal 1400. Le 2 avril 2007, elle comptait 24 613 habitants (infos http://www.nivelles.be), appelés Nivellois, ou parfois Aclots. Il faut cependant, pour respecter la tradition, être plus qu'habitant de Ni
Nivelles

Nivelles (en néerlandais Nijvel, en wallon Nivele) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne, chef-lieu d'arrondissement dans la province du Brabant wallon. Chef-lieu de l'arrondissement administratif et judiciaire de Nivelles, code postal 1400. Le 2 avril 2007, elle comptait 24 613 habitants (infos http://www.nivelles.be), appelés Nivellois, ou parfois Aclots. Il faut cependant, pour respecter la tradition, être plus qu'habitant de Nivelles pour être Aclot : il faut entre autres être né à Nivelles et plus particulièrement à l'intérieur des anciens remparts, avoir goûté à la spécialité locale (la tarte al d'jote), etc. Sa latitude est de 50° 35' N, pour une longitude de 4° 19' E et une altitude de 65 à 167 mètres. Une superficie de 6 060 ha lui confère une densité de 386, 72 habitants au kilomètre carré. Nivelles est aussi connue pour son carnaval (le week-end qui suit le Mardi gras) où des sociétés de gilles se produisent. Le carnaval se déroule comme suit :
- samedi : carnaval "des enfants";
- dimanche : carnaval "traditionnel";
- lundi : carnaval "des écoles" (le matin, des gilles vont dans les écoles; l'après-midi, ce sont les élèves qui assistent au carnaval autour de la collégiale sur la Grand'Place.) La commune de Nivelles est constituée, depuis la fusion des communes, des anciennes communes suivantes :
-Baulers
-Bornival
-Thines
-Monstreux Communes limitrophes :
- Braine-l'Alleud
- Braine-le-Comte
- Genappe
- Ittre
- Les Bons Villers
- Pont-à-Celles
- Seneffe

Economie

La ville fonde principalement son économie sur:
- Sa zone industrielle.
- Ses restaurants, brasseries et commerces. Ces derniers étant situés dans le centre et au sud de la ville.

Education

La ville possède de nombreuses écoles primaires et six écoles secondaires :
- L'Athénée Royal (ARN)
- L'Institut de l'Enfant-Jésus
- Le Collège Sainte-Gertrude (CSG)
- L'Institut Provincial d'Enseignement Technique (IPET)
- L'Institut Provincial des Arts et Métiers (IPAM)
- L'Institut du Sacré-Coeur
- L'École Secondaire d'Enseignement Spécial (dite le Malgras) Pour les études supérieures, on y retrouve :
- L'ISEP, Institut d'Enseignement Supérieur Pédagogique (dit École Normale, faisant partie de l'HESPA, Haute École Paul-Henri Spaak)
- Le CEPES, Centre d'Études Provincial d'Enseignement Supérieur (faisant partie de l'HELdB, Haute École Lucia de Brouckere)
- L'ENCBW, École Normale Catholique du Brabant Wallon (faisant partie de l'HELdV, Haute École Léonard de Vinci)
- L'IST, Institut des Sciences du Travail (faisant partie de l'ULB, Université libre de Bruxelles En outre, il existe aussi un Institut Provincial de Promotion sociale et de Formation continuée (I.P.F.C.)

Monuments et curiosités

-La Collégiale Sainte-Gertrude de Nivelles, collégiale romane, porte le nom de Sainte-Gertrude (la sainte patronne des Aclots) et son célèbre Jean de Nivelles, jacquemart qui sonne les heures accroché à la tourelle sud et qui date du .
-L'église des récollets du .
-La commune compte également un musée d'archéologie.
-Nivelles possédait également un circuit automobile qui a notamment accueilli des Formule 1 dans le cadre d'épreuves du Grand Prix de Belgique dans les années 1970. Celui-ci a depuis perdu son affectation pour être transformé en zone industrielle.
-Nivelles possède un waux-hall, où l'on peut trouver outre la salle de spectacle une bibliothèque publique.

Gastronomie

Les spécialités culinaires locales sont la tarte al d'jote et les doubles. La ville possède aussi sa propre bière, la Jean de Nivelles (il en existe deux variétés, la blonde et la brune). Depuis 2007 une nouvelle bière a fait son apparition, la Gertrude. C'est une bière ambrée de 6% alc. vol. dont la recette a été créée par Emanuele Corazzini.

Histoire

-Paléolithique : (environ 35 000 ans av. J.-C.) on trouve déjà dans la région des matériaux lithiques.
-Mésolithique : (8 000 ans av. J.-C.) la région est alors recouverte de forêts. La présence de chasseurs est attestée par la découverte de matériel à tendance tardénoisienne.
-Néolithique : présence d'agriculteur sans doute des peuples originaires du Danube. L'Homme se sédentarise au sein de villages aux maisons de bois et de torchis.
-Âge du bronze et du fer : les fouilles de Thines et de Baudémont montre que la population reste principalement agricole.
-Époque romaine : la conquête par les armées de César n'apporte pas de changement, la région est toujours vouées à l'agriculture. Il faut attendre la fin du pour une réelle romanisation. Tant dans les grands domaines comme le complexe de la Tournette que dans les petites métairies comme celle de la Vieille Cour à Thines, l'influence de Rome et les bienfaits de technique nouvelles se font alors sentir : céramique, métallurgie, construction en dur et produits de luxe... La région est favorisée par la proximité de la grande chaussée Bavay-Cologne.
-Vers 275, l'invasion germanique traverse le pays et modifie l'aspect des campagnes qui seront désertées. La plupart des villæ (ou fermes) sont détruites par incendie.
-Au milieu du , le territoire de la ville actuelle de Nivelles se situe au cœur de l'Austrasie franque. Les maires du palais de la dynastie des Mérovingiens deviennent peu à peu propriétaires de vastes domaines agricoles sur lesquels ils règnent en maîtres. Ainsi, le maire du palais, Pépin dit le Vieux, possède-t-il une immense villa de quelques 7 800 hectares sur le territoire de l'actuelle ville de Nivelles et des villages environnants. Il meurt en 640, laissant une veuve, Itte (ou Iduberge ou Ide), originaire d'Aquitaine, et quatre enfants : Allowyn, Grimoald, Begge et Gertrude. La Collégiale Sainte-Gertrude de Nivelles
-Entre 647 et 650, l'évêque de Maastricht, Amand, lui aussi originaire d'Aquitaine, persuade Itte de fonder une communauté d'hommes et de femmes qui trouve un abri dans les murs de la villa de Pépin. Gertrude devient la première abbesse de l'abbaye de Nivelles. Le premier oratoire, dont on a découvert les restes sous la collégiale, était dédié à saint Pierre. C'est là que l'on enterrait les membres de la communauté (l'abbesse sainte Gertrude en 659, Ermentrude, vers l'an 1000, petite-fille du roi de France Hugues Capet). Le second oratoire, dédié à saint Paul, était réservé à la communauté masculine. Quant à l'oratoire dédié à Notre-Dame, il était réservé à la communauté féminine.
- Gertrude meurt en 659 et est enterrée dans la chapelle funéraire dédiée à saint Pierre. La présence de cette tombe abbatiale va conditionner toute l'évolution architecturale de l'église : l'afflux des pèlerins entraîne des adaptations et des agrandissements continuels. Le prestigieux édifice roman, consacré en 1046 par l'évêque de Liège Wazon en présence de l'empereur Henri III, n'est que l'ultime étape de cette évolution.
-Quant à l'abbaye, fondée par des membres de la famille des maires du palais, elle devient abbaye impériale par l'accession au trône de leurs descendants.
-Le constitue l'apogée de l'abbaye. Le domaine étend ses possessions en Frise, en Zélande, dans la vallée de la Moselle et jusqu'au Rhin. À Nivelles, une ville se forme autour du noyau que constitue l'abbaye : un vicus (agglomération marchande) sous Charles le Chauve , un burgus vel villa , un oppidum ( - avant 1182 en tout cas) avec un rempart long de près de deux kilomètres, percé de sept portes et flanqué de onze tours.
-Au , la ville est sous la protection des ducs de Brabant.
-L'axe commercial principal de la région était à l'origine un axe Nord-Sud s'étendant jusqu'en Angleterre. Il se déplace sur l'axe Est-Ouest, soit la voie Cologne-Bruges. La ville atteint alors, en un très court délai, un niveau de prospérité tel qu'elle ne pourra pas le maintenir, se voyant supplantée par les autres communes du Brabant.
-À Nivelles, les véritables représentants de l'autorité communale sont les jurés, les rentiers et les maîtres des métiers qui apparaissent au ; ils s'occuperont tant des finances que des fortifications et des travaux publics. Les échevins auront de l'importance plus tard.
-En 1262 soulèvement de la « commune » de Nivelles : les habitants affrontent l'autorité abbatiale, jusqu'en 1265 ; chartes et traités conclus avec d'autres villes ainsi que le sceau communal créé pour la circonstance sont finalement détruits.
-Le règne de la duchesse Jeanne marque la période de la plus grande puissance de la commune nivelloise. Les concessions qu'elle obtient, tant de la souveraine du Brabant que des abbesses, assurent le renforcement définitif de ses libertés.
-En 1647, l'émeute provoquée par les fabricants de fil, suivis aussitôt par leurs ouvriers, va inciter un grand nombre d'artisans à gagner les régions de Cambrai et de Valenciennes, exil qui va coûter très cher aux activités économiques de la ville.
- : les guerres transforment les Pays-Bas espagnols en un immense champ de batailles et Nivelles n'échappe pas aux occupations militaires successives.
-Le régime autrichien apporte des réformes d'ordre administratif, ecclésiastique, institutionnel et judiciaire. Ainsi, le règlement de 1778 supprime le corps des jurés et restituant aux échevins leurs prérogatives. Le nouveau magistrat ne résistera cependant pas aux réformes voulues par Joseph II ainsi qu'à la tourmente révolutionnaire.
-Le réseau des voies de communication routière s'améliore.
-Durant la Révolution brabançonne, le parti de Hendrik Van der Noot triomphe à Nivelles où l'on s'efforce d'anéantir toutes les réformes introduites par Joseph II.
-L'occupation française se traduit par la rupture définitive avec l'Ancien Régime et la naissance d'une démocratie moderne.
- Les remparts sont détruits par les Français entre 1810 et 1812, ne laissant subsister que des fragments du mur d'enceinte et la tour du Diable (ou Simone), encore visitable de nos jours.
-La Révolution belge de 1830 : la ville de Nivelles, une des premières, envoie à Bruxelles un groupe de patriotes, qui se distingueront par leur ardeur au combat. L'ancien palais de Justice(1888-1891)
-La révolution industrielle, caractérisée notamment par l'avènement du machinisme, va faire de Nivelles un pôle industriel appréciable à travers la montée en régime des Ateliers métallurgiques, future La Brugeoise et Nivelles, spécialisée dans la chaudronnerie en général, la construction métallique et surtout le matériel de chemin de fer, jusque et y compris les locomotives électriques encore en service de nos jours. L'année 1988 lui sera cependant fatale pour d'obscures raisons communautaires, malgré l'intérêt porté par la firme Bombardier.
-En début de , Nivelles est une ville de province calme avec de petits moyens.
-La Première Guerre mondiale va porter un premier coup aux efforts consentis, mais pas de manière vraiment durable.
-la Deuxième Guerre mondiale va marquer de façon indélébile tant la ville elle-même que sa population.
- Le 14 mai 1940 : tout est détruit par l'aviation allemande dans un rayon de 300 mètres, à quelques rares exceptions près, autour d'une collégiale dont il ne reste plus que les murs.
-La politique économique des années 1950-1960 voit la reprise des Papeteries Delcroix par le grand papetier Wiggins Teape, la création, un des premiers en Belgique sur le modèle américain, d'un parc industriel non polluant qui va aller d'extension en extension, aujourd'hui encore...
-En septembre 1984, l'inauguration de la collégiale restaurée marque, sans aucun doute, le renouveau définitif de la cité des Aclots

Jumelage

La ville de Nivelles est jumelée avec : | |

Personnalités liées à la commune

- Henri Delmotte, acteur (1822-1884)
- Jacques Lippe, comédien, y est né en 1925
- Virginie Hocq, comédienne, y est née en 1975

Sources

- ==
Sujets connexes
Abbaye   Abbé   Agriculture   Altitude   Amand de Maastricht   Ancien Régime   Angleterre   Années 1950   Années 1960   Années 1970   Aquitaine   Architecture romane   Arrondissement administratif de Nivelles   Austrasie   Baulers   Bavay   Belgique   Bibliothèque   Bière   Bière blonde   Bière brune   Bornival   Braine-l'Alleud   Braine-le-Comte   Bruges   Cambrai   Carnaval   Centre démocrate humaniste   Charles II le Chauve   Charte   Chaudronnerie   Chaussée Brunehaut   Chemin de fer   Circuit automobile   Collégiale   Collégiale Sainte-Gertrude de Nivelles   Cologne   Communauté française de Belgique   Céramique   Danube   Densité   Duché de Brabant   Démocratie   Ecolo   Empire romain   Ferme (agriculture)   Formule 1   Forêt   France   Francs   Fusion de communes en Belgique   Genappe   Gertrude de Nivelles   Gille   Grandes invasions   Grimoald Ier   Hectare   Henri II du Saint-Empire   Hugues Capet   Ittre   Jacquemart   Jacques Lippe   Jean de Nivelles   Jeanne de Brabant   Jules César   Juré   La Brugeoise et Nivelles   Latitude   Les Bons Villers   Locomotive électrique   Longitude   Maastricht   Maire du palais   Mardi gras   Marie de Nazareth   Monstreux   Moselle (rivière)   Mouvement réformateur (Belgique)   Mur   Mérovingiens   Mésolithique   Métallurgie   Métiers du Moyen Âge   Néerlandais   Néolithique   Oppidum   Oratoire (Édifice religieux)   Ordre des récollets frères mineurs   Paléolithique   Parc industriel   Parti socialiste (Belgique)   Paul de Tarse   Pays-Bas autrichiens   Pays-Bas espagnols   Pierre (apôtre)   Pont-à-Celles   Première Guerre mondiale   Problèmes communautaires en Belgique   Province du Brabant wallon   Pèlerinage   Pépin de Landen   Rentier   Rhin   Romanisation (histoire)   Rome   Région wallonne   Révolution brabançonne   Révolution industrielle   Sceau   Seneffe   Tarte al d'jote   Thines (Belgique)   Traité (droit)   Université libre de Bruxelles   Valenciennes   Vicus   Villa (histoire)   Ville   Ville de Belgique   Virginie Hocq   Wallon   Wazon   WikiMapia   Zélande  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^