Trois-Rivières

Infos
Trois-Rivières est une ville du Québec (Canada), située sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent à l'embouchure de la rivière Saint-Maurice au cœur du Québec. Elle se trouve à mi-chemin entre Québec et Montréal. Trois-Rivières est le chef-lieu de la région administrative de la Mauricie et un évêché catholique. Elle est aussi la ville centre d'une région métropolitaine de recensement dont la population était de 137 507 habitants en 2001. Trois-Rivières es
Trois-Rivières

Trois-Rivières est une ville du Québec (Canada), située sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent à l'embouchure de la rivière Saint-Maurice au cœur du Québec. Elle se trouve à mi-chemin entre Québec et Montréal. Trois-Rivières est le chef-lieu de la région administrative de la Mauricie et un évêché catholique. Elle est aussi la ville centre d'une région métropolitaine de recensement dont la population était de 137 507 habitants en 2001. Trois-Rivières est la deuxième plus ancienne ville du Québec.

Histoire

Buste de Nicolas Goupil, dit Laviolette, fondateur de Trois-Rivières. À l’origine, le site de Trois-Rivières était fréquenté par des autochtones de la grande famille algonquine. En 1535 (le 12 octobre), l’explorateur Jacques Cartier va décrire le site. Il nomme la rivière St-Maurice rivière de Fouez (de Foi ?) et fait ériger une croix sur la pointe de l'île St-Quentin. En 1599, le capitaine Dupont-Gravé va le nommer : «Trois-Rivières» en raison d'une illusion créée par le delta formé par les îles. C'est à la demande de Capitanal, un chef Algonquin dont le père avait combattu aux côtés de Samuel de Champlain que ce dernier mandata Nicolas Goupil dit Laviolette pour la fondation d'une habitation au lieu-dit des Trois-Rivières pour en faciliter le commerce. Partis le 1er juillet 1634 de Québec, Laviolette et ses hommes arrivèrent le 4 juillet, décrété jour de la fondation. Cela fait-il, comme d'aucuns l'affirment, de Champlain le véritable fondateur de la ville plutôt que Laviolette? Ce serait comme affirmer que c'est Henri IV qui a fondé Québec. D’abord comptoir de commerce, Trois-Rivières va ensuite développer une triple vocation qu’elle va conserver au fil des siècles : siège de gouvernement, ville d’éducation et cité industrielle. Siège d’un gouvernement régional à partir de 1665, Trois-Rivières connaîtra la Conquête britannique mais n'en souffrit pas comme la ville de Québec, et même une brève occupation américaine, qui se terminera par la défaite des «Bostonnais», aux portes de la ville, en 1776. Au fil des ans, Trois-Rivières consolidera sa vocation de chef régional en devenant le siège d’un district judiciaire (1792) et d’un évêché (1852). Au plan de l’éducation, des missionnaires enseignants vont se présenter sur le site de Trois-Rivières dès 1617, c’est-à-dire avant même la fondation de la ville. Avec l’arrivée des religieuses Ursulines, en 1697, une première maison d’enseignement verra le jour et plusieurs autres suivront, jusqu’à l’ouverture de l’Université du Québec à Trois-Rivières, en 1969. Au plan économique, après l’ère des coureurs des bois et du commerce de la fourrure, Trois-Rivières deviendra ville industrielle quand vont entrer en production les Forges du Saint-Maurice, fondées en 1733 par M. de Francheville. Cette fonderie où l'on fabriquait boulets de canon, poêles en fonte, ainsi que divers ustensiles et accessoires de cuisine, a représenté durant une longue période la principale activité économique de la ville. Une centaine d’années plus tard, avec l’exploitation forestière de la vallée du Saint-Maurice, Trois-Rivières va abriter d'abord des scieries, puis enfin des usines de papier. Le transport des billots de bois était alors facilité par la rivière Saint-Maurice qui permettait d'acheminer la ressource de sa coupe à l'usine, par flottaison. C'est ainsi que sont devenus célèbres les techniques de drave et les nombreux draveurs y travaillant. Par la suite, Trois-Rivières est devenue la capitale du papier.

XX siècle

Le terrible incendie qui ravage Trois-Rivières en 1908 détruit la majeure partie de la vieille ville, n'épargnant qu'une dizaine de bâtiments datant du Régime français. Le monastère des Ursulines et le manoir de Tonnancour sont heureusement épargnés. Cela entraîne un réaménagement de la ville, dont l'élargissement et le redressement des rues. De plus, cet incendie favorise l'avènement de nouvelles entreprises, dont celle du textile qui encourage la venue de nouveaux paysans. À partir des années 1960, Trois-Rivières va diversifier sa base économique en misant sur l’éducation collégiale et universitaire, de même que sur l’animation culturelle et touristique. À ce sujet, la ville peut se vanter d’avoir gardé vivant et rayonnant son centre-ville, qui abrite une intense activité culturelle, dont fait partie le Festival international de la poésie. Elle est aussi une ville de loisir et de sport, qui présente chaque année un Grand-Prix automobile à dimension internationale. Le Vieux Trois-Rivières est décrété arrondissement historique en 1964. En 1985, le Festival international de la poésie est créé par une équipe autour de Gaston Bellemare. En 2002, les villes de Cap-de-la-Madeleine, Saint-Marthe-du-Cap, Saint-Louis-de-France, Trois-Rivières-Ouest, ainsi que la municipalité de Pointe-du-Lac, ont été fusionnées à la ville de Trois-Rivières, dissolvant ainsi la MRC de Francheville.

Origine du nom

Pont Laviolette sur le Saint-Laurent L'origine du nom de Trois-Rivières, qui date de la fin du , est dû en fait à une illusion d'optique. Ce nom fait en effet référence aux 3 chenaux que la rivière Saint-Maurice forme à son embouchure avec le Saint-Laurent en s'écoulant entre deux îles.

Chronologie trifluvienne

-1535: Le 7 octobre, Jacques Cartier plante une croix sur la pointe de l'Île St-Quentin, mais aucun établissement n'est projeté à court terme. Des amérindiens appartenants à diverses nations occupent déjà les environs.
-1633: Le colon Jacques Hertel reçoit, un an avant la fondation de la bourgade, la première concession de terre du lieu-dit des Trois-Rivières.
-1634: Quelques mois après la fondation, les deux premiers Jésuites Jacques Buteux et Paul Lejeune s'installent dans la bourgade.
-1637: Naissance, le 21 octobre, du premier trifluvien, Michel Godefroy, fils de Jean Godefroy et Marie Leneuf.
-1665: La Nouvelle-France est divisée en trois gouvernements régionaux: Québec, Trois-Rivières et Montréal. Pierre Boucher est le premier gouverneur des Trois-Rivières.
-1722: L'intendant Bégon autorise la tenue d'un marché public au bord du fleuve à tous les vendredi.
-1752: Incendie majeur qui dure du 17 au 23 mai. Le bilan est lourd: la palissade, le monastère et la chapelle des Ursulines, et 45 maisons, ce qui représente une partie importante des lieux.
-1760-1765: Conséquence du Traité de Paris, le Canada devient une colonie Britannique et, de ce fait, on procède à l'abolition du gouvernement régional de Trois-Rivières. La province de Québec est dorénavant divisée en deux districts: Québec et Montréal. De 1760 à 1765 le gouverneur Français des Trois-Rivières est remplacé par un gouverneur militaire Anglais. Le passage se fait en douceur, Burton ne cherche pas à rendre la vie difficile aux Trifluviens et malgré certaines restrictions ce gouvernement militaire n'est, somme toute, qu'un prolongement du régime Français.
-1775: Ouverture du premier bureau de Postes de Trois-Rivières sur la rue Du Fleuve. Samuel Sills est le premier maître de postes.
-1776: Du 8 février au 8 juin, Trois-Rivières est une ville des États-Unis. Le tout se termine avec la défaite des Bostonnais lors de la bataille des Trois-Rivières.
-1792: Création d'un district judiciaire du Bas-Canada à Trois-Rivières, ce qui lui redonne un statut de pivot de sa région.
-1792: Trois-Rivières élit son premier député, John Lees. Il occupera ce poste à l'assemblée du Bas-Canada jusqu'en 1807.
-1797: Livraison de la première pompe à incendie (pompe "à bras") commandée en Angleterre (16 octobre).
-1822: Entrée en fonction de la prison. C'est l'architecte François Baillargé de Québec qui en est le maître d'oeuvre. Elle sera jusqu'en 1986 (avant de devenir un musée) la plus ancienne prison toujours en fonction en Amérique du nord.
-1845: Trois-Rivières devient une municipalité.
-1847: La ville est dorénavant reliée au reste du monde par le télégraphe.
-1854: Création de la Compagnie du Feu Équitable, une brigade pour la lutte contre les incendies.
-1855: Abolition du régime seigneurial et création de la ville de Trois-Rivières, des municipalités de paroisse de La Visitation-de-la-Pointe-du-Lac, de Saint-Maurice, de Sainte-Marie-Madeleine-du-Cap-de-la-Madeleine et de Trois-Rivières lors du premier découpage municipal du Québec (1er juillet).
-1854: La Compagnie de Gaz des Trois-Rivières assure l'éclairage des lieux publics de la ville. Les réverbères sont peu nombreux et l'éclairage plutôt inégal. Il s'agit d'une initiative d'un groupe de personnes influentes de la ville, mais le tout se fait sous la surveillance du conseil de ville.
-1856: Grave incendie détruisant 44 maisons.
-1857: L'acte d'incorporation officiel de la ville de Trois-Rivières est sanctionné (10 juin). La ville peut dès lors se doter d'une constitution à la mesure de ses besoins. Le nom officiel est Cité des Trois-Rivières. On retrouve quatre quartiers: St-Louis, Notre-Dame, St-Philippe et Ste-Ursule.
-1858: Inauguration de la Cathédrale de l'Immaculée-Conception de Trois-Rivières réalisée selon les plans de l'architecte Victor Bourgeau. Les travaux avaient débuté en 1854.
-1860: Installation de quatre pompes à incendie (à vapeur) fixes situées dans des endroits stratégiques de la ville. Quelques années plus tard, d'immenses réservoirs d'eau seront enfouis prés des pompes.
-1866: Un comité chargé de promouvoir des moyens de lutter contre la maladie créé par le conseil de ville décrète l'obligation de transporter les morts dans des corbillards.
-1872: La Compagnie d'aqueduc des Trois-Rivières construit le premier réseau d'aqueduc de la ville. On utilise des troncs d'arbres évidés et joints avec du mortier... Les résultats sont peu probants, le fonctionnement étant d'une efficacité faible.
-1875: Apparition des noms des rues aux coins des principales intersections. Les étrangers n'auront plus à demander le nom des rues.
-1876: Inauguration de la première gare ferroviaire de Trois-Rivières par la Québec, Montréal Ottawa & Occidental Company qui est responsable de la liaison ferroviaire de Trois-Rivières à Québec et Montréal.
-1876: Construction d'un système d'aqueduc administré par la municipalité. La station de pompage se situe sur la rive ouest de la St-Maurice près du fleuve et les pompes sont activées par un moteur à vapeur. On utilise maintenant des tuyaux de fonte.
-1877: En avril, la ville crée une Brigade de Police et de Feu permanente. Il s'agit des débuts de l'actuel service de police et pompiers de la ville.
-1887: La compagnie Bell commence à installer des dizaines de poteaux dans la ville pour permettre l'implantation d'un système téléphonique.
-1887: Début de la mise en application du plan d'aménagement du système d'égouts de la ville. Ce plan a été réalisé par F.-X. Berlinguet.
-1889: Apparition officielle des numéros civiques d'adresses sur le portes des maisons.
-1890: Début de l'électrification des rues de Trois-Rivières (28 juillet). L'électricité utilisée pour l'éclairage des rues provient d'une centrale à vapeur située au bord de la St-Maurice, soit au pied de l'actuel pont Duplessis.
-1890: Visite du Comte de Paris et de son fils, le Duc D'Orléans. Il sont reçus par les Ursulines (26 octobre).
-1897: Création de la North Shore Power Company qui permettra d'étendre l'électrification de la ville. La centrale électrique de St-Narcisse (sur la rivière Batiscan) alimentera la ville de Trois-Rivières par le premier réseau de câbles à haute tension de l'empire Britanique.
-1901: Un pont d'acier remplace désormais les ponts de bois qui reliaient Trois-Rivières et le Cap-de-la-Madeleine.
-1904: La municipalité de paroisse de Saint-Louis-de-France se détache de Saint-Maurice (4 janvier).
-1905: On remplace le moteur à vapeur par des moteurs électriques à la station de pompage de l'aqueduc.
-1906: Une nouvelle ligne de transmission électrique en provenance de la Shawinigan Water and Power permet à Trois-Rivières de décupler son potentiel industriel. Cette ligne permettra l'arrivée de joueurs majeurs de l'industrie: Wabasso Cotton (1907), reconstruction modernisée de la Canada Iron Foundry (1909), Wayagamack (1912), Tidewater Shipbuilding Company (1915) et Canadian International Paper (1919). Cette dernière est la plus vaste usine papetière au monde.
-1906: Début de la distribution du courrier de porte en porte par des facteurs.
-1907: Implantation du premier service d'ambulance. Dans un premier temps, il s'agit d'une voiture tirée par un cheval.
-1908: Grand incendie au centre-ville qui détruisit le tiers de la ville, soit plus de 800 bâtiments dont 200 maisons (22 et 23 juin). Si le bilan matériel est énorme, on ne signale qu'un décès, et ce n'est pas du feu mais de l'effondrement d'un mur au lendemain de la tragédie.
-1909: Un ingénieur municipal vielle maintenant à l'application de normes et règles quant à l'emplacement, la construction et la rénovation des bâtiments. Le partage de l'espace urbain devient une question importante, mais la tragédie de 1908 oblige à développer la sécurité des citoyens.
-1909: Érection canonique de la deuxième paroisse dans la ville: St-Philippe. On prendra la pierre angulaire déterrée des ruines de l'église paroissiale de l'Immaculée Conception (détruite par le feu de 1908) comme base de l'église St-Philippe.
-1915: La Three Rivers Traction Company inaugure les premiers tramways qui circulent dans la ville ainsi qu'au Cap-de-la-Madeleine. Le projet avait été lancé en 1911, dans la foulée de la reconstruction qui fait suite à l'incendie de 1908.
-2 juin 1915: La municipalité de Sainte-Marthe-du-Cap-de-la-Madeleine se détache de Sainte-Marie-Madeleine-du-Cap-de-la-Madeleine.
-1918: Sainte-Marie-Madeleine-du-Cap-de-la-Madeleine devient la ville de Cap-de-la-Madeleine.
-1922: Avec l'ajout d'une nouvelle usine de papier, la St-Lawrence Pulp & Paper (future Domtar et ensuite Kruger), Trois-Rivières se mérite dorénavant le titre de "capitale mondiale du papier".
-1924: Entrée en service de la deuxième gare, de style Beaux-Arts par la Canadian Pacific Railways Company selon les plans des architectes Ross & Macdonald de Montréal. Elle remplace la vieille gare de bois.
-1924: Entrée en service de la nouvelle usine de filtration du système d'aqueduc de la ville. Le bâtiment principal se situe sur la rue St-Maurice, au coin de la (future) rue Des Chenaux.
-1928: La municipalité de village de Pointe-du-Lac se détache de La Visitation-de-la-Pointe-du-Lac.
-1931: La Three Rivers Traction Company est rachetée par la Compagnie de Transport St-Maurice. Elle procédera progressivement au remplacement des tramways électriques par des autobus à essence jusqu'en 1933.
-1934: Réalisation du monument appelé Le Flambeau (rue des Casernes) pour commémorer le 300e anniversaire de la fondation de la ville. Le nom donné est celui d'une société savante de l'époque qui avait organisé le concours menant à sa réalisation.
-1934: La ville achète de la papetière Consolidated Bathurst l'île St-Quentin pour en faire un centre de villégiature. Depuis longtemps déjà ces lieux étaient visités clandestinement par des baigneurs.
-1936: La milice trifluvienne devient un régiment blindé.
-1937: Ouverture, en octobre, de la première station de radio de la ville: CHLN (AM).
-1938-1939: Dans le cadre d'un programme gouvernemental visant à occuper les nombreux chômeurs résultant de la crise économique qui a suivi le krach de 1929, on procède à la construction du parc des expositions. On y démolit quelques bâtiments de bois et on construit, dans le plus pur style Art Déco, un stade de baseball, un stade de courses hippiques, une vacherie, un colisée, une bâtisse industrielle, une piscine, la porte ornementale Pacifique Du Plessis et un petit poste de police et pompiers.
-1940-1945: Le ministère de la Défense réquisitionne, pour la durée de la guerre, l'ensemble des lieux et bâtiments du parc des expositions pour y établir un centre d'entraînement et des camps de prisonniers. Seul le stade de baseball est accessible au public pendant cette période.
-1943: Le régiment de Trois-Rivières devient le 12e Régiment blindé du Canada (12th Canadian Armoured Regiment). De 1941 à 1945 il combat en Europe, principalement lors du débarquement en Sicile et de la campagne de l'Europe du nord-ouest où il se mérite 23 honneurs.
-1946: Installation de la première cabine téléphonique extérieure par la compagnie Bell. Elle se trouvait près du Marché aux Denrées lequel se situe a l'époque au coin des rues Badeaux et Des Forges.
-1948: Inauguration (6 juin) du pont Duplessis par Maurice Duplessis qui, en coupant le ruban, déclare que ce pont est "aussi solide que l'Union Nationale".
-1951: Effondrement de trois sections du pont Duplessis sur la St-Maurice (nuit du 30 janvier). Il ne sera reconstruit qu'en novembre 1953, mais en attendant un service de bateau-passeur et un pont Bailey de l'armée Canadienne servent de mesures transitoires.
-1954: La municipalité de paroisse de Saint-Michel-des-Vieilles-Forges se détache de la paroisse de Trois-Rivières.
-1961: Fusion entre la ville de Trois-Rivières et Saint-Michel-des-Vieilles-Forges pour devenir la ville de Trois-Rivières.
-1961: Inauguration de l'Aéroport de Trois-Rivières par le ministre des Transports et député de Trois-RIvières, Léon Balcer.
-1961: Inauguration du pont Cloutier (entre l'île St-Quentin et l'île St-Christophe) qui permet le développement du potentiel récréo-touristique de l'Île St-Quentin et son accès au grand public.
-1963: La paroisse de Trois-Rivières, également connue sous le nom de "banlieue", change son nom pour ville de Trois-Rivières-Ouest.
-1966: Premier Grand-Prix automobile organisé dans les rues de la ville.
-1967: Inauguration, en décembre, du pont Laviolette et fin du service de bateaux-passeurs entre Trois-Rivières et Ste-Angèle de Laval.
-1967: Inauguration d'un complexe formé du nouvel Hôtel de ville, de la bibliothèque municipale et du Centre Culturel de Trois-Rivières (future Maison de la Culture). L'oeuvre de l'architecte Jean-Claude Leclerc recevra le Prix Vincent-Massey en 1971.
-1969: Le Centre des Études Universitaires devient l'Université du Québec à Trois-Rivières.
-1970: Création du centre commercial Les Rivières. Son ouverture aura lieu en octobre 1971.
-1971: La Cité des Trois-Rivières devient Ville de Trois-Rivières.
-1975: Le transport par autobus cesse temporairement dans la ville lorsque la Compagnie de Transport Carrier et Frères cesse ses opérations à Trois-Rivières. La ville de Trois-Rivières doit assumer elle-même l'opération du service de transport en commun, alors qu'il est pris en charge par deux compagnies privées à Trois-Rivières-ouest et au Cap-de-la-Madeleine.
-1978: Fusion entre La Visitation-de-la-Pointe-du-Lac et Pointe-du-Lac pour devenir la municipalité de Pointe-du-Lac.
-1981: Entrée en fonction des premiers autobus de la CITF (Corporation intermunicipale de transport des Forges).
-21 juillet 1993: Saint-Louis-de-France change son statut pour celui de ville de Saint-Louis-de-France.
-18 décembre 1993: Sainte-Marthe-du-Cap-de-la-Madeleine change son nom pour la municipalité de Sainte-Marthe-du-Cap.
-14 mars 1998: Sainte-Marthe-du-Cap change son statut pour celui de ville de Sainte-Marthe-du-Cap.
- 2002: Fusion entre Cap-de-la-Madeleine, Pointe-du-Lac, Saint-Louis-de-France, Saint-Marthe-du-Cap, Trois-Rivières et Trois-Rivières-Ouest pour former la ville de Trois-Rivières.

Liste des gouverneurs des Trois-Rivières

- 1653-1667 Pierre Boucher de Boucherville (premier gouverneur des Trois-Rivières)
- 1668-1689 René Gaultier de Varennes
- 1690-1699 Claude de Ramezay
- 1703-1709 Antonio di Crisafi (ou Crisafy)
- 1709-1714 François de Gallifet
- 1714-1720 Aucune trace dans l'histoire connue aujourd'hui
- 1720-1724 Charles Le Moyne, baron de Longueuil
- 1725-1726 François Desjordis de St-Georges, sieur de Cabanac
- 1727-1730 Jean Bouillet de la Chassaigne
- 1730-1733 Jean-Maurice-Josué Dubois Berthelot de Beaucours
- 1733-1742 Pierre de Rigaud, marquis de Vaudreuil
- 1743-1748 Claude-Michel Bégon de la Cour
- 1748-1757 François-Pierre Rigaud de Vaudreuil
- 1757-1760 Paul-Joseph Lemoyne, dit Chevalier de Longueuil (dernier gouverneur des Trois-Rivières sous le régime Français)
- 1760-1762 Ralph Burton gouverneur militaire Anglais
- 1762-1763 Frederick Haldimand gouverneur militaire Anglais (par intérim)
- 1763-1764 Frederick Haldimand gouverneur militaire Anglais
- 1765-date inconnue Holmes dernier gouverneur militaire Anglais

Liste des maires de Trois-Rivières

-1845: Pierre-Benjamin Dumoulin
-1846: Antoine Polette
-1853: Pierre-Benjamin Dumoulin
-1854: John McDougall
-1855-1857: Jean-Baptiste Lajoie
-1857: Joseph-Édouard Turcotte
-1863: Louis-Charles Boucher de Niverville
-1865: Sévère Dumoulin
-1869: Joseph-Moïse Desilets
-1872: Joseph-Napoléon Bureau
-1873-1876: Télesphore-Eusèbe Normand
-1876: Arthur Turcotte
-1877: Joseph-Napoléon Bureau
-1879: Sévère Dumoulin
-1885: Henri-Gédéon Mailhot
-1888: J.-Édouard Hétu
-1889: Télesphore-Eusèbe Normand
-1894: Philippe-Élisée Panneton
-1896: Richard-Stanislas Cooke
-1898-1900: Arthur Olivier
-1900-1902: Louis-Docithé Paquin
-1902-1904: N.L. Denoncourt
-1904-1905: Nérée LeNoblet Duplessis
-1905: Louis-Docithé Paquin
-1905-1906: J.F. Bellefeuille
-1906-1908: François-Siméon Tourigny
-1908-1913: Louis-Philippe Normand
-1913-1921: Joseph-Adolphe Tessier
-1921-1923: Louis-Philippe Normand
-1923-1931: Arthur Bettez
-1931-1937: Georges-Henri Robichon
-1937-1941: Atchez Pitt
-1941-1949: Arthur Rousseau
-1949-1953: Joseph-Alfred Mongrain
-1953-1955: Léo Leblanc
-1955-1960: Laurent Paradis
-1960-1963: Joseph-Alfred Mongrain
-1963-1966: Gérard Dufresne
-1966-1970: René Matteau
-1970-1990: Gilles Beaudoin
-1990-2001: Guy Leblanc
-2001-... : Yves Lévesque premier maire de la ville fusionnée

Croissance démographique

Monuments

Les points de repères historiques encore visibles aujourd'hui incluent le monastère des Ursulines et les Forges du Saint-Maurice. Trois-Rivières est l'hôte du Grand-Prix de Trois-Rivières, la série Trans-Am et la Formule Atlantique . Elle est officiellement la « capitale nationale de poésie du Québec ». De nombreuses plaques affichant des vers poétiques sont installées à travers le centre de la ville et son « Festival international de la poésie » honore ce titre. Depuis le regroupement des communes, il est à noter que la Basilique "Notre Dame du Cap" ou Sanctuaire, est associée au nom de la ville de Trois-Rivières. Ce lieu de culte renommé, attire les pèlerins de toute l'Amérique du nord. C'est un édifice monumental de forme octogonale. Le haut de la croix que supporte le dôme s'élève à 78, 5 mètres (258 pieds). En été, des dizaines d'autocars déposent touristes et fidèles. La Vieille prison de Trois-Rivières, construite en 1822 est classée monument historique depuis 1978 et peut être visitée.

Arts

-L'Orchestre Symphonique de Trois-Rivières a été fondé en 1978. Le premier directeur artistique (et fondateur) a été Gilles Bellemare. Présentement, Jacques Lacombe assume ce poste.
-Le Conservatoire de Musique de Trois-Rivières est le troisième au Québec et a été créé en 1964.
- La Galerie d'Art Du Parc a été créée en 1972. Elle occupe présentement le Manoir de Tonnancour.
- L'Atelier Presse Papier a été créé en 1979.
- L'Atelier Silex est un centre de production et de recherche en sculpture actuelle.
- Le Centre d'Exposition Raymond-Lasnier est une salle d'exposition située à la Maison de la Culture.
- Les Forges de la Salamandre est un centre de forge artisanale situé sur l'Île st-Christophe.
- La salle J.-Antonio Thompson a été construite en 1928. Elle a été acquise par la Ville de Trois-Rivières en 1979. Il s'agit de l'une des plus belles salles de spectacles au pays.

Musées

- Le Musée Pierre-Boucher
- Le Musée des Ursulines
- Le Musée Québécois de Culture Populaire

Sports

- La ville abrite l'Aréna Fernand-Asselin depuis le 2 janvier 2007
- Championnat provincial junior de petites et grosses quilles (2006)
- Championnat canadien junior et senior de tennis de table 2006 (2006)
- Championnat provincial de baseball midget AA (2006)
- Championnat provincial de Touch Football (2006)
- Méga-rencontre de Paraski et autres Kites avec la WISSA (2006)
- Coupe du Québec de trampoline double mini et rumbling (2006)
- Championnat National KTM sur glace Motos et VTT (2006)
- Triathlon Trimégo du Grand Trois-Rivières (2005)
- Championnat scolaire provincial de football AA (2005)
- Championnat scolaire provincial invitation de Flag-football (2005)
- Championnat canadien de Laser - voile (2005)
- Championnat canadien de baseball midget (2005)
- Championnat canadien de soccer masculin U-16 (2005)
- Championnat national junior de baseball (2004)
- Championnat mondial de curling junior (2004)
- Championnat canadien de soccer féminin (2002)
- Championnat provincial de BMX (2002)
- Championnat canadien de hockey féminin (2001)
- Compétition provinciale en patinage de vitesse (2001)
- 34 Finale des Jeux du Québec, hiver (1999)
- Championnat canadien de boxe " Gants Dorés " (1999)
- Championnat canadien junior de natation (1998)
- Championnat mondial de Yoseikan Budo (1997)
- Championnat de rugby féminin junior de l'Est du Canada
- Championnat mondial de baseball junior (1998)
- Championnat canadien curling junior Pepsi (1993)
- Finale des Jeux du Québec, été (1975 et 1999)
- La ville abrite le Caron et Guay de Trois-Rivières , équipe sénior de la «Ligue Nord-Américaine de Hockey» depuis la saison 2004-2005.

Médias

Journaux

-Le Nouvelliste, journal quotidien
-Le Journal de Trois-Rivières, journal hebdomadaire
-L'Hebdo Journal, journal hebdomadaire
-La Gazette de la Mauricie, journal mensuel

Télévision

- CHEM-TV (Réseau TVA)
- CKTM-TV (Télévision de Radio-Canada)
- CFKM-TV (TQS)
- CANAL VOX
- Télé-Cogeco

Radio

- Radio Énergie 102.3 FM
- Rock Détente 94.7 FM
- Rythme FM 100.1 FM
- CHLN 550 AM - 106.9 FM
- CFOU 89.1 FM (RADIO UQTR)
- Première Chaîne Radio-Canada 96.5 FM
- Espace Musique 104.3 FM

Bibliothèques

-Bibliothèque de La Franciade (Secteur Saint-Louis de France)
-Bibliothèque Aline-Piché (Secteur Trois-Rivières Ouest)
-Bibliothèque Maurice-Loranger (Secteur Cap-de-la-Madeleine)
-Bibliothèque Gatien-Lapointe (Secteur Trois-Rivières)
-Bibliothèque Simone-L.-Roy (Secteur Pointe-du-Lac)

Institutions scolaires

-Université du Québec à Trois-Rivières
-Collège Laflèche
-Cégep de Trois-Rivières
-Séminaire Saint-Joseph

Personnalités liées à la ville

- Jean-Victor Allard, général de l'Armée Canadienne (guerre 1939-45, guerre de Corée)
- Anaïs Allard-Rousseau, co-fondatrice des Jeunesses Musicales du Canada
- Marisol Aubé, animatrice à MusiquePlus
- Léon Balcer, industriel, député et ministre (Chambre des Communes)
- Pierre-Stanislas Bédard, juge, député (Assemblée du Bas-Canada) et patriote.
- Steve Bégin, joueur de hockey
- Jean Béliveau, ex-joueur de hockey
- Richard Béliveau, biochimiste, chercheur en oncologie
- Mathew Bell, homme d'affaires, juge, député et militaire
- Gaston Bellemare, président et fondateur du Festival International de la Poésie de Trois-Rivières.
- Gilles Bellemare, compositeur et chef d'orchestre
- Michel Bergeron, entraîneur
- Guy Bertrand, Radio-Canada, chroniqueur et premier conseiller linguistique de la Société Radio-Canada
- Isabelle Blais, comédienne
- Yves Boisvert, poète
- Pierre Boucher, premier gouverneur des Trois-Rivières (1665) et fondateur de Boucherville. Il fut égalment le premier colon canadien à être anobli par Louis XIV.
- Jacques Bureau, ministre, solliciteur Général du Canada et sénateur (1860-1933)
- Marc Bureau, joueur de hockey
- L'abbé Napoléon Caron, c'est suite à sa proposition que la Société St-Jean Baptiste a institué le concours (1880) à l'issue duquel on créa l'hymne national (Ô Canada de Calixa Lavallée et Basile Routhier)
- Stéphanie Crète-Blais, comédienne
- Hélène Desjardins, écrivaine
- Johanne Despins, animatrice Radio-Canada
- Maurice Duplessis, Premier ministre du Québec.
- Mariette Duval, comédienne
- Ludger Duvernay, éditeur et membre fondateur de la Société St-Jean-Baptiste vécut à Trois-Rivières de 1817 à 1827. Il édita, entre autres, La Gazette de Trois-Rivières et La Minerve.
- Madeleine Ferron, femme de lettres
- Yves Gabias, juge et ministre (sous Jean-Jacques Bertrand)
- Roger Gaudreault, sculpteur dont les oeuvres sont connues au Québec, mais également à Taiwan et en Tasmanie
- Rodolphe Girard, journaliste et écrivain (Marie Calumet) décédé en 1956
- Gérald Godin, poète et ministre du Parti québécois
- Ezekiel Hart, premier juif à être élu à l'Assemblée Législative du Bas-Canada et, par le fait même, premier juif à faire partie d'un parlement de l'Empire Britanique
- Jacques Hétu, musicien, compositeur
- Steve Hill, guitariste de blues
- Le père Frédéric Jansoone, franciscain béatifié en 1988 par Jean-Paul II
- Pauline Julien, chanteuse, compositrice, actrice québécoise
- Alexis Klimov, philosophe, écrivain et poète
- Jacques Lacombe, chef d'orchestre
- Jacques Lacoursière, historien
- Rita Lafontaine, Comédienne
- Jean Lafrenière, poète
- Armour Landry, photographe et historien
- Suzanne Langlois, Comédienne
- Raymond Lasnier, peintre y a fait sa vie active et y est décédé
- Pierre Gaultier de Lavérendrye, découvreur, il explora le territoire entre Winnipeg et les montagnes Rocheuses
- Félix Leclerc a aussi travaillé dans une station de radio de Trois-Rivières.
- Josianne Levasseur, patineuse et gymnaste faisant carrière avec le Cirque du Soleil ("O") et le Cirque Eloize en Europe et aux États-Unis
- Pierre Mailloux, psychiatre
- Guy Marchamps, poète et animateur littéraire
- François Massicotte, humoriste
- Wilson O'Shaughnessy, Directeur général de Trois-Rivières de 1971 à 1985
- Louise Pellerin, hautboiste faisant carrière en Europe
- Michèle-Barbara Pelletier, comédienne
- Roméo Pérusse, artiste de variétés
- Cédrika Provencher, jeune fille de 10 ans disparue depuis le 31 juillet 2007
- Colette Provencher, Présentatrice TVA
- Jean Provencher, historien
- Ghyslain Raza, phénomène internaute connu sous le surnom de Star Wars Kid
- Ringuet, médecin, écrivain (
Trente arpents'') et diplomate (ambassadeur du Canada au Portugal), son véritable nom est Philippe Panneton (1895-1960)
- Pierre Sévigny, joueur de hockey (LNH)
- Benjamin Sulte, écrivain, historien et militaire
- Jean-Guy Talbot, ex-joueur de hockey, aréna portant son nom.
- Albert Tessier, prêtre et pionnier du cinéma québécois (1895-1976)
- Joseph-Adolphe Tessier, avocat, maire de Trois-Rivières et ministre (sous Lomer Gouin)
- Marie-Hélène Thibeault, comédienne
- Claude Thompson, prêtre, musicien et pédagogue, fondateur de l'École des Petits Chanteurs de Trois-Rivières et des Pueri Cantorum.
- Fabiola Toupin, chanteuse
- Le duo Tricot Machine, Catherine Leduc et Matthieu Beaumont
- Les 3 écrivains à Trois-Rivières, Michel Châteauneuf, Frédérick Durand et Pierre Labrie
- Marie-Christine Trottier, chroniqueuse culturelle Radio-Canada
- Manu Trudel, auteur-compositeur-interprète
- Denis Vaugeois, historien et ministre
- Denis-Benjamin Viger, parlementaire, député de Trois-Rivières, patriote de 1837-38
- Henri Wittmann, linguiste

Municipalités limitrophes

Sources

-
-
-

Voir aussi

- Magoua
- Chaouin ==
Sujets connexes
Albert Tessier   Alexis Klimov   Algonquin   Algonquins (tribu)   Anaïs Allard-Rousseau   Antoine Polette   Arthur Bettez   Arthur Rousseau   Arthur Turcotte   Aréna Fernand-Asselin   Atchez Pitt   Bas-Canada   Batiscan   Beaux-Arts   Bell   Benjamin Sulte   Bécancour   CFOU-FM   CHLN (AM)   Calixa Lavallée   Canada   Cap-de-la-Madeleine   Cathédrale de l'Immaculée-Conception de Trois-Rivières   Champlain (Québec)   Chaouin   Claude Thompson   Claude de Ramezay   Cégep de Trois-Rivières   Denis-Benjamin Viger   Denis Vaugeois   Diocèse de Trois-Rivières   Domtar   Espace Musique   Fabiola Toupin   Fleuve Saint-Laurent   Flottage du bois   Forges du Saint-Maurice   Francheville (municipalité régionale de comté)   Français   François Massicotte   Frederick Haldimand   Frédéric Jansoone   Frédérick Durand   Félix Leclerc   Gaston Bellemare   Gilles Bellemare   Gouvernement   Guy Marchamps   Gérald Godin   Henri-Gédéon Mailhot   Henri IV   Henri Wittmann   Holmes   Isabelle Blais   Jacques Buteux   Jacques Cartier   Jacques Hétu   Jacques Lacombe   Jacques Lacoursière   Jean-Victor Allard   Jean Béliveau   Jean Lafrenière   Jean Provencher   Jeux du Québec   John Lees   John McDougall   Joseph-Adolphe Tessier   Joseph-Alfred Mongrain   Joseph-Édouard Turcotte   Krach   Kruger   La Minerve   Laurent Paradis   Le Nouvelliste (Trois-Rivières)   Louis-Charles Boucher de Niverville   Louis-Philippe Normand   Ludger Duvernay   Léon Balcer   Madeleine Ferron   Magoua   Manu Trudel   Marc Bureau   Mathew Bell   Maurice Duplessis   Mauricie   Michel Bergeron   Michel Châteauneuf   Michèle-Barbara Pelletier   Montréal   Municipalité régionale de comté   Nicolet   North Shore Power Company   Notre-Dame-du-Mont-Carmel   Nérée LeNoblet Duplessis   Pacifique Du Plessis   Parti québécois   Pauline Julien   Pierre-Benjamin Dumoulin   Pierre-Stanislas Bédard   Pierre Boucher   Pierre Boucher (explorateur)   Pierre Labrie   Pierre Mailloux   Pierre Sévigny   Pierre de Rigaud de Vaudreuil   Pont Bailey   Pont Laviolette   Première Chaîne   Prix Vincent-Massey   Québec   Québec (ville)   Radio Énergie   Ralph Burton   Richard-Stanislas Cooke   Richard Béliveau   Ringuet   Rita Lafontaine   Rivière Saint-Maurice   Rodolphe Girard   Roméo Pérusse   Réseau TVA   Saint-Louis-de-France   Saint-Maurice (Québec)   Saint-Étienne-des-Grès   Samuel de Champlain   Steve Bégin   Suzanne Langlois   Sévère Dumoulin   Three Rivers Traction Company   Traité de Paris (1763)   Télesphore-Eusèbe Normand   Télévision Quatre-Saisons   Télévision de Radio-Canada   Université du Québec   Université du Québec à Trois-Rivières   Victor Bourgeau   Ville   Yamachiche   Yves Boisvert   Yves Gabias   Yves Lévesque  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^