Canadiens de Montréal

Infos
Le Canadien de Montréal est une équipe professionnelle de hockey sur glace évoluant dans la ville de Montréal, au Québec (Canada). Ils sont membres de la Division Nord-Est de la Conférence de l'Est de la Ligue nationale de hockey (LNH). Bien que le nom le plus utilisé pour désigner cette équipe soit les « Canadiens de Montréal », son nom officiel est le « Club de Hockey Canadien ». Il y a une multitude d'autres manières d'appeler cette équipe, s
Canadiens de Montréal

Le Canadien de Montréal est une équipe professionnelle de hockey sur glace évoluant dans la ville de Montréal, au Québec (Canada). Ils sont membres de la Division Nord-Est de la Conférence de l'Est de la Ligue nationale de hockey (LNH). Bien que le nom le plus utilisé pour désigner cette équipe soit les « Canadiens de Montréal », son nom officiel est le « Club de Hockey Canadien ». Il y a une multitude d'autres manières d'appeler cette équipe, soit : le Canadien, le Bleu-blanc-rouge, le Tricolore, les Glorieux, les Habs (pour « habitants »), le CH, le Grand Club ou la Sainte-Flanelle (qui désigne l'uniforme). Fondé en 1909, le Canadien de Montréal est la plus ancienne équipe de la LNH et fait partie du groupe de formation de cette ligue nommé Original Six. Cette équipe a remporté plus de Coupes Stanley (24) que n'importe quelle autre équipe de la ligue, soit beaucoup plus que les Maple Leafs de Toronto, la seconde équipe la plus titrée de la LNH avec une récolte de treize Coupes Stanley. Du point de vue pourcentage, en 2006, cela fait du CH la troisième plus glorieuse, tous sports professionnels confondus en Amérique du Nord, ayant remporté 25, 3% de tous les championnats. Seuls les Celtics de Boston (26, 7%) et les Yankees de New York (25, 5%) ont un meilleur pourcentage de réussite. Les Canadiens de Montréal disputent leurs matches à domicile au Centre Bell , auparavant dénommé le Centre Molson jusqu'en 2003. Le précédent endroit où le Canadien jouait se nommait le Forum de Montréal. Il a été considéré comme un véritable temple du hockey par les amateurs de hockey du monde entier et a reçu les équipes adverses durant sept décennies ainsi que toutes les Coupes Stanley remportées par le CH sauf deux.

Dynastie de la LNH

Cette équipe a remporté vingt-quatre Coupes Stanley, un record de la LNH. Elle détient aussi le record inégalé de cinq Coupes Stanley consécutives , de 1956 à 1960, exploit qu'elle a failli répéter de 1965 à 1969 avec quatre championnats. Elle gagna aussi une autre série de quatre coupes d'affilée (de 1976 à 1979), ce moindre record étant plus tard égalé par une seule autre équipe, les Islanders de New York entre 1980 et 1983. Il s'agit donc de l'équipe la plus renommée de toute la LNH, sous plusieurs aspects. Statistiques à l'appui, le Canadien arrive bon premier du côté des assistances totales, et ce depuis 1996 (hormis une saison où le Canadien termine deuxième derrière les Red Wings de Détroit), l'année de l'inauguration du Centre Molson, qui est devenu le Centre Bell, le plus grand aréna de hockey en Amérique du Nord.

Genèse du Club de Hockey Canadien

Contexte précurseur

1910-1911. À l'époque de la naissance du hockey, les étudiants canadiens français commencèrent à pratiquer le hockey, en compagnie des Irlandais qui partageaient les mêmes établissements scolaires catholiques de Montréal. Toutefois, ce fut un début difficile, les francophones étant peu ou pas acceptés par les dirigeants d'équipes et de ligues exclusivement anglophones. Les liens entre Irlandais et Canadiens français étaient cependant demeurés forts, et jouèrent un rôle déterminant dans l'acceptation des francophones au sein des ligues montréalaises. Leur équipe, les Shamrocks de Montréal, a toujours milité en faveur d'une équipe canadienne française dans les rangs du hockey sénior. En 1884, un groupe d'hommes d'affaires francophones fondait Association Athlétique d'amateurs Nationale, par la suite plus simplement appelée le National : une équipe exclusivement composée de joueurs francophones. Ce n'est qu'à partir de 1905 que les autres équipes commencèrent à accepter les francophones au sein de leurs organisations.

Naissance du CH et genèse de la LNH

En 1909, la principale ligue de hockey venait de devenir la Canadian Hockey Association (CHA), suite à la dissolution de l'ECHA (Eastern Canada Hockey Association). Sa situation était cependant nébuleuse : dans la même réunion du CHA où l'on a réadmis le National au sein de la ligue, les Wanderers en ont été expulsés, leur propriétaire voulant que tous les matches se jouent à l'aréna Jubilée (qu'il possédait aussi). D'autre part, une équipe de Renfrew voulait se joindre à la ligue durant cette année, mais elle a été refusée. Naissance du CH — Les représentants des deux équipes laissées de côté par la CHA, le Renfrew et les Wanderers, se sont alors rencontrés à l'Hôtel Windsor de Montréal afin de former une nouvelle ligue : la National Hockey Association (NHA), précurseure de la Ligue nationale de hockey (LNH). Ironiquement, cette réunion se tenait dans la chambre voisine de celle où avait lieu la réunion de la CHA. 1913 à 1917. C'est à ce moment qu'une nouvelle ère dans l'histoire du hockey commença, en corrélation avec l'influence du Canada français sur ce sport. Durant cette réunion, le Renfrew était représenté par John Ambrose O'Brien, homme riche et ambitieux possédant aussi une autre ligue dans le nord de l'Ontario. Afin d'attirer des spectateurs à l'aréna Jubilée, les Wanderers ont proposé une nouvelle équipe francophone, qui devait se nommer les Canadiens, et avancèrent le nom de Jean-Baptiste Laviolette pour que ce dernier la mette sur pied. Celui-ci pouvait compter dès lors sur l'aide financière d'O'Brien afin de bâtir sa nouvelle équipe et d'être en mesure de disputer au National les meilleurs joueurs francophones du Québec; cette guerre de contrats dura un an, puis se termina finalement par une fusion du National au sein du Canadien, le 15 janvier 1910. Au début de l'équipe, les journaux francophones croyaient qu'O'Brien avait fait cet investissements dans le seul but de faire un coup de marketing ou pour faire de l'argent et nul ne se doutait des futurs succès du Canadien. Une assise définitive — Depuis qu'il avait acquis les Canadiens, O'Brien maintenait qu'il voulait que l'équipe soit cédée à un entrepreneur francophone aussitôt que cela serait possible. Cependant, à l'été 1910, le Club athlétique Canadien poursuivait O'Brien en justice à propos de l'utilisation du nom. Dans un règlement hors cour, le club fit l'acquisition de l'équipe, qu'il posséda jusqu'en 1921, année où elle fut vendue suite au décès de son gérant George Kennedy.

Contes et légendes : le CH mythique

Les Flying Frenchmen sur le chemin de la gloire

1926 à 1953. À l'origine, ce club était majoritairement composé de Canadiens français, chose visée lors de sa genèse, d'où son nom de Canadiens de Montréal. En effet, ce sont les francophones qui étaient alors étiquetés comme Canadiens, une allégeance coloniale à la couronne Britannique étant encore très forte du côté anglophone. C'est aussi pour cette raison que les couleurs officielles du club sont le bleu-blanc-rouge : le « Tricolore », symbole rappelant aux supporteurs francophones la filiation de l'équipe avec les origines françaises du peuple « canadien ». Le but : créer un nouveau club de hockey pouvant rivaliser avec les Wanderers de Montréal du quartier McGill College, bastion anglophone de l'époque (ce qui n'est plus le cas de nos jours)... Bien entendu, plusieurs joueurs anglophones marquèrent la gloire de cette équipe à ses débuts (ainsi que les débuts de la LNH), notamment Howie Morenz et Joe Malone, autant que plus tard avec les Frank et Pete Mahovlich, Steve Shutt, Ken Dryden, Larry Robinson, Dickie "Digger" Moore, Doug Harvey, Bob Gainey, Toe Blake, Elmer Lach, l'entraîneur Scotty Bowman, pour ne nommer que les plus connus. Les grandes équipes du Club de Hockey Canadien de Montréal, virent ses hordes de francophones dominer les autres équipes par leur vitesse et leur habileté. Rappelons que le hockey sur glace représentait alors l'une des rares portes offertes aux Canadiens français de l'époque, leur permettant de s'affranchir d'un statut de citoyen de seconde classe qui leur était attribué; de s'affirmer jusqu’à la limite de l'émancipation sociale, et ce en se dirigeant vers la Révolution tranquille qui marqua le début des années 1960. Bref, c'est ainsi que naquirent les légendaires et mythiques Flying Frenchmen (français volants) du CH, des « conquérants » longtemps redoutés à travers la LNH jusqu'au jour où le privilège bien avantageux d'obtenir le premier choix québécois à chaque début de saison fut retiré au CH dans les années 1970. Sous l'inspiration du fougueux Maurice the Rocket (la fusée) Richard, puis plus tard celle des autres Flying Frenchmen menés par Jean La Classe Béliveau (dit aussi Le Gros Bill), Yvan Cournoyer, le Démon Blond Guy Lafleur et le Big Three, la plus célèbre dynastie du hockey fit sa place parmi les moments mémorables du sport moderne.

La Coupe Stanley veut Montréal

En 1947, après le 5 match, la série finale entre le Canadien et les Maple Leafs de Toronto se transporte à Toronto avec les Leafs en avant 3-2. Malheureusement pour eux, la Coupe Stanley fut oubliée à Montréal, et les Leafs ont été privé de cette dernière pour célébrer leur triomphe après leur victoire dans le 6 match. Le célèbre trophée annonçait ses couleurs pour les décennies à venir...

Maurice Richard, la fierté d'un peuple

Maurice Richard , aussi appelé le Rocket ou Monsieur Hockey, fut l'un des joueurs les plus marquants du hockey. Aux États-Unis, on parle de lui comme étant le Babe Ruth de son sport. Il fut adulé dans toutes les villes de hockey nord-américaines, grâce à sa vision unique du jeu et son talent surprenant, seule sa présence suffisait à remplir les amphithéâtres : à New York au Madison Square Garden, le gros Earl Seibert s'accroche à ses épaules afin de le ralentir et éventuellement le faire tomber, mais le Rocket réussi néanmoins à le traîner ainsi jusqu'au but de Harry Lumley, en maniant son bâton (et la rondelle) d'une seule main, pour finalement terminer cette chevauchée par un but ; son fameux combat contre le rude Bob Dill; son but marqué en se traînant sur les genoux contre le gardien Emile Francis des Blackhawks de Chicago alors qu'il tirait deux défenseurs adverses accrochés à lui depuis la ligne bleue ; ses huit points obtenus dans un match après avoir passé une journée éreintante à déménager des meubles , établissant un nouveau record de LNH pour le plus grand nombre de points en un match (huit : cinq buts et trois passes); sa résurrection suite à une commotion cérébrale subie lors d'un match qui lui permit à la toute fin de marquer le but donnant la victoire de la série demi-finale contre les Bruins de Boston ... Il fut le tout premier joueur à marquer cinquante buts en cinquante matches, d'où le fait que le trophée remis au meilleur buteur de la LNH durant la saison porte son nom. Aux côtés de ses coéquipiers Elmer Lach et Toe Blake, il était le pilier de la glorieuse Punch Line, la plus célèbre et spectaculaire ligne d'attaque de la LNH. Vedette populaire de la Grande Noirceur et victime de son époque, il devient malgré lui porte-étendard de l'émancipation des Québécois. À travers ses actes qualifiés d'héroïques, Maurice Richard a su influencer les Canadiens français de l'époque en leur fournissant une source d'inspiration leur permettant d'envisager une dignité nouvelle que le climat social de jadis leur refusait. L'émeute, premier pas vers la Révolution tranquille — Le 5 mars 1955, le président de la ligue, Clarence Campbell, impose à Richard une suspension qui l'empêcha de participer aux séries éliminatoires. Deux jours plus tard, Campbell se présente au Forum de Montréal pour assister à un match du Tricolore. S'éveille alors une rumeur grandissante dans tout le Forum : la foule ne pardonnait pas à Campbell d'avoir puni si sévèrement son idole et considérait sa présence au match (annoncée sur un ton de défi) telle une arrogance élitiste. L'étincelle mit le feu aux poudres : une bombe lacrymogène fut alors lancée en sa direction, forçant les policiers à faire évacuer le Forum . Par la suite, des gens saisirent cette occasion pour renverser et brûler des voitures, fracasser les vitrines des commerces, et piller cette « zone de l'exploiteur » que représentait l'ouest de la rue Sainte-Catherine à leurs yeux. Montréal n'avait pas vécu de telles scènes depuis les manifestations contre la conscription. Dès lors confronté aux excès populaires que le contexte social provoquait, le peuple s'éveilla et se mit en marche vers la Révolution tranquille après qu'un groupe d'artistes, Les Automatistes , eut mis la table à l'aide d'un manifeste intitulé Refus Global , dont Maurice Richard était l'un des éléments déclencheurs. Bien malgré lui, et lors d'une soirée de hockey, dans un amphithéâtre de sport, Maurice Richard lance un appel au calme à la radio .

Jacques Plante : le gardien masqué

Jacques Plante et son fameux masqueOutre la manière innovatrice de jouer au hockey, la plus spectaculaire des innovations du CH pourrait être le port du masque protecteur rigide pour gardien de but, mis de l'avant par le cerbère Jacques Plante à la fin des années 1950, années où le CH gagna cinq Coupes Stanley consécutives (durant les dernières années de Maurice Richard). Jacques Plante étendu, suite à l'accident qui le poussa à porter un masqueNew York, Madison Square Garden, le 1 novembre 1959. Un tir foudroyant du joueur de centre Andy Bathgate fracture le nez de Jacques Plante. Heureusement, aux portes de la pause entre deux périodes du jeu, ce dernier peut retourner au vestiaire et s'y fait poser de nombreux points de suture afin de refermer la plaie ouverte. À cette époque, les gardiens de but ne portaient pas encore de masque protecteur car on croyait que ceux-ci nuiraient à leur vision. Seul Plante l'utilisait durant les séances d'entraînement. À sa sortie de la clinique, Plante interpella son entraîneur, Toe Blake, et lui mentionna qu’il reviendrait dans la joute sous condition d’utiliser son masque (à l’époque chaque équipe ne possédait qu’un seul gardien de but régulier). Alors Toe, qui ne voulait rien entendre depuis près de quatre saisons, n’eut d’autre choix que d’accepter sa demande. Le Canadien est revenu de l’arrière pour remporter la joute ainsi que les onze rencontres suivantes, pour finalement remporter la Coupe Stanley au terme de la saison. Par la suite, plus jamais on a demandé à Plante d’enlever son masque, les adversaire en étant d'ailleurs intimidés. Une légende était née...

Boom-Boom, voici le lancer-frappé

Si Jacques Plante est reconnu comme l'instigateur du masque pour gardien de but, tous reconnaissent que c'est Bernard Geoffrion qui a inventé le lancer-frappé (Slapshot) . Effectivement, lors d'un match où Geoffrion était frustré de rater la cible avec des lancers du poignet et des lancers du revers, il se met à frapper la rondelle comme si c'était une balle de golf. Le résultat fut que la rondelle fusa vers le filet pour finalement marquer un but, ce qui médusa tous les spectateurs présents au match! Une nouvelle manière foudroyante de lancer une rondelle de hockey venait de naître. Alors que Geoffrion pratiquait ses lancers pendant un entraînement au Forum, un journaliste du journal The Gazette nommé Charlie Moore épiait ses gestes. Après avoir entendu le son des lancers frappés de Geoffrion, un son lorsqu'après l'élan arrière, le bâton frappe la glace au contact de la rondelle (un premier "Boom"), puis un autre lorsque la rondelle percute la bande de bois en bout de parcours (un second "Boom"), Moore lui colla dès lors le sobriquet de « Boom Boom Geoffrion », qui devint plus tard Le Boomer.

Le Forum de Montréal, Temple du Hockey

Le Forum de Montréal fût construit en 1924 pour les Maroons de Montréal, l'équipe anglophone de la ville. Vers la fin des années trente, les Maroons quittent la scène montréalaise et le Forum devient le domicile de Canadiens, l'équipe francophone de Montréal. Les Canadiens gagneront vingt-deux de leurs vingt-quatre Coupes Stanley dans ce prestigieux aréna. Le Forum verra évoluer les Howie Morenz, Aurel Joliat, Toe Blake, Maurice Richard, Jacques Plante, Bernard Geoffrion, Ken Dryden et plusieurs autres. Le fameux édifice ferma ses portes le 11 mars 1996 après une victoire des Canadiens sur les Stars de Dallas. Il est aujourd'hui converti en centre commercial comportant plusieurs salles de cinéma et s'appelle désormais le Forum Pepsi.

Les Super Séries de 1975

L'inoubliable 31 décembre 1975 : le CSKA Moscou contre le Canadien de Montréal. Le rouge-bleu-blanc contre le bleu-blanc-rouge, les deux meilleurs clubs de hockey au monde à cette époque . Envisagé par plusieurs comme du plus grand duel de l'histoire du hockey, ce fut un match d'anthologie dont on se souvient encore plusieurs décennies plus tard. Le hockey à son meilleur, tout en finesse et rapidité, viril mais sans animosité comme ce fut le cas lors des rencontres précédentes entre les autres équipes de la LNH et les Soviétiques (particulièrement aux États-Unis). Trois jours plus tôt, le club de l'Armée rouge a aisément vaincu les Rangers de New York 7 à 3. En pleine Guerre froide, le match revêt dès lors un certain caractère politique : pour les joueurs des deux meilleures équipes au monde, il est impératif de gagner , et à talent brut contre talent brut, tous se préparaient à vivre une grande soirée de hockey . Ce qui est considéré comme l'un des plus beaux matches de l'histoire n'a pas fait de vainqueur (une nulle de 3 à 3), mais continue d'alimenter les discussions dans les salons et les bars trente ans plus tard. Yvan Cournoyer et Vladislav Tretiak, auteur de trente-cinq arrêts, furent choisis joueur par excellence de leur camp respectif. Aux yeux de l'entraîneur Viktor Tikhonov, Bob Gainey est cependant le joueur le plus complet au monde. Déjà couronnée championne en 1971 et 1973, en cette veille du Jour de l'An, Montréal s'apprêtait à vivre une séquence de quatre conquêtes consécutives de la Coupe Stanley, un exploit que seule son équipe a pu accomplir par le passé .

René Lecavalier et Dick Irvin : les voix du CH

Alors que le hockey était présenté seulement à la radio, le poste télévisé francophone de Radio-Canada présente le premier match télévisé de l'histoire du hockey au Canada. Au Forum, à partir de 1952 jusqu’à sa retraite en 1982, c'est René Lecavalier qui commente les matches du Canadien pour Radio-Canada . C'est Lecavalier qui francisa le hockey en développant, en français, des mots propres au hockey (hors-jeu, mise en échec, etc.). Chez la CBC, la version anglaise de Radio-Canada, c'est Dick Irvin qui couvre les matches du Canadien avec l'émission « Hockey Night in Canada » . En fait, Irvin a voyagé avec le Canadien durant plus de trente ans en tant que leur commentateur radio et a couvert près de 3000 matches à la télévision et à la radio. Avec l'avènement du hockey télévisé, de plus en plus de personnes peuvent savoir à quoi ressemble un match de hockey professionnel puisqu'ils peuvent regarder le hockey sur glace à la télévision, ce qui provoque la faillite de certaines équipes amateures des régions pour lesquelles l'assistance baisse de manière fulgurante.

Le Démon Blond Guy Lafleur

Guy Lafleur est le tout premier joueur de la LNH à marquer plus de cinquante buts en une saison durant six années consécutives. Il fut le pilier de l'équipe de Montréal qui remporta quatre Coupes Stanley d'affilée entre 1975-1976 et 1978-1979. Outre ses nombreux jeux dignes d'anthologie, il fit les manchettes avec Mireille Mathieu, sa chanteuse préférée (Mme Mathieu semblait apprécier ce sport rapide et viril) : cette dernière, assistant à un match au Forum de Montréal et ne pouvant plus se contenir, vint presque à enjamber la bande afin de donner un bisou à cet athlète qu'elle admirait tout autant... Guy Lafleur marqua trois buts ce soir là, un tour du chapeau en toute révérence de gentleman. On a volé la Coupe Stanley : le Démon Blond démarre une nouvelle tradition. Durant la saison de1979, tout de suite après la parade dans les rues de Montréal célébrant la victoire de la Coupe Stanley, Lafleur prit cette dernière et parti en voiture sans avertir le responsable officiel. Lafleur se présenta à la maison de ses parents à Thurso, et plaça la coupe sur le parterre à l'avant de la maison où tous les gens pouvaient venir se faire photographier en sa compagnie. Guy Lafleur rendit la Coupe Stanley plus tard ce soir là, et reçu un avertissement de la part de la ligue lui ordonnant de ne plus recommencer. Dès ce jour, chaque joueur et membre de l'organisation de l'équipe gagnante a le droit de disposer de la Coupe Stanley à sa guise durant deux jours, dont la présenter à son village, sa ville natale, son lieu de résidence. Elle fut déjà transportée aux plus hautes cimes des montagnes rocheuses canadiennes par un joueur et visita plusieurs contrées d'Europe de l'Est.

Les fantômes du Forum

Les fantômes font partie d'un petit groupe très sélect de joueurs qui « hanteraient » le Forum de Montréal, mais qui selon certains, n'ont pas encore déménagé vers le Centre Bell. Ce groupe serait effectivement composé de Georges Vézina, Newsy Lalonde, Joe Malone, Howie Morenz, Aurel Joliat, Hector « Toe » Blake, Bill Durnan, Jacques Plante, Doug Harvey, Dickie Moore, Maurice Richard et plus tard Jean Béliveau dit « le Gros Bill », Serge Savard dit « le Sénateur », Henri Richard le « Pocket Rocket » (fusée de poche) : ces derniers visitaient souvent le Forum à différents moments, surtout lors des séries éliminatoires. De par l'habitude qu'avaient les plus grands joueurs de l'histoire de venir épauler les plus jeunes, c'est aussi à eux et tous les autres « Glorieux » de l'équipe que fait référence le fameux verset gravé dans le bronze au centre de la chambre des joueurs : Nos bras meurtris vous tendent le flambeau, à vous toujours de le porter bien haut... Les effigies de tous les joueurs de l'histoire du CH admis au Temple de la renommée du hockey y sont aussi gravées dans le bronze, juste au-dessus de l'inscription. La plus grande victime des fantômes du Forum fut le coloré entraîneur des Bruins de Boston, Don Cherry. À son grand désarroi, son équipe (les Maple Leafs de Toronto) ne réussissait jamais à vaincre le Canadien de Montréal durant les séries éliminatoires pour la Coupe, et toujours le Canadien arrivait à éclipser l'excellence de Boston, la plus grande rivalité de la LNH à l'époque.

Le CH, terreau pour gardiens de but

Le Canadien a souvent su profiter d'un excellent entraîneur pour gardiens de but, tel Roland Melanson. Ainsi pourvu d'un tel atout, le Canadien de Montréal a toujours pu compter sur un solide gardien de but pouvant le mener loin durant la saison régulière mais surtout dans les séries éliminatoires, lorsque chaque match est excessivement important pour accéder à la ronde suivante. De plus, les bons gardiens du Tricolore lui ont souvent permis de sauver les meubles lorsque les parties commencaient à mal tourner pour l'équipe, puisque le gardien de but est souvent le joueur qui peut faire la différence pour sceller l'issue d'un match.

Les 100 ans de l'organisation

Les Canadiens de Montréal ont dévoilé le logo de leur centenaire, qui sera célébré en 2008-2009. Le décompte du centenaire est commencé et les dirigeants ont annoncé plusieurs événements spéciaux pour souligner les cent ans du Club de hockey Canadien. L'organisation retirera une série de chandails, dont cinq qui ont été retirés depuis 2005-2006. Si tout va pour le mieux pour les Canadiens, le calendrier 2009 sera fort chargé. Un film de deux heures sur l'histoire de Canadien sera réalisé au coût de cinq millions de dollars pour souligner l'événement. Celui-ci devrait sortir dans les salles à l'automne 2008. L'équipe a présenté sa candidature pour l'organisation du Championnat mondial junior 2009, débutant à la fin décembre 2008 et se prolongeant au début de janvier 2009. Finalement, c'est la ville d'Ottawa qui fut choisie. Le 23 janvier 2007, le commissaire Gary Bettman annonce que le club va organiser le Match des étoiles 2009. Ils veulent aussi organiser la séance de repêchage amateur de la même année. La dernière fois que Montréal avait été l'hôte du match des étoiles était en 1993, et la séance de repêchage en 1992, soit la même année que leur dernière conquête de la Coupe Stanley.

Logo, uniforme et mascotte

Logo

Un des plus vieux et reconnaissables des logos d'équipes sportives, le classique « C » et « H » des Canadiens de Montréal a été utilisé pour la première fois durant la saison 1917-1918, après avoir évolué sous sa forme actuelle en 1952-1953. Une erreur fréquente concernant ce logo par plusieurs partisans est de croire que le « H » signifie Habs, mais en fait, il est l'initiale de « Hockey », comme dans le « Club de Hockey Canadien », le nom officiel de l'équipe. Le nom original de l'équipe était auparavant « Club Athlétique Canadien », ce pourquoi le « H » du logo actuel était auparavant un « A » de 1913 à 1917.

Uniforme

Les couleurs actuelles du Canadien sont: le bleu, le blanc et le rouge. Elles peuvent toutes être vues que ce soit sur le chandail porté à la maison, le chandail porté sur la route ou le troisième chandail. Le chandail porté à la maison, qui était le chandail porté sur la route jusqu'en 2003 lorsque la LNH a décidé d'inverser les deux gilets, a une prédominance pour la couleur rouge. Il y a quatre lignes bleues et blanches, une sur chaque bras, une sur le torse et une sur le ventre. Le principal chandail porté sur la route est du même modèle que le chandail original de l'équipe, de couleur blanche avec un logo similaire, excepté que les trois lignes sont bleues et rouges, avec une seule ligne rouge terminant chaque manche. Le troisième chandail est majoritairement blanc et incorpore un mélange des deux autres gilets, avec seulement une ligne blanche sur le ventre, et une rouge à la fin de chacune des manches. Les épaules ont aussi recouvertes de rouge. Les fameuses couleurs du Canadien de Montréal sont une partie important de la culture des Canadiens français. Dans le conte « Le chandail de hockey », écrit par Roch Carrier, le chandail du principal rival du CH, les Maple Leafs de Toronto, est accidentellement donné à un jeune homme québécois. Un extrait de ce conte se retrouve sur le billet de cinq dollars canadien : Les hivers de mon enfance étaient des saisons longues, longues. Nous vivions en trois lieux: l’école, l’église et la patinoire; mais la vraie vie était sur la patinoire. Puisque cette équipe possède une histoire assez riche , son chandail est souvent présenté par plusieurs par le nom de « La Sainte-Flanelle » (un synonyme de chandail béni).

Mascotte

Depuis la saison 2004-2005, les Canadiens ont adopté une créature poilue et orangée nommée « Youppi » comme mascotte officielle, leur première mascotte à vie. Youppi a été une mascotte durant de nombreuses années pour les Expos de Montréal, une ancienne équipe de baseball montréalaise qui a déménagé à Washington D.C. en 2004 sous le nom des Nationals. Avec ce changement de ligue, Youppi est devenue la première mascotte travaillant pour une équipe de sport professionnel à accomplir un tel exploit.

Les arénas

Les Canadiens de Montréal ont élu domicile dans cinq arénas différents au cours de leur longue histoire.
-L'aréna Jubilée : Situé dans le quartier Hochelaga, cet aréna a été celui ayant accueilli les Canadiens lors de leur premier match en 1909. À l’époque, le Jubilée était considéré comme l’un des plus beaux et des plus spacieux aréna. La construction de cet édifice s'est terminée le 12 décembre 1908, soit un an à peine avant la création du Canadien. Cet aréna a été détruit par le feu en 1919, dû à un problème électrique, et ne fut jamais reconstruit.
-L'aréna de Westmount : Situé dans le quartier Westmount, cet aréna a été construit en 1898 et pouvait contenir deux fois plus de personnes que le Jubilée (6000 places assises au lieu de 3000). Le Canadien commence à y jouer au début de la saison 1910-1911 et y joue durant huit saisons. Il y remportera sa première Coupe Stanley en mars 1916 contre les Rosebuds de Portland. Cet aréna était partagé avec les Wanderers de Montréal. À l'instar du Jubilée, l’aréna de Westmount connu une fin tragique le 2 janvier 1918 alors qu’il fut anéanti par le feu. Toutefois, la raison de l'initiation de l'incendie ne fut jamais déterminée. L'aréna ne fut pas reconstruit et le CH retourna jouer au Jubilée durant un an.
-L'aréna Mont-Royal : Dû à la perte des deux domiciles possibles du Canadien, l’aréna Mont-Royal est construit en l’espace de trois mois seulement. Il est situé au centre-ville de Montréal (au coin des rues Mont-Royal et St-Urbain), et peut accueillir jusqu’à 8000 personnes assises. Caractéristique spécifique à cet aréna : une glace artificielle y fut installée pour la première fois en 1924. Toutefois, puisque les rénovations ont pris du retard, lors de l'inauguration de la saison 1924-1925 il n'y avait pas de glace et le CH dû aller inaugurer un nouvel aréna : le Forum de Montréal. Façade du Centre Bell sur la rue de La Gauchetière.
-Le Forum de Montréal : Avec une capacité de 9300 places assises, le Forum était considéré à l’époque comme étant l’édifice le plus adéquat pour les matchs de hockey et faisait l'envie de plusieurs équipes de hockey sur glace. Avant que les Canadiens ne s'y établissent le 29 novembre 1924, cet aréna servait déjà de domicile aux Maroons de Montréal. La première version du Forum était surnommée la patinoire du Montagnard et sa construction a été complétée au coût de 1, 25 millions de dollars en environ cinq mois, juste à temps pour que le Canadien y dispute son premier match. En 1949, des premières rénovations de l’ordre de 600 000$ y sont effectuées afin de porter la capacité à 13 551 places assises. Puis, en 1968, une deuxième cure de rajeunissement évalué à 9, 5 millions de dollars est entreprise. On ne conservera que la structure, les gradins et les bancs de l’édifice original. On y ajouta une dizaine de loges corporatives, une galerie de presse, des guichets de vente regroupés ainsi qu'un accès par escaliers mobiles. La capacité totale de l'édifice est alors montée à 16 200 places assises. Un total de 22 Coupes Stanley y seront remportées. L’histoire entre le Canadien et le Forum se terminera le 11 mars 1996. Depuis mai 2001, le Forum est devenu un centre de divertissement avec 22 salles de cinéma et a été renommé Forum Pepsi.
-Le Centre Molson/Centre Bell : La construction du Centre Molson débuta à l'été 1993 et fut terminée pour la fin de saison 1995-1996 au coût de 270 millions de dollars. La raison pour laquelle on quitta le Forum pour venir s'installer dans ce nouvel aréna était de de se mettre au même niveau que les autres amphithéâtres beaucoup plus luxueux de la LNH. Le Centre Molson peut accueillir 21 273 personnes assises et compte 135 loges corporatives avec des salons de grand luxe ce qui en fait le plus grand amphithéâtre de hockey de la LNH. Les gradins en hauteur éloignent cependant les spectateurs du jeu et on a dû installer des micros à la hauteur de la patinoire afin que les spectateurs entendent le bruit de la rondelle qui frappe la bande. Il se trouve en plein centre-ville de Montréal sur la rue de la Gauchetière tout près de la gare Windsor et les stations de métro Bonaventure et Lucien L’Allier et est constitué d’un immense réseau de galeries souterraines avec magasins et restaurants. C’est le 16 mars 1996 que le Centre Molson est inauguré avec Pierre Turgeon qui est arrivé au centre de la glace avec le flambeau qui avait été transmis de capitaine en capitaine lors de la fermeture du Forum. Maurice Richard aura le droit à la toute première ovation de l’édifice. C'est durant la saison 2002-2003 que le Centre Molson a changé son nom pour Centre Bell question d’avoir de nouveaux commanditaires dans l’entourage de l’équipe. Étant maintenant établis au Centre Bell, les Canadiens de Montréal semblent y avoir trouvé un domicile qui convient aux exigences du hockey sur glace moderne. L’histoire de ce nouvel édifice reste toutefois à réaliser…

Trophées

Coupe Stanley

Ultime trophée pour une équipe de hockey, la Coupe Stanley est remise au champion des séries éliminatoires de la LNH depuis 1926-1927. Durant toute son histoire, le Canadien a remporté 24 Coupes Stanley:

Trophées d'équipe

Voici la liste des trophées d'équipe remis par la LNH aux équipes ayant accompli des exploits spécifiques ainsi que les années où le Canadien de Montréal a remporté chacun d'eux : Trophée Prince de Galles - Depuis la saison 1993-1994, ce trophée est remis à l'équipe remportant la finale de la Conférence de l'Est durant les séries éliminatoires. Le trophée Prince de Galles est le trophée qui a changé le plus souvent de définition au cours de son histoire. Le Canadien est l'équipe l'ayant remporté le plus grand nombre à vie avec 25 gains et est suivi de loin par les Bruins de Boston avec 15 remises. Trophée Président - Ce trophée est remis à l'équipe ayant accumulé le plus de points au classement général durant la saison régulière. Sa première attribution s'est faite durant la saison 1985-1986. Depuis l'avènement du trophée Président, le Canadien de Montréal ne l'a jamais remporté, toutefois, s'il avait existé depuis le début de la création de la LNH, il l'aurait remporté à 22 reprises. N.B. La Coupe Stanley (voir ci-dessus) fait aussi partie de cette catégorie mais est infiniment plus prestigieuse que tous les autres trophées d'équipe.

Trophées individuels

Voici la totalité des trophées individuels remis par la LNH aux joueurs (excepté le Trophée Jack Adams remis à des entraîneurs) ainsi que ses récipiendaires chez le Canadien de Montréal : Trophée Art Ross - Trophée remis au joueur qui inscrit le plus de points au cours de la saison.
-1948 – Elmer Lach (61 points)
-1955 – Bernard Geoffrion (75 points)
-1956 – Jean Béliveau (88 points)
-1958 – Dickie Moore (84 points)
-1959 – Dickie Moore (96 points)
-1961 – Bernard Geoffrion (95 points)
-1976 – Guy Lafleur (125 points)
-1977 – Guy Lafleur (136 points)
-1978 – Guy Lafleur (132 points) Gagnants avant la création du trophée
-1918 – Joe Malone (44 points)
-1919 – Newsy Lalonde (32 points)
-1921 – Newsy Lalonde (41 points)
-1928 – Howie Morenz (51 points)
-1931 – Howie Morenz (51 points)
-1939 – Toe Blake (47 points)
-1945 – Elmer Lach (80 points) Trophée Bill Masterton - Cette récompense est remise au joueur ayant démontré le plus de qualité de persévérance et esprit d’équipe. C'est l'association des journalistes de hockey professionnel qui donne les votes dans le but d'attribuer ce trophée.
-1968 – Claude Provost
-1974 – Henri Richard
-1979 – Serge Savard
-2002 – Saku Koivu Trophée Calder - Ce trophée récompense le joueur qui a su démontrer des qualités exceptionnelles durant sa première saison en tant que joueur dans la LNH. Pour être éligible, le joueur ne doit pas avoir joué plus de 25 matches dans la saison régulière précédente à celle en cours et pas plus de six matches durant les deux autres saisons précédentes dans aucune ligue professionnelle. Le joueur ne peut pas être âgé de plus de 26 ans.
-1941 – Johnny Quilty
-1952 – Bernard Geoffrion
-1959 – Ralph Backstrom
-1962 – Bobby Rousseau
-1964 – Jacques Laperrière
-1972 – Ken Dryden Trophée Conn Smythe - Ce trophée récompense le meilleur joueur de toute les séries éliminatoires (MVP).
-1965 – Jean Béliveau
-1969 – Serge Savard
-1971 – Ken Dryden
-1973 – Yvan Cournoyer
-1977 – Guy Lafleur
-1978 – Larry Robinson
-1979 – Bob Gainey
-1986 – Patrick Roy
-1993 – Patrick Roy Trophée Frank J. Selke - Trophée remis au meilleur joueur d'avant ayant su démontrer des qualités défensives dans l'aspect de son jeu. C'est l'association des journalistes de hockey professionnel qui donne les votes dans le but d'attribuer ce trophée.
-1978 – Bob Gainey
-1979 – Bob Gainey
-1980 – Bob Gainey
-1981 – Bob Gainey
-1988 - Guy Carbonneau
-1989 – Guy Carbonneau
-1992 – Guy Carbonneau Trophée Hart - Une des plus belles récompenses pour un joueur de la LNH : ce trophée récompense le joueur jugé le plus utile à son équipe durant la saison régulière. C'est l'association des journalistes de hockey professionnel qui donne les votes dans le but d'attribuer ce trophée.
-1927 – Herb Gardiner
-1928 – Howie Morenz
-1931 – Howie Morenz
-1932 – Howie Morenz
-1934 – Aurel Joliat
-1937 – Babe Siebert
-1939 – Toe Blake
-1945 – Elmer Lach
-1947 – Maurice Richard
-1956 – Jean Béliveau
-1961 – Bernard Geoffrion
-1962 – Jacques Plante
-1964 – Jean Béliveau
-1977 – Guy Lafleur
-1978 – Guy Lafleur
-2002 – José Théodore Trophée Jack Adams - Trophée remis à l'entraîneur ayant contribué le plus aux succès de son équipe. Le gagnant est choisi par un vote à travers l'association des diffuseurs.
-1977 – Scotty Bowman
-1989 – Pat Burns Trophée James Norris - Trophée remis au meilleur défenseur de la saison régulière qui a su démontrer qu'il était un maître à sa position. C'est l'association des journalistes de hockey professionnel qui donne les votes dans le but d'attribuer ce trophée.
-1955 – Doug Harvey
-1956 – Doug Harvey
-1957 – Doug Harvey
-1958 – Doug Harvey
-1959 – Tom Johnson
-1960 – Doug Harvey
-1961 – Doug Harvey
-1966 – Jacques Laperrière
-1977 – Larry Robinson
-1980 – Larry Robinson
-1989 – Chris Chelios Trophée King Clancy - Trophée remis au joueur qui a su démontrer des qualités de leader sur et en dehors de la glace tout en faisant des contributions humanitaires notables.
-2007 – Saku Koivu Trophée Lady Byng - Ce trophée récompense le joueur considéré comme ayant le meilleur esprit sportif tout en conservant des performances remarquables. C'est l'association des journalistes de hockey professionnel qui donne les votes dans le but d'attribuer le trophée en tenant compte à la fois des performances et du nombre de minutes de punitions accumulées.
-1946 – Toe Blake
-1988 – Mats Näslund Trophée Lester B. Pearson - Une autre des récompenses les plus prestigieuses pour un joueur : le titre de meilleur joueur de la LNH voté par l'association des joueurs.
-1976 – Guy Lafleur
-1977 – Guy Lafleur
-1978 – Guy Lafleur Trophée Maurice Richard - Ce trophée récompense le joueur ayant compté le plus de buts durant la saison régulière. Ce trophée portant le nom de l'ancienne vedette de l'équipe n'a jamais été gagné par un joueur du Canadien depuis sa mise en place. Trophée Roger Crozier - Ce trophée récompense le gardien de but ayant conservé le meilleur pourcentage d'efficacité pendant la saison régulière. Il était auparavant nommé le prix Trico. Prix Trico
- 1989 - Patrick Roy
- 1990 - Patrick Roy Trophée Roger Crozier
- 2002 - José Théodore
- 2006 - Cristobal Huet Trophée Vézina - De 1926-1927 à 1980-1981 inclusivement, ce trophée était remis au gardien de l’équipe ayant alloué de moins de but durant la saison régulière. Depuis 1981-1982, le Vézina est attribué au meilleur gardien de but jugé par les directeurs généraux de la LNH.
-1927 – George Hainsworth
-1928 – George Hainsworth
-1929 – George Hainsworth
-1944 – Bill Durnan
-1945 – Bill Durnan
-1946 – Bill Durnan
-1947 – Bill Durnan
-1949 – Bill Durnan
-1950 – Bill Durnan
-1956 – Jacques Plante
-1957 – Jacques Plante
-1958 – Jacques Plante
-1959 – Jacques Plante
-1960 – Jacques Plante
-1962 – Jacques Plante
-1964 – Charlie Hodge
-1966 – Gump Worsley et Charlie Hodge
-1968 – Rogatien Vachon et Gump Worsley
-1973 – Ken Dryden
-1976 – Ken Dryden
-1977 – Ken Dryden et Michel Larocque
-1978 – Ken Dryden et Michel Larocque
-1979 – Ken Dryden et Michel Larocque
-1981 – Denis Herron, Michel Larocque et Richard Sevigny
-1989 – Patrick Roy
-1990 – Patrick Roy
-1992 – Patrick Roy
-2002 – José Théodore Trophée William M. Jennings - Ce trophée récompense le gardien de but ayant conservé la meilleure moyenne de buts alloués par match durant la saison. Ce trophée ne datant que de 1982 avant cette date, les gardiens qui avaient la meilleur moyenne gagnaient le trophée Vézina (voir ci-dessus).
-1982 – Rick Wamsley et Denis Herron
-1987 – Patrick Roy et Brian Hayward
-1988 – Patrick Roy et Brian Hayward
-1989 – Patrick Roy et Brian Hayward
-1992 – Patrick Roy

Trophées de l'organisation

Coupe Molson

La Coupe Molson est remise au joueur ayant amassé le plus de points au classement des trois étoiles établi à la fin de chaque match. Chaque première étoile donne 5 points au classement, chaque deuxième étoile en donne 3 et chaque troisième étoile en donne 1. En cas d'égalité, celui qui aura amassé le plus de premières étoiles sera le vainqueur. Joueurs ayant obtenus le plus grand nombre de Coupes Molson en carrière:
- Sept par Guy Lafleur
- Quatre par Patrick Roy
- Quatre par José Théodore
Histoire
Le nom du trophée tire son origine des brasseries Molson principaux commanditaires de l’équipe depuis 1957, lors de l’acquisition du club la première fois par Hartland de Montarville Molson. La compagnie Molson resta associée au Canadien malgré le changement de propriétaire dans les années 1970, d’autant plus qu’elle était commanditaire de La Soirée du Hockey à la Société Radio-Canada. La Coupe Molson peut être perçue comme le mélange entre le trophée Hart et le trophée Lester B. Pearson de la LNH, avec de légères différences.
Récipiendaires
- 1973 - Ken Dryden
- 1974 - Wayne Thomas
- 1975 - Guy Lafleur
- 1976 - Guy Lafleur
- 1977 - Guy Lafleur
- 1978 - Guy Lafleur
- 1979 - Guy Lafleur
- 1980 - Guy Lafleur
- 1981 - Larry Robinson
- 1982 - Guy Lafleur
- 1983 - Mario Tremblay
- 1984 - Guy Carbonneau
- 1985 - Steve Penney
- 1986 - Mats Näslund
- 1987 - Mats Näslund
- 1988 - Stéphane Richer
- 1989 - Patrick Roy
- 1990 - Stéphane Richer
- 1991 - Russ Courtnall
- 1992 - Patrick Roy
- 1993 - Kirk Muller
- 1994 - Patrick Roy
- 1995 - Patrick Roy
- 1996 - Pierre Turgeon
- 1997 - Mark Recchi
- 1998 - Mark Recchi
- 1999 - Jeff Hackett
- 2000 - Jeff Hackett
- 2001 - José Théodore
- 2002 - José Théodore
- 2003 - José Théodore
- 2004 - José Théodore
- 2005 - Année du lock-out aucun récipiendaire
- 2006 - Saku Koivu
- 2007 - Cristobal Huet

Trophée Jacques Beauchamp

Le trophée Jacques Beauchamp est remis au joueur ayant joué un rôle déterminant dans les succès de l'équipe sans en retirer d'honneur particulier. Le vote est recensé auprès des journalistes de Montréal. Joueurs ayant obtenus le plus grand nombre de trophées Jacques Beauchamp en carrière:
- Trois par Craig Ludwig
- Trois par Mike McPhee
Histoire
Jacques Beauchamp, un journaliste pionnier du défunt journal le Montréal-Matin et un des fondateurs du Journal de Montréal, reçu une offre pour prendre en charge la section des sports. Ayant toujours été affecté à la couverture du Canadien et étant très près de l’organisation, Beauchamp aura même l’occasion de signer un contrat avec l’organisation à titre de gardien substitut à Jacques Plante en 1959. Il participera régulièrement aux entraînements de l’équipe mais il ne sera jamais appelé à remplacer Plante durant de vrais matches. Il est un des premiers journalistes de la presse écrite admis au Temple de la Renommée en 1984.
Récipiendaires
- 1982 - Doug Jarvis
- 1983 - Craig Ludwig
- 1984 - Jean Hamel
- 1985 - Craig Ludwig
- 1986 - Craig Ludwig
- 1987 - Rick Green
- 1988 - Mike McPhee
- 1989 - Petr Svoboda
- 1990 - Mike McPhee
- 1991 - Mike McPhee
- 1992 - Brent Gilchrist
- 1993 - Mike Keane
- 1994 - Lyle Odelein
- 1995 - Benoit Brunet
- 1996 - Peter Popovic
- 1997 - Stéphane Quintal
- 1998 - Patrice Brisebois et Marc Bureau
- 1999 - Benoît Brunet
- 2000 - Eric Weinrich
- 2001 - Oleg Petrov
- 2002 - Joé Juneau
- 2003 - Jan Bulis
- 2004 - Francis Bouillon
- 2005 - Année du lock-out aucun récipiendaire
- 2006 - Steve Bégin
- 2007 - Mark Streit

Trophée Jean Béliveau

Le trophée Jean-Béliveau est remis au joueur du Canadien de Montréal s'étant démarqué le plus par son engagement communautaire. Sa première attribution s'est faite tout récemment, durant la saison 2004-2005. Ce trophée est remis lors du tournoi de golf annuel de l'équipe en septembre. Joueur ayant obtenu le plus grand nombre de trophées Jean-Béliveau en carrière:
- Un par Saku Koivu
Histoire
Jean Béliveau a commencé sa carrière à titre de joueur avec le Canadien en 1953 et y passera plus de dix-huit saisons. Au cours de sa carrière, le « Gros Bill » a remporté la Coupe Stanley à dix reprises, le trophée Hart deux fois (en 1956 et 1964) et le trophée Conn Smythe, dont il est le tout premier récipiendaire, une fois (en 1965). Ce joueur extrêmement talentueux sera sélectionné à quatorze occasions pour participer au match des étoiles de la LNH en plus d’obtenir onze sélections sur l’une ou l’autre des équipes d’étoiles partantes. Il a été capitaine du Canadien de 1961 à 1971 ce qui fait de lui le plus longtemps en poste avec l'équipe jusqu’à aujourd'hui. Quelques mois après sa retraite, son chandail (le numéro 4) a été retiré par l’organisation. Béliveau est actuellement vice-président des opérations hockey avec le CH. Il s'est retiré de cette fonction en 1993 pour devenir ambassadeur de l’équipe. Ayant actuellement plus de cinquante années d’association avec les Canadiens de Montréal et ayant toujours été un symbole de respect, le Club de Hockey Canadien a décidé de nommer un trophée de l’organisation à son nom. Pour choisir un gagnant, un comité de sélection composé des membres du conseil d’administration de la fondation du Club de Hockey Canadien pour l’enfance se réunit pour évaluer le niveau d'engagement communautaire de chacun des joueurs, peu importe que cet engagement soit au Québec ou non. En plus de remporter le trophée, le gagnant reçoit la somme de 25 000 dollars qu’il peut verser à un organisme de bienfaisance au Québec qui appuie la cause des enfants.
Récipiendaires
- 2005 - Saku Koivu
- 2006 - Année suivant le lock-out aucun récipiendaire

Livre des records

En carrière

Le Club de Hockey Canadien en 1942
-Plus de saisons: Henri Richard et Jean Béliveau, 20
-Plus de matches: Henri Richard, 1256
-Plus de buts: Maurice Richard, 544
-Plus d'aides: Guy Lafleur, 728
-Plus de points: Guy Lafleur, 1246 (518B, 728A)
-Plus de minutes de pénalité: Chris Nilan, 2248
-Plus de jeux blancs: George Hainsworth, 75
-Plus de matches consécutifs: Doug Jarvis, 560
-Plus de Coupes Stanley: Henri Richard, 11

En une saison

-Plus de buts: Steve Shutt et Guy Lafleur, 60 (1976-1977; 1977-1978)
-Plus de buts (défenseur): Guy Lapointe, 28 (1974-1975)
-Plus de buts (avantage numérique): Sheldon Souray, 19 (2006-2007)
-Plus d'aides: Pete Mahovlich, 82 (1974-1975)
-Plus de points: Guy Lafleur, 136 (56B, 80A) (1976-1977)
-Plus de points (défenseur): Larry Robinson, 85 (19B, 66A) (1976-1977)
-Plus de points (recrue): Mats Näslund et Kjell Dahlin, 71 (26B, 45A); (32B, 39A) (1982-1983; 1985-1986)
-Plus de minutes de pénalité: Chris Nilan, 358 (1984-1985)
-Plus victoires: Jacques Plante et Ken Dryden, 42 (1955-1956 et 1961-1962; 1975-1976)
-Plus de jeux blancs: George Hainsworth, 22 (1928-1929)

En un match

-Plus de buts: Newsy Lalonde, 6 (10 janvier 1920)
-Plus d'aides: Elmer Lach, 6 (6 janvier 1943)
-Plus de points: Maurice Richard et Bert Olmstead, 8 (5B, 3A); (4B, 4A) (28 décembre 1944); (9 janvier 1954)

Meilleurs pointeurs

Voici les statistiques des joueurs ayant dépassé le cap des 500 points en carrière avec les Canadiens de Montréal.

Les joueurs

Joueurs actuels

En date du 2007

Gardiens de but

Défenseurs

Attaquants

Nationalité des joueurs

- : 9 joueurs (dont : 4 joueurs)
- : 4 joueurs
- : 2 joueurs
- : 2 joueurs
- : 2 joueurs
- : 1 joueur
- : 1 joueur
- : 1 joueur
- : 1 joueur

Au Temple de la renommée du hockey

Cette section présente les joueurs importants dans l’histoire des Canadiens ayant acquis une des plus belles récompenses dans la LNH, l’accès au Temple de la renommée du hockey. Afin d'y être admis, le dossier de chaque pétitionnaire devra passer devant dix-huit membres du comité et recevoir au moins les trois-quarts des votes (quinze membres) . Chaque année, sont admis au maximum :
- Quatre joueurs;
- Deux bâtisseursCette catégorie correspond aux personnes qui ne jouent pas directement au hockey mais ont un impact significatif sur ce sport; il peut s’agir d’entraîneurs, de présidents, de propriétaires de franchises ou encore de personnalités des médias.;
- Un arbitre ou juge de ligne. Pour les joueurs, l’arbitre ou juge de ligne, la personne doit avoir pris sa retraite depuis au moins trois ans. Dans le passé, il y a eu des exceptions pour les joueurs dotés d’un talent exceptionnel qui, selon le comité, méritaient d’être intronisés avant les trois années règlementaires. Ce fut le cas par exemple pour Maurice Richard et Jean Béliveau.

Les capitaines


-1909-1910 - Jean-Baptiste « Jack » Laviolette
-1910-1911 - Edouard « Newsy » Lalonde
-1911-1912 - Jean-Baptiste « Jack » Laviolette
-1912-1913 - Edouard « Newsy » Lalonde
-1913-1915 - James Henry « Jimmy » Gardner
-1915-1916 - Howard McNamara
-1916-1922 - Edouard « Newsy » Lalonde
-1922-1925 - Sprague Cleghorn
-1925-1926 - Billy Coutu
-1926-1932 - Sylvio Mantha
-1932-1933 - George Hainsworth
-1933-1936 - Sylvio Mantha
-1936-1939 - Albert « Babe » Siebert
-1939-1940 - Walter Buswell
-1940-1948 - Hector « Toe » Blake
-1948 - Bill DurnanDernier gardien de but à avoir été capitaine d'une équipe professionnelle de hockey en Amérique du Nord.
-1948-1956 - Emile « Butch » Bouchard
-1956-1960 - Maurice Richard
-1960-1961 - Doug Harvey
-1961-1971 - Jean Béliveau
-1971-1975 - Henri Richard
-1975-1979 - Yvan Cournoyer
-1979-1981 - Serge Savard
-1981-1989 - Bob Gainey
-1989-1990 - Chris Chelios (co-capitaine avec Guy Carbonneau)
-1989-1994 - Guy Carbonneau
-1994-1995 - Kirk Muller
-1995 - Mike Keane
-1995-1996 - Pierre Turgeon
-1996-1999 - Vincent Damphousse
-1999-aujourd'hui - Saku Koivu

Chandails retirés

Le Canadien de Montréal est l'équipe de hockey sur glace ayant le plus grand nombre (13) de chandails retirés officiellement. Dans le cadre des cérémonies menant au Centenaire de l'équipe en 2009, le Canadien prévoit retirer les chandails de deux autres anciens joueurs pendant la saison 2007-2008 : le numéro 19 de Larry Robinson ainsi que le numéro 23 de Bob Gainey . Aurel Joliat

Entraîneurs

Depuis sa première saison, l'équipe a vu passer un grand nombre d'entraîneurs. Cette section retrace l'ensemble de ces personnes depuis Jean-Baptiste Laviolette, premier entraîneur en 1909-1910 et capitaine de l'équipe, à Guy Carbonneau, l'entraîneur actuel depuis 2006-2007.

Avant la LNH

Jean-Baptiste Laviolette est le premier entraîneur de l'équipe pour la saison 1909-1910 et par la suite trois entraîneurs passent derrière le banc avant que Edouard « Newsy » Lalonde ne devienne en 1915 l'entraîneur de l'équipe. Il sera l'entraîneur de l'équipe le jour de la création de la LNH.
-1910-1911 - Adolphe Lecours
-1911-1913 - Napoléon Dorval
-1913-1915 - James Henry « Jimmy » Gardner
-1915-1921 - Edouard « Newsy » Lalonde

Les premiers temps

Cette période comprend les saisons entre 1917 et 1943, période où le nombre d'équipes dans la LNH a beaucoup évolué. Edouard « Newsy » Lalonde est joueur et entraîneur de l'équipe dès le premier match du Canadien dans la LNH. En 1920, le Canadien est vendu à Léo Dandurand. L'entente entre les deux hommes n'étant pas au beau fixe, Lalonde est écarté de l'équipe et par la même occasion du poste d'entraîneur . Le nouveau propriétaire devient alors l'entraîneur de l'équipe jusqu’à la fin de la saison 1925-1926. Dandurand embauche alors Cecil Hart comme entraîneur de l'équipe. Il mènera le Canadien à deux Coupes Stanley en 1930 et 1931. Après une dispute avec Dandurand alors que les Canadiens sont premiers de la division la saison suivante, il est renvoyé de l'organisation. Lalonde revient donc à la tête de l'équipe pour la fin de la saison et la saison suivante puis est épaulé par le président de l'équipe. Sylvio Mantha remplace les deux hommes en 1935-1936 mais les résultats ne suivant pas, Hart revient au sein de l'organisation pour un peu plus de deux saisons mais à une trentaine de matches de la fin de la 1938-1939, il est remplacé par Jules Dugal. Les Canadiens sont qualifiés pour les séries éliminatoires mais perdent au premier tour contre les Red Wings de Détroit. Pour le remplacer, Babe Siebert, double vainqueur de la Coupe Stanley en 1926 (Maroons de Montréal) et 1933 (Rangers de New York), est employé par le Canadien. Malheureusement, au cours de l'été qui devait précéder sa première saison, il se noie . Alfred Lépine est alors recruté pour remplacer au pied levé Siebert mais il ne parvient pas à réaliser une bonne saison et le Canadien finissant à la dernière place de la ligue, il est remercié à la fin de la saison 1939-1940. Dick Irvin reconstruit alors l'équipe. Irvin était alors entraîneur depuis 1930 et avait passé une dizaine de saisons derrière le banc des Maple Leafs de Toronto (gagnant une seule fois la Coupe Stanley). Irvin est engagé sur les conseils de Conn Smythe aux propriétaires des Canadiens de Montréal. Il restera quinze saisons derrière le banc des Canadiens et sera l'entraîneur de Elmer Lach, Doug Harvey, Bill Durnan et d'un certain Maurice Richard, joueurs du début d'une dynastie durant la période des six équipes originales. Edouard Lalonde
-1915-1921 - Edouard « Newsy » Lalonde
-1921-1922 - Edouard « Newsy » Lalonde et Léo Dandurand
-1922-1926 - Léo Dandurand
-1926-1932 - Cecil Hart
-1932-1934 - Edouard « Newsy » Lalonde
-1934-1935 - Edouard « Newsy » Lalonde et Léo Dandurand
-1935-1936 - Sylvio Mantha
-1936-1938 - Cecil Hart
-1938-1939 - Cecil Hart et Jules Dugal
-1939 - Albert « Babe » Siebert
-1939-1940 - Alfred « Pit » Lépine
-1940-1955 - Dick Irvin

La période des six équipes originales

Cette période comprend les saisons 1942 à 1967. Durant ces années, les Canadiens ont gagné dix Coupes Stanley sous la direction de deux entraîneurs différents : Dick Irvin et Hector « Toe » Blake. Dick Irvin quitte son poste à la fin de la saison 1954-1955 suite à l'incident communément appelé l'émeute Maurice Richard. En effet, il a alors tendance à développer une tactique de jeux physique, ce qui ne plait pas beaucoup à l'intérieur de l'organisation de l'équipe. Il est forcé de se retirer après la finale perdue contre les Red Wings de Détroit . Pour lui succéder, l'ancien ailier de l'équipe Toe Blake est mis en place. Les principales raisons sont qu'il s'exprimait couramment en français et qu'il était un joueur de la même ligne que Maurice Richard, il était plus à même qu'Irvin pour gérer le caractère du buteur du Canadiens. Dès sa première saison derrière le banc de l'équipe, il gagne la Coupe Stanley, performance qu'il répète les quatre saisons suivantes; il en gagna huit en treize saisons .
-1940-1955 - Dick Irvin
-1955-1968 - Hector « Toe » Blake

Les temps modernes

Cette période comprend les saisons depuis l'expansion de la LNH en 1967. Toe Blake gagne sa huitième Coupe Stanley cette saison mais déclare par la suite qu'il préfère se retirer car il n'avait jamais connu une saison à ce point stressante. Pour succéder à Blake, les Canadiens mettent en place un jeune entraîneur de 29 ans, Claude Ruel. Celui-ci occupait à cette époque le poste de recruteur et devenait le plus jeune entraîneur en poste. Il reste derrière le banc jusqu’à la fin de la saison 1969-1970 . Scotty Bowman
-1968-1970 - Claude Ruel
-1970-1971 - Claude Ruel et Al MacNeil
-1971-1979 - Scotty Bowman
-1979-1980 - Bernard Geoffrion et Claude Ruel
-1980-1981 - Claude Ruel
-1981-1984 - Bob Berry
-1984-1985 - Jacques Lemaire
-1985-1988 - Jean Perron
-1988-1992 - Pat Burns
-1992-1995 - Jacques Demers
-1995-1997 - Mario Tremblay
-1997-2000 - Alain Vigneault
-2000-2003 - Michel Therrien
-2003-2006 - Claude Julien
-2006 - Bob Gainey (entraîneur par intérim)
-2006-aujourd'hui - Guy Carbonneau

Directeurs généraux

Jack Laviolette
- 1909-1910 - Jean-Baptiste « Jack » Laviolette
- 1909-1910 - Joseph Cattarinich
- 1910-1921 - George Kendall
- 1921-1935 - Joseph Viateur « Léo » Dandurand
- 1935-1936 - Ernest Savard
- 1936-1939 - Cecil Hart
- 1939-1940 - Jules Dugal
- 1940-1946 - Tomas Patrick « Tommy » Gorman
- 1946-1964 - Frank J. Selke
- 1964-1978 - Sam Pollock
- 1978-1983 - Irving Grundman
- 1983-1995 - Serge Savard
- 1995-2000 - Réjean Houle
- 2000-2003 - André Savard
- 2003-aujourd'hui - Bob Gainey

Présidents

- 1909-1910 - John Ambrose O'Brien
- 1910-1913 - Hector Bisaillon
- 1913-1917 - Urgèle Boucher
- 1917-1921 - George Kendall
- 1921-1935 - Athanase David
- 1935-1940 - Ernest Savard
- 1940-1957 - Donat Raymond
- 1957-1964 - Hartland de Montarville Molson
- 1964-1971 - David Molson
- 1971-1979 - Jacques Courtois
- 1979-1982 - Morgan McCammon
- 1982-1999 - Ronald Corey
- 1999-aujourd'hui - Pierre Boivin

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adolphe Lecours   Ailier (hockey sur glace)   Al MacNeil   Alain Vigneault   Alexei Kovalev   Alfred Lépine   Allemagne   Amérique du Nord   Andrei Kostitsyn   Andrei Markov (hockey)   André Savard   Andy Bathgate   Association nationale de hockey   Athanase David   Aurel Joliat   Automne   Avenue McGill College   Babe Ruth   Babe Siebert   Baseball   Benoît Brunet   Bernard Geoffrion   Bert Olmstead   Bill Durnan   Billy Coutu   Biélorussie   Blackhawks de Chicago   Blanc   Bleu   Blues de Saint-Louis   Bob Berry   Bob Dill   Bob Gainey   Bobby Rousseau   Bonavista   Bratislava   Brent Gilchrist   Brian Hayward   Bruins de Boston   Bryan Smolinski   Bud O'Connor   Bulldogs de Hamilton   CSKA Moscou (hockey sur glace)   Canada   Canadien français   Capitaine (sport)   Carey Price   Cecil Hart   Celtics de Boston   Centre-ville   Centre (hockey sur glace)   Centre Bell   Championnat du monde de hockey sur glace   Championnat du monde de hockey sur glace 2003   Championnat du monde junior de hockey sur glace   Charlie Hodge   Chris Chelios   Chris Nilan   Christopher Higgins   Clarence Campbell   Claude Julien (hockey)   Claude Provost   Claude Ruel   Commanditaire   Conférence de l'Est (LNH)   Conférence de l'Ouest (LNH)   Conn Smythe   Cougars de Victoria (PCHA)   Coupe Stanley   Craig Ludwig   Cristobal Huet   Crosse   Cyclones de Cincinnati   David Molson   Denis Herron   Dick Duff   Dick Irvin   Dickie Moore   Didier Pitre   Division Nord-Est (LNH)   Don Cherry (hockey)   Donat Raymond   Doug Harvey   Doug Jarvis   Décembre   Défenseur (hockey sur glace)   Earl Seibert   Elmer Lach   Emile Francis   Englisberg   Eric Weinrich   Ernest Savard   Europe de l'Est   Expos de Montréal   Finlande   Flames de Calgary   Flyers de Philadelphie   Forum Pepsi   Forum de Montréal   France   Francis Bouillon   Frank J. Selke   Frank Mahovlich   Français   Gardien de but   Gardien de but (hockey sur glace)   Gary Bettman   George Hainsworth   George Kendall   George Kennedy   George N. Gillett Jr.   Georges Vézina   Golf   Grande Noirceur   Guerre froide   Guillaume Latendresse   Gump Worsley   Guy Carbonneau   Guy Lafleur   Guy Lapointe   Harry Lumley   Hector Bisaillon   Helsinki   Henri Richard   Herb Gardiner   Hochelaga   Hockey sur glace   Howard McNamara   Howie Morenz   Hôtel Windsor   Infériorité numérique (hockey sur glace)   Irlande   Irving Grundman   Islanders de New York   Jacques Beauchamp   Jacques Courtois   Jacques Demers   Jacques Laperrière   Jacques Lemaire   Jacques Plante (hockeyeur)   Jan Bulis   Janvier   Jean-Baptiste Laviolette   Jean Béliveau   Jean Hamel   Jean Perron   Jeff Hackett   Jimmy Gardner   Jimmy Gardner (hockey)   Joe Hall   Joe Malone   John Ambrose O'Brien   Johnny Quilty   Joseph Cattarinich   Josh Gorges   José Théodore   Joé Juneau   Jules Dugal   Kelowna   Ken Dryden   Ken Reardon   Kings de Los Angeles   Kirk Muller   Kjell Dahlin   Kladno   Kyle Chipchura   Larry Robinson   Les Automatistes   Ligue américaine de hockey   Ligue nationale de hockey   Liste des joueurs nommés dans la première équipe d'étoiles de la LNH   Liste sur la participation en série éliminatoires des équipes de la LNH   Lock-out   Lyle Odelein   Léo Dandurand   Madison Square Garden   Mai   Manche (vêtement)   Maple Leafs de Toronto   Marc Bureau   Mario Tremblay   Mark Recchi   Mark Streit   Maroons de Montréal   Mars (mois)   Mascotte   Match des Étoiles de la Ligue nationale de hockey   Mathieu Dandenault   Mats Näslund   Maurice Richard   Maurice Richard (hockey)   Meilleur joueur   Metropolitans de Seattle   Michael Komisarek   Michael Ryder   Michel Larocque   Michel Therrien   Mike Johnson   Mike Keane   Mike McPhee   Mireille Mathieu   Mississauga   Molson   Montréal   Montréal-Matin   Morgan McCammon   Mythe   Napoléon Dorval   Nationals de Washington   New York   Oilers d'Edmonton   Oleg Petrov   Ontario   Ottawa   Pat Burns   Patrice Brisebois   Patrick Roy (hockey)   Penguins de Pittsburgh   Peter Popovic   Petr Svoboda   Pierre Boivin   Pierre Turgeon   Point (hockey sur glace)   Potsdam   Predators de Nashville   Profession   Punch Line   Québec   Radiodiffusion   Ralph Backstrom   Rangers de New York   Records du Canadien de Montréal   Red Wings de Détroit   Refus Global   Renfrew—Nipissing—Pembroke   René Lecavalier   Repêchage d'entrée dans la LNH 1992   Repêchage d'entrée dans la LNH 1993   Repêchage d'entrée dans la LNH 1998   Repêchage d'entrée dans la LNH 2001   Repêchage d'entrée dans la LNH 2002   Repêchage d'entrée dans la LNH 2003   Repêchage d'entrée dans la LNH 2004   Repêchage d'entrée dans la LNH 2005   Repêchage d'expansion LNH 1967   Repêchages du Canadien de Montréal   Richard Sevigny   Rick Green   Rick Wamsley   Rivalités de la LNH   Roch Carrier   Rogatien Vachon   Roland Melanson   Roman Hamrlík   Ronald Corey   Rosebuds de Portland   Rouge   Rue Sainte-Catherine   Russ Courtnall   Russie   Réjean Houle   République tchèque   Révolution tranquille   Sabres de Buffalo   Saint-Martin-d'Hères   Sainte-Catherine (Québec)   Saison 2006-2007 des Canadiens de Montréal   Saison LNH 2006-2007   Saku Koivu   Salaires des joueurs de la LNH   Sam Pollock   Scotty Bowman   Septembre   Serge Savard   Shamrocks de Montréal   Sharks de San José   Sheldon Souray   Sherbrooke   Six équipes originales de la LNH   Slovaquie   Société Radio-Canada   Sprague Cleghorn   Stars de Dallas   Statistique des meneurs de la LNH   Statistiques   Steve Bégin   Steve Penney   Steve Shutt   Stéphane Quintal   Stéphane Richer   Suisse   Super Séries   Supériorité numérique (hockey sur glace)   Sylvio Mantha   Sénateurs d'Ottawa (1893-1934)   Temple de la renommée du hockey   The Gazette   Thurso   Toe Blake   Togliatti   Toledo (Ohio)   Tom Johnson   Tom Kostopoulos   Toronto   Trois-Rivières   Trophée Art Ross   Trophée Bill Masterton   Trophée Calder   Trophée Clarence S. Campbell   Trophée Conn Smythe   Trophée Frank J. Selke   Trophée Hart   Trophée Jack Adams   Trophée James Norris   Trophée Jean Béliveau   Trophée King Clancy   Trophée Lady Byng   Trophée Lester B. Pearson   Trophée Lester Patrick   Trophée Maurice Richard   Trophée Prince de Galles   Trophée Président   Trophée Vézina   Trophée William M. Jennings   Turku   Télévision   Urgèle Boucher   Vancouver   Viktor Tikhonov   Ville   Vincent Damphousse   Vladislav Tretiak   Walter Buswell   Wanderers de Montréal   Wayne Gretzky   Wayne Thomas   Westmount   Yankees de New York   Yvan Cournoyer   Zlín  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^