Arlberg-Kandahar

Infos
L'Arlberg-Kandahar (AK) est une épreuve mythique de l'histoire du ski alpin. Elle est à l'origine de la reconnaissance du ski alpin par la Fédération Internationale de Ski.
Arlberg-Kandahar

L'Arlberg-Kandahar (AK) est une épreuve mythique de l'histoire du ski alpin. Elle est à l'origine de la reconnaissance du ski alpin par la Fédération Internationale de Ski.

Origine du nom

Le nom Arlberg-Kandahar a deux origines :
- Arlberg en référence au nom d'un col autrichien près de Sankt Anton, où l'école de ski autrichienne inventa une technique de ski.
- Kandahar du nom d'un général anglais Sir Roberts of Kandahar qui occupa Kandahar (Afghanistan) et devint vice-président du Public School Alpine Sports Club. Arnold Lunn organise le 7 janvier 1911 le Challenge Roberts of Kandahar à Montana, connu comme la première descente de l'histoire du ski alpin, et fait disputer le 6 janvier 1922 le premier slalom ("course en S" en norvégien) à Mürren. Le 30 janvier 1924, il fonde le Kandahar Ski Club pour assurer la promotion du combiné descente et slalom. La même année, les premiers Jeux Olympiques d'hiver sont disputés à Chamonix et la Fédération Internationale de Ski est créée. Influencée par les scandinaves et défendant les disciplines nordiques, elle s'oppose à la reconnaissance des épreuves de descente et de slalom. Arnold Lunn s'associe alors avec le Ski Club de l'Arlberg et Hannes Schneider, l'inventeur de la technique de l'Arlberg, pour créer l'épreuve de l'Arlberg-Kandahar (du nom des deux Ski Club), un combiné descente-slalom. Le premier AK est disputé en mars 1928 à Sankt Anton. Face au succès de cette épreuve, la FIS intégre en février 1930 lors du congrès d'Oslo dans ses règlements les épreuves de la descente et du slalom.

Histoire de la compétition

La première édition a été disputée les 31 mars et 1er avril 1928 à Sankt Anton. Puis, l'épreuve s'est déroulée à partir de 1931 alternativement entre la station autrichienne et la station suisse de Mürren. Annulée en 1938 à cause de l'Anschluss (l'épreuve devait se disputer à Sankt Anton) puis interrompue pendant la Seconde Guerre mondiale, l'AK reprit en 1947 à Mürren. De nouvelles stations furent ensuite incorporées dans l'organisation : Chamonix en 1948, Sestrières en 1951 et Garmisch-Partenkirchen en 1954. Cette compétition se déroulait en dehors de l'égide de la Fédération Internationale de Ski mais était un rendez-vous annuel très prisé des meilleurs skieurs de l'époque. Après les Jeux Olympiques et les championnats du monde, c'était la troisième épreuve la plus prestigieuse. Les plus grands noms du ski alpin figurent à son palmarès. Avec la création en 1967 de la coupe du monde de ski, qui l'incorpora dans son programme, l'épreuve perdit de son esprit originel et de son éclat. De 1981 à 1993, il n'y eut plus que Garmisch et Sankt Anton pour accueillier l'AK. Chamonix reprit l'organisation en 1994.

Le K de diamant

Un skieur ayant totalisé 5 podiums (descente, slalom ou combiné) sur 5 années différentes ou 3 podiums et une victoire en combiné sur 4 années différentes est récomposé par un K de diamant. Cette insigne a été remportée par Walter Prager, Otto Furrer, Audrey Sale-Barker, James Couttet, Marysette Agnel, Andreas Molterer, Karl Schranz à deux reprises, Traudl Hecher, François Bonlieu, Christl Haas, Jean-Claude Killy, Guy Périllat et Gerhard Nenning.

Palmarès


- Walter Prager remporte le K de diamant : combiné 1930, podium 1931, podium 1932 et podium 1933
- Otto Furrer remporte le K de diamant : podium 1930, combiné 1931, podium et combiné 1932 et podium 1934
- Audrey Sale-Barker, deuxième de la descente, remporte le K de diamant : podium 1928, combiné 1929, podium et combiné 1931 et podium 1935
- James Couttet remporte le K de diamant : podium 1939, combiné 1947, podium et combiné 1948 et podium 1950
- Marysette Agnel, deuxième de la descente, remporte le K de diamant : combiné 1950, podium 1952, podium 1954 et podium 1954
- Andreas Molterer remporte le K de diamant : podium 1952, combiné 1953, podium et combiné 1954 et podium 1956
- Karl Schranz remporte le K de diamant : combiné 1957, podium et combiné 1958, podium et combiné 1959 et podium 1962
- Traudl Hecher remporte le K de diamant : podium 1960, podium 1961, combiné 1962 et podium 1963
- François Bonlieu remporte le K de diamant : podium 1958, podium 1959, podium 1960 et combiné 1963
- Christl Haas, troisième du slalom, remporte le K de diamant : podium 1960, podium 1961, podium 1962, podium 1963 et podium 1965
- Jean-Claude Killy remporte le K de diamant : podium 1963, podium 1964, podium 1965 et combiné 1966
- Guy Périllat, troisième de la descente, remporte le K de diamant : combiné 1961, podium 1963, podium 1964 et podium 1967
- Gerhard Nenning, deuxième du slalom, remporte le K de diamant : podium 1964, combiné 1965, podium 1966 et podium 1967
- Karl Schranz remporte un deuxième K de diamant : podium 1965, podium 1966, combiné 1969 et podium 1970

L'Arlberg-Kandahar à Chamonix

L'epreuve s'est disputée dans la station française de Chamonix sur la piste Verte des Houches en 1948, 1952, 1957, 1963, 1968, 1975, 1978, 1980, 1994, 1997, 2000 et 2004 où les Guy Périllat, François Bonlieu, Annie Famose, Nancy Greene, Karl Schranz, Hermann Maier, Kjetil André Aamodt, Alberto Tomba, Ingemar Stenmark ou Bode Miller ont inscrit leurs noms à son palmarès.

Lien externe

- . ---- Catégorie:Compétition de ski alpin Catégorie:Coupe du monde de ski alpin de:Arlberg-Kandahar-Rennen
Sujets connexes
Adrien Duvillard Senior   Afghanistan   Alberto Tomba   Alfred Matt   Andrea Mead-Lawrence   André Bonvin   Andrée Tournier   Angleterre   Anne Heggtveit   Annelise Schuh-Proxauf   Annie Famose   Anny Rüegg   Anschluss   Arlberg   Arnold Glatthard   Arnold Lunn   Audrey Sale-Barker   Autriche   Benno Leubner   Bernard Orcel   Beryl Greenland   Betsy Snite   Bill Bracken   Bode Miller   Bruno Alberti   Carla Marchelli   Celina Seghi   Championnats du monde de ski alpin   Christian Pravda   Christl Cranz   Christl Haas   Claude Penz   Coupe du monde de ski alpin   Danièle Telinge   David Zogg   Doreen Elliott   Dorothée Hochleitner   Edith Zimmermann   Egon Zimmermann   Emil Walch   Erika Mahringer   Erika Netzer   Erna Steuri   Ernst Oberaigner   Esmé McKinnon   Fernand Grosjean   Florence Steurer   France   Franz Zingerle   François Bonlieu   Françoise Macchi   Friedl Pfeiffer   Friedrich Schneider   Fritz Huber   Fritz Wagnerberger   Garmisch-Partenkirchen   Georges Schneider   Gerda Paumgarten   Gerhard Nenning   Gertrude Gabl   Giuliana Chenal-Minuzzo   Giustina Demetz   Guy Périllat   Hady Lantschner   Hannes Schneider   Heidi Biebl   Heinrich Messner   Hermann Maier   Hermann Steuri   Hias Leitner   Hilde Hofherr   Hilde Horn   Idly Walpoth   Inge Wersin-Lantschner   Ingemar Stenmark   Isabelle Mir   Jacqueline Martel   James Couttet   Jean-Claude Killy   Jean Saubert   Jeanette Kessler   Jeux Olympiques d'hiver   Jeux Olympiques d'hiver de 1924   Jimmy Heuga   Josef Stiegler   Josefin Frandl   Kandahar   Karl Neuner   Karl Schranz   Kjetil André Aamodt   Lisbeth Polland   Lotte Blattl   Ludwig Leitner   Madeleine Berthod   Marianne Jahn   Marielle Goitschel   Marion Steedman   Marysette Agnel   Michèle Jacot   Mirl Buchner   Montana (Valais)   Mürren   Nancy Greene   Nini Von Arx-Zogg   Norvège   Olga Pall   Oslo   Othmar Schneider   Otto Furrer   Paola Wiesinger   Reinhard Tritscher   Rosemarie Gebler-Proxauf   Rudi Cranz   Rudolf Rominger   Sankt Anton   Seconde Guerre mondiale   Sestrières   Ski alpin   Ski nordique   Toni Mark   Traudl Hecher   Trude Beiser-Jochum   Trude Klecker   Verena Fuchs   Verte des Houches   Vittorio Chierroni   Walter Prager   Walter Schuster   Wilhelm Walch   Willi Steuri   Zeno Colò  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^