Frédéric II du Saint-Empire

Infos
Frédéric II et son faucon représentés dans son livre De arte venandi cum avibus (De l'art de chasser au moyen des oiseaux), XIII siècle. Frédéric II de Hohenstaufen (26 décembre 1194 à Iesi près d'Ancône - † 13 décembre 1250 à Fiorentino près de San Severo) régna sur le Saint Empire romain germanique de 1220 à 1250. Son règne fut marqué par les conflits avec la papauté et il fut excommunié deux fois. Le pape Grégoire IX alla
Frédéric II du Saint-Empire

Frédéric II et son faucon représentés dans son livre De arte venandi cum avibus (De l'art de chasser au moyen des oiseaux), XIII siècle. Frédéric II de Hohenstaufen (26 décembre 1194 à Iesi près d'Ancône - † 13 décembre 1250 à Fiorentino près de San Severo) régna sur le Saint Empire romain germanique de 1220 à 1250. Son règne fut marqué par les conflits avec la papauté et il fut excommunié deux fois. Le pape Grégoire IX alla même jusqu'à l'appeler l'Antéchrist. Dernier empereur de la dynastie des Hohenstaufen, il devint légendaire. De ses contemporains, il reçut de surnom de Stupor Mundi (l'Émerveillement du monde), au point qu'on attendit son retour après sa mort. Son mythe personnel se confondit alors avec celui de son grand-père Frédéric Barberousse. Frédéric II avait reçu une éducation multi-culturelle et parlait neuf langues : le latin, le grec, le sicilien, l'arabe, le normand, l'allemand, l'hébreu, le yiddish et le slave. Il accueillait des savants du monde entier à sa cour, portait un grand intérêt aux sciences et aux arts, possédait une ménagerie. Passionné par la culture orientale, il aurait entretenu un harem.

Une enfance sicilienne

Il était le fils de l'empereur Henri VI et de Constance de Hauteville, elle-même fille de Roger II de Hauteville, premier roi normand de Sicile. Sa naissance eut lieu en public, sous une tente dressée sur la place principale de Iesi. L'accouchement menaçait de tourner au drame lorsque l'on fit appel à deux médecins arabes qui sauvèrent la mère et l'enfant. Henri VI mourut en 1197 et l'impératrice mourut en 1198 alors que Frédéric II n'était encore qu'un enfant. Il était seulement roi de Sicile mais son royaume était sous la tutelle du pape Innocent III jusqu'à sa majorité. Othon IV fut couronné empereur romain germanique par Innocent III en 1209 mais quand Othon IV perdit la faveur du souverain pontife, ce dernier soutint à la Diète d'Empire de Nuremberg de 1211 l'élection de Frédéric comme roi de Germanie et excommunia Othon IV. Mais ce titre de roi d'Allemagne, qui était un préalable à la couronne impériale, ne signifiait rien tant qu'Othon IV demeurait empereur, jusqu'à sa défaite à la bataille de Bouvines en 1214.

L'Empire

L'empereur Frédéric II Les princes allemands, soutenus par Innocent III, élurent Frédéric roi d'Allemagne à nouveau en 1215 et le pape vint même lui porter la couronne à Aix-la-Chapelle alors qu'il parvenait à sa majorité. Mais il fallut quelque temps encore avant que le pape acceptât de lui accorder l'Empire, à la seule condition que le royaume de Sicile et l'Empire germanique ne fussent pas unis. Le pape Honorius III couronna finalement Frédéric II empereur à Rome en 1220. Cela devait être la fin de l'entente entre l'Empire et la Papauté puisque Frédéric II n'avait pas l'intention de séparer ses deux héritages, la Sicile maternelle et l'Allemagne paternelle.

La croisade

Muhammad al-Kamil Frédéric fut excommunié par Grégoire IX en 1227 pour ne pas avoir honoré sa promesse de lancer la sixième croisade. Il partit l'année suivante alors que son excommunication n'était pas levée. Sa brève croisade se termina en négociations et par un simulacre de bataille avec le sultan Malik al-Kamel « le Parfait », avec qui des liens d'amitié s'étaient tissés, et par un accord, le traité de Jaffa. Il ne récupéra pas la ville de Jérusalem mais obtint un droit d'accès aux lieux saints et fut couronné roi de Jérusalem le 18 mars 1229.

La lutte avec la papauté

En 1231, il promulgua les fameuses Constitutions de Melfi ou Liber AugustalisDu latin Liber Constitutionum Regni Siciliae ou encore Costitutiones Melphitanae., un recueil des lois de son royaume qui devait unifier les lois complexes de l'Empire, soumis aux droits régaliens multiples que possédaient les princes et autres roitelets du Saint Empire. Ce recueil n'avait pour autre but, sous couvert d'une uniformisation des systèmes politico-judiciaires, que d'empêcher la mainmise des petits seigneurs sur les villes et leurs corps de métiers. Ce recueil lui permet de repousser hors des limites des cités tout en autorisant les contacts entre les ligues d'artisans et les mauvais bougres, afin de renforcer leur développement pour mieux s'opposer aux desiderata féodaux des roitelets locaux. Hermann von Salza, grand maître des Chevaliers teutoniques Le conflit entre Frédéric et le pape Grégoire IX puis Innocent IV reprit. Les cités italiennes de Lombardie qui prirent parti pour Frédéric constituaient le groupe dit des gibelins et les cités plus nombreuses qui s'opposèrent au pouvoir impérial et s'allièrent au pape était les guelfes (parfois l'opposition entre les factions des guelfes et gibelins traversait la même ville selon les alliances politiques). Dès les années 1237-1238 il suit de près les affaires en Provence en nommant un vice-roi à Arles, puis en 1240 en demandant au comte Raymond VII de Toulouse d'intervenir militairement contre le comte Raimond Bérenger IV de Provence et Jean Baussan, l'archevêque d'Arles. En 1244, Innocent IV fuit Rome et annonce la déposition de l'empereur au Ier concile de Lyon, accordant même à ceux qui partiraient en guerre contre lui le statut de croisés. Les évêques électeurs proclamèrent alors en 1246 empereur Henri le Raspon. Frédéric II mourut en 1250 avant d'avoir vu la conclusion de la guerre civile qui déchirait l'Allemagne et la Sicile.

La fauconnerie

Il écrivit un manuel de fauconnerie, De arte venandi cum avibus (De l'art de chasser au moyen des oiseaux) dont la préface contient un éloge de l'expérience contre les théories de l'école. L'ouvrage déborde largement la simple fauconnerie et contient aussi une partie sur l'anatomie des oiseaux. Ainsi les différentes positions des ailes durant le vol sont remarquablement décrites. Les illustrations situées dans les marges sont d'une grande qualité pour l'époque. Ce livre, du fait des opinions de Frédéric II, est mis à l'index par l'Église et ne reparaît qu'à la fin du . Les ornithologues n'en découvriront l'intérêt qu'au .

Une large ouverture d'esprit

L'empereur a fait preuve tout au long de son règne d'une large ouverture d'esprit et d'un avant-gardisme indiscutable. On notera tout d'abord son attitude au cours des croisades où il sut s'intéresser à la culture arabe et reconnaître sa grandeur et son raffinement. Il tenta notamment de concilier les deux partis (croisés et jihad) afin d'instaurer une paix durable et une cohabitation pacifique. Au prix de nombreux efforts, il faillit atteindre cet objectif mais une crise interne à l'empire le rappela en Europe, ne lui laissant pas le temps d'achever son travail et il dut se contenter d'une trêve. Ensuite, en 1241, Frederic II promulgua un édit autorisant la dissection de cadavres humains, s'opposant ainsi à l'Église qui s'empressera d'annuler l'édit à sa mort. Auparavant, dès le XIe siècle, à la célèbre école de Salerne par exemple, l'anatomie était enseignée d'après celle du porc, ou d'après les schémas établis par Galien au IIe siècle... En effet, depuis le IIIe siècle av. J.-C., époque où les médecins et anatomistes grecs Erasistrate et Hérophile avaient connu leur heure de gloire, aucun professeur de médecine n'avait disséqué de cadavre humain, car la religion interdisait la mutilation des corps. La levée de cet interdit par l'édit permit à l'italien Mondino à Bologne de perfectionner certaines notions de l'anatomie humaine.

Bilan

Frédéric avait été éduqué par un juge musulman à Palerme. Il était un mécène des sciences et il gérait son État d'une manière radicalement nouvelle, d'où ses surnoms de « Émerveillement du monde » et de "prodigieux transformateur des choses" (Mathieu de Paris). Il indigna son époque en s'habillant parfois en tenue orientale et . Il écrivit même qu'il enviait que les califes fussent à la fois dirigeants spirituels et terrestres. Il mit en place un système centralisé d'administration en Sicile et tenta de le généraliser (avec moins de succès) dans les États allemands, où il dut octroyer de plus en plus d'indépendance aux princes locaux au fur et à mesure que son conflit en Lombardie se détériorait. Le tombeau de Frédéric II dans la cathédrale de Palerme, parmi les Hauteville Les descendants de Frédéric, son fils légitime Conrad IV, le fils de ce dernier Conradin et son fils illégitime Manfred n'accédèrent pas à l'Empire. Le royaume de Sicile leur fut également enlevé par le pape, qui y installa Charles d'Anjou. Ce fut la fin de la Maison des Hohenstaufen de Souabe, qui laissa place aux Habsbourg et à l'essor des cités italiennes. Toutefois la lignée se perpétua indirectement en Sicile, à travers les petits-fils de Manfred, enfants de sa fille Constance et de Pierre III d'Aragon-Catalogne, à savoir Jacques Ier de Sicile, puis son frère Frédéric II de Sicile et enfin les descendants de celui-ci, Pierre II, fils du précédent, Louis Ier, fils du précédent, Frédéric III, frère du précédent, Marie Ière, fille du précédent (Maison de Barcelone-Aragon en Sicile).

Les descendants de Frédéric II

- Première épouse : Constance, infante d'Aragon (1179-1222), fille du roi Alphonse II d'Aragon
- Henri II (1211-1242) duc de Souabe (1211-1242)
- Seconde épouse : Isabelle (Yolande) de Brienne, reine de Jérusalem (1212-1228)
- Conrad IV, roi des Romains et de Jérusalem (1228-1254)
- Troisième épouse : Isabelle d'Angleterre (1214-1241), fille du roi Jean d'Angleterre.
- Marguerite de Hohenstaufen (1237-1280), épousa Albrecht, duc de Saxe
- Trois autres garçons qui moururent jeunes
-Enfants illégitimes de Bianca Lancia qui pourrait avoir épousé l'empereur en secret
-Constance de Souabe (1230-1307), épousa Jean III Doukas Vatatzès, empereur de Byzance
-Manfred Ier de Sicile (1232-tué en 1266)
-Yolande de Souabe (1233-1264)
-Enfant illégitime d'Adelaïde
- Henri (Enzio), roi de Sardaigne (1216-1272)
-Enfant illégitime de Mathilde
- Frédéric, prince d'Antioche et podestat de Florence (1221-1256)
- Autres enfants illégitimes
- Gerhard
- Selvaggia (morte en 1224), épousa Ezzelino III da Romano, podestat de Vérone
- Marguerite (morte en 1298), qui épousa le comte d'Acerre
- Catherine (morte en 1272)
- Blanchefleur (morte en 1279)
- Richard, comte de Chieti (mort en 1249)
- Frédéric

Notes

Références

- La biographie la plus connue de Frédéric II est celle d'Ernst Kantorowicz (1927), considérée aujourd'hui comme une exaltation romantique, peu distanciée et parfois anachronique puisque Frédéric II y apparaît presque comme un personnage du Siècle des Lumières en plein XIIIe siècle.
- La biographie écrite par le romancier Pierre Boulle, L’Étrange Croisade de l’Empereur Frédéric II (Flammarion, 1968), est moins connue bien qu'extrêmement agréable à lire. L'écrivain, habitué des personnages aventureux et héroïques, rend bien cette facette de Frédéric II, ainsi que son attrait pour les arts et la science. Il se concentre essentiellement sur la croisade de l'empereur, dans un livre romancé mais soutenu par une excellente documentation historique.
- De même, le Frédéric II de Hohenstaufen de Marcel Brion (Tallandier, 1948) offre une vision à la fois passionnante et érudite de celui que l'auteur appelle l'«empereur messianique». Brion souligne notamment l'importance de son héritage politique, culturel et artistique (entre autres à Palerme et à Castel del Monte).
- Enfin, il faut citer le remarquable ouvrage de Jacques Benoist-Méchin, Frédéric de Hohenstaufen ou le rêve excommunié (Perrin, 1980), qui trouve sa place dans la série consacrée par l'auteur aux grands de ce monde qui ont poursuivi ce qu'il appelle le «Rêve le plus long de l'histoire». ==
Sujets connexes
Aix-la-Chapelle   Al-Kamel   Alphonse II d'Aragon   Ancône   Antéchrist   Archevêché d'Arles   Arles   Bataille de Bouvines   Castel del Monte   Charles Ier de Sicile   Conradin   Constance de Hauteville   Constance de Hohenstaufen   Constitutions de Melfi   De arte venandi cum avibus   Diète d'Empire   Duché de Saxe   Empereur romain germanique   Ernst Kantorowicz   Excommunication   Ezzelino III da Romano   Fauconnerie   Fiorentino   Florence   Frédéric Barberousse   Frédéric III de Sicile   Frédéric II de Sicile   Germanie   Grégoire IX   Habsbourg   Henri II de Souabe   Henri VI du Saint-Empire   Henri le Raspon   Hohenstaufen   Hérophile   IIIe siècle av. J.-C.   Ier concile de Lyon   Innocent III   Isabelle II de Jérusalem   Isabelle d'Angleterre   Jacques Benoist-Méchin   Jacques II d'Aragon   Jean Baussan   Jean III Doukas Vatatzès   Jean d'Angleterre   Jean de Brienne   Jihad   Jérusalem   Liste des ducs de Souabe   Liste des rois de Jérusalem   Liste des rois de Sicile   Liste des souverains du Saint-Empire   Lombardie   Manfred Ier de Sicile   Marcel Brion   Marie Ire de Sicile   Nuremberg   Pape   Pierre Boulle   Pierre III d'Aragon   Podestat   Prince-Électeur   Provence   Raimond Bérenger IV de Provence   Raymond VII de Toulouse   Royaume de Jérusalem   Royaume de Sicile   San Severo   Sicile   Sixième croisade   Siècle des Lumières   Vérone  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^