SHA-1

Infos
Une itération de SHA-1 avec deux rotations vers la gauche et une fonction non-linéaire qui dépend du numéro d'itération, deux autres variables interviennent à chaque tour SHA-1 (Secure Hash Algorithm) est une fonction de hachage cryptographique conçue par la National Security Agency des États-Unis (NSA), et publiée par le gouvernement des États-Unis comme un standard fédéral de traitement de l'information (Federal Information Processing Standard du NIST
SHA-1

Une itération de SHA-1 avec deux rotations vers la gauche et une fonction non-linéaire qui dépend du numéro d'itération, deux autres variables interviennent à chaque tour SHA-1 (Secure Hash Algorithm) est une fonction de hachage cryptographique conçue par la National Security Agency des États-Unis (NSA), et publiée par le gouvernement des États-Unis comme un standard fédéral de traitement de l'information (Federal Information Processing Standard du NIST). Elle produit un résultat (appelé « hash » ou condensat) de 160 bits. Pour les détails de l'algorithme et son implémentation, voir l'article Spécifications SHA-1.

Origine : SHA-0 et SHA-1

Le SHA-1 est le successeur du SHA-0 qui a été rapidement mis de côté par le NIST pour des raisons de sécurité insuffisante. Le SHA-0 était légitimement soupçonné de contenir des failles qui permettraient d'aboutir rapidement à des collisions (deux documents différents qui génèrent le même condensat). Face à la controverse soulevée par le fonctionnement du SHA-0 et certains constats que l'on attribue au NSA, le SHA-0 s'est vu modifié peu après sa sortie (1993) et complexifié pour obtenir le SHA-1 (1995). Une collision complète sur le SHA-0 a été récemment découverte par Antoine Joux et al. (août 2004) et laisse penser que le SHA-1 pourrait lui aussi subir une attaque.

Attaques

Une attaque basée sur le paradoxe des anniversaires permet de trouver une collision complète sur le SHA-1 avec un nombre d'opérations de l'ordre de 2^. En 2005, Rijmen et Oswald ont publié une attaque sur une version simplifiée du SHA-1 (53 tours), leur attaque permet de trouver une collision avec moins de 2^ opérations. En février 2005, Bruce Schneier a fait état d'une attaque sur la version complète du SHA-1 par l'équipe chinoise de Wang, Yin et Yu. Leur méthode permet de trouver :
- une collision dans le SHA-1 complet de 128 bits avec 2^ opérations au lieu de 2^ par le paradoxe des anniversaires
- une collision dans le SHA-0 complet avec seulement 2^ opérations
- une collision dans une version simplifiée du SHA-1 (58 tours) avec 2^ opérations La description de l'attaque a été publiée en juin 2005. Le 17 août 2005, une amélioration de l'attaque a été annoncée par Wang et al. à la conférence CRYPTO 2005, la complexité passe ainsi de 269 à 263, soit une division par 64 de la complexité originale.

Conséquences

Même si un gain de 2^ opérations permet de diviser le temps de recherche par un facteur de 131072, l'attaque avec ses 2^ opérations est à la limite de ce qui est réalisable. Adi Shamir a toutefois laissé entendre que l'attaque pouvait probablement être abordée via un calcul distribué à l'échelle planétaire. La règle veut qu'une attaque plus rapide que la recherche exhaustive rende l'algorithme non sûr du point de vue cryptographique. De plus, avec 2^ opérations, l'attaque est en dessous des 2^ nécessaires pour une recherche exhaustive sur un MD5 (qui n'est plus conseillé pour les nouvelles applications). Ayant perdu une longueur d'avance dès l'annonce de l'attaque de Wang et al., SHA-1 a été retiré progressivement des applications cryptographiques au profit de SHA-256 ou des autres fonctions de hachage comme Whirlpool ou Tiger. Les voix s'élèvent déjà pour réclamer un nouveau standard de hachage, comme cela a été le cas il y a quelques années pour la cryptographie symétrique avec AES. L'attaque produite par Wang et al. ne concerne que des collisions quelconques (tout comme leur fameuse collision complète sur le MD5). C’est-à-dire que l'on peut trouver deux messages au contenu aléatoire qui produisent la même signature. Par contre, à partir d'une signature donnée, il est impossible de forger un second message qui génère la même valeur. Or, c'est ce type d'attaque qui pourrait mettre en péril les applications comme PGP et l'authenticité des données.

Fonctionnement du SHA-1

Le SHA-1 prend un message d'un maximum de 2^ bits en entrée. Son fonctionnement est similaire à celui du MD4 ou MD5 de Ronald Rivest. Si le message n'a pas une longueur qui est un multiple de 512 alors l'algorithme rajoute un bit à 1 suivi d'une série de bits à 0. Finalement, la longueur du message (en bits) codée sur 64 bits est ajoutée à la fin de cette séquence. Quatre fonctions booléennes sont définies, elles prennent 3 mots de 32 bits en entrée et calculent un mot de 32 bits. Une fonction spécifique de rotation est également disponible, elle permet de déplacer les bits vers la gauche (le mouvement est circulaire et les bits reviennent à droite). Une de ces rotations n'était pas présente dans le SHA-0, elle permet de casser certaines caractéristiques linéaires dans la structure. Cela permet d'éviter une attaque sur les bits neutres par Eli Biham, technique reprise pour calculer la collision complète sur SHA-0 (Antoine Joux et al.). Le SHA-1 travaille ensuite individuellement sur des blocs de 512 bits. L'algorithme calcule 80 rondes ("rounds") successives et applique une série de transformations sur l'entrée. La première étape consiste à calculer 80 valeurs sur 32 bits. Les 16 premières valeurs sont obtenues directement à partir du bloc « message » en entrée. Les 64 autres sont calculées successivement. Le SHA-1 les obtient grâce à une rotation (absente dans SHA-0) qui est appliquée sur le résultat d'un XOR, il utilise pour cela 4 mots obtenus dans les itérations précédentes. On définit ensuite 5 variables qui sont initialisées avec des constantes (spécifiées par le standard), le SHA-1 utilise encore 4 autres constantes dans ses calculs. Si un bloc de 512 bits a déjà été calculé auparavant, les variables sont initialisées avec les valeurs obtenues à la fin du calcul sur le bloc précédent. Il s'ensuit 80 tours qui alternent des rotations, des additions entre les variables et les constantes. Selon le numéro du tour, le SHA-1 utilise une des quatre fonctions booléennes. L'une de ces fonctions est appliquée sur 3 des 5 variables disponibles. Les variables sont mises à jour pour le tour suivant grâce à des permutations et une rotation. En résumé, le SHA-1 change sa méthode de calcul tous les 20 tours et utilise les sorties des tours précédents. A la fin des 80 rondes, on additionne le résultat avec le vecteur initial et les cinq variables concaténées (5 · 32 = 160 bits) représentent la signature. Pour plus de détails, voir Spécifications SHA-1.

Exemples

Voici la signature obtenue sur une phrase : :SHA1("Wikipedia, l'encyclopedie libre et gratuite") = c18cc65028bbdc147288a2d136313287782b9c73 En modifiant un caractère, la signature change radicalement : :SHA1("Wikipedia, l'encyclopedie libre et gratuitE") = 3981d4f03f2732e582f629ba27af75a213cfc7f3 Le SHA-1 est un excellent générateur de nombres pseudo-aléatoires (comme beaucoup de fonctions de hachage) et il passe avec succès tous les tests statistiques. Un test conduit par Eric Filiol a confirmé la qualité mathématique des sorties qui sont "plus aléatoires" que celles de RIPEMD-160 ou SHA-0.

Le SHA-1 en mode chiffrement

Contrairement à ce que l'on peut penser, une fonction de hachage peut être utilisée pour chiffrer moyennant quelques modifications. Dans le cas du SHA-1, il existe un algorithme de chiffrement symétrique, SHACAL que l'on doit à Helena Handschuh et David Naccache.

La famille SHA

Une itération de SHA-2 Des versions offrant plus de sécurité sont également disponible : SHA-256, SHA-384 et SHA-512. Comme leur nom l'indique, ces versions fournissent des signatures de 256, 384 et 512 bits. Une variante a été récemment ajoutée, le SHA-224 assure une compatibilité avec la longueur de deux clés qui seraient utilisées pour du Triple DES (4 clés de 56 bits, le 3DES utilise 3 clés de 56 bits). ==
Sujets connexes
Adi Shamir   Antoine Joux   Chiffrement   Cryptographie   Cryptographie symétrique   David Naccache   Eli Biham   Fonction de hachage   Générateur de nombres pseudo-aléatoires   MD4   MD5   National Security Agency   Oswald   Paradoxe des anniversaires   RIPEMD-160   Ronald Rivest   SHA-0   SHA-224   SHA-256   SHA-384   SHA-512   SHACAL   Spécifications SHA-1   Standard de chiffrement avancé   Tiger (hash)   Triple DES   Whirlpool (algorithme)   XOR   Yiqun Lisa Yin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^