James Joyce

Infos
James Augustine Aloysius Joyce (2 février 1882 à Dublin - 13 janvier 1941 à Zurich), romancier et poète irlandais expatrié, considéré comme un des écrivains les plus influents du XXe siècle. Ses œuvres majeures sont un recueil de nouvelles Les Gens de Dublin (1914) et des romans Dedalus (1916), Ulysse (1922), et Finnegans Wake (1939). Bien qu'il ait passé la majeure partie de sa vie en dehors de son pays natal, l'expérience irlandaise de
James Joyce

James Augustine Aloysius Joyce (2 février 1882 à Dublin - 13 janvier 1941 à Zurich), romancier et poète irlandais expatrié, considéré comme un des écrivains les plus influents du XXe siècle. Ses œuvres majeures sont un recueil de nouvelles Les Gens de Dublin (1914) et des romans Dedalus (1916), Ulysse (1922), et Finnegans Wake (1939). Bien qu'il ait passé la majeure partie de sa vie en dehors de son pays natal, l'expérience irlandaise de Joyce est essentielle dans ses écrits et est la base de la plupart de ses œuvres. Son univers fictionnel est ancré à Dublin et reflète sa vie de famille, les évènements, les amis (et les ennemis) des jours d'école et de collège. Ainsi, il est devenu à la fois le plus cosmopolite et le plus local des grands écrivains irlandais.

Vie

Dublin, 1882-1904

originaire de Cork, possède une petite usine de sel et de chaux. En 1887, il est employé comme receveur des impôts par la Dublin Corporation. La famille déménage alors dans la nouvelle banlieue à la mode de Bray. En 1891, James écrit un poème, Et Tu Healy, sur la mort de Charles Stewart Parnell. Son père le fait imprimer et envoie même une copie à la Bibliothèque du Vatican. En novembre de la même année, John Joyce entre dans la Stubbs Gazette (un registre officiel de la banqueroute). C'est le commencement d'une descente familiale vers la pauvreté, principalement due à la tendance du père à boire et à sa mauvaise gestion financière. Joyce avait débuté ses études chez les jésuites au Clongowes Wood College, dans le comté de Kildare. Lorsque son père n'est plus capable de payer, Joyce étudie brièvement à l'école des Christian Brothers sur North Richmond Street à Dublin, avant qu'on ne lui offre une place au collège jésuite de Dublin Belvedere College en 1893. L'offre lui est faite dans la perspective d'intégrer l'ordre des jésuites. Mais Joyce rejette le catholicisme dès l'âge de 16 ans, bien que la philosophie de Saint Thomas d'Aquin ait continué d'exercer sur lui une grande influence tout au long de sa vie. La statue de James Joyce à Dublin Il entre en 1898 à l'University College, à Dublin, où il suit un enseignement de lettres et de langues modernes (français et italien). Il se met à fréquenter les cercles littéraires de la ville. Sa critique de la dernière pièce d'Ibsen, en 1900, lui vaut une lettre de remerciement de la part de l'auteur norvégien. Durant ces années, il écrit de nombreux articles et au moins deux pièces de théâtre, aujourd'hui perdues. La plupart des amis qu'il se fait à l'université apparaîtront comme personnages dans son œuvre écrite. Après son diplôme, en 1903, il fait un premier séjour à Paris, officiellement pour étudier la médecine mais en réalité il dilapide l'argent que sa famille avait pu difficilement lui procurer. Il revient en Irlande après quelques mois, lorsqu'un cancer est diagnostiqué chez sa mère. Il refuse de prier à son chevet ce qui révèle son agnosticisme. Après la mort de sa mère, il continue de boire beaucoup et les conditions de vie au foyer des Joyce deviennent très mauvaises. Il vivotte en écrivant des compte-rendus de livres, en enseignant et en chantant. Le 7 janvier 1904, il écrit en un jour une esquisse autobiographique intitulée Portrait de l’artiste, qui est rejeté par le magazine libre penseur Dana. Il décide lors de son 22ème anniversaire de développer l'histoire en un long roman Stephen le héros, dont la forme élaborée paraîtra sous le titre Dedalus (Portrait de l’artiste en jeune homme). Le 16 juin 1904, il fait la connaissance de Nora Barnacle, une jeune femme originaire du Connemara, Comté de Galway, qui travaille comme femme de chambre. Il en tombe amoureux. Cette date de leur premier rendez-vous est aussi la date de l'action d' Ulysse. Joyce reste plus souvent à Dublin, buvant énormément. Au cours d'une beuverie, il se bat avec un homme à la suite d'un malentendu au Phoenix Park, près de Dublin; il est ramassé par une vague connaissance de son père, Alfred H. Hunter, qui le ramène chez lui pour le soigner. Hunter, qui est réputé être juif et avoir une femme infidèle, servira comme un des modèles de Leopold Bloom, le personnage principal dUlysse. Il fait venir un étudiant en médecine Oliver St John Gogarty, qui formera la base du caractère de Buck Mulligan dans Ulysse. Après être resté dans la Tour Martello de Gogarty pendant six nuits, il la quitte au milieu de la septième à la suite d'une altercation avec Gogarty, qui dirigeait un pistolet dans sa direction. Il retourne à pied à Dublin, reste chez des amis pour la nuit et envoie le lendemain l'un d'entre eux chercher ses affaires dans la tour. Peu après il rejoint le continent avec Nora.

Trieste et Zurich, 1904-1920

Joyce et Nora s'imposent un exil volontaire, d'abord à Zurich, où Joyce doit obtenir, par l'intermédiaire d'un agent en Angleterre, un poste d'enseignant en anglais à l'école Berlitz. Mais l'agent a été escroqué et le directeur de l'école l'envoie à Trieste, en Autriche-Hongrie. Là encore, il échoue mais avec l'aide de Almidano Artifoni, directeur de la Trieste Berlitz school, il trouve finalement un poste d'enseignement à Pola, qui fait alors partie de l'Austro-Hongrie (actuellement en Croatie). Joyce reste là-bas d'octobre 1904 à mars 1905, lorsque les autrichiens découvrent un réseau d'espionnage dans la ville et expulsent tous les étrangers. Avec l'aide d'Artifoni, il retourne alors à Trieste et commence à enseigner l'anglais. Il reste à Trieste pendant la plupart des 10 années suivantes. Cette même année, Nora donne naissance à leur premier enfant, George. Il put alors persuader son frère, Stanislaus, de le rejoindre à Trieste, et lui assure un poste d'enseignant à l'école. Officiellement il s'agit de répondre au besoin de l'école et d'offrir à son frère une vie plus intéressante que celle que lui procure le simple emploi de clerc qu'il a laissé à Dublin. Mais en réalité Joyce espère ainsi augmenter les maigres revenus de sa famille avec les gains de son frère. Les relations entre Stanislaus et Joyce se tendent pendant toute cette période où ils vivent ensemble à Trieste, principalement en raison de la tendance de Joyce à « flamber » et à boire. Un de ses étudiants à Trieste est Ettore Schmitz (plus connu sous le pseudonyme de Italo Svevo); ils se sont connus en 1907 et sont devenus amis, s'échangeant des critiques mutuelles. Schmitz est juif, et devient le principal modèle du personnage de Leopold Bloom dans Ulysse ; la plupart des détails concernant la foi juive contenus dans Ulysse (roman) proviennent des réponses de Schmitz aux questions de Joyce. Joyce passe la plupart du reste de sa vie sur le continent. C'est à Trieste qu'il commence à souffrir de ses problèmes oculaires qui se traduiront par une douzaine d'opérations jusqu'à sa mort. Nostalgique de l'errance du début de sa vie, Joyce est frustré de sa vie à Trieste : il déménage à Rome à la fin 1906, ayant obtenu une situation stable dans une banque. Mais il n'aime pas la vie à Rome et retourna à Trieste au début de l'année 1907. Sa fille Lucia naît au printemps de cette année-là. Joyce retourne à Dublin à l'été 1909 avec George, pour rendre visite à son père, lui faire faire la connaissance de son fils et publier Les gens de Dublin. Il rend également visite pour la première fois à la famille de Nora à Galway (une visite réussie à son avis). Alors qu'il s'apprête à retourner à Trieste, il décide d'emmener une de ses sœurs pour aider Nora à s'occuper de la maison. Il ne reste qu'un mois à Trieste avant de revenir à nouveau à Dublin, cette fois comme représentant de propriétaires de cinéma avec la projet d'ouvrir une salle à Dublin. C'est une réussite (qui deviendra un échec en son absence), et il repart à Trieste en janvier 1910 accompagné de son autre sœur, Eileen. Alors qu'Eva a le mal du pays, et retourne à Dublin quelques années plus tard, Eileen passe le reste de sa vie sur le continent, se mariant finalement avec le banquier tchèque Frantisek Schaurek. Joyce revient brièvement à Dublin à l'été 1912, toujours en conflit avec son éditeur George Roberts à propos de la publication de Gens de Dublin. Son voyage est vain, et à son retour en Italie il écrit le poème « Gas from a Burner » , pour critiquer Roberts. Il n'ira plus par la suite en Irlande, malgré les prières de son père et les invitations de son compatriote William Butler Yeats. Joyce réfléchit en permanence à comment gagner de l'argent rapidement. Il pense importer du tweed irlandais à Trieste, mais le projet n'aboutit pas. Cependant, il ne sombre jamais dans la misère, grâce aux revenus tirés de sa place à l'école Berlitz et de cours particuliers. La plupart des personnes qu'il rencontre au travers de ces cours ne lui seront d'aucun secours lorsqu'il voudra quitter l'Autriche-Hongrie pour la Suisse en 1915. Pour échapper aux difficultés de la vie dans un pays en guerre, il s'installe en effet à Zurich cette année-là, et y rencontre celui qui restera son meilleur ami jusqu'à sa mort, Frank Budgen, auquel Joyce se réfèrera en permanence durant la rédaction d
Ulysses et Finnegans Wake. C'est aussi dans cette ville qu'Ezra Pound le signale à l'éditeur et féministe anglaise Harriet Shaw Weaver, qui deviendra le mécène de Joyce, lui fournissant jusqu'à la fin de sa vie assez de livres pour vivre sans avoir à enseigner. À la fin de la guerre, il revient brièvement à Trieste, mais trouve que la ville avait changé, et s'entend encore moins bien qu'avant avec son frère, qui avait été interné des les prisons autrichiennes à cause de ses positions pro-italiennes. Joyce accepte en 1920 une invitation d'Ezra Pound pour une semaine à Paris, où il va rester durant vingt ans.

Paris et Zurich, 1920-1941

Après avoir passé une grande partie de la guerre à Zurich (1915-1919), il retourne à Trieste quelques mois avant de s'installer en 1920 à Paris sur les conseils d'Ezra Pound. Il y rencontre Valéry Larbaud, qui le présente au Tout-Paris littéraire, ainsi que Sylvia Beach qui publie l’édition originale dUlysse en 1922 et Adrienne Monnier qui en publie la traduction française en 1929. Le livre a de nombreux ennuis avec les censures anglo-saxonnes. À partir de 1923, il commence son « Work in Progress », dont il devait faire paraître pendant plus de quinze ans de nombreux fragments soit dans des revues, soit sous forme de plaquettes (notamment Anna Livia Plurabelle en 1928), avant la publication complète sous le titre de Finnegans Wake, simultanément à Londres et à New York en 1939. Joyce voyage souvent en Suisse pour des opérations des yeux et des traitements pour Lucia qui souffre de schizophrenie. À Paris, Maria et Eugene Jolas nourrissent Joyce pendant les longues années où il écrit Finnegans Wake. Sans leur indéfectible soutien (et aussi sans le soutien financier d'Hariet Shaw Weaver), il est probable que ses livres n'auraient jamais été finis ou publiés. Dans leur magazine littéraire Transition, aujourd'hui légendaire, les Jolas publient sous forme de feuilleton plusieurs sections du roman de Joyce sous le titre Work in Progress. (Travail en cours). Joyce retourne vivre à Zurich après l'occupation de la France par les Nazis en 1939. En 1940, "l'Irlandais" (surnom de Joyce depuis son arrivée dans l'Hexagone) s'installe de nouveau en France, à Saint-Gérand-le-Puy, dans l'Allier. Après un an de repos, il décide de retourner à Zurich, pour y finir sa vie. Le 11 janvier 1941, il est hospitalisé pour une perforation d'ulcère au duodenum. Après plusieurs jours de répit, il tombe dans le coma. Il se réveille à 2 heures du matin le 13 janvier 1941 et demande à une infirmière d'appeler sa femme et son fils avant de perdre à nouveau conscience. Ils sont en chemin lorsqu'il meurt, quinze minutes plus tard. Il est incinéré au cimetière de Fluntern à portée des rugissements des lions du zoo de Zurich. Sa femme Nora, qu'il avait finalement épousée à Londres en 1931, lui a survécu pendant dix ans. Incinérée également, elle repose à ses côtés ainsi que leur fils, mort en 1976.

Influence

Joyce a été l'objet de nombreuses études. Il a exercé également une grande influence sur des écrivains aussi divers que Samuel Beckett, Jorge Luis Borges, Flann O'Brien (qui fait de l'écrivain un des protagonistes de son roman L'archiviste de Dublin), Máirtín Ó Cadhain, Salman Rushdie, Philippe Sollers, Thomas Pynchon, William Burroughs, Jack Kerouac, Robert Anton Wilson, Joseph Campbell, Barry McCrea et bien d'autres. Nombre de critiques du ont prétendu que l'œuvre de Joyce avait eu un effet désastreux sur la fiction moderne et post-moderne, créant des générations d'écrivains qui abandonnaient la grammaire, la cohérence et la trame de leur histoire en faveur de divagations nombrilistes illisibles. Des intellectuels comme Vladimir Nabokov portaient un regard mitigé sur les ouvrages de Joyce, encensant certains livres tout en en condamnant d'autres (dans le cas de Nabokov, Ulysse est un chef-d'œuvre, et Finnegans Wake une horreur). L'influence de Joyce s'exerce aussi dans d'autre domaines que la littérature. Ainsi, la phrase « Three Quarks for Muster Mark » (Trois quarks pour Monsieur Mark) dans Finnegans Wake est à l'origine du mot quark utilisé en physique nucléaire ; il a été proposé par le physicien Murray Gell-Mann, qui en avait fait la découverte scientifique. La phrase est chantée par un chœur d'oiseaux de mer et signifie « trois acclamations » ou -- d'après les notes de Joyce-- « trois railleries ». Le philosophe Jacques Derrida a écrit un livre sur l'usage du langage dans Ulysse, le philosophe américain Donald Davidson a comparé Finnegans Wake avec les textes de Lewis Carroll. Le psychanalyste Jacques Lacan a consacré ses séminaires de 1975/1976 à l'exposition d'un de ses grands concepts, le "sinthome", inspiré par son étude de l'œuvre et de la personnalité de Joyce. Vladimir Nabokov admirait beaucoup Ulysse, le citant parmi les œuvres majeures de la prose du XXe siècle, avec La Métamorphose de Franz Kafka. Jorge Luis Borges portait aux nues Finnegans Wake.
Finnegans Wake revient plusieurs fois dans le roman de Tom Robbins Fierce Invalids Home from Hot Climates. Joyce est fêté chaque seizième jour de juin à Dublin par le Bloomsday. À Dedham, Massachusetts, a lieu chaque année la , course de dix kilomètres mêlée de lectures des œuvres de l'auteur.

Œuvres majeures

Poésie
-
The Holy Office (1904)
-
Chamber Music (Musique de Chambre) (1907)
-
Gas from a burner (De l'eau dans le gaz) (1912)
-
Poems penyeach (Dix sous de poèmes) (1927)
-
Collected Poems (1936)
Romans
- A portrait of the Artist as a Young Man (
Portrait de l'artiste en jeune homme) ( 1916) A Portrait of the Artist as a Young Man est une réécriture presque complète du roman Stephen Hero, dont Joyce, dans un accès de colère, avait détruit une partie du manuscrit lors d'une dispute avec Nora. Il s'agit d'un roman autobiographique du passage à l'âge adulte dans lequel Joyce raconte l'approche progressive à la maturité et à la conscience de soi d'un jeune homme doué, dans ce künstlerroman, c’est-à-dire l'histoire du développement personnel de l'artiste. Le personnage central, Stephen Dedalus, est basé sur James Joyce en personne. Quelques signes avant-coureurs des techniques que Joyce sera amené à utiliser plus tard de manière répétée, comme l'utilisation du monologue intérieur et des références à la réalité psychique du personnage plutôt que son environnement réel, sont évidents dans ce roman. Joseph Strick a réalisé un long métrage à partir de l'ouvrage en 1977 avec notamment Luke Johnston, Bosco Hogan, T.P. McKenna et John Gielgud.
-
Ulysses (Ulysse) (1922) 200px Alors qu'il complétait son travail sur Dubliners (Les gens de Dublin) en 1906, Joyce envisagea d'ajouter une autre histoire centrée sur un scénariste de publicité Juif du nom de Leopold Bloom sous le titre d'« Ulysse». Bien qu'il n'ait pas inclus cette histoire dans l'œuvre à l'époque, il commença finalement à travailler sur un roman basé à la fois sur le titre et l'idée d'origine en 1914, dont l'écriture fut achevée en octobre 1921. Il consacra trois mois supplémentaires à la relecture et à la correction de l'ouvrage, avant d'arrêter toute son activité peu avant la date butoir qu'il s'était lui-même imposée, c’est-à-dire l'anniversaire de ses quarante ans (2 février 1922).
-
Finnegans Wake (1939)
-
Stephen the hero (Stephen le héros) (1944)
Nouvelles
-
Dubliners (Les gens de Dublin) (1914) Les expériences irlandaises de Joyce constituent un élément essentiel de ses écrits, et apportent tous les cadres pour sa fiction et une grande part de la matière de ses histoires. Son premier ouvrage de nouvelles, Les gens de Dublin (Dubliners en anglais), est une analyse pénétrante de la stagnation et de la paralysie de la société de Dublin. Les nouvelles contiennent des « épiphanies », un mot particulièrement utilisé par Joyce, par lequel il décrivait une soudaine prise de conscience de l'« âme » de quelque chose. La dernière histoire, également la plus connue de l'ouvrage, « The Dead » (« Les morts » en anglais), fut mise en scène par John Huston en 1987. Théâtre'
-Exiles (Les Exilés) (1918)

Citations

- L'homme et la femme, l'amour qu'est-ce ? Un bouchon et une bouteille.
- La reproduction est le commencement de la mort.
- Est-ce que personne ne comprend ? (sur son lit de mort)

Citations à propos de Joyce

-Dans une journée de Dublin, il est possible de retrouver Odyssée tout entière. (Michel Butor)
-Joyce connait l'âme féminine comme s'il était la grand-mère du diable. (Carl G. Jung)
-Il est presque infini. (Jorge Luis Borges)

Bibliographie

Sur James Joyce

- Joyce et Cie, dans Théorie des exceptions Philippe Sollers Folio essais Gallimard n°28
-James Joyce (Dubliners, A portrait...), chez Ophrys (collection "Des auteurs et des Œuvres") par Lorie-Anne Duech.
- Auteur central dans le graphic novel autobiographique d'Alison Bechdel: Funeral Home (Denoël)
-
- Adams, David. Colonial Odysseys: Empire and Epic in the Modernist Novel. Cornell University Press, 2003. ISBN 0-8014-8886-9.
- Borges, Jorge Luis, (ed.) Eliot Weinberger, Borges: Selected Non-Fictions, Penguin (October 31, 2000). ISBN 0-14-029011-7.
- Bradley, Bruce. James Joyce's Schooldays. New York: St. Martin's Press, 1982; and Dublin: Gill & MacMillan, 1982. ISBN 9780312439781
- Budgen, Frank. James Joyce and the Making of 'Ulysses' , and other writings. Oxford University Press, 1972. ISBN 0-19-211713-0.
- Burgess, Anthony, Joysprick: An Introduction to the Language of James Joyce (1973), Harcourt (March 1975). ISBN 0-15-646561-2.
- Burgess, Anthony, Here Comes Everybody: An Introduction to James Joyce for the Ordinary Reader , Faber & Faber (1965), ISBN 0571063950; (also published as Re Joyce OCLC 3873146); Hamlyn Paperbacks; Rev. ed edition (1982). ISBN 0-600-20673-4.
- Cavanaugh, Tim,
"Ulysses Unbound: Why does a book so bad it "defecates on your bed" still have so

- Clark, Hilary, The Fictional Encyclopaedia: Joyce, Pound, Sollers. Taylor & Francis, 1990. ISBN 978-0-8240-0006-6.
- Deming, Robert H. (Ed.) James Joyce: The Critical Heritage. Routledge, 1997. ISBN 978-0-203-27490-3.
- Dettmar, Kevin J. H. (Ed.) Rereading the New: A Backward Glance at Modernism. University of Michigan Press, 1992. ISBN 978-0-472-10290-7.
- Ellmann, Richard. James Joyce. Oxford University Press, 1959, revised edition 1983. ISBN 0-19-503381-7.
- Gluck, Barbara Reich, Beckett and Joyce: Friendship and Fiction. Bucknell University Press, 1979. ISBN 0-8387-2060-9.
- Gravgaard, Anna-Katarina, Could Leopold Bloom Read Ulysses?, University of Copenhagen, 2006.
- Hopper, Keith, Flann O'Brien: A Portrait of the Artist as a Young Post-Modernist, Cork University Press (May 1995). ISBN 1-85918-042-6.
- Igoe, Vivien, A Literary Guide to Dublin. ISBN 0-413-69120-9.
- Levin, Harry (ed. with introduction and notes), The Essential James Joyce. Cape, 1948. Revised edition Penguin in association with Jonathan Cape, 1963.
- MacBride, Margaret, Ulysses and the Metamorphosis of Stephen Dedalus. Bucknell University Press, 2001. ISBN 0-8387-5446-5.
- Max, D. J., "The Injustice Collector", The New Yorker, 2006-06-19.
- Nabokov, Vladimir, Lectures on Ulysses: A Facsimile of the Manuscript. Bloomfield Hills/Columbia: Bruccoli Clark, 1980. ISBN 0-89723-027-2.
- Pepper, Tara. Portrait of the Daughter: Two works seek to reclaim the legacy of Lucia Joyce Newsweek International. March 8, 2003.
- Quillian, William H. Hamlet and the new poetic: James Joyce and T. S. Eliot. Ann Arbor, MI: UMI Research Press, 1983.
- Perelman, Bob. The Trouble with Genius: Reading Pound, Joyce, Stein, and Zukofsky. Berkeley, CA: University of California Press, 1994.
- Read, Forrest. Pound/Joyce: The Letters of Ezra Pound to James Joyce, with Pound's Essays on Joyce. New Directions, 1967.
- Sherry, Vincent B. James Joyce: Ulysses. Cambridge University Press. 2004. ISBN 0-521-53976-5.
- Shloss, Carol Loeb. Lucia Joyce: To Dance in the Wake. ISBN 0-374-19424-6
- Williamson, Edwin, Borges: A Life, Viking Adult (August 5, 2004). ISBN 0-670-88579-7.

Sur Ulysse

- Blamires, Harry. The New Bloomsday Book: A Guide through Ulysses Routledge. ISBN 0-415--00704-6.
- Groden, Michael Ulysses in Progress. Princeton, NJ: Princeton University Press, 1977. Paperback Edition. Princeton, NJ: Princeton University Press, 1987.
- Kenner, Hugh. Ulysses. London: George Allen and Unwin. 1980. ISBN 0-04-800003-5.
- Mood, John. Joyce's "Ulysses" for Everyone, Or How to Skip Reading It the First Time. Bloomington, Indiana: Author House, 2004. ISBN 1-4184-5104-5

Sur Finnegans' Wake

- Beckett, Samuel; William Carlos Williams; et al. Our Exagmination Round His Factification For Incamination Of Work In Progress. Shakespeare and Company, 1929.
- Burgess, Anthony (ed.) A Shorter 'Finnegans Wake', 1969.
- Campbell, Joseph and Henry Morton Robinson. A Skeleton Key to Finnegans Wake, 1944. New World Library; New Ed edition (May 10, 2005) ISBN 1-57731-405-0.
- Concic-Kaucic, Gerhard Anna. /S/E/M/EI/ON/ /A/OR/IST/I/CON/ II oder zur Autobiographie Sem Schauns. Wien: Passagen Verlag, 1994. ISBN 3-85165-039-5.
- McHugh, Roland. Annotations to Finnegans Wake The Johns Hopkins University Press, 1991. ISBN 978-0-8018-4190-3.
- Tindall, William York. A Reader's Guide to Finnegans Wake. Syracuse University Press, 1996 (First published 1969).

Biographie

Richard Ellmann: Joyce, Gallimard, 1962 ==
Sujets connexes
Adrienne Monnier   Angleterre   Autriche   Autriche-Hongrie   Barry McCrea   Bloomsday   Bray   Cambridge University Press   Catholicisme   Charles Stewart Parnell   Cimetière de Fluntern   Compagnie de Jésus   Comté de Galway   Comté de Kildare   Connemara   Cork   Dedalus   Dedham   Donald Davidson   Dublin   Eugene Jolas   Ezra Pound   Finnegans Wake   Flann O'Brien   Franz Kafka   Français   Galway   Hongrie   Irlande   Italien   Italo Svevo   Jack Kerouac   Jacques Derrida   Jacques Lacan   John Huston   Jorge Luis Borges   Joseph Campbell   La Métamorphose   Leopold Bloom   Les Exilés   Les Gens de Dublin   Lewis Carroll   Livre sterling   Londres   Massachusetts   Michel Butor   Murray Gell-Mann   Máirtín Ó Cadhain   New York   Norvège   Oliver St John Gogarty   Paris   Philippe Sollers   Phoenix Park   Première Guerre mondiale   Quark   Robert Anton Wilson   Rome   Routledge   Salman Rushdie   Samuel Beckett   Sinthome   Stanislaus Joyce   Suisse   Sylvia Beach   Thomas Pynchon   Tom Robbins   Tour Martello   Trieste   Troisième Reich   Tweed (tissu)   Ulysse   Ulysse (roman)   University College Dublin   Vladimir Nabokov   William Butler Yeats   XXe siècle   Zurich  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^