Placebo (pharmacologie)

Infos
Un médicament placebo contient des substances supposées neutres, c'est-à-dire sans effet pharmacologique démontré dans la pathologie considérée, administré dans le but de plaire au patient (du latin placebo, je plairai). Par extension, on considère comme placebo une substance pharmacologiquement active, mais dépourvue d'effet intrinsèque sur la pathologie présentée par le patient, par exemple la prescription d'une vitaminothérapie dans les états dépressif
Placebo (pharmacologie)

Un médicament placebo contient des substances supposées neutres, c'est-à-dire sans effet pharmacologique démontré dans la pathologie considérée, administré dans le but de plaire au patient (du latin placebo, je plairai). Par extension, on considère comme placebo une substance pharmacologiquement active, mais dépourvue d'effet intrinsèque sur la pathologie présentée par le patient, par exemple la prescription d'une vitaminothérapie dans les états dépressifs. Par extension également, des techniques médicales non efficaces (simulacres d'interventions chirurgicales, de traitement par radiations, ionisantes ou non, de prise en charge psychologique) sont également appelées placebos. L'effet placebo est défini comme l'écart positif constaté entre le résultat thérapeutique observé lors de l'administration d'un médicament et l'effet thérapeutique prévisible en fonction des données strictes de la pharmacologie. L'effet d'un médicament actif comporte pour une part un effet placebo. Par exemple si l'on ressent une amélioration de la douleur après prise de d'un placebo d'aspirine, il s'agit de l'effet du placebo. Si l'on ressent une amélioration quelques minutes après la prise d'aspirine, à un moment où sa concentration sanguine n'est pas mesurable, il s'agit de l'effet placebo de la substance active qu'est l'aspirine.

Historique

Le terme apparaît dans le sens médical dès 1785 dans des publications américaines. Le terme, étant latin, était employé dans d'autres sens, celui de "courtisan". Il perdra cette signification en France au début des années 60 pour ne conserver que l'actuelPatrick Lemoine, Le mystère du placebo, éditions Odile Jacob, p137-138.

Efficacité du placebo

Le placebo a une efficacité prouvée chez le sujet sainRosenweig G, Brohier S, Zipfel A : The placebo effect in healthy volunteers : influence of experimental conditions on physiological parameters during phase I studies Br J Clin Pharmacol 1995 , avec une moyenne de patients ressentant un effet quelconque de 15 à 25% selon les études. Dans ce cas particulier, 50% des patients décrivent l'effet ressenti comme bénéfique, et 50% comme nocif. Le placebo a également un effet démontré chez l'animal domestique, probablement par modification de la relation avec le maître. Le seul fait d'annoncer à des volontaires qu'ils allaient absorber un analgésique puissant active la libération d'endorphines lors d'une stimulation douloureuse.Placebo-Induced Changes in fMRI in the Anticipation and Experience of Pain. Tor D. Wager et coll. Science février 2004

Facteurs modifiant l'activité

Le charisme et l'écoute du médecin prescripteur renforcent bien entendu l'effet placebo. La durée de la consultation, son prix et la difficulté d'obtenir une consultation jouent également un rôle. Il n'a pas été mis en évidence de profil type de patient répondeur au placebo, que ce soient des critères intellectuels, culturels, ethniques ou psychopathologiques. Par contre, les pathologies répondant au placebo sont celles dont la charge émotionnelle et la part psycho somatique sont les plus grandes, telles que dépression, douleur chronique, asthme, troubles digestifs etc.

Pharmacodynamie et pharmacocinétique

Le placebo a, comme tout médicament, une pharmacocinétique et une pharmacodynamie. Notamment, la voie d'administration influe sur l'intensité de l'effet et la rapidité d'action. Une injection possède ainsi une plus grande efficacité et un effet plus rapide que la prise de comprimés. L'administration sous forme de gouttes ou de granules augmente également l'efficacité du placebo, probablement en nécessitant une participation et une attention soutenue (compter les gouttes, avaler les granules un par un). Il existe une relation dose dépendante de l'efficacité, un traitement par 4 comprimés étant plus actif que par deux comprimés. L'aspect et la couleur ont également une action, une solution rouge étant plus active qu'une solution incolore.

Mesure de l'efficacité

Le placebo agit non seulement sur des signes subjectifs (douleur, anxiété, dépression, etc.), mais également sur des signes mesurables cliniques (fréquence cardiaque, pression artérielle) et biologique (ionogramme sanguin, cortisolémie, numération leucocytaire).

Effets indésirables

Le placebo peut entraîner des effets indésirables, dits nocebo.

Indications

L'utilisation d'un placebo est indispensable dans les essais cliniques pour obtenir un groupe contrôle avec une analyse en simple aveugle (le patient ne sait pas ce qu'il reçoit) ou en double aveugle (ni le médecin, ni le patient ne connaissent ce qui est donné). Le premier essai de ce style date du début des années 50. Le placebo peut être également utilisé à titre d'aide au diagnostic dans les troubles fonctionnels, quoique l'efficacité symptômatique du placebo ne soit pas un argument suffisant pour conclure à l'absence de pathologie organique.

Notes et références

Notes

Bibliographie

-Aulas J.-J., Placebo, chronique d'une mise sur le marché, Éditions Science Infuse, Paris, 2003,
-Lemoine Patrick, Le mystère du placebo, Éditions Odile Jacob, Paris, 1996, ===
Sujets connexes
Effet placebo   Essai clinique   Ionogramme   Pharmacocinétique   Pharmacodynamie   Philippe Pignarre   Pression artérielle   Recherche médicale  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^