Bilan (premiers secours)

Infos
Le bilan est l'opération qui consiste à évaluer l'état d'une victime. Il conditionne les gestes de premiers secours qui seront faits ainsi que l'alerte qui sera passée. Le bilan de la victime intervient après la protection. ---- Note : la première analyse de la situation (ce qui s'est passé, analyse du danger résiduel débouchant sur la protection) est parfois appelé bilan circonstanciel ; ceci est traité dans l'article Protection (p
Bilan (premiers secours)

Le bilan est l'opération qui consiste à évaluer l'état d'une victime. Il conditionne les gestes de premiers secours qui seront faits ainsi que l'alerte qui sera passée. Le bilan de la victime intervient après la protection. ---- Note : la première analyse de la situation (ce qui s'est passé, analyse du danger résiduel débouchant sur la protection) est parfois appelé bilan circonstanciel ; ceci est traité dans l'article Protection (premiers secours). Le bilan circonstanciel conditionne lui aussi l'alerte qui sera passée. ----

Bilan vital

Il s'agit de déterminer, en moins de 30 secondes, si la personne présente un risque imminent de décéder. La première inspection est visuelle :
- Voit-on un saignement abondant (hémorragie) ? Dans ce cas, il faut arrêter le saignement avant de passer à la suite du bilan.
- Est-ce que la victime bouge spontanément, a les yeux ouverts ?
- Si oui, est-ce qu'elle peut respirer ou bien est-ce qu'elle s'étouffe (la victime fait des efforts pour respirer, aucun son ne sort de sa bouche, pas de parole, pas de toux, la victime est affolée, porte ses mains à sa gorge) ? Si c'est le cas, il faut libérer le passage de l'air avant de poursuivre le bilan. Si la personne ne bouge pas, ne parle pas, alors est-elle consciente ? Pour le savoir,
- on la secoue prudemment par les épaules
- on lui pose une question simple (par exemple « Vous m'entendez ? » « Vous allez bien ? ») Si elle ne réagit ni au contact, ni à la parole, on dit qu'elle est inconsciente. Si elle est inconsciente, alors est-ce qu'elle respire ? Pour le savoir :
- on dégraffe les vêtements qui peuvent gêner la respiration (cravate, foulard, col de la chemise, ceinture, premier bouton du pantalon),
- puis on bascule prudemment la tête en arrière :
- en mettant la main la plus proche de la tête à plat sur le front,
- et en élevant le menton vers le haut avec deux ou trois doigts de la main la plus proche des pieds sous le menton ; en effet, la respiration peut être bloquée par la langue et l'épiglotte qui peuvent se mettre en mauvaise position (la victime étant inconsciente, elle n'a ni tonus musculaire, ni réflexe de survie), le simple fait de basculer la tête peut libérer le passage de l'air et permettre à la personne de respirer (voir l'article Voies aériennes). Ensuite, on approche sa joue du nez et de la bouche de la victime en regardant le ventre ;
- est-ce que l'on sent un souffle sur sa joue ?
- est-ce que l'on voit le ventre ou la poitrine se lever ou se baisser ?
-VES = voir (la cage thoracique bouger), écouter (l'air passer), sentir (le souffle sur sa joue). Si oui (VES positif), alors la victime respire, il faut la tourner sur le côté, en position latérale de sécurité. Sinon (VES négatif), elle ne respire pas, il faut immédiatement prévenir (ou faire prévenir) les secours puis revenir (sachant que le coma entraîne des dommages irréversibles au delà de 8 minutes) pour pratiquer la réanimation cardio-pulmonaire (bouche-à-bouche associé aux compressions thoraciques).
-Bilan vital : séquence temporelle : bilan vital : séquence temporelle Si la personne n'est pas plat-dos, le bilan se fait de la même manière. La vérification de la respiration se fait en basculant de la même façon la tête avec prudence. Si la victime est assise et ceinturée dans une voiture, le sauveteur fera attention, pendant le bilan, à ne pas s'interposer entre le tableau de bord et la victime, en raison du risque de déclenchement intempestif des dispositifs de sécurité, notamment du coussin gonflable explosif (type Airbag®).

Bilan lésionnel

Si la personne est consciente, on va rechercher des signes, des plaintes, des informations qui seront retransmis lors de l'appel aux secours publics. Le médecin du SAMU pourra ainsi avoir une idée des lésions dont souffre la victime, et décider de la réponse à apporter à cette détresse. Dans certains cas, par précaution, on ne mènera pas ce bilan : les circonstances de l'accident sont suffisantes pour supposer des lésions et déclencher le départ des secours. Par exemple, si un piéton ou un deux-roues se fait renverser par un véhicule, ou si une personne fait une chute de hauteur, on va se contenter de dire « Ne bougez surtout pas ! » et d'aller prévenir (ou faire prévenir) les secours ; l'examen est ici inutile, voire dangereux (la personne doit éviter de bouger à tout prix). En dehors de tels cas, on demande donc :
- ce qui s'est passé ; on le demande à la victime, cela nous donne des indications précieuses (notamment, cela permet de savoir si elle se souvient de l'accident et si elle parle de manière cohérente) ;
- comment la personne se sent ;
- si elle personne a mal, et où ;
- si elle peut bouger les membres (doigts, orteils, bras, jambes) - on peut ainsi déceler des blessures cachées, que la victime elle-même pourrait ignorer. Dans certains cas, la personne va nous le dire spontanément, ou bien on verra le problème (par exemple une plaie visible). Sinon, il nous faut rechercher la cause du problème. Si la personne est consciente et bouge sans douleur, il faudra rechercher des signes de malaise avant d'appeler les secours.
-Bilan lésionnel : séquence temporelle : bilan lésionnel : séquence temporelle

Quand prévenir les secours ?

S'il existe un danger persistant que l'on n'a pas pu supprimer, il faut prévenir les secours avant de faire le bilan : le risque de suraccident prime sur le reste (éviter d'avoir plus de victimes avant de s'occuper des personnes déjà touchées). Si le danger est supprimé ou bien balisé mais que l'on a de nombreuses victimes, il faut également prévenir les secours avant de faire le bilan des victimes : seule la présence de secouristes et médecins en nombre suffisant permettra de bien traiter l'événement. Dans un cas simple (danger supprimé ou bien balisé, peu de victimes), on transmettra l'alerte après le bilan, et l'alerte contiendra le bilan :
- en cas de détresse vitale constatée hors arrêt respiratoire (hémorragie, étouffement, inconscience), on passera l'alerte après avoir effectué les gestes de première urgence ;
- en cas d'arrêt circulatoire, on passera l'alerte avant de commencer la réanimation cardio-pulmonaire : la victime a besoin le plus vite possible de matériel paramédical et médical, la rapidité des secours prime devant la réanimation sans matériel ;
- si aucune victime n'a de détresse vitale, on passera l'alerte après le bilan lésionnel. Les anglophones parlent du débat call first vs call fast : appeler d'abord (la rapidité des secours prime sur les gestes de première urgence) ou appeler rapidement (la rapidité des gestes de première urgence prime devant la rapidité des secours).

Voir aussi

- Prompt secours : bilan Bilan Bilan vital, premiers secours de:Diagnostischer Block
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^