Chémorécepteur

Infos
Un chémorécepteur, ou chimiorécepteur est une terminaison nerveuse capable de détecter des substances chimiques et de relayer cette information vers le système nerveux. On peut en trouver en grand nombre dans les bourgeons gustatifs de la langue, dans la muqueuse nasale (olfaction), dans la crosse aortique et les sinus carotidiens. Ils peuvent détecter des stimuli externes (goût, odorat) ou internes (pression partielle de dioxyde de carbone ou de dioxygène, pH...)
Chémorécepteur

Un chémorécepteur, ou chimiorécepteur est une terminaison nerveuse capable de détecter des substances chimiques et de relayer cette information vers le système nerveux. On peut en trouver en grand nombre dans les bourgeons gustatifs de la langue, dans la muqueuse nasale (olfaction), dans la crosse aortique et les sinus carotidiens. Ils peuvent détecter des stimuli externes (goût, odorat) ou internes (pression partielle de dioxyde de carbone ou de dioxygène, pH...)

Cas de la respiration humaine (automatique)

Chémorécepteurs centraux

Mécanisme

Les chémorécepteurs centraux, situés sur la face antérieure du bulbe cérébral, maintiennent constant le PH du liquide céphalo-rachidien (LCR). Lorsque la tension en CO2 (PCO2) du sang augmente, le gaz se diffuse des vaisseaux cérébraux dans le LCR, libérant des protons (H+) qui stimulent les chémorécepteurs.

Réaction

- Le CO2 agit pour des pressions partielles supérieures à 30 mm Hg. Il en résulte une hyperventilation réactionnelle
- L'organisme réagit lentement, en quelques minutes.

Chémorécepteurs périphériques

Mécanisme

Ils sont situés dans les corpuscules carotidiens (reliés par le nerf vague au cerveau) et dans les corpuscules aortiques. Les corpuscules carotidiens sont situés à la bifurcation des artères carotides communes ; les corpuscules aortiques au-dessus et en dessous de la crosse de l’aorte. Ils répondent à la diminution de la PO2 et à l’augmentation de la PCO2 du sang artériel. Ils sont à l'origine de la totalité de l’augmentation ventilatoire en réponse à une hypoxémie artérielle.

Réaction

- La réponse est relativement faible jusqu’à PaO2 < 100 mm Hg
- La réponse est maximale pour une PaO2 < 50 mm Hg.
- Le stimulus CO2 agit pour PaCO2 > 40 mm Hg. Cette réponse est rapide mais elle est bloquée par PaO2 > 200 mm Hg.

Résumé

La PCO2 du sang artériel est le facteur le plus important dans le contrôle de la ventilation. Un abaissement de la PCO2 artérielle permet de réduire le stimulus de ventilation (voir hyperventilation). Catégorie:récepteur de:Chemorezeptor en:Chemosensor ja:化学受容器 mk:Хеморецептор pl:Chemoreceptor ru:Хеморецепция uk:Хеморецепція
Sujets connexes
Dioxyde de carbone   Dioxygène   Hyperventilation   Liquide céphalo-rachidien   Nerf vague   Potentiel hydrogène  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^