Attelle

Infos
Prompt secours > Techniques de prompt secours > Attelle ---- Simulation d'accident ; cobaye sur lequelle on a posé une attelle de membre inférieur gonflable et un collier cervical, l'immobilisation des cervicales étant complétée par un maintien de la tête occipito-mentonnier Une attelle est un dispositif destiné à rigidifier un membre ou à immobiliser une articulation. Les attelles sont utilisées principalement lors d'une atteinte ou suspection d'atteinte traumatique
Attelle

Prompt secours > Techniques de prompt secours > Attelle ---- Simulation d'accident ; cobaye sur lequelle on a posé une attelle de membre inférieur gonflable et un collier cervical, l'immobilisation des cervicales étant complétée par un maintien de la tête occipito-mentonnier Une attelle est un dispositif destiné à rigidifier un membre ou à immobiliser une articulation. Les attelles sont utilisées principalement lors d'une atteinte ou suspection d'atteinte traumatique (choc, coup, chute, faux mouvement). Il s'agit en général d'une immobilisation provisoire pour le transport de la victime vers la structure de soins, mais il peut également s'agir d'une immobilisation intermittente prescrite par un médecin (par exemple, une attelle de jambe peut être portée pour immobiliser le genou lors de la station debout, et être enlevée la nuit). Dans le cas des membres supérieurs, il peut être utile d'employer également une écharpe pour soutenir le poids du membre. Les attelles sont de différentes tailles et formes suivant le membre à immobiliser (avant-bras, bras, jambe, ...) et suivant la morphologie (notamment l'âge) de la victime. L'ancien mot pour « attelle » était « éclisse », on parlait d'« éclisser un membre ».

Les différentes attelles

Écharpes

Les écharpes sont des triangles rectangle de tissus d'environ un mètre de côté. Elles peuvent se poser de trois manières :
- écharpe droite pour soutenir une fracture de l'avant-bras ou du poignet (immobilisation provisoire) ou pour soutenir une attelle de membre supérieur ;
- écharpe droite et contre-écharpe, pour une fracture du bras ;
- écharpe diagonale pour un traumatisme à l'épaule. Voir l'article détaillé Écharpe.

Attelles gonflables

Les attelles gonflables sont des attelles en plastique lavable. La rigidité est assurée par la pression de l'air. Elle sont maintenues autour du membre avec un système de boutonnière ou de fermeture à glissières. Leurs avantages sont :
- le faible coût ;
- la légèreté et la facilité de rangement (elles prennent peu de place) ;
- elles sont invisibles aux rayons X et peuvent donc être laissées en place pour les radiographies. Leurs inconvénients sont :
- elles sont fragiles ;
- elles ne peuvent pas s'adapter à une déformation, et pour les membres inférieurs la jambe et la cuisse doivent être alignés, ce qui peut nécessiter une réduction de la fracture et un réalignement du membre, ce qui ne se fera que sous le contrôle d'un médecin et après sédation (l'opération étant extrêmement douloureuse), avant la pose de l'attelle.

Attelles préformées modelables

Les attelles préformées modelables, dites parfois « Aluform » (marque commerciale, il existe aussi les Aluderm, Blue Splint…), sont constituées de lames d'aluminium déformables entourées de capitonnage. L'attelle prend la forme d'une gouttière, éventuellement coudée, que l'on place autour du membre. La face au contact avec le membre est plastifiée (lavable et désinfectable), l'autre est en velours pour permettre de fixer des sangles Velcro (scratch). Les premiers modèles (attelle de Kramer, attelle de Zimmer) consistaient en une goutière en grillage d'aluminium ; après avoir déformé l'attelle, il fallait la garnir, la rembourrer, puis l'attacher au membre avec des liens. L'attelle est déformée afin de respecter la position du membre et ses éventuelles déformations. Si cela ne suffit pas, le membre devra être réaligné ou la fracture réduite, ce qui ne se fera que sous le contrôle d'un médecin et après sédation (l'opération étant extrêmement douloureuse). Une fois l'attelle mise en place, on positionne les sangles. Celles-ci ne doivent pas être passées là où la personne ressent une douleur (siège supposé du traumatisme). Sur les parties qui risquent de fléchir, on pose les sangles en croix (croisement dans le creux du coude pour le membre supérieur, sur le genou et dans le coup de pied pour le membre inférieur). Puis on termine pour que les extrémités soient tenues. Soit :
- membre inférieur :
- 2 sangles en croix dans le coup de pied,
- 2 sangles en croix sur le genou,
- une sangle transversale en haut de la cuisse
- membre supérieur :
- 1 sangle transversale au poignet, éventuellement qui fait le tour du pouce pour éviter une rotation (pronation/supination) , c'est la sangle la plus étroite
- 2 sangles croisées dans le creux du coude
- une sangle transversale en haut du bras. Bien sûr, il faut savoir s'adapter au traumatisme et au matériel. Une fois toutes les sangles posées, on recontrôle leur serrage (plus on pose de sangle, plus les premières se relâchent). Le serrage devra être suffisant pour assurer une bonne immobilisation, mais pas excessif afin de ne pas comprimer le membre. Les attelles préformées représentent sans doute le meilleur rapport fonctionnalité/prix et sont robustes. Par contre, elles ne sont pas invisibles aux rayons X, et ne peuvent pas s'adapter aux grandes déformations.

Attelles de traction

La fracture du fémur (os de la cuisse) est un traumatisme délicat à prendre en charge, notamment en raison du risque d'hémorragie, l'artère fémorale passant le long de cet os. La prise en charge est normalement médicale : le réalignement du membre est délicat et nécessite une sédation. Le transport nécessite habituellement la pose d'une attelle de traction : cette attelle prend appui sur la hanche ou le haut de la cuisse, et sur le pied ou la cheville, et exerce une force maintenant la rectitude du membre inférieur. Il existe plusieurs dispositifs pour exercer cette force. Les systèmes les plus modernes sont des systèmes à piston, la force étant réglable par la pression que l'on y met. Il existe plusiers modèles : attelle de Thomas-Lardennois, attelle de Donway, attelle de Davis , Kendrick traction device (KTD). Les principaux inconvénients sont :
- la nécessité de sédater, la mise en traction pouvant être extrêmement douloureuse (mais cela concerne toutes les réducitons de fracture) ;
- en raison de la force exercée, le risque de nécrose des parties où s'appuie l'attelle ;
- elle ne doit pas être gardée plus de 6 h.

Collier cervical

Le collier cervical sert à immobiliser les vertèbres cervicales, c'est-à-dire le cou : il restreint les mouvements de la tête par rapport aux épaules. Il est complémentaire d'un dispositif d'immobilisation de la colonne vertébrale (matelas immobilisateur à dépression, plan dur ou attelle d'extraction) Voir l'article détaillé Collier cervical.

Attelles à dépression

L'attelle à dépression la plus communément utilisée est le matelas immobilisateur à dépression (MID, ou matelas « coquille(R) » inventé par Jean LOEB), pour l'immobilisation du dos et du bassin. Il existe aussi des attelles de membre. C'est une enveloppe étanche en toile plastifiée (lavable) contenant des billes de polystyrène et fermée par une valve à robinet. Lorsqu'elle contient de l'air, les billes bougent librement et on peut mouler l'attelle autour du membre. Lorsque l'on aspire l'air avec une pompe (on « fait le vide » dans l'attelle), la dépression plaque les billes les unes contre les autres (avec une force d'une tonne par mètre carré) ce qui rigidifie l'attelle. Ces attelles permettent de s'adapter aux grandes déformations, ce qui est la principale limitation des autres attelles. Par contre, elles sont chères et fragiles, et leur temps de mise en œuvre est plus important. Elles sont très efficace pour les membres inférieurs, moins pour les membres supérieurs, notamment en raison de difficultés pour bloquer le coude.

Plan dur

Le plan dur est une planche rigide (en bois, aluminium ou plastique) que l'on glisse sous le dos d'une victime afin d'immobiliser la colonne vertébrale. L'immobilisation n'est complète qu'avec un collier cervical, un calage latéral et des sangles pour plaquer la victime. C'est une alternative au matelas immobilisateur à dépression. Voir l'article détaillé Plan dur.

Attelle d'extraction

Cette attelle est un corset qui permet l'immobilisation de la colonne vertébrale et facilité les manœuvres de désincarcération. Voir l'article détaillé Attelle d'extraction.

Attelles improvisées

revue pour former un gouttière immobilisation d'un doigt par un autre utilisation de bouts de bois et de liens

Les précautions d'emploi

Maintenir le membre lors de la pose. En cas de suspicion de fracture d'un membre, immobiliser l'articulation supérieure et inférieure.
- Les attelles gonflables ne doivent pas être mises en place sur une fracture ouverte.
- Ne gonflez pas trop l'attelle ; elle doit immobiliser mais pas servir de garrot Problème de la réaxation du membre et de la réduction des fractures ==
Sujets connexes
Aluminium   Artère   Attelle d'extraction   Collier cervical   Cuisse   Désincarcération   Fémur   Matelas immobilisateur à dépression   Matière plastique   Médecin   Nécrose   Os   Piston   Plan dur   Pression   Pronation   Radiographie   Supination   Sédation   Techniques de prompt secours   Triangle   Vertèbre  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^