Guerre sino-japonaise (1937-1945)

Infos
La Seconde Guerre sino-japonaise fut une invasion massive de la partie orientale de la Chine par l'armée impériale japonaise, précédant de quelques mois l'attaque de la Pologne par les forces allemandes, qui est généralement considéré comme marquant le début de la Seconde Guerre mondiale. Elle prit fin avec la reddition du Japon en 1945.
Guerre sino-japonaise (1937-1945)

La Seconde Guerre sino-japonaise fut une invasion massive de la partie orientale de la Chine par l'armée impériale japonaise, précédant de quelques mois l'attaque de la Pologne par les forces allemandes, qui est généralement considéré comme marquant le début de la Seconde Guerre mondiale. Elle prit fin avec la reddition du Japon en 1945.

Appellation de la Guerre sino-japonaise

Côté chinois

La Seconde guerre sino-japonaise est communément connue en mandarin sous le nom de « Guerre anti-japonaise » ou « Guerre pour résister aux Japonais » (, kàngrì zhànzhēng, abréviation de , zhōngguó kàngrì zhànzhēng, « Guerres chinoises pour résister aux Japonais »), de plus en plus simplement abrégé en « Guerre de résistance » (, kàngzhàn). Cependant, en fonction des régions (Hong Kong, Corée, les Philippines, Singapour, la Malaisie, etc.), ce terme ne fait pas toujours référence aux mêmes conflits. En République populaire de Chine, cette guerre est également connue sous le nom des « Huit années de résistance » (, bā nián kàngzhàn). C'est-à-dire des huit années entre l'Incident du pont Marco Polo le 7 juillet 1937 et la fin de la guerre, le 15 août 1945. D'autres régions préfèrent l'expression « Quatorze années de résistance » (, shí sì nián kàngzhàn), faisant remonter le début de la guerre au 18 septembre 1931 (incident du 18 septembre).

Côté japonais

Au tout début du conflit, en juin 1937, la guerre sino-japonaise fut baptisé sous le nom « incident de la Chine septentrionale » ( , Hokushi jihen), terme désignant aujourd'hui l'incident du pont Marco Polo. Ce nom changea un mois après en « Incident chinois » (, Shina jihen) bien que la presse utilisa également parfois le terme « Incident sino-japonais » ( , Nikka jihen). Afin d’éviter des sanctions de la part des nations occidentales, le gouvernement préférait éviter officiellement l'emploi du mot «guerre». Plus tard, la propagande impériale fit du conflit une « Guerre sainte » (, Seisen), qui devait être la première étape de la politique de conquête reflétée par le slogan Hakkō ichiu ( , signifiant ironiquement « fraternité universelle », mais pris dans son sens plus littéral « réunir les huit coins du monde sous un même toit »). Élaboré au 19ème siècle comme un principe devant permettre la promotion de la civilisation et de la culture sous la bannière de l'empereur, ce concept devint durant l'ère Shôwa une justification pour promouvoir la "supériorité" de la "race japonaise" et son droit à conquérir l'Asie. Après l'attaque sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941, la guerre fut officiellement déclarée à la Chine et l'ensemble du conflit prit le nom de « Guerre de la Grande Asie orientale » (, Dai tōa sensō) qui désigne les campagnes du Pacifique et d'Asie du sud-est, fusionnant ainsi la Seconde Guerre sino-japonaise avec la Seconde Guerre mondiale. De nos jours, le terme officiel reste Shina jihen, toujours utilisé par le ministère de la Défense, le ministère de la Santé, du Travail et du Bien public, ou encore dans les annales historiques, ou dans les monuments au morts. Cependant ce terme reste sujet à polémique et fait l'objet de vives critiques. Ainsi :
- le mot jihen, bien que souvent traduit par « incident » peut couvrir des notions aussi fortes que celles de calamité, désastre, émeute ou encore déclaration de guerre. Cependant il s'agit d'un terme assez vague, choisi à l'époque pour éviter de parler de « guerre », ce qui aurait pu à l'époque conduire à des réactions de la part de plusieurs pays. Ainsi les États-Unis, en vertu des ' (ensemble de lois votées entre 1935 et 1939) auraient pu suspendre leurs exportations d'acier au Japon si le conflit avait officiellement pris l'appellation de « guerre ». Le terme jihen fait donc l'objet de critiques et est souvent remplacé par le mot sensō (« guerre ») ;
- le terme Shina – japonisation d'un terme sanskrit désignant la Chine – bien que neutre à l'époque du conflit, fut de plus en plus perçu par les Chinois comme un terme péjoratif, voire raciste. Dès 1946, la Chine demanda à ce que le Japon cesse d'utiliser ce mot qui était devenu intimement lié aux invasions japonaises et aux crimes de guerre qui y furent commis. La signification du caractère shi – « branche » – bien que choisi uniquement pour la phonétique, y compris par les Chinois eux-mêmes, est également perçu comme une insulte supplémentaire (image des Chinois, « branche » mineure, serviles des Japonais qui forment le « tronc »). L'usage du terme Shina est aujourd'hui considéré au Japon au mieux comme archaïque ou poétique, au pire comme politiquement incorrect. À quelques exceptions près, son écriture en kanji est vivement critiquée, et on lui préfère la forme en katakana. Pour ces raisons, les Japonais et la presse japonaise utilisent de plus en plus l'expression « Guerre sino-japonaise » (, Nicchō sensō), considérée comme plus neutre, pour parler de la Seconde Guerre sino-japonaise. Ne considérant pas qu'il y ait de forts liens de cause-conséquence entre les deux guerres sino-japonaises, il n'existe en japonais qu'une seule « guerre sino-japonaise », la première étant connue en japonais sous le nom de « guerre mandchou-japonaise » (, Nisshin sensō).

Vue globale

Charge de soldats Chinois lors de la bataille de Taierzhuang en mars 1938 La plupart des historiens place le début de cette guerre à l’incident du pont Marco Polo ou bataille du pont Lugou , le 7 juillet 1937. Cependant, nombre d’historiens la font commencer à l’incident Mukden du 18 septembre 1931 quand l’armée japonaise du Kantôgun envahit le nord de la Chine et y créa l'état fantoche du Manzhouguo en février 1932, donnant le coup d'envoi à l'expansionnisme du Japon. En août 1937, l'empereur Shōwa autorisa la suspension des conventions internationales sur la protection des prisonniers de guerre. Cette décision permit aux forces impériales de progresser sans avoir à se soucier de mettre en place des mesures pour prendre en charge les prisonniers ou les civils des territoires conquis. En novembre, les Japonais occupèrent Shanghaï après une campagne intensive de bombardement ayant entraîné la mort de milliers de civils. Puis, l’armée showa envahit Nankin et la partie nord du Shanxi dans une campagne impliquant environ soldats japonais et beaucoup plus de chinois. On estime qu’entre et Chinois seront tués dans le massacre de NankinJean-Louis Margolin, "Nankin, 1937. Le premier massacre de la Seconde Guerre Mondiale.", dans L'Histoire, décembre 2007. Les Japonais n’avaient ni l’intention ni la capacité d’administrer directement la partie de la Chine qu’ils occupaient. Leur but était de mettre en place des marionnettes favorables aux intérêts japonais. Cependant la brutalité de leurs méthodes les rendirent très impopulaire et ils refusèrent de négocier tant avec le Kuomintang que les communistes. En 1940, les combats n’étaient plus que de la guérilla. Le gouvernement nationaliste de Kaï-chek Tchang qui avait installé sa capitale à Chongqing, avait convenu depuis 1936 d'une trêve avec les forces communistes de Mao Zedong. Tchang chercha néanmoins à préserver son armée et à éviter une grande bataille avec les Japonais dans l’espoir de battre les communistes une fois les Japonais partis. De plus Tchang ne pouvait risquer une guerre totale contre des armées bien entraînées, équipées et organisées. La plupart des analystes militaires prévoyaient que les Chinois ne pourraient pas continuer le combat alors que la plus grande partie des usines de matériels militaires étaient situés dans les zones sous ou près du contrôle japonais. Les puissances étrangères étaient réticentes à fournir le moindre support - à moins d’avoir des raisons stratégiques – parce qu’ils estimaient que les Chinois allaient perdre la guerre. Ils craignaient que la moindre aide pouvait nuire à leurs relations avec les Japonais. L’Allemagne, jusqu’en 1939, et l’Union soviétique, pendant toute la durée de la guerre, fournirent un important support technique aux forces chinoises. L’Union soviétique le faisait pour empêcher le Japon d’envahir la Sibérie, pour éviter une guerre sur deux fronts. De plus, elle espérait que tout conflit entre le Kuomintang et les Japonais aiderait le parti communiste. Joukov assista à la bataille de Tai er zhuang. Afin d’appuyer la politique anti-communiste de Tchang, l’Allemagne fournit, jusqu’en 1939, une grande partie des importations d’armes. Les conseillers allemands modernisèrent l’équipement et entraînèrent l’armée nationaliste. Les officiers, y compris le deuxième fils de Tchang, reçurent une éducation et servirent dans l’armée allemande avant le conflit mondial. Les autres puissances n’agirent que dans le cadre du conflit mondial. Les États-Unis fournirent alors les Tigres Volants mais l’inimitié entre le colonel Joseph Stilwell et Tchang limita la collaboration. En 1942, le général japonais Yasuji Okamura obtint du quartier-général impérial l’autorisation de mettre en branle l’opération « tue tout, pille tout, brûle tout » (sankō sakusen) qui, selon l’historien Mitsuyoshi Himeta, entraîna la mort d’environ 2, 7 millions de civils chinois. La campagne systématique de bombardement contre la capitale nationaliste Chongqing prit également de l’ampleur, en faisant la ville la plus bombardée de toute la seconde guerre et entraînant la mort de dizaines de milliers de civils. En 1944, la situation japonaise se détériorait rapidement mais leurs troupes lancèrent l’opération Ichigo pour prendre les bases aériennes qui les menaçaient ce qui leur fit occuper les provinces de Hunan, Henan, et Guangxi. Lorsqu’ils transférèrent leur armée de Guandong au Japon dans le cadre du plan Sho, les Soviétiques purent facilement envahir après leur déclaration de guerre le 8 août 1945. Les Japonais capitulèrent devant les Alliés le 14 août 1945 et les troupes japonaises en Chine se rendirent le 9 septembre. Suivant les dispositions de la conférence du Caire de 1943, l’ex-Manzhouguo, Taiwan et les îles Pescadores revinrent à la Chine. Cependant les îles Ryūkyū ne redevinrent pas indépendantes.

Armes chimiques et bactériologiques

Dès juillet 1937, l'empereur Showa autorisa l'utilisation de gaz toxiques contre les soldats et civils chinois. Chaque utilisation faisait l'objet d'une directive spécifique (rinsanmei), transmise par le biais du chef d'état-major de l'Armée, en l'occurrence le prince Kotohito Kan'in. À compter d'octobre 1937, ces autorisations furent accordées par le Quartier-général impérial, sous la direction de l'empereur. Les armes chimiques furent notamment autorisées à 375 reprises à l'automne 1938 lors de l'invasion de Wuhan, puis en 1939 à Guangzhou et en 1943 lors de la bataille de Changde. Y. Yoshimi et S. Matsuno, Dokugasusen Kankei Shiryô II, Kaisetsu, Jûgonen sensô gokuhi shiryôshû, hokan 2, Funi Shuppankan, 1997, p.25-29 Lors du procès tenu par les soviétiques à Khabarovsk en 1949, des accusés comme le Major Général Kiyashi Kawashima déclarèrent qu'au moins 40 membres de l'unité 731 avaient participé en 1941 et 1942 à des opérations par lesquelles des puces contaminées par la peste avaient été larguées au dessus de la région de Changde, y causant des épidémies.Daniel Barenblatt, A Plague upon Humanity, HarperCollins, 2004, p.220-221

Évaluation des victimes

Le conflit dura 97 mois et 3 jours (de 1937 à 1945). Le Kuomintang se battit dans 22 combats majeurs (au moins cent mille hommes de part et d’autre ), et plus de quarante mille moins importants. Les Japonais comptabilisèrent un million et cent mille victimes y compris les blessés graves et les disparus. Les Chinois eurent beaucoup plus de pertes, avec trois millions deux cent vingt mille soldats et au moins neuf millions de civils sans compter les destructions. Sur les centaines de milliers de soldats chinois faits prisonniers par l’armée shōwa au cours de la guerre, seulement 68 furent relâchés vivants en 1945. Quant aux civils, les travaux publiés en 2002 par un comité conjoints d'historiens réunissant Mitsuyoshi Himeta, Zhifen Ju, Toru Kubo et Mark Peattie démontrent que plus de 10 millions d’entre eux furent enrôlés de force par la Kōa-in (Agence impériale de développement de l'Asie orientale) pour des travaux dans les mines et les usines du ManzhouguoZhifen Ju, Japan's atrocities of conscripting and abusing north China draftees after the outbreak of the pacific war, Joint study of the sino-japanese war, 2002.

Engagements militaires

Campagnes

-Conquête de la Mandchourie par le Japon

Batailles

-bataille du pont Lugou
-bataille de Suixian-Zaoyang
-bataille de Shanghai
-bataille de Nankin
-bataille de Taierzhuang
-bataille de Xuzhou
-bataille de Wuhan
-bataille de Changsha
-Retraite de Xianggui
-bataille de Hengyang
-Offensive des cent régiments Enfant chinois pleurant dans les décombres de Shanghai après le bombardement de la ville par le service de l'aviation showa le 28 août 1937.

Attaques de civils

-Massacre de Nankin
-Massacre de Changjiao
-Unité 731
-Incident de Tongzhou
-Bombardement stratégique de Chongqing
-Crimes de guerre japonais

Personnages importants

le prince Kotohito Kan'in, chef d'état-major de l'Armée de 1931à 1940 Konoe et l'un des principaux théoriciens du régime shôwa
Chine: Nationaliste
-Bai Chongxi (白 崇禧)
-Chen Cheng (陈 诚)
-Tchang Kaï-chek (蒋 介石)
-Du Yuming (杜 聿明)
-Fang Xianjue (方 先觉)
-Feng Yuxiang (冯 玉祥)
-Gu Zhutong (顾 祝同)
-He Yingyin (何 应钦) président
-H. H. Kung (孔 祥熙)
-Hu Zongnan (胡 宗南)
-Li Zongren (李 宗仁)
-Long Yun (龙 云)
-Song Zheyuan (宋 哲元)
-Soong May-ling (宋 美龄)
-T. V. Soong (宋 子文)
-Sun Lianzhong (孙 连仲)
-Sun Liren (孙 立人)
-Tang Enbai (汤 恩伯)
-Tang Shengzhi (唐 生智)
-Wang Jingwei (汪 精卫)
-Wei Lihuang (卫 立煌)
-Xue Yue (薛 岳)
-Yan Xishan (阎锡山)
-Zhang Zhizhong (张 治中)
-Zhang Zizhong (张 自忠)
Chine: Communiste
-Lin Biao (林 彪)
-Mao Zedong (毛 泽东)
-Peng Dehuai (彭 德怀)
-Zhou Enlaï (周 恩来)
Japon
-Showa (Hirohito)
-Yasuhito Chichibu
-Korechika Anami (阿南 惟幾)
-Abe Nobuyuki (阿部 信行)
-Doihara Kenji (土肥原 賢二)
-Koiso Kuniaki (小磯 國昭)
-Shunroku Hata (畑 俊六)
-Honma Masaharu (本間 雅晴)
-Isogai Rensuke (磯谷廉介)
-Itagaki Seishiro (板垣 征四郎)
-Fumimaro Konoe
-Matsui Iwane (松井 石根)
-Mutaguchi Renya (牟田口 廉也)
-Kotohito Kan'in
-Nakajima Kesago (中島 今朝吾)
-Nagumo Chuichi (南雲 忠一)
-Nishio Toshizo (西尾 壽造)
-Nomura Kichisaburo (野村 吉三郎)
-Okamura Yasuji (岡村 寧次)
-Yoshijiro Umezu (梅津 美治郎)
-Sakai Takashi (酒井 隆)
-Sugiyama Hajime (杉山 元)
-Suzuki Kantaro (鈴木 貫太郎)
-Tsuneyoshi Takeda
-Terauchi Hisaichi (寺内 寿一)
-Hideki Tojo (東條 英機)
-Yamaguchi Tamon (山口 多聞)
-Yamamoto Isoroku (山本 五十六)
-Yamashita Tomoyuki (山下 奉文)
Autres'''
-Norman Bethune
-Claire Chennault
-Joseph Stilwell
-Albert Coady Wedemeyer

Voir aussi

- Guerre des manuels

Références

===
Sujets connexes
Albert Coady Wedemeyer   Allemagne   Alliés   Armée impériale japonaise   Attaque sur Pearl Harbor   Bataille de Changde   Bataille de Changsha   Bataille de Suixian-Zaoyang   Bataille de Wuhan   Bataille de Xuzhou   Campagnes du Pacifique   Changde   Chongqing   Claire Chennault   Conquête de la Mandchourie par le Japon   Crimes de guerre japonais   Empire du Japon   Feng Yuxiang   Fumimaro Konoe   Guangxi   Guerre des manuels   Guerre sino-japonaise (1894-1895)   Guérilla   Henan   Hideki Tōjō   Hirohito   Hunan   Incident du pont Marco Polo   Iwane Matsui   Joseph Stilwell   Juin   Kanji   Katakana   Khabarovsk   Korechika Anami   Kotohito Kan'in   Les Tigres volants (escadrille)   Lin Biao   Mandchourie   Mandchous   Manzhouguo   Mao Zedong   Marine impériale japonaise   Massacre de Nankin   Mongolie   Norman Bethune   Parti communiste chinois   Peng Dehuai   Peste   République de Chine   République populaire de Chine   Sanskrit   Seconde Guerre mondiale   Shanghai   Shanxi   Showa   Shunroku Hata   Sibérie   Taiwan   Tchang Kaï-chek   Thaïlande   Tsuneyoshi Takeda   Union des républiques socialistes soviétiques   Unité 731   Wang Jingwei   Yan Xishan   Yasuhito Chichibu   Zhu De  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^