Hadès

Infos
Hadès, détail d'une amphore attique à figures rouges du peintre d'Oionoclès, v. 470 av. J.-C., musée du Louvre Dans la mythologie grecque, Hadès (en grec ancien / Aidês), frère de Zeus et de Poséidon, est le maître des Enfers (dans le sens gréco-romain du terme). Il est marié à Perséphone. Il correspond au Sérapis ptolémaïque et au Pluton romain, qui lui est postérieur.
Hadès

Hadès, détail d'une amphore attique à figures rouges du peintre d'Oionoclès, v. 470 av. J.-C., musée du Louvre Dans la mythologie grecque, Hadès (en grec ancien / Aidês), frère de Zeus et de Poséidon, est le maître des Enfers (dans le sens gréco-romain du terme). Il est marié à Perséphone. Il correspond au Sérapis ptolémaïque et au Pluton romain, qui lui est postérieur.

Famille

Il est le fils de Cronos (Saturne en romain) et de Rhéa. Il est marié à Perséphone et il est le maître des Enfers. Ses frères et sœurs sont Hestia, Déméter, Héra, Zeus et Poséidon. Il est englouti avec ses frères et sœurs par son père à l'exception de Zeus sauvé par Rhéa, qui oblige Cronos à les régurgiter. Selon la Souda, un lexique byzantin tardif (-), il aurait une fille du nom de Macaria, déesse de la mort « heureuse ».

Mythe

Il participe à la titanomachie, à l'occasion de laquelle les Cyclopes lui fabriquent la kunée, un casque merveilleux lui permettant de se rendre invisible. Par la suite, il reçoit la souveraineté sur le monde souterrain et les Enfers lors du partage du monde avec ses deux frères. Il est parfois compté parmi les douze Olympiens, bien que cela soit contraire à la tradition dominante. Hadès est par ailleurs assez discret dans la mythologie, étant essentiellement lié à des légendes impliquant des héros (Orphée, Thésée et Héraclès sont parmi les rares mortels à le rencontrer). De plus, il sort rarement de son royaume : une fois pour enlever Perséphone et une autre fois pour se faire soigner sur l'Olympe la blessure infligée par une flèche d'Héraclès. Il possède des troupeaux qui paissent dans l'île d'Érythie, l'île rouge, gardés par le berger Ménoétès.

Enlèvement de Perséphone

Hadès et Perséphone, médaillon d'un kylix attique à figures rouges, v. 440-430 av. J.-C., British Museum Hadès enleva Perséphone, avec l'accord de Zeus car il n'avait pas de femme, alors qu'elle était en train de cueillir des fleurs en compagnie de nymphes dans la plaine d'Enna (Sicile). Sa mère, Déméter la chercha partout sur Terre et déchaîna une grande famine.Le dieu soleil, Hélios, lui apprit qu'elle se trouvait dans le royaume des morts. Zeus fut alors obligé de tenter une réconciliation et ordonna à son frère de rendre Perséphone à sa mère avant que la Terre entière ne soit morte de faim. Il envoya Hermès porter le message à Hadès. Ce dernier fut d'accord de la laisser partir à condition qu'elle n'ait pas encore goûté la nourriture des Morts. Et comme Perséphone n'avait rien mangé depuis son enlèvement, Hadès, contraint de respecter les conseils de son frère, dissimula son dépit et la renvoya vers sa mère. Les larmes de Perséphone cessèrent immédiatement de couler. Mais juste au moment où elle se mettait en route pour Eleusis, un des jardiniers d'Hadès, du nom d'Ascalaphos, rapporta à Hadès qu'il l'avait vu cueillir une grenade et en manger sept grains. Perséphone avait mangé la nourriture des Enfers et devait rester éternellement dans le sombre royaume. Zeus intervint à nouveau et proposa à Perséphone de passer six mois de l'année aux Enfers et six mois sur la Terre. Ce qui fut accepté. Depuis ce moment, on associe le printemps et l'été aux mois où Perséphone est sur Terre, rendant la joie à Déméter et l'automne et l'hiver aux mois qu'elle passe aux Enfers, sa mère se languissant de sa fille.

Autres amours

Selon Ovide et Strabon, Hadès tombe amoureux de Menthé, une nymphe des Enfers. Mais cette liaison déplut fortement à Perséphone qui piétina la malheureuse Menthé. Hadès (ou Perséphone elle-même) la transforma en plante : la menthe. Leucé, une autre nymphe fille d'Océan, est enlevée par Hadès et changée par Perséphone (ou Hadès) en peuplier blanc.

Culte

On lui sacrifiait des moutons noirs, et ceux qui offraient le sacrifice détournaient le visage. Son culte n'était pas très développé et il existe peu de statues le représentant. Il y avait très peu de lieux de culte qui lui étaient destinés. Le seul notable se situe à Élis dans le nord ouest du Péloponnèse et un autre à Éleusis. On lui sacrifiait des brebis ou des taureaux noirs durant la nuit uniquement. Euripide indique qu'Hadès ne faisait pas l'objet de libations rituelles.

Iconographie

Il resta toujours le dieu des morts, craint et détesté, représenté comme un homme mûr, barbu, farouche, souvent assis sur un trône et tenant une patère et un sceptre, avec le chien à trois têtes, Cerbère, ou un serpent à ses pieds...

Étymologie

Une explication étymologique souvent donnée pour le mot « Hadès » le décompose en un privatif + / ideĩn (forme du verbe / eídô, « voir »), ce qui signifierait « invisible ». Or, d'un point de vue linguistique, l'hypothèse ne tient pas. En effet, le préfixe privatif, issu de la vocalisation d'un
-n, est nécessairement bref, alors que comporte un (alpha long) initial. L'aspiration est également gênante. Il ne s'agit donc que d'une étymologie populaire, existant déjà dans l'Antiquité. Aucune hypothèse concernant le nom du dieu n'est réellement convaincante.

Épiclèses, attributs et sanctuaires

- Épithètes : Polydegmon (« celui qui reçoit de nombreux hôtes »), Ploutôn (« celui qui enrichit »), Eubouleus (« le Bon Conseiller »), Aïdôneus (, « celui qu' on ne voit pas »), Klymenos (« Renommé »), Pylartes (« aux portes solidement closes »), Stygeros (« horrible »), Zeus Katachtonios ou Zeus Chthonios (« le Zeus des Enfers »).
- Ses attributs : le serpent, Cerbère, la kunée, la corne d'abondance, la lance à deux fourches, le cyprès.
- Sanctuaires : Samothrace (sous le nom d'Axiokersos, époux de Perséphone-Axiokersa), Élis et Éleusis.

Sources

- (I, 1, 5 ; I, 2, 1 ; I, 5, 1).
- (vers 311, 455, 768, 774 et 850).
- (IV, 59 ; V, 390 et 395 ; IX, 569 ; XV, 185-187 ; XX, 613).
- (V, 346 ; X, 728-731).
- (VIII, 3, 14). ==
Sujets connexes
Antiquité   Ascalaphos   Attique   British Museum   Casque   Cerbère   Corne d'abondance   Cronos   Cyclope   Cyprès   Divinités olympiennes   Dynastie des Ptolémées   Déméter   Empire byzantin   Enfers grecs   Enna   Euripide   Grec ancien   Hestia   Hélios   Héra   Héraclès   Kunée   Kylix (vase)   Leucé   Macaria fille d'Hadès   Menthé   Mont Olympe   Musée du Louvre   Mythologie grecque   Nymphe grecque   Océan (mythologie)   Orphée   Ovide   Patère   Perséphone   Pluton (mythologie)   Polydegmon   Poséidon   Péloponnèse   Rhéa   Rome antique   Sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace   Sceptre   Sicile   Souda   Strabon   Thésée   Titanomachie   Zeus  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^