Problème synoptique

Infos
Le problème synoptique est le nom sous lequel on regroupe l'ensemble des études concernant la rédaction des trois Évangiles synoptiques (évangile selon Matthieu nommé Mt par la suite, évangile selon Marc nommé Mc par la suite et évangile selon Luc nommé Lc par la suite). Devant les nombreuses similitudes et divergences entre les trois textes, il s'agit de déterminer quelle est leur relation d'antériorité et sur quelles sources ou traditions, co
Problème synoptique

Le problème synoptique est le nom sous lequel on regroupe l'ensemble des études concernant la rédaction des trois Évangiles synoptiques (évangile selon Matthieu nommé Mt par la suite, évangile selon Marc nommé Mc par la suite et évangile selon Luc nommé Lc par la suite). Devant les nombreuses similitudes et divergences entre les trois textes, il s'agit de déterminer quelle est leur relation d'antériorité et sur quelles sources ou traditions, communes ou non, ils se sont appuyés. Avec la quête du Jésus historique, le problème synoptique est l'un de ceux qui séduit le plus les exégètes. Le plus probable est que les évangiles qui nous sont parvenus n'ont jamais été écrits pour être réunis sous la même couverture. Dès l'Antiquité, la question des différences entre ces trois textes retient l'attention. Pour Augustin d'Hippone, elles s'expliquaient par l'ordre d'écriture. Dans De Consensu Evangelistarum , en 400, il déclare : « Donc, ces quatre évangélistes, bien connus à travers le monde entier (et peut-être sont-ils quatre parce que le monde a quatre parties (...) ont écrit dans cet ordre : d'abord Matthieu, puis Marc, troisièmement Luc, et en dernier Jean ». Ce n'est que plus tard, en particulier depuis Griesbach au , que la question des similitudes, et non seulement des divergences, a été soulevée. Aujourd'hui, 1488 théories viables sont actuellement recensées par un groupe d'universités. Elles furent élaborées pour décrire l'ordre et la composition des évangiles. Ces théories peuvent être regroupées en quelques groupes.

Les différents éléments du problème

Les théories prétendant résoudre le problème synoptique doivent être capables d'expliquer comment les trois évangiles synoptiques ont été rédigés. En particulier ils doivent expliquer :
- la triple tradition, c'est-à-dire les passages identiques, ou quasiment identiques, entre les trois textes ;
- la double tradition, c'est-à-dire les passages communs à Mt et à Lc, mais inexistants dans Mc ;
- les sémitismes du texte de Mc
- les convergences mineures, c'est-à-dire des propositions identiques n'existant que dans Mt et Lc, dans les passages appartenant à la triple tradition.
- l'ordonnancement identique des récits entre les différents évangiles.

La triple tradition

La triple tradition peut être expliquée par l'antériorité de l'un des évangiles, utilisés par les deux autres.

La double tradition

La double tradition peut être expliquée par l'utilisation de deux évangiles comme source du troisième texte.

Les modèles de dérivation d'un modèle commun

Hypothèse d'un évangile primitif

100px Cette hypothèse, émise initialement au par G. E. Lessing, postule que les trois évangiles ont été écrits par abréviation d'une traduction grecque d'un proto-évangile en hébreu. Cette idée vient d'Origène rapportant les propos de Papias.

Ce que l'hypothèse explique

- les similitudes majeures
- l'ordre des histoires

Ce que l'hypothèse n'explique pas

- pourquoi certains passages auraient été coupés
- les sémitismes de Mc corrigés de manière identique dans Mt et Lc, ou alors introduit par Mc

Autres faiblesses

- ce proto-évangile n'a pas été retrouvé Pour Lessing, le proto-évangile, également appelé Ur-Gospel et abrégé parfois UrG serait l'un des textes parfois évoqué par les auteurs antiques, évangile des hébreux ou évangile des nazoréens. Afin d'expliquer les abréviations de Mc, il est parfois postulé que ce dernier ne disposait pas de UrG mais d'une version abrégée.

Hypothèse des fragments

Hypothèse de la tradition orale

Les modèles généalogiques

Le modèle de l'utilisation

Dans ce modèle, l'un des évangiles est le premier, le second le réutilisant et le troisième réutilisant les deux précédents. Avec trois évangiles, il y a six hypothèses: toutes ont été sérieusement défendues. Néanmoins celles d'Augustin, de Griesbach, en partie pour des raisons historiques, ainsi que celle de Farrer, conçue en réaction à la dominante théorie des deux sources, ont eu plus de succès que les trois autres.

L'hypothèse d'Augustin d'Hippone

75px Les évangiles sont classées dans les éditions du Nouveau Testament selon l'ordre de rédaction affirmé par dans De Consensu Evangelistarum (c. 400) (de l'accord des évangiles), c’est-à-dire Matthieu, Marc, Luc chacun dépendant du précédent. Les raisons qu'il en donne ne sont pas très claires et relèvent plutôt du sentiment qu'il en a.

L'hypothèse de Griesbach

75px Griesbach modifie l'hypothèse d'Augustin d'Hippone : Matthieu serait le premier évangile dont Luc se serait inspiré tandis que Marc aurait utilisé Luc et Matthieu. Cette hypothèse est conçue en 1764 et formulée en 1783. Elle a été reprise par de nombreux exégètes jusqu'à William Reuben Farmer 1964. Des variantes plus récentes donnent la priorité à Luc.

L'hypothèse de Farrer

75px Elle fut conçue en 1934 et formulée par Austin Marsden Farrer en 1955. Son plus brillant défenseur actuel est le Dr. Mark S. Goodacre à Birmingham. Son site en donne les derniers développements. C'est aussi un portail sur tous les sites d'exégèse du Nouveau Testament. Dans l'hypothèse de Farrer, Marc est le plus ancien évangile, Matthieu s'en inspire et Luc utilise Marc et Matthieu

L'hypothèse de Wilke

75px C'est une variante de l'hypothèse de Farrer, ci-dessus. Elle est développée par Christian Gottlieb Wilke (1838), et soutenue par Bruno Bauer (1841). Elle expose la priorité de Marc ; le matériel de la Double Tradition résulte d'une copie de Matthieu sur Luc. De nos jour, elle est soutenue par Ronald V. Huggins (1992).

L'hypothèse de Büsching

75px Anton Büsching (1766) soutient une variante de l'hypothèse de Griesbach selon laquelle, Marc compile les textes de Matthieu et Luc, avec une priorité de Luc .

L'hypothèse de Lockton

75px Elle est soutenue par W. Lockton (1922). Comme l'hypothèse de Busching, elle confère la priorité à Luc mais Matthieu se nourrit de Luc et Marc.

Le modèle des deux sources

75px Marc fut la source des écrits de Matthieu et de Luc qui utilisèrent en outre, une source annexe. Elle fut conçue en 1838 par Christian Hermann Weisse. Elle suppose la priorité de Marc et l'existence d'une source Q dont on peut identifier le corpus de matériel inclus dans selon Matthieu et selon Luc mais on n'a pas encore retrouvé une telle source jusqu'à ce jour. L'étape en cours est celle de John S. Kloppenborg Verbin (2000) Un exposé plus avancé de la , présente en anglais son évolution, depuis sa création jusqu'à nos jours. L'hypothèse des deux sources est retenue par Raymond E. Brown.

L'hypothèse dite du diacre Philippe

L'« hypothèse du diacre Philippe » est un aménagement du modèle des deux sources. Le diacre Philippe, l'un des Sept, serait l'auteur réel du premier évangile, après concertation avec Luc, compagnon de Paul, lors du séjour en Palestine de ce dernier, vers 57-59 (cf. Ac 21, 8 ---27, 2). Philippe, comme Luc, aurait hérité de deux sources: l'évangile de Marc, issu du témoignage et des prédications de l'apôtre Pierre, et les Logia du Seigneur rédigés en araméen par l'apôtre Matthieu, selon la tradition. Philippe et Luc auraient eu tout le temps de mener leur enquête personnelle. L'helléniste Philippe et Luc auraient ensuite composé indépendamment l'un de l'autre, en grec, leur évangile respectif, l'un à Césarée maritime (Philippe) et l'autre à Rome (Luc). Il ne serait pas impossible que Philippe comme Luc se fussent servis d’une version privée de Marc, plus ancienne (l’Urmarkus des exégètes allemands), non publiée, et légèrement différente de celle que nous connaissons. Le diacre Philippe aurait laissé son évangile sous le patronage de Matthieu, l'apôtre, parce qu'il y insérait largement ses Logia et que le nom d'un apôtre était plus prestigieux. Cette hypothèse a l'avantage de concilier remarquablement les données de la tradition (critique externe) avec les données textuelles de la question synoptique (critique interne). Elle lève certaines apories de la Théorie des deux sources. Pourquoi Matthieu grec ( selon cette hypothèse, Philippe) et Luc, quoique ayant travaillé indépendamment l'un de l'autre, connaissent-ils malgré tout des accords remarquables : même place des évangiles de l'enfance, insertion au même endroit dans la trame de Marc (Mc 3, 19) des Béatitudes et du Sermon sur la montagne (quoique sous une forme très différente, et quoique Marc en cet endroit ne parle ni de béatitudes ni de sermon), utilisation de deux sources identiques : Marc et les Logia (avec des modalités très diverses), sans parler de certains accords de détails (contre Marc) qui posent généralement problème aux exégètes. Cette hypothèse aboutit à la conclusion qu'il n'y a pas copie entre eux, mais bien concertation préalable, et même lecture commune des mêmes sources. Elle tient d'autre part comme très vraisemblable que le premier évangile (Matthieu grec) ait été composé en Palestine, car il dénote une connaissance précise de ce pays. De surcroît, cette théorie considère comme plus que probable le témoignage intensif du diacre Philippe pour la rédaction des Actes des Apôtres.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Actes des Apôtres   Antiquité   Augustin d'Hippone   Birmingham   Bruno Bauer   Béatitudes   Christian Hermann Weisse   Césarée   Exégèse   Gotthold Ephraim Lessing   Griesbach   Hébreu   Johann Jakob Griesbach   Luc   Marc   Matthieu   Nouveau Testament   Origène   Palestine   Papias d'Hiérapolis   Paul   Pierre (apôtre)   Quêtes du Jésus historique   Rome   Sermon sur la montagne   Source Q  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^