Dragon (mythologie)

Infos
Paris - Musée du louvre - Dragon Le dragon est une créature mythique, représentée comme une sorte de gigantesque et puissant serpent ou reptile, doté de pouvoirs magiques et spirituels. Dans de nombreuses mythologies à travers le monde, on retrouve de telles créatures, possédant plus ou moins de caractéristiques similaires, désignées comme dragonsDavid Jones, An Instinct for Dragons, 2002, Routlege. .
Dragon (mythologie)

Paris - Musée du louvre - Dragon Le dragon est une créature mythique, représentée comme une sorte de gigantesque et puissant serpent ou reptile, doté de pouvoirs magiques et spirituels. Dans de nombreuses mythologies à travers le monde, on retrouve de telles créatures, possédant plus ou moins de caractéristiques similaires, désignées comme dragonsDavid Jones, An Instinct for Dragons, 2002, Routlege. .

Présentation

Symbole de vie et de puissance en Chine, protecteur en Indonésie, gardien des sabres au Japon, maléfique et ravisseur de princesses en Europe médiévale. Dans la tradition européenne (mythologie grecque, celtique et nordique), il s'agit d'une créature ailée et soufflant le feu, dont le corps écailleux fait penser à une appartenance au monde des reptiles. Il a donné son nom au dragon de Komodo. Toutefois, c'est un non-sens que de classer une créature fantastique dans une taxinomie du règne animal. Cela signifierait de facto que des dragons réels ont été vus, voire étudiés au cours de l'Histoire… En outre, la catégorie des reptiles est elle-même sujette à caution du point de vue scientifique, incluant ou non les oiseaux en raison de considérations morphologiques. Le terme dragon désigne également des créatures similaires d'autres cultures, comme les ryuu (en japonais: 竜) japonais ou les dragons chinois. Les chevaliers tueurs de dragons sauroctones (si tant est qu'ils ont existés) se virent par la suite canonisés, ou octroyés des exploits historiquement incohérents (le saint Georges historique tuant un dragon plusieurs siècles après sa propre mort). Le seul témoignage de ces chevaliers est une iconographie médiévale abondante et largement diffusée dont on ne connaît pas la raison d'être exacte. Devant la violence véhiculée au niveau symbolique en Occident (puisque les faits à charge ainsi que certains protagonistes sont fictifs jusqu'à preuve du contraire), et la vénération de ces créatures en tant que porteurs de lumière et de sagesse en Orient (les dragons luong et ryu font partie du tembu pour protéger l'enseignement de Bouddha, le Dharma), il est compréhensible de rester perplexe. De cette perplexité (un véritable conflit cognitif) pourrait découler :
- un effet de mode visant à expliquer le pourquoi de l'universalité d'un tel symbole.
- une explication psychologique représentant les luttes intérieures des différentes facettes de la psyché humaine. Autour du mystère se sont construits deux mouvements de fans des Dragons cités ici à titre de curiosité :
- La draconologie, une sorte d'étude anatomique raisonnée et comparée des Dragons : "Si les Dragons existaient, comment seraient-ils structurés afin de respecter les lois de l'évolution naturelle ?"
- La magie draconique, une sorte de shamanisme totémique tournant autour des dragons.

Origine du dragon

Une hypothèse sur l'origine des dragons remonterait aux premières civilisations. Les habitants auraient trouvé des ossements de dinosaures. Ce serait comme cela que les légendes sur les dragons seraient apparues. Cependant, cette théorie n'explique pas l'universalité du mythe, puisqu'il est assez rare de trouver ces fossiles à l'air libre, dégagés par l'érosion. De manière plus problable, les dragons apparaissent, sous une forme ou une autre, en même temps que les autres monstres de l'imaginaire. Les plus anciennes traces connues remontent à 6 000 ans environ, dans une tombe du Henan, en Chine : formée de coquillages, sa forme se détache nettement aux côtés du défunt. La découverte de cette tombe ne datant que des années 1980, il est possible que d'autres recherches archéologiques trouvent au monstre une origine plus ancienne, dans un futur proche. Cependant, il s'agit là d'une figure religieuse imaginaire, tout comme le sont le sphynx, les sirènes ou toute autre créature fabuleuse. Celles-ci s'appuient davantage sur des espèces animales existantes, que l'homme hybride à sa fantaisie, que sur la découverte d'un squelette gigantesque de dinosaure. On trouve ainsi des monstres aux formes semblables, mais néanmoins différents, dans presque toutes les cultures antiques, et ces mythes se sont par la suite "contaminés" les uns les autres, pour s'approcher de la figure actuelle, désormais universelle.

Pourquoi est-il présent dans tant de civilisations?

Le dragon est composé des 4 éléments qui sont présents dans le monde entier :
- L'eau (dans laquelle il nage)
- L'air (où il vole)
- La terre (où il marche, et parfois où il se cache)
- Le feu (qu'il crache) Tous ces éléments sont présents dans chaque civilisation, c'est pour cela que le dragon est présent presque partout. Cela a beaucoup intrigué les scientifiques qui se sont mis en tête de retrouver des ossements de ces behemoths et on en a pu arriver à confondre un squelette d'ours avec celui d'un dragon.

Les trois « âges du Dragon »

On peut distinguer trois grandes étapes dans l'histoire des croyances liées au Dragon, trois « âges du Dragon » dans l'histoire des hommes, correspondant aux stades successifs de Dragon cosmique, c'est-à-dire Dragon, force de la nature et par là même Dragon-Dieu ; de Dragon-gardien, principe qui veille et qui protège ; et de Dragon maléfique, force du mal. Dragon cosmique, à la fois ange ou démon, serpent et oiseau… conflit mythique qui a toujours hanté l'imagination des hommes. Certaines légendes s'arrêtent à cette opposition. Ainsi il a été découvert une gravure préhistorique représentant le combat de l'Oiseau et du Serpent se disputant l'Œuf du Monde. On retrouve en Égypte le combat entre Horus, le soleil mais aussi le faucon, et Typhon (ou Apophis), le Dieu Serpent. En Inde, le serpent Kāliya combat Krishna. De même le soleil aztèque s'oppose au serpent. Dans la mythologie égyptienne, Apophis, le dragon des Ténèbres, était vaincu chaque matin par Rê, le dieu du Soleil. En revanche, d'autres mythes réunissent ces deux forces, primitivement antagonistes, en un être hybride, appelé « serpent à plumes », comme Quetzalcoatl, ou « dragon ».

Le dragon cosmique : puissance de la nature et symbole de la régence

Puissance du ciel en Chine
Les dragons font partie des mythes fondateurs de la civilisation chinoise, et ils sont souvent à l'origine des Dynasties. Le cycle des exploits de Yu montre par exemple comment cet empereur mythique organise son empire avec l'aide décisive d'un dragon ailé. Tous les empereurs de Chine ont régné sous le signe du Dragon, et ils étaient même considérés comme « Fils du Dragon » ayant reçu le « mandat du ciel » : leurs vêtements de parade, comme les murs de leurs palais, étaient abondamment décorés de Dragons à 5 griffes, (les hauts dignitaires devant se contenter de dragons à 3 ou 4 griffes), et il n'était pas rare qu'un empereur envoie en présent à un chef rebelle qu'il n'avait pu vaincre par la force, une somptueuse robe brodée de dragons. Ce dragon est la manifestation de la toute-puissance impériale : la « Face de Dragon » désigne l'empereur, la « Perle du Dragon » la sagesse du chef, la perfection de sa pensée et de ses ordres. Mao Zedong dit un jour, paraît-il : « on ne discute pas la perle du dragon ». Voulait-il faire entendre que la perfection ne peut être connue, ou simplement qu'il n'était pas souhaitable que sa pensée soit remise en cause ? En 1894, ce n'est pas si lointain, le gouverneur de la Province de Moukden aurait interdit la construction d'un chemin de fer : on croyait en effet qu'un dragon vivait sous terre à cet endroit, et l'on craignait que les trains ne lui brisent la colonne vertébrale… De nombreux dragons hantent le ciel de la Chine. Certains poursuivent inlassablement le Soleil et la Lune, provoquant les éclipses. (Il est intéressant de noter qu'astronomiquement, la tête et la queue de la constellation du Dragon sont les nœuds de la lune, les points où ont lieu les éclipses). Un grand dragon de feu conditionne de ses humeurs la vie en Chine : il ouvre les yeux et c'est le jour, il les ferme et c'est la nuit. Son souffle provoque les tempêtes. Le tonnerre est une manifestation de sa colère, ou de ses combats avec d'autres dragons. Toujours en Chine, les dragons jouent également un rôle essentiel dans l'agriculture. Gardiens des eaux, ils sont plutôt bienfaisants, mais ils peuvent être maladroits, se tromper de tâche, s'endormir, voire s'enivrer, et c'est alors la catastrophe : le fleuve déborde, la tempête ravage les côtes, ou bien, au contraire, les sources tarissent, la sécheresse menace. Il faut alors les rappeler à l'ordre, ou même les punir : si la pluie tarde trop malgré les prières, on sort la statue du Dragon hors de son temple pour l'exposer au grand soleil : car il est bien connu que les Dragons n'aiment pas trop le soleil... Le Dragon représente aussi le cycle de la végétation. Il est figuré par l'hexagramme K'ien, principe du ciel et de la création, et dont les 6 traits pleins représentent les 6 étapes de la manifestation :
-La première de ces manifestations est le "dragon invisible", à l'image de la semence enterrée, le pouvoir de la création non encore exprimée.
-La deuxième est nommée "dragon des champs", à l'image du germe qui croît, mais n'est pas encore visible.
-La troisième se nomme "dragon visible", et symbolise le germe apparaissant hors de terre.
-La quatrième est le "dragon bondissant" : la plante croît et donne ses fruits.
-La cinquième est dite "dragon volant", à l'image des graines et pollen qui essaiment.
-La sixième enfin est le "dragon planant", c'est l'esprit qui ordonne le tout, le roi-dragon céleste. On retrouve cette association du dragon avec l'élément eau et le cycle végétal dans le festival des bateaux dragons, qui se déroule sur les lacs de certaines provinces chinoises, en souvenir du suicide en 290 avant J.-C., du poète Qu Yuan, désespéré de ce que ses talents ne soient pas reconnus par le roi. Cette cérémonie-souvenir est également liée au temps du repiquage des pousses vertes du riz, qui a lieu à la même époque, après les grandes pluies de printemps.
Dans la légende arthurienne
On retrouve d'ailleurs cette assimilation du dragon à la toute-puissance du Chef en Bretagne, avec le Roi Uther (père d'Arthur) surnommé « Pendragon », ou « tête de dragon ». Restons en Bretagne un instant, pour évoquer Merlin l'Enchanteur, dont la sagesse était légendaire dès l'enfance. Le tyran Vortigern, celui-là même qui avait exilé Uther Pendragon et ses frères, pour usurper leur trône, voulait bâtir une forteresse imprenable. Or, malgré tous les efforts de ses ouvriers, et les invocations de ses mages, l'édifice s'écroulait à peine sorti de terre, et de ses fondations s'élevait une clameur terrifiante. Un sacrifice humain s'imposait pour conjurer les mauvais esprits, et Vortigern allait condamner le jeune Merlin, que sa naissance illégitime désignait comme victime idéale, lorsque celui-ci lui donna la solution : « il y a dessous le sol, juste au point où la construction doit prendre appui, deux dragons énormes. Lorsqu'ils commencent à éprouver sur eux le poids de la bâtisse, ils s'agitent, et les murs s'écroulent. » Le tyran fit creuser plus profond, et l'on découvrit deux dragons, l'un rouge et l'autre blanc, qui, sitôt mis à jour, s'affrontèrent en un terrible combat, que gagna finalement le Dragon Rouge. Merlin donna alors la signification de ce combat : « Roi, je te dirai que ces dragons représentent, le rouge, la nation Bretonne, le blanc, toi, Vortigern. Ce pays, tu le possèdes indûment. Mais le Dragon rouge est en route, malheur au Dragon blanc, car il court sa perte. » Nous retrouvons ces dragons habitant la terre dans les légendes concernant Mélusine, et, plus généralement, la Vouivre. La terre, elle-même, a longtemps été comparée à un dragon, et les anciens nommaient Veines du Dragon ces courants telluriques qu'ils essayaient de concentrer en y élevant pierres levées et monuments.

Le dragon-gardien

Le gardien des trésors
Le rude combat qui mettait en lice dragon et soleil (symbolisé par le lion, dans la tradition perse), serpent et oiseau, retraçant sans doute le combat que livraient nos premiers ancêtres contre les éléments, cède peu à peu la place aux grands exploits mythiques peuplés de dragons gardiens de trésors, et dont les demi-dieux ou héros deviennent les acteurs. Du Proche-Orient à la Chine, l'Irlande à la Méditerranée, le monde des traditions et légendes est peuplé de veilleurs et gardiens mono- ou multicéphales, munis d'écailles, de griffes et d'ailes, crachant le feu ou les vapeurs mortelles, et montrant la garde des trésors que seuls les plus courageux essaieraient de leur ravir. Dans l'Antiquité, au Proche-Orient, le dragon symbolisait le mal et la destruction. Cette conception se retrouve, par exemple, dans l'Enuma Elisha, œuvre épique de la littérature mésopotamienne (v. 2000 av. J.-C.). Incarnation des océans sous forme de dragon, la déesse Tiamat, l'un des principaux personnages de cette légende, commande aux hordes du chaos et son anéantissement précède l'apparition de l'univers ordonné. La mythologie grecque nous dresse un arbre généalogique particulièrement fourni en dragons. Échidna engendra d'une première union avec Typhon aux cent têtes de dragon, l'Hydre de Lerne, Chimère et Cerbère, le chien aux trois têtes des Enfers. Puis elle s'unit à Orthros, et enfanta, entre autres monstres, le Sphinx, le Lion de Némée, Ladon, gardien du Jardin des Hespérides, et l'Aigle de Prométhée. Le héros présentant le plus beau tableau de chasse est sans doute Hercule qui, au cours des 12 travaux que lui imposa Héra, rencontra, entre autres, plusieurs de ces monstres. Ces dragons qu'affrontent les héros personnifient parfois des dangers naturels, tels Charybde et Scylla (autre fille d'Echydna), gouffre et rocher bien réels près du détroit de Messine, ou le dragon gardant le jardin des Hespérides, qui personnifie le Gulf-stream entourant ces îles, ce grand serpent de la mer, ou grand dragon des océans, tels que le connaissaient toutes les traditions de navigateurs, Vikings, Danois, Saxons, Celtes. Ce trésor que gardent les dragons, quel est-il ? Souvent enfoui au fond d'une caverne, symbole du cœur caché de la Terre, de la matrice où le héros, tel le récipiendaire des anciens Mystères d'Éleusis, doit mourir pour renaître, ou caché au fond des mers, le trésor (qu'il soit, selon les légendes, or, pierres précieuses ou Pierre du dragon, perle ou autres joyaux, Œuf de serpent ou oursin des mers) représente la vie intérieure, et les dragons qui gardent ces trésors, gardiens féroces d'un lieu interdit au profane, ne sont que les images de nos désirs et de nos passions qui nous empêchent d'accéder à ce qu'il y a au plus profond de nous. Descendre dans l'antre du Dragon, c'est sans doute descendre au fond de nous même pour nous préparer à recevoir la lumière. L'or, métal réputé inaltérable et pur, symbolise souvent sous différentes formes cette lumière, ce trésor à découvrir en nous-même. Dans la mythologie grecque, il apparaît sous la forme des pommes d'or du Jardin des Hespérides que parvient à dérober Héraklès. Les pierres précieuses, autre forme de trésor enfoui au fond de l'antre du dragon, ne seraient-elles pas le pâle reflet de cette pierre symbolique : « pierre cachée des Sages », ou « pierre brute » ? Dans la tradition chinoise, le dragon veille sur la perle miraculeuse qui renferme la sagesse et la connaissance, pure comme l'or, symbole de perfection spirituelle et d'immortalité. Ce trésor est associé à la vie, à l'énergie vitale, à la lumière, au bonheur, à la vertu, à tout ce qui est positif et digne d'être recherché. Dans l'Évangile de saint Matthieu, la perle figure le Royaume des Cieux. Elle « ne doit pas être jetée aux pourceaux » : une autre manière de dire que la connaissance ne doit pas être livrée inconsidérément à ceux qui n'en sont pas dignes, ou qui n'y sont pas préparés. Le christianisme a repris ici à son compte, comme tant d'autres choses, cette éternelle mise en garde à l'égard de celui qui accède à une connaissance sans y avoir droit (= y être préparé), ainsi qu'à l'égard de celui qui, tel Prométhée, dévoile sans permission cette connaissance aux profanes. La perle du dragon rappelle aussi l'escarboucle que porte au front la Vouivre, et qui lui permet de voir et de se diriger. La mission essentielle du Dragon-gardien de trésor est de tuer tous ceux qui convoitent celui-ci, et qui ne possèdent pas un cœur assez pur. Seul le héros, celui qui a été élu par les Dieux, du fait même de sa sincérité et de la pureté de son cœur, pourra, grâce à des artifices, et souvent grâce à l'aide d'une femme, s'emparer du trésor et accéder à l'immortalité de l'âme et à la Connaissance suprême. On retrouve ce thème dans l'Ancien Testament lorsque Dieu, après avoir chassé Adam et Ève du Paradis Terrestre, fait garder l'arbre de la connaissance du Bien et du Mal par des Chérubins, autrement dit, d'après leur étymologie grecque, des Griffons. L'effigie de ces griffons gardait l'Arche d'Alliance renfermant les Tables de la Loi. En tant que gardien de trésor, le dragon préserve ce qui est essentiel dans les êtres et les choses. Le secret qui ne peut être révélé qu'à l'issue d'un affrontement entre celui qui le recherche et celui qui le garde caché aux regards des hommes ordinaires. Et en fait, étymologiquement, le dragon est lui-même « regard » : le mot grec Drakon vient de derkomai, regarder ou fixer du regard. Certains dragons sont caractérisés par leur regard. Le serpent, le plus « simple » des dragons, celui du Jardin d'Eden et qui a survécu jusqu'à nos jours, fixe sa proie du regard et la rend incapable de fuir. Le regard de la gorgone Méduse tue (ou pétrifie, selon la tradition) ceux qui le rencontrent (Persée parviendra à la tuer grâce au miroir qu'il utilisera pour ne pas rencontrer directement son regard). Celui qui regarde, qui voit tout (Argos aux cent yeux, par exemple), possède la puissance, et peut surveiller, garder, le royaume ou le trésor qui lui est confié. Les Parthes, au IIIe siècle avant J.C., avaient donné à leurs troupes de cavaliers-archers chargés de surveiller les frontières le nom de dragons, et ce nom fut repris en France par des troupes royales. Les dragonnades organisées sous LouisXIV, inventé par l'intendant du Poitou (qui fut renvoyé pour cela) en 1681, visait à loger les dragons chez les protestants pour les pousser à la conversion. En 1685, les dragonnades reommencèrent, mais les ministres Louvois et Le Tellier donnèrent des informations truquées sur la réalité de la situation.
Le gardien des connaissances
L'image du Dragon comme « voyant universel » nous renvoie à la connaissance mystique. Celui qui regarde révèle celui qui est regardé. Le regard du Dragon devient le symbole de la révélation. Le dragon est le miroir qui renvoie à l'homme l'image de sa nature cachée. Il est difficile de ne pas évoquer aussi Python, cet autre dragon qui ne dévoile la connaissance à celui qui vient l'interroger à Delphes que par les révélations « hermétiques » de sa prêtresse.

Le dragon maléfique : l'incarnation du Mal

L'évolution du dragon cosmique au dragon gardien se prolonge dans une véritable escalade. Le gardien devient actif, il rançonne les passants, exige des sacrifices, terrorise et ravage des pays entiers. Devenu méchant, destructeur, maléfique, le dragon-serpent peuple les contes. Certains évènements historiques alimentèrent cette image : l'arrivée de dragons envahisseurs. Ils arrivèrent par la mer, (ce qui n'étonna personne, à une époque où les navigateurs pouvaient lire sur leurs cartes marines : « au-delà de cette limite, habitent les dragons… »), Vikings venus du Nord sur leurs Drakkars et Snekkars à têtes de dragons ou de serpents ; mais aussi par la terre, Mongols et Tatares venus de l'Est, avec leurs étendards décorés de dragons. Le christianisme a intégré cette peur du dragon, en transformant sa signification. Il devint le symbole de tout ce qui est opposé au christianisme, le symbole de la barbarie, de la Bête maléfique, incarnation de Satan et du paganisme. Déjà illustré depuis des millénaires, en Mésopotamie, et en Égypte, en Chine (où le dragon est, au même titre que les fleurs de cerisier ou les bambous, un sujet favori pour les peintres chinois, dont certains, comme Ch'en Jung, lui ont consacré leur œuvre), le dragon deviendra, avec le thème de l'Apocalypse, une source inépuisable d'inspiration pour les artistes. L'art qui s'en inspire fait du dragon l'image du péché et du paganisme, dont triomphent avec éclat les saints et le(s) martyrs. Les personnages apocalyptiques sont surtout illustrés dans les sculptures des chapiteaux et des porches d'églises. Les dragons ornent souvent les majuscules et les fins de lignes des Psautiers enluminés. On ne compte plus les tableaux représentant saint Michel ou saint Georges terrassant le Dragon appellé aussi Draco Magnus. L'Apocalypse de Jean décrit le combat du Dragon, et de la Bête de la Terre contre l'Agneau divin. Le dragon est enchaîné pour mille ans, puis revient le temps de l'ultime combat, et le dragon vaincu cède sa place au règne définitif de Dieu. Ce combat entre l'Agneau, Verbe triomphant, sauveur, et le dragon qui incarne Satan, symbolise le combat livré par l'homme à lui-même afin de maîtriser ses tendances destructrices et régressives. Sa puissance demeure, mais il n'est plus invincible : il n'est plus que l'adversaire du bien, destiné à être détruit. Le devoir des Chevaliers est de le terrasser. Champion de la foi chrétienne, le chevalier doit être un preux, courageux et au cœur pur. Indifférent aux biens matériels, il ne possède que son cheval et ses armes, qu'il conquiert grâce à ses victoires. Les vertus acquises résident dans l'être, non dans l'avoir. En ce sens, le combat contre le dragon représente une épreuve initiatique. Le dragon symbolise l'adversaire le plus fort, le plus merveilleux que l'on puisse combattre. De même, l'enjeu du combat est souvent capital pour le héros : délivrance d'une princesse inaccessible, acquisition d'un objet au pouvoir puissant, reconnaissance éternelle des populations délivrées. Cet enjeu incarne le but de la vie du chevalier où priment l'absolu et les vertus cardinales (courage, maîtrise de soi, etc.) qui doivent lui permettre d'arriver à cette liberté intérieure qui résume l'idéal chevaleresque : valeur et pureté absolues. La valeur établit la dignité de l'homme nouveau, de l'initié. La pureté est indispensable, elle seule lui donne accès au trésor, à la connaissance de sa propre nature. Ainsi, celui qui affronte le dragon avec succès devient-il ce qu'il est, atteint-il sa réalisation pleine et entière. Dans un registre semblable, l'hagiographie chrétienne rapporte des histoires où des religieux (ermites, moines, saints, etc.) arrivent à dominer des dragons souvent par la seule force de leur prière et l'aide d'un simple objet (corde, écharpe) : en-dehors de l'aspect pédagogique présentant la victoire du Bien sur le Mal, cette action n'est possible que grâce à l'intégrité des saints, qui montrent ainsi par leur vie exemplaire qu'il est possible de combattre aussi bien les forces naturelles que surnaturelles. Donc, le dragon possède différentes significations selon les cultures. Image:dragon.jpg

Les dragons dans les œuvres modernes

Le dragon a été repris dans la littérature moderne et le cinéma, ainsi que dans les jeux de rôle (essentiellement ceux d'inspiration médiévale-fantastique), dont notamment le célèbre Donjons et Dragons.

Dans "Fire Emblem"

Le dragon est le symbole de la série fire emblem. Dans le premier episode sorti en europe, la "quintessense", substance de l'esprit, très grande chez le dragon, est le but final de Nergal, qui veut en tirer un grand pouvoir. Il veut pour cela se servir de Ninian et Nils, Deux dragons ayant franchi la "Porte du Dragon", et ayant pris forme humaine. Dans Fire Emblem Path of radiance, les dragons sont un des peuples laguz, les métamorphes. ils ont une puissance phénoménale, et ont les plus grands pouvoirs de l'esprit. Dans tous les épisodes, ils sont l'incarnation de la force, mais peuvent être battus par ceux qui ont une volonté suffisante.

Dans la Terre du Milieu

Dans l'univers inventé par J. R. R. Tolkien, les dragons sont des créatures maléfiques nées des œuvres de Morgoth au cours du Premier Âge en Angband. Le premier d'entre eux, surnommé le « Père des Dragons » s'appelle Glaurung. Bilbo le Hobbit est centré sur le dragon Smaug. Celui-ci a spolié les nains de leur royaume sous la Montagne Solitaire et a volé leur trésor. On y fait parfois référence comme un ver. Ce mot est employé car les premiers dragons envoyés par Melkor étaient aptères (sans ailes) et se déplaçaient en rampant (par exemple, Glaurung laisse une traînée de cendres derrière lui); le mot est resté pour décrire les dragons, mêmes ailés - lesquels ne sont apparus que lors de la guerre de la Grande Colère, à la fin du Premier Âge. Dans l'œuvre de Tolkien, les Dragons allient une avarice prodigieuse à une grande ruse. Ils aiment à amasser des richesses pour s'en faire un lit et dormir dessus, tel Glaurung à Nargothrond ou Smaug en Erebor.

Dans l'univers de Prophecy

Lorsqu'il n'y avait rien d'autre dans le monde que le néant, les étoiles donnèrent naissance à l'être primordial : Moryagorn. Cet être avait l'apparence d'un dragon, le premier des dragons. Afin de répondre à l'appel des astres, il créa la vie en donnant naissance à neuf Grands Dragons qui donneront, à leur tour, vie à de nombreuses choses. Nous, humains, sommes issus de la folie créatrice de ces Grands Dragons ; bien que nous fussions la dernières espèce - et la plus aboutie... Dans le monde de Prophecy, les dragons font figures de divinités et occupent des places hiérarchiquement hautes dans toutes politiques fondées par les humains.
- Brorne est le premier fils de Moryagorn. Son élément est la pierre et, à l'image de cette dernière, Brorne est sage, patient et réfléchi. Ses paroles laconiques sont toujours écoutées car le Seigneur de la Pierre ne parle jamais pour ne rien dire.
- Kroryn est le second fils de Moryagorn. Son élément est le feu. Kroryn est l'incarnation même de la fougue. Incontrôlable, il ne vit que pour la guerre et le combat.
- Ozyr est la première fille de Moryagorn et son troisième enfant. Son élément est l'océan et elle est la gardienne de tout savoir. Jadis extrêmement sage et calme, Ozyr est devenue un être paranoïaque qui protège jalousement son territoire océanique.
- Kezyr est le troisième fils et quatrième enfant de Moryagorn. Son élément est le métal. Kezyr est avant tout un créateur et un artisan légendaire capable de travailler le métal mieux que quiconque. Majestueux par le passé, Kezyr semble être rongé par une tragédie du passé et cherche aveuglément le pardon de son fils.
- Heyra est la seconde fille et le cinquième enfant de Moryagorn. Son élément est la nature. Lorsque Heyra naquit, le monde fut recouvert d'une flore luxuriante. Heyra est donc naturellement bonne et s'avère extrêmement protectrice envers toute forme de vie.
- Nenya est la troisième fille et sixième enfant de Moryagorn. Gardienne des rêves et des désirs, Nenya est l'essence de la Magie en Kor. Imprégnée de mystères et d'onirisme, Nenya est douce et règne sur l'Ether, monde où chaque rêve prend vie.
- Khy est le fils de Kezyr et le septième Grand Dragon qui naquit. A sa naissance, Khy n'eut aucun élément sur lequel régner et s'est longtemps interroger sur de nombreuses questions que ses pairs ne se posaient pas. Lorsque que les humains furent crées, Khy devint le Grand Dragon des Cités, gardien de la race humaine. Il est pacifique bien que très énigmatique. Même les autres Grands Dragons ont du mal à cerner Khy.
- Szyl est le fils de Nenya et le huitième Grand Dragon. Son élément est l'air et, à son image, il est libre et désinvolte. Haï par certains de ses pairs à cause de cette désinvolture, Szyl n'en tient pas compte et parcourt inlassablement les cieux, son royaume, à la recherche d'aventures palpitantes.
- Kalimsshar est le dernier fils de Moryagorn et le neuvième Grand Dragon. Né des doutes et des cauchemars de son père, Kalimsshar est le seigneur de l'ombre. Loin d'être l'incarnation du mal, Kalimsshar revendique ce que tous ses pairs rejetent "car ils sont nécessaires pour l'équilibre du monde". Il semble perpétuellement en train de comploter et a été, depuis longtemps, rejeté par ses frères et soeurs. Aujourd'hui qualifié de Hérault de la Fatalité, Kalimsshar oeuvre dans l'ombre afin d'arriver à un but que lui seul connaît.

Dans l'univers de Warcraft

Une fois Azeroth ordonné par les Titans, ceux-ci se préparèrent à quitter ce monde. Mais, avant de partir, ils décidèrent de donner aux plus grandes espèces nouvelles du monde le pouvoir de surveiller Kalimdor contre toute menace possible. À cette époque, il y avait de nombreux groupes de dragons. Cinq de ces troupes dominaient leurs cousins. Ce furent ces cinq groupes que les Titans choisirent pour garder le monde naissant. Les membres les plus important du Panthéon des Titans donnèrent une partie de leur pouvoir sur chacun des chefs des groupes. Ces dragons majestueux furent connus à partir de ce moment comme les Grands Aspects.
- Le dragon de Bronze Nozdormu a le pouvoir de garder le temps et de régler les chemins tournoyant du destin. Le stoïque, honorable Nozdormu devint connu comme Celui-qui-est-hors-du-Temps.
- Le léviathan rouge, Alexstrasza, plus tard connue comme la Lieuse de Vie, travaillerait à sauvegarder toutes les créatures vivantes du monde. Grâce à sa sagesse suprême et à sa compassion sans limite pour toutes les choses vivantes, Alexstrasza fut couronnée comme la Reine des Dragons et reçut la domination sur ceux de sa race.
- Le dragon vert et agile Ysera, jeune sœur d’Alexstrasza, se voit octroyer d'un pouvoir sur les pensées et les rêves. Ysera tomba dans une transe éternelle, liée au rêve éveillé de la création. Connue comme la Rêveuse, elle garde les terres sauvages du monde depuis son royaume verdoyant, le rêve d’Emeraude.
- Le dragon bleu, Malygos, serait connu comme le Tisserand des Sorts, gardien de la magie et des arcanes cachées.
- Le dragon noir Neltharion, qui devint le Gardien de la Terre, reçut la responsabilité de la terre et des endroits enfouis du monde. Il endossa la force du monde et devient le plus grand soutien d’Alexstrasza.Il en résulte une créature très puissante. Après son passage dans les forces obscures, il sera renommé Deathwing le Destructeur. On peut retrouver ces créatures dans les 4 oeuvres de Richard A. Knaak de la saga littéraire Warcraft.

Dans l'univers de Donjons et dragons

Le dragon est l'une des figures les plus emblématiques du jeu de rôle, de par la puissance qu'il dégage, du développement de son histoire (un ouvrage entier, le Draconomicon, est consacré au dragon) ou par le fait qu'il fasse partie du titre du jeu. Les dragons rouges et le dragon noir font partis des personnages clés des deux films Donjons & Dragons.

Dans l'univers de Warhammer

Dans le jeu de bataille sous sa forme actuelle, les dragons joués servent de montures aux puissants seigneurs, et représentent de jeunes dragons. Les races faisant usage de dragons sont :
- les Hauts-Elfes de Caledor (en particulier, les Princes Dragons montés sur dragons sont un choix d'unité rare lors de la campagne de la Guerre de la Barbe),
- le Chaos (dragons mutants à deux têtes),
- les Elfes Sylvains d'Athel Loren (les Sœurs du Crépuscule),
- l'Empire (qui possède un unique dragon au zoo d'Altdorf, monture personnelle de l'Empereur),
- les Elfes Noirs (dragons noirs),
- les Comtes Vampires (dragons zombies). Les seuls dragons se battant de manière autonome sont Galrauch, premier dragon du Chaos, qui est en fait un ancien dragon de Caledor possédé par un Duc du Changement, et les dragons zombies des armées de Nécrarques. Dans d'anciennes versions du jeu de bataille, les dragons pouvaient être accueillis sur les champs de bataille de manière autonome, et étaient divisés en dragons, princes dragons et dragons empereurs, selon leur grandeur. Forgeworld (une filière de Games Workshop spécialisée dans la production de figurines de jeu de très grande taille) a produit un dragon empereur à l'échelle des figurines, d'une grandeur approximative de 50 cm de long ! Pièce plus de collection que de jeu, donc. Même s'ils ne sont pas fort visibles sur les tables de jeux, l'univers de Warhammer (à travers son jeu de rôle et les romans basés dans ce monde) comporte d'autres nombreux dragons, bien que beaucoup moins présents que dans les autres univers fantastiques (cela étant parce que la mythologie warhammerienne est couplée à celle de l'univers de Warhammer 40k, un univers de science fiction sombre, et que donc les dragons n'y ont aucun statut semi-divin comme dans Warcraft, par exemple). Les dragons du monde de Warhammer sont donc présentés comme des créatures "comme les autres", sans aucun des atours sacrés qui les caractérisent dans les autres univers (par exemple, leur propension à amasser des piles d'or est dû à un désir d'attirer les femelles, plutôt qu'à un trait de "caractère"). Les dragons seraient de plus antérieurs à l'arrivée des Anciens sur le monde de Warhammer, et donc seraient le fruit d'une évolution naturelle, et non pas du Chaos. La même origine "indigène" concerne les terribles Dragons-Ogres (présents dans les armées du Chaos). Cependant, il semble que les hauts elfes et les humains de Cathay leur vouent un culte. Il faut aussi noter que les dragons de Caledor, au temps de la Guerre de la Barbe, étaient capables d'utiliser la magie (sorciers de Feu de niveau 1). Dans le monde de Warhammer, la plupart des dragons peuvent apparemment être trouvés dans les montagnes de Naggaroth, de Caledor (bien que ceux-ci soient sujets à un sort de torpeur lancé par les Elfes Noirs il y a des siècles, ce qui empêche leur recrutement intensif), du Bord du Monde (où ils participèrent à la destruction des citadelles naines, notamment Karak Azgal qui fut occupée par le grand dragon Skaladrak), de Norska, et - plus hypothétiquement - des Montagnes des Larmes environnant le Cathay. Des rumeurs metionnent également le fait que l'Empereur-Dragon du Cathay soit en fait un vrai dragon, et pas un simple humain portant un titre honorifique.

Dans la Ballade de Pern

Les Dragons de Pern sont les protecteurs d'une planète qui semble sortir tout droit du Moyen-Âge, mais dont l'apparence médiévale recouvre la régression d'une colonie Terrienne dans un lointain futur. Créer des Dragons à partir d'animaux indigénes de Pern est devenu le seul recours des colons face aux Fils, des organismes dévastateurs qui s'abattent régulièrement sur Pern lors du passage d'une comète proche. Comme les lézards de feu, dont ils proviennent, les Dragons de Pern sont empathiques, possédent la capacité de se téléporter à volonté à travers l'espace et dans une moindre mesure le temps, et peuvent cracher du feu après avoir mâché une pierre spéciale riche en éléments combustibles. À l'éclosion, un dragonnet lie son esprit à un Humain, de manière indéfectible. Si son cavalier est tué, le Dragon se téléporte sans retour. Dans le cas contraire, le chevalier-dragon survivant porte à jamais la perte de son Dragon et souvent finit par se donner la mort. Les Dragons combattent les Fils en formation à plusieurs étages, échelonnés par taille. Ils doivent brûler les Fils avant que ceux-ci n'atteignent le sol et ne dévorent toute la végétation environnante. Ils sont organisés en Weyrs, sorte de régiments aériens, et ce nom est également celui de leurs quartiers d'habitation, creusés au cœur de volcans éteints. Chaque Weyr protége un territoire déterminé. La Ballade de Pern, écrite par Anne McCaffrey et insérée dans son univers du futur, est constituée à ce jour de près d'une quarantaine de romans et nouvelles. Elle conte la vie quotidienne sur Pern et son histoire mouvementée, du début tragique de la colonisation à la redécouverte de leur passé par les lointains descendants des colons originels.

Dans l'univers de The Legend of Zelda

On trouve dans cet univers vidéoludique plusieurs dragons remarquables .
- Aquamentus est le tout premier boss de la série de jeux-vidéo . Il apparaît dans les premiers donjons de The Legend of Zelda et de The Legend of Zelda: Oracle of Seasons . C'est un dragon vert , dont le point faible est la corne , que vous devez toucher avec votre épée .
- Volcania est un dragon jadis vaincu par un Goron armé de la légendaire Masse des Titans . Réveillé par Ganondorf dans The Legend of Zelda: Ocarina of Time , il prendra possession du Temple du Feu au sommet du Mont du Péril et asservira le peuple Goron . Il sera finalement vaincu par Link , armé de l'antique Masse des Titans .
- Valoo est l'Esprit du Ciel. Il réside au sommet de l'Île du Dragon , et veille sur le peuple Piaf . C'est l'un des rares personnages pouvant s'opposer à Ganondorf , comme il en fera la démonstration en sauvant Link et Tetra dans The Legend of Zelda: The Wind Waker .
- Pyrodactylus (Argorok) est un dragon qui traumatise les habitants de Célestia dans The Legend of Zelda: Twilight Princess et qui constitue le boss du donjon.

Dans l'univers de Rêve de Dragon

Ce jeu de rôle de Denis Gerfaud, datant de 1985 et publié par la NEF, fait une référence forte à ce type de créature. Si l'on se base sur le présent exposé, cet univers de jeu (toujours en expansion) présente les Dragons sous une forme totalement virtuelle car ils y sont les créateurs de toute chose. En effet, au travers de la mythologie propre à cet univers l'ensemble des Dragons semblent y avoir vécu leurs deux premiers âges (Dragon cosmique : Dragon-Dieu et Dragon-gardien du fait qu'ils sont en retrait dans leurs propres rêves, mais en gardant un fort pouvoir destructif de par le réveil) mais ils semblent s'être arrêté à ce dernier.

Dragons célèbres

- Ancalagon le noir, le plus grand des dragons ailés de la Terre du Milieu ;
- Antharas, l'un des 6 grands dragons de Lineage II...;
- Bahamut, le roi des Dragons dans la saga Final Fantasy;
- Dewi, le dragon symbole du Pays-de-Galles;
- Draco, le dernier dragon d'angleterre dans Cœur de dragon;
- Draco Magnus, la bête de l'Apocalypse de Saint Jean terrassée par Saint Michel;
- El Bière, le dragon terrassé par saint Georges à Mons (Belgique), représenté chaque année au combat dit Lumeçon (ducasse de Mons) ;
- Fáfnir, héros de la mythologie nordique ;
- Falkor, le dragon porte-bonheur à tête de chien dans le film L'Histoire sans fin. Dans le livre de Michael Ende, il se nomme Fuchur (lire « fouchour ») ;
- Glaurung, le premier des Urulóki ;
- Smaug, qui garde le trésor d'Erebor dans Bilbo le Hobbit ;
- Klauth, grand dracosire rouge, Akulatraxas, dragonne verte et Gorgotha, dragon doré, faisant tous partie du monde des Royaumes oubliés.
- Isa Bere, Ce dragon vivait dans les montagnes du Fouta Djallon en Afrique ;
- Ladon, qui garde les pommes d'or du jardin des Hespérides ;
- Nefarian, le dernier boss de l'instance haut niveau World of Warcraft "Black Wings Lair"...
- Nídhögg qui mange les racines de l'arbre-monde dans la mythologie scandinave ;
- Saphira, dragonne d' Eragon dans la trilogie de L'Héritage de Christopher Paolini, ainsi que Glaedr, son allié, Shruikan et Thorn, ses adversaires...;
- Les deux dragons de la légende arthurienne, le rouge et le blanc, qui s'affrontent à mort ;
- Adrameleche (Final Fantasy Tactics Advance) est le dieu des Vangaas, sorte d'iguane à deux pattes adorant la guerre.
- Trogdor, dragon formé d'un S et d'un autre S, avec des petites ailes et un bras musclé dans son dos. Créé par Strongbad dans l'univers de Homestarrunner.
- Valefore, dragon majestueux, dépourvu de pattes avant, première invocation de Yuna dans Final Fantasy 10
- Valakas, un autre des 6 grands dragons de Lineage II...;
- Onyxia, un dragon femelle qui garde son antre dans world of warcraft (boss)
- Saphira, une dragonne bleue dont le dragonnier et le dernier de son ère, Eragon.
- Shenron, le dragon invoqué par les sept boules de cristal dans Dragon Ball

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adam   Ancien Testament   Angband   Anne McCaffrey   Apocalypse   Apophis   Argos (Panoptès)   Bahamut   Ballade de Pern   Belgique   Bilbo le Hobbit   Celtes   Cerbère   Chaos (mythologie)   Charybde   Chimère (mythologie)   Christopher Paolini   Civilisation chinoise   Danois   Donjons & Dragons, la puissance suprême   Donjons & Dragons (film)   Donjons et dragons   Dragon   Dragon chinois   Dragon de Komodo   Ducasse de Mons   Détroit de Messine   Eragon   Erebor   Faucon   Fáfnir   Georges de Lydda   Glaurung   Guerre de la Grande Colère   Hagiographie   Horus   Hydre de Lerne   Héra   Indonésie   Isa Bere   Japon   Jeu de rôle   John Ronald Reuel Tolkien   Krishna   L'Histoire sans fin   L'Histoire sans fin (film)   L'Héritage (trilogie)   Ladon   Ladon (créature fantastique)   Le Dragon du lac de feu   Le Règne du feu   Lineage II   Lion de Némée   Légende   Légende arthurienne   Magie   Mao Zedong   Martyr   Michael Ende   Michel (archange)   Mongols   Mons   Morgoth   Moyen Âge   Mythologie   Mythologie celtique   Mythologie grecque   Mythologie nordique   Mythologie égyptienne   Médiéval-fantastique   Méduse (mythologie)   Mélusine   Nídhögg   Ouroboros   Paganisme   Persée   Pommes d'or du jardin des Hespérides   Premier Âge   Prieuré de Saint-Arnoult   Prométhée   Prophecy   Python (mythologie)   Péché   Qu Yuan   Quetzalcoatl   Roi Arthur   Royaumes oubliés     Saint Georges   Saxons   Scylla   Shenron   Smaug   Snekkar   Sphinx (mythologie grecque)   Spiritualité   Tarasque   Terre du Milieu   Tiamat   Uther Pendragon   Ver   Viking   Vortigern   Vouivre   Warcraft   Warhammer   Yggdrasil   Yu le Grand  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^