Château-Thierry

Infos
Château-Thierry est une commune française, située dans le département de l'Aisne et la région Picardie. Ses habitants sont des Castrothéodoriciens, Castrothéodoriciennes ou Castelthéodoriciens, Castelthéodoriciennes. Pendant la Révolution française la ville fut appelée Château-Égalité. La ville doit son nom à Thierry IV, dernier roi mérovingien, qui y fut enfermé par Charles Martel, marquant ainsi l'avènement de la dynastie Carolingienne. Château-Thierry es
Château-Thierry

Château-Thierry est une commune française, située dans le département de l'Aisne et la région Picardie. Ses habitants sont des Castrothéodoriciens, Castrothéodoriciennes ou Castelthéodoriciens, Castelthéodoriciennes. Pendant la Révolution française la ville fut appelée Château-Égalité. La ville doit son nom à Thierry IV, dernier roi mérovingien, qui y fut enfermé par Charles Martel, marquant ainsi l'avènement de la dynastie Carolingienne. Château-Thierry est le lieu de naissance de Jean de La Fontaine et est situé dans la région des batailles de la Marne. Château-Thierry, la mairie, la tour Balhan et les remparts.

Géographie

Château-Thierry se trouve à environ 90 km à l'est-nord-est de Paris et à 60 km de Reims sur l’A4. bords de Marne La ville est située sur la Marne. En Picardie, mais aux confins de l'Île-de-France, et déjà un pied (de vigne) dans la Champagne. La gare de Château-Thierry est le terminus d'une ligne TER de l'est de l'Ile de France, mais est aussi une des gares de la ligne inter-régionale (Ile de France, Picardie, Champagne) de la ligne "Vallée de la Marne".

Histoire

Les premières occupations datent de l'Age du Fer avec des traces de sépultures. A l'époque romaine, une agglomération secondaire est venue s'y implanter profitant de son emplacement sur le croisement de la Marne et de la route Soissons-Troyes. Vers le , Charles Martel, celui qui allait vaincre les Berbères à la bataille de Poitiers (732), vint s'installer sur la montagne des Chesneaux qui domine la vallée. Il s'y fit construire un palais et une métairie. En 721, il imagina de faire bâtir un château fort dans la dépendance immédiate du sien, sur une importante position qui dominait une chaussée romaine réparée par la reine Brunehilde. Il alla chercher dans l'abbaye de Chelles un jeune prince, fils de Dagobert III, qui portait le nom de Thierry. Couronné, ce fut Thierry IV. Voulant que ce jeune prince reste étranger au gouvernement du royaume, il le confina dans la forteresse. Ce fut l'origine de la ville qui s'étendit sur l'emplacement actuel des Vaucrises. Thierry IV mourut en 737, à l'âge de 23 ans. Ayant succédé à son père Charles Martel, mort en 741 à Quierzy-sur-Oise, Pépin le Bref fut oint en 754 par le pape Étienne II, dans la basilique de Saint-Denis. Le pape, qui avait besoin d'un appui militaire contre ses voisins, accepta de légitimer alors un changement de dynastie : aux Mérovingiens succédèrent alors les Carolingiens. Château-Thierry a été le site d'une importante bataille en1814. Château-Thierry a été le site d'une importante bataille de la Première Guerre mondiale en 1918, entre les troupes américaines et les troupes allemandes. Colors= id:lightgrey value:gray(0.9) id:darkgrey value:gray(0.7) id:sfondo value:rgb(1, 1, 1) id:barra value:rgb(0.6, 0.7, 0.8) ImageSize = width:350 height:373 PlotArea = left:50 bottom:50 top:30 right:30 DateFormat = x.y Period = from:0 till:20000 TimeAxis = orientation:vertical AlignBars = justify ScaleMajor = gridcolor:darkgrey increment:5000 start:0 ScaleMinor = gridcolor:lightgrey increment:1000 start:0 BackgroundColors = canvas:sfondo BarData= bar:1962 text:1962 bar:1968 text:1968 bar:1975 text:1975 bar:1982 text:1982 bar:1990 text:1990 bar:1999 text:1999 PlotData= color:barra width:30 align:left bar:1962 from:0 till: 10006 bar:1968 from:0 till: 11049 bar:1975 from:0 till: 13491 bar:1982 from:0 till: 14557 bar:1990 from:0 till: 15312 bar:1999 from:0 till: 14967 PlotData= bar:1962 at: 10006 fontsize:S text: 10.006 shift:(-8, 5) bar:1968 at: 11049 fontsize:S text: 11.049 shift:(-10, 5) bar:1975 at: 13491 fontsize:S text: 13.491 shift:(-10, 5) bar:1982 at: 14557 fontsize:S text: 14.557 shift:(-10, 5) bar:1990 at: 15312 fontsize:S text: 15.312 shift:(-10, 5) bar:1999 at: 14967 fontsize:S text: 14.967 shift:(-10, 5) TextData= fontsize:S pos:(20, 20) text:Évolution de la population de Château-Thierry, source INSEE

Administration

pierre LEMRET et non LEMERET F CANIVET

Monuments et lieux touristiques

Liste des monuments classés aux monuments historiques de Chateau-Thierry
- Les ruines de l'ancien chateau en 1932.
- Ancien couvent des Capucins en 1988
- Église Saint-Crépin en 1957.
- Maison "Jean de la Fontaine" en 1910.
- Porte Saint Jean en 1921.
- Porte Saint-Pierre en 1886.
- Hôtel au 68 rue Saint-Martin en 1943.
- Hôtel particulier au 10 rue Saint-Martin en 1996
- Tour et fragments des anciens remparts, rue de la Barre en 1927.
- Temple protestant, place de l'hôtel de Ville en 2003.
- Tour Balhan en 1926.

Le château

Les remparts Le site du château se trouve sur une butte surplombant la ville. L'occupation du site remonte au , mais les remparts ont été construits progressivement entre le et le , notamment par le comte Thibaut IV de Blois (comte de Blois et Champagne). Roche isolée de cinquante mètres de hauteur et de plus de quatre cents mètres de long, d'abord oppidum gaulois, puis place mérovingienne, le château abrita dans la première maison forte le roi fainéant Thierry IV sous la tutelle de Charles Martel. Les comtes de Champagne Thierry et Thibault en relevèrent les ruines aux et . Dès le début du , les murailles du Château (où avaient séjourné des rois et des ministres) sont rasées, ne laissant que les remparts, la Porte Saint Jean et la Poterne. Il reste peu de trace aujourd'hui de l'édifice du temps des comtes de Champagne, avec son donjon, son église, son cimetière, ses remises, ses écuries, ses fours, ses magasins, ses moulins, sans oublier le curieux « puits de l'Abîme », les souterrains et les tours. L'entrée du château Au centre était le donjon construit au par Charles Martel pour le roi Thierry IV, petit fils de Dagobert III. Au furent construites quinze tours dont les principales furent la tour du Roi (ainsi nommée parce qu'au le roi de France Charles le Simple y fut enfermé pendant quatre ans par Hugues de Vermandois, alors seigneur de la ville), puis la tour rouge (parce que la voûte était lambrissée de briques rouges) et la tour de Bouillon (la famille de Bouillon ayant gouverné la ville pendant près de deux cents ans). Les tours étaient espacées l'une de l'autre d'environ cinquante mètres. On accédait au château par la porte Saint-Pierre, terminée à la fin du . Contrairement à la croyance populaire et à la plaque comémorative y figurant, Jeanne d'Arc revenant de Reims en compagnie de Charles VII après son sacre en 1429, ne passa pas sous cette porte. En réalité, Jeanne d'Arc est arrivée par la porte Sud de la ville et est ressortie par la porte Nord. Elle devait chasser les anglais qui occupèrent Château-Thierry pendant huit ans, de 1421 à 1429). A l'époque, Château-Thierry possédait 4 portes. Aujourd'hui, il ne reste plus que la porte Saint-Pierre. Puis, passant sous une arcade ogivale (détruite en 1845) on atteignait la porte Saint-Jean (qui date du ). Dans l'enceinte du château on trouvait successivement l'église Notre-Dame du château, datant du , puis la galerie construite au située légèrement en retrait de la tour de Bouillon et de la tour du Roi. C'était là que logeait le roi Louis XIII lorsqu'il vint résider à Château-Thierry de 1631 à 1635. Richelieu s'était fait construire une maison à l'autre extrémité. Au Moyen Âge, le château ne comprenait pas moins de 2 000 hommes d'armes. Le château dispose de cuisines monumentales datant de la fin du Moyen Âge, révélées par des fouilles archéologiques.

Église Saint-Crépin

L'église Saint Crépin L'église Saint-Crépin est la seule église de Château-Thierry, qui en comptait pourtant trois sous l'ancien régime (détruites après la vente des biens nationaux, en 1793). Elle était initialement (au ) implantée hors des murs de l'enceinte, mais est maintenant située un peu à l'est du centre-ville. La tour du clocher, haute de 36 m, reste visible depuis les rives de la Marne. L’église Saint-Crépin a été construite très probablement (à l'emplacement d'une ancienne chapelle du ) à la fin du XIV ou au début du . Elle était dénommée Saint-Crépin « hors les murs » et n'est devenue église paroissiale qu'après la disparition de Notre-Dame du Château (dont il reste encore la crypte, en très mauvais état). Il semble toutefois qu'avant la disparition de Notre Dame du Château, il y eut tout d'abord comme première église paroissiale, celle dénommée de la Benoîte Madeleine (XIIIe siècle), actuellement bâtiment municipal. À l'extérieur se situent le portail principal avec sa porte sculptée de l'époque Louis XIII et le portail secondaire au midi. À l'intérieur, le buffet d'orgue du a été remanié, mais on peut observer la balustrade du , ornée de 19 statuettes occupant des niches avec des coquilles et représentant des femmes : les unes sont des vertus, les autres des sibylles païennes, car celles-ci ont été admises dans l'art sacré de la Renaissance, parce que les théologiens affirmaient qu'elles avaient annoncé un messie. On trouve des sibylles à Rome parmi les fresques du Vatican, à la chapelle Sixtine (sur la voûte peinte par Michel-Ange) et dans quelques rares églises ; c'est dire que la balustrade du buffet d'orgue de Saint Crépin, présente un intérêt particulier aux yeux de ceux qui étudient l'art religieux sous toutes formes. Les principales sibylles sont les suivantes:
- Côté fonts baptismaux : la sibylle de Samos portant une crèche sur son bras, celle d'Érythrée tenant à la main une rose, la sibylle Persique portant une lanterne, celle de Phrygie avec la colonne de la flagellation ;
- Sur le devant de la tribune, la sibylle Caroga montrant une couronne d'épines. On retrouve les mêmes sibylles avec les mêmes attributs à la cathédrale de Beauvais. Outre les sibylles, on peut remarquer : la Foi avec une croix ; la Force portant une colonne brisée ; la Justice avec une épée et une balance ; une femme tenant une bourse, sans doute la Charité ; une autre femme avec une horloge personnifiant la Tempérance. La tribune d'orgue était supportée par d'élégantes colonnes très finement sculptées qui, fléchissant, ont dû être remplacées par des piliers de fonte, ces colonnes se trouvent actuellement au musée principal. La chaire est du : elle constitue un travail très soigné de cette époque. Autour du chœur se trouvent plusieurs statues de pierre qui sont l'œuvre d'un artiste local : Gauthier. Celui-ci est venu se fixer à Château-Thierry lors de la Restauration, on ne sait rien de son passé, il a exécuté les statues du chœur vers 1824, celles-ci représentent les Evangélistes, saint Crépin et saint Martin. Deux sont à signaler : celle de Saint Crépin dont l'expression est simple et naturelle et celle de Saint Jean dont l'expression est extatique. On raconte que Gauthier aurait reçu pour ce travail important trois petits écus. Peu satisfait de ce maigre salaire, il aurait modelé son propre portrait en pied, la mine piteuse et montrant sa poche vide, afin que les fidèles déposent leur obole dans ce tronc original qui se trouvait exposé près de la porte d'entrée. Certains historiens locaux prétendent que le bénitier se trouvant à l'entrée de l'église, contre le premier pilier de droite, serait l'ancienne cuve baptismale ayant servi au baptême de Jean de La Fontaine. Cette assertion ne s’appuie sur aucun document, mais elle est vraisemblable, car la cuve baptismale actuelle n'est certainement pas du . Saint-Crépin possédait un jubé qui a été détruit, comme beaucoup d'autres au , car on accusait ces portiques monumentaux de priver le chœur de l'église de trop de lumière. Sous le jubé de Saint-Crépin se trouvait le banc de la famille de Jean de La Fontaine. La statue de saint Cénéric et le petit reliquaire évoquent une page de l'histoire locale : au , les moines du monastère de Hyesine (Sarthe) fuyant devant les barbares, avaient emporté avec eux les reliques de leur fondateur : saint Cénéric (né à Spolèle). Arrivés devant Château-Thierry, ces moines, à la vue du château bâti sur un roc eurent l'idée de demander au seigneur de l'époque (Heribert de Vermandois) l'autorisation de déposer lesdites reliques à Notre-Dame du Château où elles restèrent pendant de longues années, puis furent transportées à Saint Crépin après la disparition de Notre-Dame du Château. Des tableaux garnissent les murs de Saint-Crépin : un inventaire dressé en 1891 constate l'existence de 21 tableaux. Il n'en reste plus qu'une dizaine, de valeurs très inégales. Quelques-uns doivent attirer l'attention du visiteur pour des raisons particulières, souvent indépendantes de l'intérêt de l'œuvre :
- « Apparition de Jésus à Marie Alacoque », dû au pinceau de Jacquinet, élève de Gros, décédé à Château-Thierry où il était venu se retirer.
- Deux toiles encastrées dans des cadres ovales en marbre faisant partie de la déco-ration générale du chœur. Ces peintures, dont l'une représente deux martyrs enchaînés qu'on pense saint Crépin et saint Crépinien, et l'autre l'Ange de l'Annonciation, sont d'une exécution simple et de coloris agréables. Enfin la pièce principale qui est placée au dessus de la porte au midi : le baptême du Christ de Vivien, est de beaucoup la plus belle toile que possède Saint-Crépin. Vivien était élève de Le Brun (1657 – 1734), sa biographie figure au Grand Larousse et le musée du Louvre possède deux œuvres de lui.

Tour Balhan

La tour Balhan La tour Balhan est un vestige d'un hôtel urbain : l'hôtel du mouton d'or (construit par Jean Balhan en 1480). Elle est classée monument historique depuis 1926. La tour renferme une cage d'escalier à vis, une ancienne chapelle et une salle de guet. Ce qui reste, ou ce qui a été restauré du Fort Saint-Jacques, résidence des comtes de Champagne qui le préféraient au château lorsqu'ils venaient, de Provins, passer quelques jours chez nous. Une tour carrée de 33 mètres de haut, surmontée d'un toit en forme de flèche octogonale couvert d'ardoises. À l'Est, deux tourelles rondes, pourvues de toits hexagonaux. À l'Ouest, deux petites pyramides triangulaires fixées sur la tour. Un escalier intérieur bien conservé conduit à une chapelle gothique puis à l'ancienne chambre du guet et enfin, au pied de l'échelle qui permet d'accéder à la plate-forme du campanile. On célébra la messe dans la chapelle jusqu'à la Révolution. La tour Balhan, qui tient son nom de Balchan ou Balhan, maître du grenier à sel de Château-Thierry à la fin du et sans doute, donateur d'une cloche, a joué dans l'histoire de la ville bien plus le rôle d'un beffroi que celui d'un poste de défense. Depuis 1874, deux cadrans extérieurs complètent bien l'ensemble « horloge communale » dont la tour s'est acquise le privilège au cours des siècles.

Hôtel-Dieu

Facade et ancienne entrée principale de l'Hôtel-Dieu. L’hôpital de Château-Thierry a été fondé en 1304 par Jeanne de Navarre, épouse du roi Philippe IV le Bel. L'établissement fut très modeste jusqu'en 1698, date à laquelle le roi Louis XIV lui rattacha vingt huit maladreries (petits hôpitaux soignant les lépreux) de la région environnante. :« Les localités intéressées par ce rattachement durent faire à l'hôpital l'abandon de leurs biens fonds, en compensation elles eurent le droit à un certain nombre de journées de maladie proportionnées à l'importance des biens abandonnés. » :(H. Chaloin - Informateur XI.59). Au cours des siècles, les bâtiments furent agrandis jusqu'à leur démolition (après 1870). Un nouvel hôpital fut construit dès 1876 et inauguré en 1879. Durant les travaux, les malades étaient soignés à La Charité (aujourd'hui Bellevue). Aile nord et vue sur la chapelle. En 1890, les vieilles murailles de la ville qui clôturaient l'hôpital au midi, furent démolies à l'exception de la tour d'angle qui sert de tombeau aux religieuses de l'établissement (la tour des Augustines). Il n'est guère possible de parler de l'hôtel-Dieu sans évoquer la mémoire de Madame de la Bretonière qui à la fin du fit adopter l'ordre de Saint Augustin, et dont les oncle et tante, Monsieur et Madame de Stoppa, furent les bienfaiteurs et restaurateurs de l'hôpital. On voit leur mausolée dans la chapelle de l'hôtel Dieu. L'institution de Jeanne de Navarre, reine de France, semble avoir fait son temps. Elle ne répond plus aux exigences de la vie moderne. Un autre établissement hospitalier a vu le jour sur les hauteurs. Seul subsiste le souvenir d'un dévouement huit fois séculaire, aujourd'hui préservé par une association locale, qui organise des visites du musée de l'hôtel dieu sur réservation.

Mémorial américain Aisne-Marne

Construit en 1933 sur la cote 204, à 3 km à l'Ouest de Château-Thierry, le monument offre une vue étendue de la vallée de la Marne. Il est composé d'une imposante double colonnade dominant une terrasse paysagée. De grandes statues symbolisant les États-Unis et la France, unis par une longue amitié, ornent son côté ouest, tandis que le côté est abrite un aigle aux dimensions également impressionnantes. Sous cette sculpture l'inscription suivante est gravée : :« LE TEMPS NE TERNIRA PAS LA GLOIRE DE LEURS EXPLOITS » Au-dessous, une grande carte de la région, conçue par Paul P. Cret, retrace la progression des forces américaines à partir du 18 juillet 1918. Devant la carte, une table d'orientation indique les directions et les distances des points d'intérêt historique. En 1928, grâce aux plans de l'architecte chargé de la construction du monument, André TOISON, maître-artisan ébéniste à Château-Thierry, fabriqua une maquette du monument totalement en bois. Après la seconde guerre mondiale, cette maquette fut offerte au musée de la ville de Mobile en Alabama (États-Unis) où elle est toujous exposée. Image:Château-Thierry Mémorial Américain Aisne-Marne Panorama Night.jpg|Vue panoramique de nuit. Image:Mémorial Américain Aisne-Marne arrière détail DSCN5622.JPG|À l'arrière du monument, les deux grandes statues et les dédicaces. Image:StatuesMonumentAmericain.jpg|À l'arrière du monument, les deux grandes statues. Image:Mémorial Américain Aisne-Marne face détail DSCN5635.JPG|Sur l'avant, l'aigle et la maxime.

Maison "Jean de la Fontaine"

Musée consacré au fabuliste et situé dans sa maison natale. L'auteur de "la cigale et la fourmi" y naquit en 1621. Il s'agit d'un des plus anciens hôtels particuliers de la ville.

Temple protestant

Pendant la première guerre mondiale, une Eglise méthodiste américaine a crée un fond pour le soutien moral des soldats engagés sous la bannière étoilée. Le solde des sommes récoltées a servi à construire ce temple inauguré en 1924.

Porte Saint-Pierre

Cette porte construite dans la première moitié du XIIIème siècle est la seule rescapée d'une série de quatre qui était incluse dans les fortifications de la ville. Les autres furent détruites pendant la Révolution.

lieux touristiques à proximité

- Château de Condé Le Château de Condé (15km au sud-est de Château-Thierry)
- Bords de Marne Vue de Château-Thierry, depuis le haut des côteaux de la Marne. On remarque à droite le Monument Américain.

Économie

Château-Thierry comptait parmi ses entreprises célèbres :
- L'usine de fabrication des instruments de musique en cuivre Couesnon, toujours en activité.
- La fabrique de biscuits Belin dont il ne reste maintenant qu'une petite activité.
- Les Coopérateurs de Champagne, avec ses magasins Coop présents notamment dans toutes les bourgades du sud de l'Aisne et dans la Marne, et dont les magasins ambulants sillonnaient aussi la campagne. Les magasins Coop ont fermé, et Les Coopérateurs de Champagne ont choisi les magasins de type Hard-discount. Elle comprend un centre consulaire de la Chambre de commerce et d'industrie de l'Aisne au 1, Avenue de l'Europe.

Personnalités liées à la ville

Château-Thierry est le lieu de naissance de Jean de La Fontaine. Autres personnalités :
- Charles Ferton père,
- Edmond de Tillancourt
- Antoine Baduel
- Charles Schneider

Jumelages

- , voir Mosbach
- , voir Pößneck
- , voir Cisnădie

Références

==
Sujets connexes
Abbaye de Chelles   Aisne (département)   Alabama   Allemagne   Arrondissement de Château-Thierry   Autoroute française A4   Baptême   Bataille de Château-Thierry (1814)   Bataille de Poitiers (732)   Bataille de la Marne   Beauvais   Biscuiterie Belin   Blois   Brunehilde (reine)   Campagne   Canton de Château-Thierry   Chambre de commerce et d'industrie de l'Aisne   Champagne (province)   Chapelle Sixtine   Charles Martel   Charles Schneider   Charles VII de France   Chef-lieu   Château   Château-Thierry   Château de Condé   Château fort   Commune française   Crypte   Cuisine   Cuivre   Dagobert III   Dynastie   Edmond de Tillancourt   France   Gare de Château-Thierry   Gentilé   Hard-discount   Hugues de Reims   Jean (apôtre)   Jean de La Fontaine   Jeanne d'Arc   Jeanne de Navarre   Jubé   Marne (département)   Marne (rivière)   Martin de Tours   Messie   Michel-Ange   Mobile (Alabama)   Moyen Âge   Mur   Mérovingiens   Onction   Orgue   Pape   Paris   Parti communiste français   Parti socialiste (France)   Picardie   Première Guerre mondiale   Pépin le Bref   Reims   Rome   Révolution   Révolution française   Sibylle   Style Renaissance   Thibaut IV de Blois   Thierry IV   Vatican   Vigne  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^