Holodomor

Infos
Scène de rue à Kharkiv en 1932. Scène de rue à Kharkiv en 1933. L' Holodomor ou « extermination par la faim », en ukrainien Голодомор, est le nom d'une grande famine, survenue en Ukraine, faisant alors partie de l'URSS, entre 1932 et 1933. Il y eut entre quatre et dix millions de morts selon les estimationsLe chiffre de six millions de morts semble cependant être plus proche de la réalité.Sergueï Skliarov, « Grande Famine : un silence
Holodomor

Scène de rue à Kharkiv en 1932. Scène de rue à Kharkiv en 1933. L' Holodomor ou « extermination par la faim », en ukrainien Голодомор, est le nom d'une grande famine, survenue en Ukraine, faisant alors partie de l'URSS, entre 1932 et 1933. Il y eut entre quatre et dix millions de morts selon les estimationsLe chiffre de six millions de morts semble cependant être plus proche de la réalité.Sergueï Skliarov, « Grande Famine : un silence de mort à Moscou » dans Nezavissimaïa Gazeta, cité dans Courrier international du 23 novembre 2007, dans des régions essentiellement agricoles. Cette famine était étendue à d'autres territoires soviétiques, tels que la Volga, la Ciscaucasie, l'Oural du sud, la Sibérie occidentale et le Kazakhstan, mais le terme « Holodomor » désigne, spécifiquement celle qui a eu lieu dans les territoires peuplés par des « Ukrainiens de souche ». L'intention d'extermination, ciblée par les autorités soviétiques dans cette famine, est discutée, mais, depuis fin 2006, l'Ukraine a officiellement qualifié l'Holodomor de génocide.

La collectivisation de l'agriculture à partir de 1928

Affiche de propagande soviétique : « Viens camarade rejoindre le kolkhoz ! » En 1928, avec le premier plan quinquennal, le pouvoir soviétique remet en chantier la collectivisation de l'agriculture qui avait été suspendue entre 1921 et 1927, durant la mise en œuvre de la Nouvelle politique économique (NEP). Cette collectivisation réorganise la production agricole en instaurant le kolkhoze comme unité de base. Elle implique donc la suppression des inégalités pour le monde paysan et cela au détriment des plus riches, les koulaks. Elle implique aussi la prise de contrôle directe de la production agricole par l'État et la possibilité de ponctionner toujours plus l'agriculture au profit du secteur industriel et urbain. Ce ponctionnement se fait nécessairement au détriment des intérêts de l'ensemble de la paysannerie ; et plus la région est fertile, plus elle est ponctionnée. En Ukraine, l'État collecte 30 % de la production dès 1930, 41, 5 % en 1931. En 1932, il est prévu de collecter 32 % de plus qu'en 1931. Ce niveau de prélèvement, qui menace la simple survie des paysans, provoque chez ces derniers toutes sortes de manœuvres pour soustraire le maximum des récoltes à la collecte. Pour faire face à cette opposition, le pouvoir central constitue des brigades de choc recrutées au sein des Komsomols (jeunesses communistes) et des communistes des villesRobert Conquest, Sanglantes moissons, Robert Laffont, 1985, rééd. coll. « Bouquins » 1995. Titre anglais : The Harvest of Sorrow., Nicolas Werth, « Un État contre son peuple, violences, répressions, terreurs en Union soviétique », dans Le Livre noir du Communisme, Robert Laffont, 1997 , pp. 178-188..

La famine en Ukraine de 1932-1933

Le 7 août 1932 est promulguée une loi connue sous le nom de « loi des épis » qui permet de condamner à dix ans de camp ou à la peine de mort « tout vol ou dilapidation de la propriété socialiste ». De juin 1932 à décembre 1933, personnes sont condamnées, dont à la peine capitale, certains pour avoir volé quelques épis de blé ou de seigle dans les champs. Malgré ces mesures répressives, les objectifs de la collecte dans les principales régions céréalières sont loin d'être atteints si bien que le bureau politique doit envoyer en Ukraine et dans le Caucase du Nord des commissions extraordinaires présidées respectivement par Molotov et Kaganovitch pour mettre au pas les structures locales du Parti. Carte de la famine de 1932-1933 sur le territoire ukrainien. À une réunion des secrétaires de district du parti, est prise une résolution qui illustre bien l'état d'esprit de de la commission : « à la suite de l'échec particulièrement honteux du plan de collecte des céréales, obliger les organisations locales du Parti à casser le sabotage organisé par les éléments koulaks contre-révolutionnaires, anéantir la résistance des communistes ruraux et des présidents de kolkhoze qui ont pris la tête de ce sabotage. » C'est ainsi qu'au cours du mois de novembre 1932, 5 000 communistes ruraux et kolkhoziens sont arrêtés dans le Caucase du Nord. À partir de décembre, ce sont des villages entiers qui sont déportés, appelés « colons spéciaux ». Pour l'administration du Goulag, l'arrivée de déportés qui étaient de en 1932 passe à en 1933. Mais les objectifs de la collecte ne sont toujours pas atteints, et la prochaine étape consiste à réquisitionner tous les stocks, y compris ceux prévus pour les semences, ce qui revient à directement affamer les paysans. En Ukraine, les communistes locaux d'un rang hiérarchique élevé ont beau plaider la nature contre-productive d'une telle politique, qui ne permet pas d'assurer la production de l'année suivante, mais Molotov reste inflexible. La famine atteint alors un tel niveau que les paysans quittent les villages et tentent de partir vers les villes. Une circulaire du 22 janvier 1933 ordonne aux autorités locales et au Guépéou d'interdire « par tous les moyens les départs massifs des paysans d'Ukraine ». C'est au printemps 1933 que la mortalité atteint les plus hauts sommets. À la faim s'ajoute le typhus. Au total, en Ukraine, les morts se comptent par millions, alors que l'URSS exportait dans la même période ses excédents de céréales ! En 2000, les statistiques portent encore la trace de cette catastrophe démographiqueFrance Meslé, Jacques Vallin, « Mortalité et causes de décès en Ukraine au », Les Cahiers de l'INED, n° 152, 2003. Voir aussi France Meslé, Gilles Pison, Jacques Vallin, « France-Ukraine : Des jumeaux démographiques que l'histoire a séparée », Population et Sociétés, n° 413, juin 2005.. La question de savoir si l'Ukraine a été plus durement touchée que le reste de l'URSS se pose. Nicolas Werth distingue la « zone de la faim » du reste de l'URSS où, pourtant, écrit-il, les pertes démographiques ne furent pas négligeables : par exemple, la région de Moscou où la mortalité augmente de 50 % entre janvier et juin 1933. L'Ukraine fait partie de la « zone de la faim », mais proportionnellement d'autres régions ont été tout autant touchées : les contrées cosaques du Kouban et du Don ainsi que le Kazakhstan, la région de Stavropol, la basse et la moyenne Volga. Pour l'ensemble du pays, et pour la seule année 1933, il estime à six millions le surplus de mortalité, l'essentiel provenant de l'Ukraine, du Kazakhstan et du Caucase du Nord.

Controverses sur l'interprétation des origines de l'Holodomor

De nombreux chercheurs, ukrainiens et étrangers . Le 19 avril 1988, un rapport demandé par le Congrès des États-Unis insiste sur la culpabilité soviétique., soutiennent que cette famine résultait de la volonté délibérée de Joseph Staline de détruire la nation ukrainienne comme ensemble politique et entité propre, en s'attaquant à sa racine et à ses représentants les plus nombreux, les paysans ukrainiens répartis sur les territoires de l'Ukraine et du Kouban. D'autres analystes rejettent le terme de génocide et insistent sur le caractère non-national de la tragédie résultant de la politique de collectivisation forcée des paysans soviétiques, de réquisitions excessives de leurs récoltes et de la dékoulakisation. Pour eux, il n'existerait pas de directive prouvée qui ordonnerait une action ciblée des autorités soviétiques contre la nation ukrainienne dans son ensemble, mais plutôt contre une classe sociale, les paysans. Ainsi, Stephen WheatcroftStephen Wheatcroft est co-auteur avec Robert W. Davies d'une étude sur la famine soviétique de 1931-1933, replacée dans le contexte de la chute des productions agricoles de 1928 à 1933 : The Years of Hunger: Soviet Agriculture, 1931-1933, Palgrave, 2004. soutient que la famine a été une conséquence accidentelle de politiques mal conçues et que l'Ukraine a particulièrement souffert pour des raisons démographiques . Selon cet historien, il ne s'agit donc pas d'une famine volontairement provoquée par les dirigeants soviétiques pour réprimer le nationalisme ukrainien. Quelques millions de Russes et de Kazakhs ont également péri durant cette période . De plus, une autre grande famine, celle de 1921, provoquée, elle aussi, par les réquisitions et les répressions des bolcheviks pendant la période dite du « communisme de guerre », avait entraîné la mort de 3 millions de paysans, majoritairement russes, vivant sur la Volga. Plusieurs chercheurs russes indiquent les similitudes des méthodes répressives ayant amené à ces deux grandes famines. Une des différences fondamentales réside dans le fait que la famine de 1921 n'a jamais été masquée, contrairement à la famine de 1932-33, ce qui a permis d'acheminer de l'aide internationale aux victimes de la première. En se basant sur l'article 6 du statut de la Cour pénale internationale qui définit le génocide comme « l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel » et notamment la « soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle », une telle définition pourrait être appliquée à l'Holodomor , , .. Proche des opinions de V. Kondrachine lors de la rédaction du Livre noir du communisme, Nicolas Werth explique dans une interview au journal Le Monde, suite à l'exhumation des lettres de Staline, l'évolution de sa position : « Est-ce un génocide ? Plutôt oui. Par rapport aux autres famines qui ont touché l'Union soviétique, celle-ci se distingue par la volonté d'éradiquer le nationalisme et de punir les paysans. Elle a été volontairement aggravée. Il y a une spécificité » , Le Monde, 24 novembre 2006.. Le Parlement ukrainien a voté la qualification de génocide pour la grande famine le 28 novembre 2006Hélène Despic-Popovic, « Kiev reconnaît la grande famine comme génocide » dans Libération du 29 novembre 2006, . En effet, de nombreux documents et témoignages prouvent que l'Ukraine, principalement les paysans ukrainens, ainsi que les cosaques de Kouban qui sont les descendants des cosaques zaporoques ukrainiens déportés à la fin du par l'impératrice Catherine II de Russie à la suite de leur ultime révolte contre l'Empire Russe, furent soumis à un régime spécifiquement sévère par rapport aux autres parties de l'URSS, comme par exemple l'Asie centrale, épargnée par la famine Chapitre 21 - The Traumatic Thirties, Ukraine, A History par Orest Subtelny, p. 415.. Un zèle particulier dans les réquisitions des vivres vis-à-vis des paysans ukrainiens qui montraient une démotivation pour la collectivisation stalinienne fut appliqué par les escadrons de la « Commission extraordinaire pour la réquisition du blé » (TchKhK) dirigée par Viatcheslav Molotov en novembre 1932. Ce zèle allait jusqu'aux confiscations complètes de la récolte (natoural'nyï chtraf) des paysans qui ne coopéraient pas . Molotov n'hésite pas à se rendre en personne dans l'Ukraine affamée par l'Holodomor pour inciter les communistes défaillants à rester fermes vis-à-vis des paysans révoltés et décimés par la faim. De plus, le régime stalinien ayant installé un système limitant les migrations des populations au sein de l'URSS, les frontières de l'Ukraine furent fermées. Le passeport intérieur, avec un tampon attachant son propriétaire à son lieu de résidence, était un héritage de la Russie impériale, et rendu encore plus strict par les autorités soviétiques. Les paysans quant à eux n'avaient même pas droit au passeport et donc aucun droit non seulement pour déménager, mais non plus pour se déplacer. Cependant, un flot de paysans affamés avait pu affluer au nord pour se réfugier en Biélorussie, relativement épargnée par la famine . De plus, il fut légalement interdit de porter secours et assistance aux « koulaks » qui pouvaient déambuler dans les villes. Le 10 novembre 2003, une déclaration aux Nations Unies en lien avec le 70e anniversaire de la « grande famine en Ukraine de 1932-1933 » rappelle le devoir de mémoire des victimes, qu'ils soient Ukrainiens, Russes, Kazakhs ou d'autres nationalités . L'ONU ne place pas cependant l'Holodomor parmi les quatre génocides répertoriés du .

Enjeux de l'historiographie ukrainienne

Commémoration de l'Holodomor en Ukraine. L'Ukraine, à l'automne 2006, avec l'arrivée d'un nouvel ordre politique suivant la Révolution orange, légifère en qualifiant juridiquement l'époque de l'Holodomor comme un génocide : déclaration assortie de peines pour négationnisme pour les personnes qui en discuteraient la nature. En France, en novembre 2006, le député conservateur (UMP) Christian Vanneste a déposé une proposition de loi relative à la reconnaissance du génocide ukrainien. Au titre de la nouvelle législature, il a à nouveau déposé la proposition de loi le 9 octobre 2007. Des Ukrainiens survivants de cette époque considèrent les circonstances de l'Holodomor comme une manœuvre politique stalinienne, poursuivant les objectifs suivants :
- briser la renaissance nationale de l'Ukraine à laquelle la jeune révolution bolchévique a accordé un statut de république autonome avec sa langue, ses journaux et son armée. Le nationalisme ukrainien utile à la révolution dans un premier temps s'avère être un dangereux obstacle.
- briser l'équilibre de la société agraire ancestrale en imposant un mode agricole nouveau basé sur les kolkhozes. Pour comprendre ce dernier aspect, il est nécessaire d'intégrer l'effet inexorable des mesures qui sont prises : collectivisation des terres (distribuées quelques années auparavant lors de la révolution sous le slogan « La Terre aux Paysans »), collectivisation des moyens de production, collectivisation du cheptel, collectivisation des aspects sociaux de la vie privée. Le kolkhozien devient un ouvrier de la terre. Cette révolution devient un désastre sur le plan social.
- assoir la prédominance de la langue russe dans le nouvel ordre socialiste afin de permettre une gestion rationnelle des centaines de peuples qui composaient l'Union Soviétique. Ce point a été perçu de façon douloureuse par de nombreux Ukrainiens, ethnie la plus nombreuse après l'ethnie russe.

Voir aussi

Références et notes

Bibliographie

- Robert Conquest, La Grande Terreur, précédé des Sanglantes moissons : Les purges staliniennes des années 30, (1995)
- Georges Sokoloff, 1933, L'année noire - Témoignages sur la famine en Ukraine,
- Myron Dolot, Les Affamés / l'holocauste masqué, Ukraine 1929-1933 (1986),
- Georges Sokoloff, 1933, L'année noire - Témoignages sur la famine en Ukraine,
- Douglas Tottle, (1987)
- Stephen Wheatcroft et Robert W. Davies, The Years of Hunger: Soviet Agriculture, 1931-1933, Palgrave, 2004. ===
Sujets connexes
Agriculture   Asie centrale   Biélorussie   Bolchevik   Bureau politique   Catherine II de Russie   Cheptel   Christian Vanneste   Ciscaucasie   Collectivisation   Congrès des États-Unis   Cosaques   Cour pénale internationale   Courrier international   Don   Famine   France   Goulag   Guépéou   Génocide   Histoire de l'URSS sous Staline   Histoire du communisme   Inégalité   Joseph Staline   Kazakhstan   Kharkiv   Kolkhoze   Komsomol   Kouban   Koulak   Lazare Kaganovitch   Le Livre noir du communisme   Le Monde   Moscou   Nation   Nationalisme   Nicolas Werth   Nouvelle politique économique   Novembre 2006   Négationnisme   Organisation des Nations unies   Oural   Passeport   Plan quinquennal   Robert Conquest   Russie impériale   Révolution orange   Semence (agriculture)   Sibérie   Stavropol   Stephen Wheatcroft   Typhus   Ukraine   Ukrainien   Union des républiques socialistes soviétiques   Union pour un mouvement populaire   Viatcheslav Mikhaïlovitch Molotov   Ville   Volga  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^