Camille Saint-Saëns

Infos
Camille Saint-Saëns (° 9 octobre 1835 à Paris - † 16 décembre 1921 à Alger) est un compositeur français de l'époque romantique.
Camille Saint-Saëns

Camille Saint-Saëns (° 9 octobre 1835 à Paris - † 16 décembre 1921 à Alger) est un compositeur français de l'époque romantique.

Biographie

Dès son enfance, Camille Saint-Saëns se révèle être un virtuose : il donne son premier concert à onze ans et fait sensation avec un concerto de Wolfgang Amadeus Mozart. Il entre au Conservatoire à 13 ans. À l'âge de 18 ans, il est nommé organiste de l'église Saint-Merry, à Paris. Il acquiert très vite une très bonne réputation et suscite l'admiration de musiciens tels que Hector Berlioz et Franz Liszt, qui le décrit comme le « premier organiste du monde ». En 1857, il succéde à Lefébure-Wely aux grandes orgues Cavaillé-Coll de l'Église de la Madeleine. Il décrira ses vingt années à la Madeleine comme « les années les plus heureuses de ma vie. » À l'initiative de Liszt, il crée son opéra Samson et Dalila à Weimar. Il commence alors sa carrière officielle, au cours de laquelle il aborde la plupart des grandes formes musicales, avec un classicisme que certains qualifieront, assez injustement, d'académique (surtout en France). Son œuvre se révèle souvent remarquable, claire et d'une grande qualité d'écriture. Pianiste virtuose, il écrira près de 30 œuvres pour piano dont cinq concertos pour cet instrument. En 1871, il est l'un des fondateurs de la Société nationale de musique, dont le but est de favoriser la diffusion des œuvres écrites par les compositeurs français contemporains. Il a joué un rôle très important dans le renouveau de la musique française, en particulier symphonique, à une époque où le goût était plutôt à l'opéra, ouvrant la voie à d'autres compositeurs comme Claude Debussy ou Maurice Ravel (il a également eu comme élèves, entre autres, Gabriel Fauré et André Messager). Il supervisa également la réédition des œuvres de Jean-Philippe Rameau, et publia les Pièces de Clavecin en 1895 chez Durand & Fils. Il est élu à l'Institut de France. Il meurt le 16 décembre 1921 à Alger où ses obsèques sont célébrées à la cathédrale, et est enterré au cimetière du Montparnasse à Paris.

Musique symphonique et concertante

Principalement :
- Symphonie n°1 en mi bémol majeur op. 2
- Tarentelle pour flûte, clarinette et orchestre, op. 6 ;
- 1 et 3 Rapsodies sur des cantiques bretons, op. 7 bis ;
- Suite pour violoncelle et orchestre, op. 16 bis ;
- Concerto pour piano n° 2 en sol mineur, op. 22 ;
- Introduction et Rondo capriccioso pour violon et orchestre, op. 28 (1863) ;
- Le Rouet d'Omphale, poème symphonique, op. 31 (1869) ;
- Concerto pour violoncelle n° 1 en la mineur, op. 33 ;
- Romance pour flûte et orchestre, op. 37 ;
- Phaéton, poème symphonique, op. 39 ;
- Danse macabre, poème symphonique, op. 40 (1874) (d'après un poème de Henri Cazalis, connu sous le pseudonyme de Jean Lahor) ;
- Allegro appassionato pour violoncelle et orchestre, op. 43 ;
- Concerto pour piano n° 4 en ut mineur op. 44 ;
- La jeunesse d'Hercule, poème symphonique, op. 50 ;
-Symphonie n° 2 en la mineur op. 55 ;
- Suite algérienne, op. 60 ;
- Concerto pour violon n° 3, op. 61 ;
- Morceau de concert pour violon et orchestre, op. 62 ;
- Rapsodie d'Auvergne pour piano et orchestre, op. 73 (1884) ;
- Caprice-Valse pour piano et orchestre « Wedding-Cake », op. 76 ;
- Symphonie n° 3 avec orgue, op. 78 (1886) ;
- Le Carnaval des animaux (1886) ;
- Havanaise pour violon et orchestre, op. 83 ;
- Fantasie pour piano et orchestre « Africa », op. 89 ;
- Morceau de concert pour cor et orchestre, op. 94 ;
- Concerto pour piano n° 5 « L'Égyptien », op. 103 ;
- Concerto pour violoncelle n° 2, op. 119 ;
- Caprice Andalou pour violon et orchestre, op. 122 ;
- L'Assassinat du Duc de Guise, première musique de film (1908), op. 128 ;
- La Foi, 3 tableaux symphoniques, op. 130 ;
- La Muse et le Poète pour violon, violoncelle et orchestre, op. 132 ;
- Morceau de concert pour harpe et orchestre, op. 154 ;
- Odelette pour flûte et orchestre, op. 162 ;
- Javotte, musique de ballet (1896) ;
- Andromaque, musique de scène (1903).

Opéra

- La Princesse jaune (1872), op. 30 ;
- Le Timbre d'Argent (1877 ; nouvelle édition en 1913) ;
- Samson et Dalila (1877), op. 47 ;
- Étienne Marcel (1879) ;
- Henry VIII (1883) ;
- Proserpine (1887) ;
- Ascanio (1890) ;
- Phryné (1893) ;
- Frédégonde (1895 ; achèvement de l'œuvre d'Ernest Guiraud) ;
- Les Barbares (1901) ;
- Hélène (1904), poème lyrique (opéra en 1 acte) ;
- L'Ancêtre (1906) ;
- Déjanire (1911) .

Musique de chambre

De nombreuses œuvres dont :
- Tarentelle pour flûte, clarinette et piano, op. 6 (existe en version orchestrale) ;
- Quintette avec piano, op. 14 (1855) ;
- Suite pour violoncelle et piano, op. 16 (existe en version orchestrale) ;
- Trio n° 1 pour violon, violoncelle et piano, op. 18 ;
- Sonate n° 1 pour violoncelle et piano, op. 32 ;
- Romance pour cor et piano, op. 36 ;
- Berceuse pour violon et piano, op. 38 ;
- Quatuor avec piano, op. 41 ;
- Allegro appassionato pour violoncelle et piano, op. 43 (existe en version orchestrale) ;
- Romance pour violoncelle et piano, op. 51 ;
- Septuor pour cordes, piano et trompette, op. 65 ;
- Sonate n° 1 pour violon et piano, op. 75 ;
- Caprice "sur des airs Danois et Russes" pour flûte, clarinette, hautbois et piano, op. 79 ;
- Chant Saphique pour violoncelle et piano, op. 91 ;
- Trio n° 2 pour violon, violoncelle et piano, op. 92 ;
- Fantasie pour harpe, op. 95 ;
- Sonate n° 2 pour violon et piano, op. 102 ;
- Quatuor à cordes n° 1, op. 112 ;
- Cavatine pour trombone ténor et piano, op. 114 ;
- Sonate n° 2 pour violoncelle et piano, op. 123 ;
- Fantasie pour violon et harpe, op. 124 ;
- Triptyque pour violon et piano, op. 136 ;
- Quatuor à cordes n° 2, op. 153 ;
- Élégies pour violon et piano, op. 143 et op. 160 ;
- Sonate pour hautbois et piano, op. 166 ;
- Sonate pour clarinette et piano, op. 167 ;
- Sonate pour basson et piano, op. 168 ;
- L'Air de la Pendule pour violon et piano.

Piano

De nombreuses pièces dont :
- 6 bagatelles pour piano op. 3 ;
- 3 Mazurkas, op. 21, 24 et 66 ;
- Allegro d'après le 3 concerto, op. 29 ;
- Variations Beethoven pour 2 pianos, op. 35 ;
- Six Études, op. 52 (Prélude, Pour l'indépendance des doigts, Prélude & Fugue, Étude de rythme, Prélude & Fugue, Étude en forme de valse) ;
- Ballade « Koenig Harald Harfagar » d'après Heine (4 mains), op. 59 ;
- Allegro appassionato, op. 70 ;
- Album pour le piano, op. 72 (Prélude, Carillon, Toccata, Valse, Chanson Napolitaine, Final) ;
- Souvenir d'Italie, op. 80 ;
- Les Cloches du Soir, op. 85 ;
- Valse Mignonne, op. 104 ;
- Valse Nonchalante, op. 110 ;
- Six Études, op. 111 (Tierces majeures et mineures, Traits chromatiques, Prélude & Fugue, Les Cloches de las Palmas, Tierces majeures chromatiques, Toccata d'après le 5 concerto) ;
- Valse Langoureuse, op. 120 ;
- Six Études pour la main gauche, op. 135 (Prélude, Alla Fugua, Moto Perpetuo, Bourrée, Élégie, Gigue) ;
- Six Fugues, op. 161
- Feuillet d'Album, op. 169.

Orgue

Principalement :
- Trois pièces pour Harmonium, op. 1 ;
- Trois Rapsodies sur des cantiques bretons, op. 7 (1866, orchestration de la 1 et 3 rapsodie en 1891) ;
- Bénédiction nuptiale, op. 9 ;
- Fantaisie n° 1 en mi bémol majeur ;
- 3 Préludes et Fugues, op. 99 ;
- Fantaisie n° 2, op. 101 en ré bémol majeur ;
- Marche religieuse op 107;
- 3 Préludes et Fugues, op. 109 ;
- Sept improvisations, op. 150 ;
- Cyprès, op. 156 ;
- Fantaisie n° 3, op. 157 en do majeur.

Musique religieuse et profane

Dont :
- Messe, pour 4 voix, chœur, orgue et orchestre, op. 4 ;
- Scène d'Horace, op. 10 ;
- Oratorio de Noël, op. 12 ;
- Nuit Persane, pour soli, chœur et orchestre, op. 26 bis ;
- Psaume XVIII, op. 42 ;
- Le Déluge, oratorio op. 45 ;
- Requiem, op. 54 ;
- La Lyre et la Harpe (d'après un poème de Victor Hugo), pour soli, chœur et orchestre, op. 57 (1879) ;
- Calme des nuits, pour chœur, op. 68 n° 1 ;
- La fiancée du Timbalier (d'après un poème de Victor Hugo) pour soprano et orchestre, op. 82 ;
- La Nuit, pour soprano, chœur de femme et orchestre, op. 114 ;
- Le Feu céleste, cantate pour soprano solo, chœur, orchestre, orgue et un récitant, op. 115 (sur une poésie d'Armand Silvestre) ;
- Lola, scène dramatique à deux personnages pour soli et orchestre, op. 116, d'après le poème de Stéphan Bordèse (Prélude, Le Songe, Le Rossignol, Tango, Conclusion) ;
- Des pas dans l'allée, pour chœur, op. 141 n° 1 ;
- Ave Maria, pour chœur et orgue, op. 145 ;
- La Terre Promise, oratorio de 1913.

Mélodies

De très nombreuses mélodies dont :
- Le Pas d'arme du roi Jean (1852), d'après un poème de Victor Hugo (existe en version orchestrale) ;
- La Cloche (1855), d'après un poème de Victor Hugo (existe en version orchestrale) ;
- Le Lever de la lune (1855), d'après Ossian ;
- L'Attente (1855), d'après un poème de Victor Hugo ;
- Clair de lune (1865), d'après un poème de C. Mendès ;
- Tristesse (1868), d'après un poème de F. Lemaire ;
- Mélodies Persanes, op. 26 (1870), sur des poèmes de A. Renaud : La brise, La splendeur vide, La solitaire, Sabre en main, Au cimetière et Tournoiement. (Existe en version orchestrale: "Nuit Persane") ;
- Les Cloches de la mer (1900), d'après un poème de C. Saint-Saëns ;
- Violons dans le soir (1907), d'après un poème d'Anna de Noailles ;
- La Cendre rouge (1914), op. 146 (recueil de 10 poèmes de Georges Docquois : Prélude, Âme triste, Douceur, Silence, Pâques, Jour de pluie, Amoroso, Mai, Petite main, Reviens) ;
- Cinq Mélodies sur des poèmes de Ronsard (1921) (L'amour Oyseau, L'Amour blessé, A Saint Blaise, Grasselette et Maigrelette et L'amant malheureux).

Citations

- « L'art est fait pour exprimer la beauté et le caractère. La sensibilité vient après et l'art peut parfaitement s'en passer ; c'est même tant mieux pour lui quand il s'en passe. »
- « M. Saint-Saëns est l'homme de France qui connaît le mieux la musique. », Claude Debussy.

Bibliographie

- ==
Sujets connexes
Alger   Algérie   André Messager   Cathédrale Saint-Philippe d'Alger   Cimetière du Montparnasse   Claude Debussy   Compositeur   Concerto pour piano n° 2 de Saint-Saëns   Concerto pour piano n° 4 de Saint-Saëns   Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris   Danse macabre (Camille Saint-Saëns)   Ernest Guiraud   France   Franz Liszt   Gabriel Fauré   Hector Berlioz   Henri Cazalis   Institut de France   Jean-Philippe Rameau   La Princesse jaune   Le Carnaval des animaux   Le Rouet d'Omphale   Louis James Alfred Lefébure-Wely   Maurice Ravel   Musique classique   Musique romantique   Opéra (musique)   Paris   Samson et Dalila   Société nationale de musique   Sonate pour clarinette et piano de Saint-Saëns   Sonates pour violon et piano de Saint-Saëns   Sonates pour violoncelle de Saint-Saëns   Symphonie n° 1 de Saint-Saëns   Symphonie n° 2 de Saint-Saëns   Symphonie n° 3 de Saint-Saëns   Théodore Dubois   Weimar   Wolfgang Amadeus Mozart  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^