Grenade (arme)

Infos
Grenade Une grenade est une petite bombe dont la mise à feu est, contrairement à une mine, déclenchée volontairement par un dispositif pyrotechnique. C'est une arme particulièrement efficace contre un groupe d'ennemis dans un milieu relativement clos et qui ne peut pas être atteint directement par un tir d'arme à feu. Elle est aussi utilisée dans les feux d'artifices. Historiquement elles sont apparues avec les explosifs donc la poudre, mais leurs conditions difficiles
Grenade (arme)

Grenade Une grenade est une petite bombe dont la mise à feu est, contrairement à une mine, déclenchée volontairement par un dispositif pyrotechnique. C'est une arme particulièrement efficace contre un groupe d'ennemis dans un milieu relativement clos et qui ne peut pas être atteint directement par un tir d'arme à feu. Elle est aussi utilisée dans les feux d'artifices. Historiquement elles sont apparues avec les explosifs donc la poudre, mais leurs conditions difficiles d'emploi les ont réservé à des situations particulières comme la bataille de Culloden. La disponibilité de poudre plus efficace et les tranchées ont rendu son emploi fréquent pendant la Première Guerre mondiale jusqu'à créer des unités spécialisées.

Grenades à main

Au cours des deux guerres mondiales, les forces Alliées ont utilisé des grenades à main de forme sphérique ou ovoïde, ressemblant à une balle ou un caillou, qui demeurent aujourd'hui. Une goupille maintient le détonateur en position de sécurité. Une fois retirée, seule la main de l'opérateur maintenant une pièce de métal nommée cuillère, contre le corps de la grenade, et qui empêche le dispositif de s'armer. Une fois lancée, un ressort éjecte la cuillère et enclenche un système de retardement qui fait exploser la grenade au bout de plus ou moins 4 secondes. L'armée allemande utilisait, entre autres, des grenades à manche constituées d'une longue poignée de bois au bout de laquelle le dispositif explosif se trouvait fixé. Il fallait libérer un cordon et tirer dessus à la base du manche pour déclencher la grenade. Durant la Seconde Guerre mondiale, elles ont parfois été utilisées dans le combat antichar, notamment par l'armée allemande qui regroupait 4 à 6 grenades au bout d'un manche unique. On distingue la grenade défensive de la grenade offensive. La première est plus destructrice car l'explosif est entouré d'une coque de métal qui se fragmentera à la détonation (exemple : grenade MkII, Mills Bomb). Elle est utilisée dans des conditions où le combattant bénéficie d'un excellent couvert pour ne pas risquer d'être blessé par sa propre grenade, le plus souvent en position défensive. Le but de la grenade défensive est donc de gêner une offensive. La seconde est moins dangereuse et peut donc être employée à courte portée et sans bénéficier d'une bonne couverture. Les grenades dites offensives sont composées d'une fine enveloppe de métal ou de plastique et disposent d'une charge explosive plus importante (environ 200 g contre 90 g pour une défensive) ; en conséquence, elles produisent peu d'éclats mais génèrent une forte détonation. Les grenades à main explosives sont également utilisées dans le civil pour déclencher les avalanches artificiellement.

Grenades spéciales

Des grenades fumigènes ont également été employées. Leur utilisation n'est pas directement destructrice, elles servent à signaler une zone particulière à d'autres unités (notamment aériennes) ou à donner un signal visuel à d'autres unités pour coordonner des manœuvres. En dernier lieu, les grenades fumigènes permettent d'obstruer la ligne de visée adverse pour couvrir ses propres manœuvres, la retraite le plus souvent. Des agents chimiques comme le phosphore blanc ont été également utilisés pour produire des grenades fumigènes. Bien que la fumée générée soit moins efficace que celles des fumigènes « classiques » en tant que couvert (le phosphore subit une montée et laisse des ouvertures dans le couvert fumigène), les grenades au phosphore blanc peuvent également être utilisées de manière incendiaire ou lacrymogène. Elles présentent l'inconvénient d'être relativement fragiles, ce qui provoque des accidents (par exemple en cas de choc, dans certains cas une chute suffit) car elles se consument en projetant jusqu'à environ 3 mètres des éclats de phosphore brûlants. Les grenades se sont spécialisées : les grenades incendiaires sont destinées à mettre le feu à des locaux ou des équipements ennemis non blindés, ces dernières peuvent être équipées d'une charge contenant de la thermite et sont généralement utilisées pour détruire rapidement du matériel ou des équipements sur le point d'être capturés par des forces ennemies. En raison de la difficulté d'engager la réactions standard fer-thermite mais aussi à cause du fait que celle-ci ne produit quasiment aucune flamme et ne possède qu'un faible rayon d'action, la thermite est généralement couplée à d'autres ingrédients permettant d'accroître son potentiel incendiaire. Le Thermate-TH3 est un mélange de thermite et d'additifs pyrotechniques qui se révèle supérieur à la thermite seule dans le cadre d'une utilisation incendiaire. Sa composition est généralement de 68, 7% de thermite, 29, 0% de nitrate de baryum, 2, 0% de soufre et 0, 3% de liant. L'addition de nitrate de baryum augmente la capacité de dégagement de chaleur, crée une flamme en brûlant et réduit significativement la température d'ignition du mélange. Bien que l'intérêt premier du Thermate-TH3 soit son effet incendiaire, il permet aussi de faire fondre le métal. À ce titre il peut être utilisé notamment pour détruire des pièces d'artillerie sans utilisation d'explosifs, ce qui permet une destruction relativement discrète de celles ci. Le second bataillon de Rangers utilisa des grenades a thermite contre l'artillerie allemande à la Pointe du Hoc durant l'invasion alliée de la Normandie. Les grenades lacrymogènes sont utilisées par les forces de l'ordre et l'armée. Elles dispersent un gaz irritant pour quiconque ne porte pas de protection adéquate. Notons que l'armée utilise des gaz présentant une concentration beaucoup plus forte que celle de la police. Bon nombre des grenades utilisées par la police explosent avec une force modérée mais néanmoins suffisante pour déchiqueter la main d'un individu tentant de la relancer. Les grenades aveuglantes, ou flashbang en anglais, désignent un ensemble de munitions destinées à désorienter la cible en produisant un son assourdissant et/ou un flash puissant. Elles sont essentiellement utilisées dans les situations de prise d'otage afin de limiter les possibilités de réaction des cibles hostiles le temps de mener une action éclair pour les neutraliser. Bien souvent ces grenades spécialisées, quand elles sont destinées à un usage manuel, prennent la forme d'un cylindre dont le fonctionnement est identique aux grenades à main conventionnelles. Au début de la Seconde Guerre mondiale, des grenades à main antichar ont été produite. Elles comprenaient une charge creuse et un dispositif de stabilisation, empennage ou parachute permettant de garantir que la grenade toucherait le blindé avec le bon angle. Ces armes d'une portée limitée sont tombé en désuétude avec l'apparition des grenades propulsées par roquette.

Lance grenades

Grenade à fusil

Entre les deux guerres, des grenades à fusil ont été développées. Elles s'adaptent au bout du canon de l'arme et utilisent l'énergie du tir d'une cartouche spéciale pour être propulsée plus loin et avec plus de précision que ne le ferait un lanceur humain. Les grenades à fusil contrairement aux grenades à main sont des projectiles stabilisés munis d'un détonateur déclenchant la munition à l'impact ce qui a permis d'en développer des versions antichar dotées d'une charge creuse. Elles sont plus légères et plus maniables, mais moins puissantes que les grenades propulsées par fusée (roquettes).

Grenade propulsée par roquette

À la même époque, des grenades plus lourdes propulsées par une fusée ont également fait leur apparition dans les principales armées, tel le bazooka américain ou le RPG-2 russe. Ces grenades étaient des armes antichars. Bien plus tard, d'autres munitions à fragmentation, incendiaires ou thermobariques destinées notamment à attaquer les troupes fortifiées feront leur apparition. On nomme également ces armes lance-roquettes.

Grenade de 40mm

250pxLes grenades de 40mm ont été développées dans les années 1960 il s'agit d'une munition comportant une grenade et une douille qui peut être tirée depuis un canon spécifique. Les grenades de 40mm existent en version basse et haute vélocité, les premières sont destinées à être tirées depuis une arme légère, la seconde depuis des armes lourdes automatique posées sur trépied ou montées sur tout type de véhicule. Les grenades de 40mm à basse vélocité ne sont pas plus puissantes que les grenades à main. La grenade de 40mm ressemble à une grosse cartouche qui comporte une douille et un projectile. La grenade particulièrement lourde pour être tirée d'une arme légère est propulsée à une allure modérée par un système de haute/basse pression. La douille comprend ainsi une capsule dans laquelle la poudre est contenue. Quand le tir est déclenché, les gaz s’échappent de la capsule par une série de lumières d'un diamètre limité qui empêchent leur expansion trop rapide. Le projectile est alors propulsé plus progressivement et le recul est moins brutal. leftLes grenades de 40mm sont stabilisées par leur rotation qui est provoquée par des bandes posées sur leur circonférence. Le détonateur est armé par la rotation du projectile, ce qui empêche la grenade d'exploser avant d'avoir parcouru une quinzaine de mètres. Les premières armes légères destinées à tirer des grenades de 40mm étaient des armes spécifiquement dédiées à cet usage, le soldat qui opérait cette arme right se trouvait néanmoins assez vulnérable car il ne possédait en général qu'un pistolet comme arme de défense. L'armée américaine se dota du M203, un lance grenade léger destiné à être attaché sous un fusil d'assaut. De nombreuses armes reprennent maintenant ce principe. Comme les grenades à fusil, les grenades de 40mm sont des projectiles stabilisés munis d'un détonateur déclenchant la munition à l'impact ce qui a permis d'en développer des versions antichar dotées d'une charge creuse. Il existe d'autres calibres de grenades, soit développés par les pays du pacte de varsovie, soit pour le maintient de l'ordre (grenade de 37mm), moins puissantes pour limiter leur dangerosité en cas de tir tendu et dispersant bien souvent des agents irritants.

Grenades sous-marine

Les grenades sous-marines sont des dispositifs explosifs lourds utilisés dans la chasse au sous-marin, avant l'invention des torpilles guidées. Elle fut inventée, ou du moins utilisée en 1917 (son origine reste controversée), lors de la Première Guerre mondiale, pour lutter contre les U-boot. Une fois le sous-marin repéré, par sonar, radar, ou même visuellement, des navires de surface ou des avions lâchaient les grenades (ressemblant la plupart du temps à de gros barils) réglées pour exploser à une profondeur déterminée, en espérant qu'elles explosent près de la cible. Il n'est pas nécessaire de toucher directement le submersible, l'eau se comprimant très mal, les ondes de choc des explosions se propagent à bonne distance sans perdre de leur force.

Symbolique

La gendarmerie en France et les carabiniers en Italie ont une grenade comme insigne.

Voir aussi

Article connexe

- Cocktail Molotov
- grenadier

Lien externe

-
- Catégorie:Ingénierie militaire cs:Granát (zbraň) de:Handgranate en:Hand grenade es:Granada (arma) fi:Käsikranaatti he:רימון יד id:Granat tangan ja:手榴弾 ms:Bom tangan nl:Handgranaat pl:Granat (broń) pt:Granada (arma) ru:Граната sv:Handgranat th:ระเบิดมือ tr:El bombası zh:手榴弹
Sujets connexes
Aluminothermie   Années 1960   Arme   Arme thermobarique   Arme à feu   Bataille de Culloden   Bazooka   Bombe (militaire)   Bombe à fragmentation   Charge creuse   Cocktail Molotov   Feu d'artifice   France   Fusil d'assaut   Gendarmerie nationale (France)   Grenade à fragmentation Mk II   Grenadier (militaire)   Italie   Lance-roquettes   M203   Mills Bomb   Munition   Onde de choc   Phosphore blanc   Pistolet   Pointe du Hoc   Poudre à canon   Première Guerre mondiale   Profondeur   RPG-2   Radar   Roquette (arme)   Seconde Guerre mondiale   Sonar   Sous-marin   Torpille  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^