Jakob Böhme

Infos
Jakob Böhme, par Gottlob Glymann Jakob Böhme (né à Alt-Seidenberg en 1575, mort le 17 novembre 1624 à Görlitz) fut un théosopheNe pas confondre cette théosophie avec la théosophie moderne orientalisante de Mme Blavatsky. illuminé allemand, un des principaux représentant du mysticisme moderne. Il était surnommé « Philosophus teutonicus ».
Jakob Böhme

Jakob Böhme, par Gottlob Glymann Jakob Böhme (né à Alt-Seidenberg en 1575, mort le 17 novembre 1624 à Görlitz) fut un théosopheNe pas confondre cette théosophie avec la théosophie moderne orientalisante de Mme Blavatsky. illuminé allemand, un des principaux représentant du mysticisme moderne. Il était surnommé « Philosophus teutonicus ».

Vie

Façade de la maison à Zgorzelec où Böhme vécut entre 1590 et 1610 Böhme est est né en 1575 à Alt-Seidenberg, un petit bourg près de Görlitz. Ses parents étaient de simples paysans ; il reçut quelques leçons à l'école du village, puis fut mis en apprentissage chez un coordonnier; on dit qu'il exerça cette profession jusqu'à la fin de sa vie, cependant il vendit son établi en 1613 et se consacra tout entier à son œuvre. Il dira « Je n'ai lu que dans un seul livre, dans mon propre livre, dans moi-même ». En 1599, il épousa la fille d'un boucher, et s'établit maître coordonnier à la porte de Neisse, derrière les remparts. De bonne heure il avait eu des expériences mystiques illuminatrices. La première illumination qu'il mentionne date de 1600, mais il ne la considérait que comme un premier germe, car son illumination décisive n'eut lieu qu'une dizaine d'années plus tard. Il était religieux, mais sans être vraiment catholique, car il avait le papisme en horreur, ni protestant, car il se refusait à croire à la prédestination. Il fut persécuté par les autorités religieuses. Toutefois, il parvint à leur tenir tête. Il est mort à Görlitz en 1624.

Théosophie

La théosophie de Jakob Böhme manifeste des connaissances astrologiques profondes et l'influence certaine de l'alchimie. Toutefois, c'est d'abord et avant toute chose une théosophie chrétienne dans laquelle est exposé le mythe fondamental de la gnose chrétienne moderne. Ce mythe fondateur forme la base de tous les grands traités rosi-cruciens et de l'école martiniste. Les grands thèmes de cette gnose sont :

La doctrine de L'Ungrund

La théosophie de Böhme est une métaphysique dans le sens où elle tente de penser le passage du non-être à l'être. Selon Böhme, l'Ungrund (le sans-fond) est un néant inconscient et ténébreux, mais le propre du néant est de manquer de tout. Une racine de désir germe donc au fond du néant, racine qui aspire à être. Il y a donc une racine de désir qui s'allume comme une étincelle et fait jaillir l'être du non-être, et la lumière des ténèbres.

Le mythe gnostique

Les Trois Principes et les sept Esprits

La Sophia et l'Androgyne célestes

La Sophia représenta pour Böhme l'homme dans sa pureté, sa virginité et sa chasteté antérieure au pêché originel. Elle n'est pas séparable de sa conception de l' Androgyne, l'humanité pré-adamique intègre et intégrale des origines. Böhme affirme que la Sophia est incréée, elle est la sagesse divine en l'homme. Cette âme sophianique renvoit à la préexistence céleste de l'homme terrestre. La chute de l'homme est la perte de sa sophianité, de sa pureté, de sa virginité. À la perte de la Sophia céleste correspond la naissance de l' Eve terrestre, la féminité. La Vierge Marie représente particulièrement la Sophia et la sophianité de la Vierge renvoit à l'androgynie du Christ. Il y a donc une double polarité Vierge/Eve et Christ/Adam. Mais Böhme échappe à tout dualisme, car pour lui, « Christ vit en Adam et celui-ci dans le Christ ». D'autre part, la sophianité rend fondamentale la naissance du Christ de la Vierge. Sur ce point, Böhme se distingue nettement de ses origines protestantes. La Mère de Dieu signifie rien moins que le retour sur terre de la Vierge-Sophia. La Vierge n'est pas vierge par Eve, mais par la descente de la Sophia qui s'incarne en Marie. Il y a donc une correspondance profonde entre la descente du Saint-Esprit et l' Incarnation du Christ et la descente de la Sophia en la Vierge Marie. En fait, la descente de la Vierge divine en Marie est l'action du Saint-Esprit. Il est donc primordial que Jésus naisse d'elle et de nulle autre. Ainsi, la naissance de Jésus d'une Vierge transfigure aussi la nature féminine en la libérant de la féminité négative. Chez Böhme, l'affranchissement de la sexualité terrestre implique le rétablissement de l'androgynie primitive. Cette doctrine de l'Androgyne céleste lui permet d'éviter les tentations ascétiques qui, dans le chritianisme, marquent fortement les conceptions négatives de la sexualité. À l'impureté sexuelle, Böhme n'oppose pas l' ascétisme qui tend vers l'asexué, mais l'androgynie intégrale et originelle. Chez lui, la mystique sophianique est solidaire d'une anthropologie spirituelle qui renvoit dos à dos puritains et libertins.

Influence

Chose étrange chez un homme si peu instruit, on trouve dans les écrits de Böhme de nombreuses analogies avec les théories philosophiques de l'Allemagne du XIX siècle, et il peut être considéré comme un précurseur de Spinoza, de Schelling, de Hegel et son influence a été grande sur la pensée allemande et en particulier sur Franz von BaaderFranz von Baader (1765-1841) et les romantiques. Hegel appelait Jakob Böhme « le premier philosophe allemand ». Il a eu aussi une grande influence en Angleterre notamment sur George Fox, le fondateur du quakerisme, Milton et Newton. Il a été révélé en France par Louis-Claude de Saint-Martin au XVIII siècle, un autre illuminé, qui traduisit cinq de ses ouvrages, notamment L'Aurore à son lever, la Triple Vie et ses Trois Principes. Il était devenu un disciple de Böhme en 1788. Nicolas Berdiaeff tenait Jakob Böhme pour l'un des plus grands gnostiques chrétiens. Böhme eût aussi un influence considérable sur Raoul Vaneigem Vaneigem: Voir Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations, Folio Actuel 1992, Gallimard, page 133 ou il parle du "langage sensuel", sensualische Sprache.

Notes

Œuvres

Ces écrits furent interdits par l'Église. Il rédigea sa première œuvre en 1610 :
-Aurora, écrit qui fut condamné par le clergé ; le pasteur Gregorius Richter prononça un sermon contre lui, le traitant publiquement d'hérétique et d'insurgé. Puis il fit successivement paraître :
-Description des trois principes de l'essence divine (1619) ;
-De la triple vie de l'homme, réponse aux quarante questions de l'âme (1620);
-De l'incarnation du Christ, de sa passion, de sa mort et de sa résurrection, et de l'arbre de la foi (1620);
-Du mystère céleste et terrestre (1620) ;
-De l'empreinte des choses (De signatura rerum, 1621);
-De la vraie repentance (1622) ;
-De la Providence et du choix de la grâce (1623) ;
-Le Grand Mystère (Mystérium Magnum, équivalent de Les Arcanes Majeures, 1623). Il s'agit d'un commentaire de la Genèse précédé de l'exposition du mythe qui a conduit à la création du monde;
-De la contemplation divine (1623);
-De Vita mentali (1624);
-Theoscopia (1624).

Bibliographie

-Alexandrian, Histoire de la philosophie occulte, Petite Bibliothèque Payot, 1994
-Collectif, Jacob Boehme ou l'obscure lumière de la connaissance mystique, Librairie Philosophique J. Vrin, 1979
-Faivre Antoine, Accès de l'ésotérisme occidental, 2 tomes, Bibliothèque des Sciences Humaines, Editions Gallimard, 1996  
-Alexandre Koyré, La philosophie de Jacob Boehme. Étude sur les origines de la métaphysique allemande; 3e éd. Paris: J. Vrin, 1979. (Bibliothèque d'histoire de la philosophie). xvii-526p. ISBN 2-7116-0445-4.
-Nicolas Berdiaev, deux études sur J. B. introduisant sa traduction française en 2 vol. du Mysterium Magnum, Aubier-Montaigne, 1945. Réed. 1978, 4 vol.
-Franz von Baader :
-Conférences sur la théologie et la philosophie de J.Boehme, œuvres complètes, vol. 3, 1852.
-Conférences et commentaires de la doctrine de J.B., id., vol. 13, 1855.
-Émile Boutroux, Le philosophe allemand J.B.
-Basarab Nicolescu, L'homme et le sens de l'univers. Essai sur Jakob Böhme, Le Félin - Philippe Lebaud, Paris, 1988, 2e édition 1995 Böhme, Jakob Böhme, Jakob Böhme, Jakob Böhme, Jakob bg:Якоб Бьоме cs:Jakob Böhme de:Jakob Böhme en:Jakob Böhme eo:Jakob Böhme es:Jakob Böhme fi:Jakob Böhme it:Jakob Böhme ja:ヤーコプ・ベーメ nl:Jakob Böhme pl:Jakub Böhme pt:Jakob Böhme ro:Jakob Böhme ru:Бёме, Якоб sk:Jakob Böhme sv:Jacob Böhme tr:Jakob Böhme
Sujets connexes
Alchimie   Alexandre Koyré   Androgyne   Anthropologie   Baruch Spinoza   Basarab Nicolescu   Dualisme   Genèse   George Fox   Görlitz   Illumination   Isaac Newton   Jésus de Nazareth   Louis-Claude de Saint-Martin   Martinisme   Milton   Mysticisme   Métaphysique   Nicolas Berdiaev   Papisme   Prédestination   Raoul Vaneigem   Rose-Croix   Saint-Esprit   Schelling   Théosophie   Zgorzelec  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^