Albanie

Infos
Carte de l’Albanie L’Albanie (Shqipëri, « pays de l’aigle ») est une république du sud-est de l’Europe, à l’ouest de la péninsule des Balkans, avec une ouverture sur la mer Adriatique et sur la mer Ionienne. Le pays a une frontière au nord avec le Monténégro, au nord-est avec le Kosovo, à l’est avec la République de Macédoine et au sud avec laGrèce. Sa population est d’environ 3, 5 millions en 2005, sur un territoire montagneux à 70 % (selon l
Albanie

Carte de l’Albanie L’Albanie (Shqipëri, « pays de l’aigle ») est une république du sud-est de l’Europe, à l’ouest de la péninsule des Balkans, avec une ouverture sur la mer Adriatique et sur la mer Ionienne. Le pays a une frontière au nord avec le Monténégro, au nord-est avec le Kosovo, à l’est avec la République de Macédoine et au sud avec laGrèce. Sa population est d’environ 3, 5 millions en 2005, sur un territoire montagneux à 70 % (selon l’INED ce chiffre n’est que de 3, 2 millions en 2007 ). Tirana en est la capitale, avec presque 1 million d’habitants ; les autres villes principales du pays sont : Durrës (environ 190 000 habitants), Elbasan et Shkodër chacune avec environ 100 000 habitants, Vlora (95 000), Korçë (80 000) et Berat (70 000). Constituée en tant qu’État à l’issue des guerres balkaniques en 1912, l’Albanie demeure un pays mal connu du fait de son isolement politique durant la seconde moitié du .

Histoire

Camille Corot, L’Albanaise Les Albanais descendraient vraisemblablement des Illyriens, peuple indo-européen qui s’installa dans la région de la côte dalmate au Un royaume illyrien s’est étendu de la côte dalmate aux régions côtières de l’Albanie actuelle et a atteint l’apogée de sa puissance sous le règne du roi Agron, au milieu du Il est devenu une forte puissance maritime, mettant ainsi en danger le commerce de la République romaine dans la région. En -168, Rome conquiert l’Illyrie, qui est sous son autorité pendant plus de cinq siècles. L’Albanie devient un centre important reliant Rome et Byzance par la Via Egnatia. À cette période, les ports albanais comme Dyrrachium (Durrës), Apollonie ou Oricum deviennent d’importantes places commerciales. Le nom d'Albanoï apparaît pour la première fois au de notre ère, dans un texte du géographe Ptolémée. Ce nom réapparaît ensuite régulièrement, à partir du , sous la plume des chroniqueurs byzantins.

Antiquité et Moyen Âge

À la suite du partage de l’Empire romain en 395 apr. J.-C., l’Albanie est intégrée à l’empire d’Orient. Les provinces illyriennes sont dévastées par des tribus nomades, les Goths et les Huns au , les Bulgares au et les Slaves aux s. Craignant d’être submergés, les Albanais (convertis au christianisme) migrent vers le sud et se concentrent dans les régions montagneuses escarpées où ils restent sous la tutelle théorique de l’Empire byzantin. Aux s, l’Albanie est envahie par les Normands. En 1190, le prince albanais Progon réussit à instaurer un État indépendant qui se maintient jusqu’à la moitié du . Puis le pays est conquis par les Serbes au . Avec l’effondrement de l’Empire serbe d’Étienne IX Douchan, en 1355, l’Albanie est divisée entre seigneurs féodaux locaux.

Conquête ottomane

À la fin du , l’Albanie est envahie par les Ottomans, en dépit d’une farouche résistance rassemblée derrière Gjergj Kastriot Skanderbeg (Georges Castriota Skanderbeg, v. 1403-1468) fils de Gjon Kastrioti (Jean Castriota).(…) Pendant près d’un quart de siècle, ce héros national — salué par le pape Nicolas V du nom de «champion du Christ» — inflige de rudes défaites aux troupes turques, sans toutefois parvenir à les chasser. Gjergj Kastrioti a été enlevé à l’âge de 10 ans par les Turcs pour qu’il devienne janissaire comme beaucoup de jeunes garçons des pays envahis. Les Turcs l’ont renommé « Skender » et le nom « Beg » lui est ajouté après car il a été reconnu comme un bon stratège. Parvenu à l’âge adulte, ils comprennent qu’il est albanais et non turc : Gjergj retourne alors en Albanie pour combattre les Turcs. Après la mort de Skanderbeg, l’Albanie retombe dans des déchirements féodaux, et le sultan Murat II achève d’abattre ce rempart de la chrétienté. De nombreux Albanais fuient alors vers l’Italie, formant jusqu’à aujourd’hui la communauté des Arbëresh. L’histoire de l’Albanie sous l’occupation ottomane, du jusqu’à 1912, est une succession de révoltes qui échouèrent toutes ; les plus célèbres restent celle des Bushati à Shkodër (1796), et celle d’Ali Pacha (1822). Au cours des , l’Albanie s’islamisa en grande partie, et fournit de nombreux soldats et fonctionnaires (notamment plusieurs vizirs et cinq grands vizirs) à l’Empire ottoman. Les raisons de ces conversions résidaient essentiellement dans le statut social et les intérêts économiques qui découlaient de la profession de foi en l’islam, mais résultaient aussi des jeux d’alliance entre les clans. La guerre russo-turque de 1877-1878, conclue par le traité de San Stefano, provoque le réveil du sentiment national albanais. En effet, ce traité cède aux puissances locales et à la Russie victorieuse des territoires conquis de l’Albanie : le Sud aux Grecs, le Nord aux Serbes et l’Est aux Bulgares. Face à ce démembrement, tandis que se prépare le congrès de Berlin (13 juin 1878), les représentants albanais des diverses communautés se réunissent à Prizren et décident de créer une ligue armée dans le but de défendre le pays et d’obtenir l’autonomie. Connue sous le nom de Ligue de Prizren. Cette ligue fut détruite par les puissances européennes mais elle fut une étape importante dans la renaissance du sentiment national albanais.

Indépendance

Indépendante depuis 1912, excepté pendant les périodes d’occupation par l’Italie en 1916-1920 et 1939-1944, l’Albanie acheva en 1990 une période de 46 ans de régime communiste sous la direction d’Enver Hoxha et trois décennies d’isolement politique et économique avec l’Europe. La transition vers une démocratie multipartite et une économie de marché s’est avérée difficile: des gouvernements faibles et parfois corrompus ayant dû faire face à un très fort taux de chômage (estimé à 40% après la crise économique de 1989-1992), un chaos consécutif à l’effondrement frauduleux d’un système d’envergure nationale d’investissement pyramidal , une grande insécurité et d’importants mouvements d’émigration (principalement vers la Grèce et l’Italie) puis d’immigration suite au conflit du Kosovo voisin, en 1998-1999. Il y a d’abord eu l’émigration politique qui commença avec la dictature communiste en 1944, à destination de l’Europe et des États-Unis, pour s’achever en 1991 avec son effondrement. S’ensuivit une émigration économique qui perdure jusqu’à nos jours.

Relations avec l’Union européenne

L’Albanie mène avec l’Union européenne la parcours d’adhésion à l'Union. Au cours des dernières années des progrès plus ou moins de vastes dans les différents domaines concourant au processus d’adhésion (démocratie, état de droit, économie) ont pu être observés. Les étapes suivantes ont déjà été franchies :
- : signature de l’Accord de stabilisation et d'association;
- : transmission auprès du secrétariat général de l’Union européenne des moyens devant permettre de ratifier l’Accord de stabilisation et d’association;

Politique

Pouvoir exécutif

Le chef de l’État est le président de la République, qui est élu pour 5 ans au suffrage indirect par l’assemblée populaire, la Kuvendi Popullor. Il nomme le Premier ministre et le gouvernement (17 ministres et 9 secrétaires d’État), qui est finalement soumis à l’approbation de la Kuvendi.

Législature

L’Assemblée populaire, le Kuvendi, constitue le pouvoir législatif, responsable des politiques intérieure et extérieure du pays et des modifications de la constitution. Élue tous les 4 ans, elle compte :
-100 députés, élus à la majorité absolue.
-40 députés, choisis par les partis sur une base proportionnelle (seuil : 2, 5%).

Système judiciaire

Le système judiciaire dispose d’une cour constitutionnelle, d’une cour de cassation, de cours d'appel et de cours de district. La cour constitutionnelle est composée de 9 membres, désignés par l’Assemblée populaire pour une durée de 9 ans maximum. Il existe trois types de juridictions : criminelle, civile et militaire. La cour de cassation comporte 11 membres qui sont nommés par l’Assemblée populaire pour une durée de 7 ans. Dans les tribunaux, la justice est rendue par trois juges professionnels. Il n’y a pas de jury populaire.

Découpage administratif

L’Albanie est découpée en 36 districts (Rrethe) qui disposent chacun d’un gouverneur local choisi par le conseil de district dont les membres sont élus au scrutin proportionnel. Les districts sont regroupés en préfectures (qark) qui sont au nombre de 12 avec à leurs têtes des préfets nommés par le conseil des ministres, la capitale Tirana disposant d’un statut spécial. Les maires des autres villes sont élus au suffrage direct et les conseils municipaux le sont à la proportionnelle.

Principaux partis politiques

Les chiffres correspondent aux élections du 3 juillet 2005.
-Parti démocratique d'Albanie (PDA) : 56 députés
-Parti socialiste d'Albanie (PSA) : 42 députés
-Mouvement socialiste pour l’intégration (LSI) : 15 députés
-Parti républicain (PR) : 11 députés
-Parti social-démocrate : 7 députés
-Parti de l’Union pour les droits de l’homme, parti de la minorité grecque : 3 députés
-Divers droite : 6 députés. La coalition menée par l’ancien président Sali Berisha réunissait le PDA, le PR et les divers droites. Elle dispose de 73 sièges sur 140, soit 3 députés de plus que la majorité absolue. À l’inverse, le LSI est une dissidence du Parti socialiste, ce qui contribue à diviser le centre-gauche au sein de la Assemblée d’Albanie.

Géographie

Le mont Korab. L’Albanie est un pays montagneux (70%), dont le point culminant s’élève à 2753 m (mont Korab). Le reste est constitué de plaines alluviales, dont le terrain est plutôt de piètre qualité pour l’agriculture, alternativement inondé ou desséché. Les terres les plus fertiles sont situées dans le district des lacs (lac d'Ohrid, Grand Prespa et Petit Prespa) et sur certains plateaux intermédiaires entre la plaine et la montagne. La seule île notable est celle de Sazan qui fut tour à tour occupée par diverses grandes puissances européennes. Le plus grand fleuve albanais est la Drini. Long de 282 km, elle est un des seuls à connaître un débit relativement stable tout au long de l’année. Les autres cours d’eau sont généralement presque secs durant l’été, même les rivières Semani et Vjosa qui ont pourtant une longueur de plus de 160 km. Le climat y est méditerranéen dans les régions littorales (moyenne hivernale : 7°), et devient plus continental dans le relief. Les précipitations sont assez élevées (1 000 à 1 500 mm annuels), le flux d’air humide rencontrant la masse d’air continentale plus froide, surtout pendant l’hiver, qui est la saison pluvieuse. Ressources naturelles : pétrole, gaz naturel, charbon, chrome, cuivre, bois, nickel, potentiel hydroélectrique.

Économie

L’Albanie est sortie malade de l'héritage communiste. L'isolement a eu des conséquences importantes sur l'économie. Avec les ressources naturelles importantes et la variété de climats à l'intérieur de son territoire, l'Albanie aurait pu être un pays prospère. Néanmoins, une série de facteurs politiques et historiques, ont fait que celle-ci demeure un pays en développement. Son histoire a été profondément marquée par les quarante-cinq années d'autoritarisme et autarcique mis en place par Enver Hoxha qui s'est maintenu jusqu'en 1991 et qui donnait l'importance principale au secteur primaire, sans favoriser l'agriculture. De plus, le communisme a été le principal frein économique. Sans compter les nombreuses guerres qui ont sévi durant des siècles, ainsi que l’occupation ottomane, pendant presque cinq cents ans, qui a fait reculer l'Albanie par rapport aux autres pays occidentaux et qui l'a morcelée, cela en raison de la féodalité de l'Empire ottoman. L’Albanie reste le deuxième pays le plus pauvre d’Europe. 25 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, situation accentuée dans le nord du pays. L’agriculture représente un quart du PIB et l’économie parallèle a un poids important. Les structures économiques restent fragiles et dépendantes de l’aide extérieure et des transferts de revenus de l’émigration (environ 14 % du PIB). En 2004, le déficit budgétaire représentait 5% du PIB et la dette publique s’élève à 56 % du PIB. Néanmoins, la productivité s’améliore sensiblement depuis environ une décennie et connaît depuis 2003 une croissance régulière (6 %) dans un contexte d’inflation modérée. Le pays dispose en outre d’une situation géographique favorable à son développement et d’une ouverture sur la mer, d’un large éventail de ressources naturelles et d’un potentiel touristique. Elle espère profiter de son rapprochement avec l’UE pour attirer les investissements étrangers et développer ses échanges commerciaux.

Énergie

La production énergétique de l'Albanie est la production la plus propre d'Europe. En effet, 98% de cette production vient des centrales hydroélectriques situées sur le fleuve Drin au nord du pays. Malgré une consommation moyenne par habitant très basse (l'une des plus faibles en Europe), l'Albanie a des problèmes d'approvisionnement car les 3 centrales situées sur le Drin ne sont plus aptes à couvrir les besoins en électricité de l'Albanie, qui n'a pour l'instant d'autre alternative que l'importation ou la restriction.

Statistiques

L'Albanie est un pays en développement, qui fait partie des pays les plus pauvres d'Europe (environ 20 % d'habitants en dessous du seuil de pauvreté), avec la moitié de sa population active travaillant dans le secteur de l'agriculture, et un cinquième des actifs travaillant à l'étranger. Officiellement, le chômage s'élève à 15 %, mais des sources indépendantes l'estiment à près de 50% au Nord et au Nord-Est du pays. Il est plus important pour les hommes que les femmes. La croissance globale est de 7, 3% mais varie selon les secteurs. Elle atteint presque 20 % pour la construction mais seulement 10 % pour les services publics et privés.
-La monnaie nationale est le lek, dont la parité fluctue entre 100 et 120 leke pour un dollar américain selon les taux de change.
-L'inflation est estimée à 9% pour l'année 2005.
-La croissance industrielle est estimée à 15% pour 2005.
-La dette extérieure de l'Albanie s'élevait à 784 millions de dollars américains en 2000. Elle a depuis été réduite de moitié par le FMI. Le PIB de l'Albanie pour l'année 2005 s'élève à environ 19 milliards de dollars américains. Soit, au , selon le taux de change en vigueur, environ 14, 86 milliards d'euros.

Relations économiques internationales

La fuite des élites albanaises est un processus social et économique qui pénalise la recherche. Cependant, pour enrayer cet exode et encourager les émigrés à revenir, l'Albanie doit définir une politique scientifique et scolaire claire, étroitement liée à une politique industrielle à long terme avec l'aide des programmes européens développés à cet effet (ACE, PHARE, TEMPUS ou EAST). Les exportations sont faibles (environ 1, 8 milliard de dollars américains en 2005, surtout des produits agricoles) et les travailleurs émigrés sont les principaux pourvoyeurs de devises. Les importations sont principalement les équipements mécaniques, les produits manufacturés, les denrées alimentaires, les textiles et les produits chimiques (environ 2, 1 milliards de dollars américains en 2005). Le pays reçoit des aides financières de l'étranger, notamment de la Grèce et de l'Italie qui sont ses principaux partenaires économiques, mais en reçoit davantage de la Commission européenne. Le changement de régime en 1991 a créé les conditions d’un rapprochement progressif de l’Albanie et de l’Europe. L’adhésion de l’Albanie au Conseil de l’Europe en 1995 en offrit un premier signe tangible. En novembre 2000, le sommet de Zagreb a ouvert à l’Albanie la perspective d’une adhésion à l’Union européenne (UE), de sorte qu’ont été entamées le les négociations en vue d’un accord de stabilisation et d'association (ASA), qui a été signé le . L’UE a rappelé à plusieurs reprises à l’Albanie la nécessité de mettre en œuvre concrètement les réformes adoptées et de les poursuivre. Dans son rapport du 8 novembre 2006, la Commission européenne précise que « l'Albanie doit désormais relever le défi que représente la mise en œuvre réussie de cet ASA, en commençant par les dispositions relatives au commerce contenues dans l'accord intérimaire, qui entrera en vigueur le ».

Démographie

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants. L'Albanie est l'un des peuples les plus homogènes ethniquement parlant. 94% de la population est composé d'Albanais de souche, répartis en deux groupes : les Guègues (au nord) et les Tosques (au sud), dont le fleuve Shkumbin constitue la ligne de partage. Les Grecs (2%), les Aroumains (3%), les Tziganes, les Serbes et les Macédoniens constituent les groupes minoritaires. Les Albanais, qui descendraient des illyriens, sont également présents dans certaines régions et pays voisins, tels que le Kosovo, l'ouest de la République de Macédoine, dans le nord de la Grèce et dans certaines régions du Monténégro. Convertie à l'islam par les Turcs pendant l'occupation, l'Albanie compte actuellement trois religions principales : les musulmans (58, 8%), les orthodoxes (24, 1%) et les catholiques (16, 8%). Les clivages religieux jouent un faible rôle dans l'Albanie d'aujourd'hui, en raison de la tradition très ancienne de coexistence pacifique entre les diverses religions, qui se manifeste dans la devise « Feja e shqiptarit është shqiptaria » - « la religion de l'Albanais est l'albanitude », datant de la Renaissance albanaise au . Aussi, la politique athée du régime d'Enver Hoxha a atténué le sentiment religieux. Parmi les musulmans, on compte deux grandes obédiences: des musulmans sunnites et des bektashis (courant mystique qui se rattache à la tradition chiite et est marqué par une très grande tolérance religieuse et culturelle). Les bektashis ont joué un rôle déterminant dans la lutte des Albanais pour une autonomie au sein de l'empire Ottoman. Pendant la deuxième guerre mondiale, de nombreux dignitaires bektashi ont pris part à la résistance armée aux côtés du Parti Communiste. Ils n'en furent pas moins impitoyablement éliminés par le nouveau régime. L’Albanie ayant subi un isolement complet durant 45 ans, elle doit aujourd'hui encore poursuivre sa reconstruction et son intégration sur la scène internationale.

Culture

Langue

L'albanais est la langue parlée en Albanie, en Macédoine, au Monténégro, au Kosovo ainsi que dans certaines poches isolées d'Italie (Arbëresh) et de Grèce. Les deux principaux dialectes ont connu des développements différents au cours du dernier millénaire :
-le guègue, parlé dans la région nord de l'Albanie délimitée par le fleuve Shkumbin ;
-le tosque, parlé au sud de ce fleuve ainsi que dans les enclaves italiennes et grecques. Dans l'ensemble, les deux communautés linguistiques se comprennent entre elles, mais il existe de nombreuses formes dialectales. La langue officielle de l'Albanie était un dialecte guègue méridional de 1909 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale ; il fut après cette date remplacé par le tosque. Les œuvres littéraires écrites en caractères de l'alphabet latin, peu nombreuses sont, pour la plupart, postérieures au renouveau national du . L'albanais constitue une branche distincte, « groupe thraco-illyrien » de la famille des langues indo-européennes ; on n'a pu établir aucun lien clairement défini avec quelque autre sous-famille indo-européenne.

Littérature

Ismail Kadare, l'écrivan le plus connu d'Albanie, qui a obtenu le prix "Man Booker International" en 2005. Fatos Kongoli, « l'autre K » de la littérature albanaise, a reçu de nombreux prix dans son pays. Ses romans, souvent teintés de noirceur et d'un extrême réalisme, évoquent le trouble voire la folie de personnages pendant et après le traumatisme créé par le système totalitaire. Ses œuvres sont traduites dans de nombreuses langues dont le français. Cizia Zykë, écrivain et aventurier français né d'une mère grecque et d'un père albanais devenu légionnaire ; a écrit quatre romans qui expliquent comment différents trafics se sont développés en Albanie durant les années 1990 : Les Aigles et la trilogie Au nom du père. Il est par ailleurs l'auteur d'un reportage sur le code d'honneur albanais, le Kanoun. Xhevahir Spahiu, poète et traducteur.

Musique

- Nexhmije Pagarusha, chanteuse et actrice albanaise, vivant au Kosovo.
- Elsa Lila, chanteuse albanaise, elle a participé au Festival de la Chanson Italienne à Sanremo pour les années 2001 (Valeria) et 2007 (Il senso della vita).
- Vaçe Zela, chanteuse albanaise, vivant en Albanie.
- Genc Tukiçi, pianiste d'origine albanaise, vivant à Paris.
- Compositeurs albanais ou d'origine albanaise : Cesk Zadeja, Kujtim Laro, Limoz Dizdari, David Tukiçi.

Arts plastiques

-Peintres : Kolë Idromeno

Cinéma

-Réalisateurs/réalisatrices : Dhimitër Anagnosti, Kristaq Dhamo, Gëzim Erebara, Hysen Hakani, Viktor Gjika, Muharrem Fejzo, Xhanfize Keko, Fatmir Koçi, Saimir Kumbaro, Piro Milkani, Vladimir Prifti, Gjergj Xhuvani, Kujtim Çashku
-Acteurs/actrices : Roza Anagnosti, Piro Milkani, Aleksander Moisiu, Kadri Roshi

Divers

Statistiques

-Capitale : Tirana
-Population 4 124 801 habitants (en 2006). 0-14 ans: 30%; 15-64 ans: 64%; + 65 ans: 7%
-
Âge moyen (en années) : 27
-
Superficie :
28 748 km²
-Densité : 128 h/km²
-Frontières terrestres : 720 km (Kosovo et Monténégro 287 km Grèce 282 km; République de Macédoine 151 km)
-Littoral : 362 km
-Altitude maximum : 0 > + 2 753 m
-Espérance de vie des hommes : 70 ans (en 2006)
-Espérance de vie des femmes : 76 ans (en 2006)
-Taux de croissance de la population : 0, 88% (en 2001)
-Taux de natalité : 17 pour 1000 (en 2006)
-Taux de mortalité : 5 pour 1000 (en 2006)
-Taux de mortalité infantile : 6 pour 1000 (en 2006)
-Taux de fécondité : 2, 6 enfants/femme (en 2006)
-Taux de migration : -3, 69 ‰ (en 2001)
-Date de l'indépendance : 28 novembre 1912
-Nombre de lignes de téléphone : 324 000 (en 2006)
-Nombre de téléphones portables : 2.6M (en 2006)
-Nombre de postes de radio : 1M (en 2006)
-Nombre de postes de télévision : 900.000 (en 2006)
-Utilisateurs d'Internet : 100.000 personnes (en 2006)
-Nombre de fournisseurs d'accès Internet : 9 (en 2006)
-Kilométrage de routes : 22 500 km (dont 17 200 km goudronnés) (en 2006)
-Kilométrage de voies ferrées : 447 km (en 2001)
-Voies navigables : 43 km (en 1990)
-Nombre d'aéroports : 11 (dont 3 avec des pistes goudronnées (en 2000) (Sources : Gjeografia 4 (Livre de géographie de terminale)

Codes

L'Albanie a pour codes :
- LA, selon la liste des préfixes des codes OACI des aéroports,
- ZA, selon la liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs.

Voir aussi

- Armée de l'air de l'Albanie
- Armée nationale albanaise
- Chronologie politique de l'Albanie
- Arbëresh
- Épire du Nord
- Ordre de succession au Trône d'Albanie

Bibliographie

- Georges Castellan, Histoire de l'Albanie et des Albanais, Crozon, Editions Armeline, 2002 ; Un pays inconnu : la Macédoine, Crozon, Ed. Armeline, 2003.
- Serge Metais, Histoire des Albanais, Paris, Editions Fayard, 2006.

Filmographie

- The Albanians, film documentaire de Bujar Kokonozi, 2000 (47').
- L'Albanie d'Enver Hoxha, film documentaire de Robert Qafzezi, 1997.
- Où vas-tu Albanie ?, film documentaire de Jean-Louis Berdot, EAV Productions, 1997 (56').

Notes et références

==
Sujets connexes
ACE   Accord de stabilisation et d'association   Agriculture   Agron   Aigle (oiseau)   Albanais   Aleksander Moisiu   Ali Pacha de Janina   Alphabet latin   Altitude   Apollonie d'Illyrie   Arbëresh   Armée de l'air de l'Albanie   Armée nationale albanaise   Aroumain   Athleta Christi   Athéisme   Autonomie   Autoritarisme   Aventurier   Aïd el-Fitr   Aïd el-Kebir   Balkans   Bamir Topi   Berat   Berlin   Bois   Bulgares   Byzance   Capitale   Chefs de gouvernement d'Albanie   Christianisme   Chrome   Chronique médiévale   Chronologie politique de l'Albanie   Chrétienté   Chômage   Cizia Zykë   Clans   Climat   Climat continental   Commission européenne   Communisme   Conseil des ministres   Constitution   Construction   Cour constitutionnelle   Cour de cassation   Croissance économique   Cuivre   Dalmate   Dalmatie   David Tukiçi   Densité   Dette extérieure   Dette publique   Devise (monnaie)   Dhimitër Anagnosti   Dialecte   Dictature   District   Dollar américain   Durrës   Démocratie   Elbasan   Empire byzantin   Empire ottoman   Empire romain   Enver Hoxha   Espérance de vie   Europe   Euros   Exode   Exportation   Fatmir Koçi   Fatos Kongoli   Fleuve   Fonds monétaire international   Féodalité   Fête des mères   Fête du Travail   Gaz naturel   Genc Tukiçi   Gjergj Kastriot Skanderbeg   Gjergj Xhuvani   Goths   Gouvernement   Gouverneur   Grèce   Guerre russo-turque de 1877-1878   Guègue   Guègues   Géographe   Gëzim Erebara   Houille   Huns   Hydrométrie   Hymni i Flamurit   Hysen Hakani   Illyrie   Immigration   Importation   Indépendance   Inflation   Internet   Intégration (sociologie)   Islam   Ismail Kadare   Italie   Janissaire   Jésus de Nazareth   Kadri Roshi   Kanoun   Kolë Idromeno   Korçë   Kosovo   Kristaq Dhamo   Kujtim Çashku   Kuvendi   Langues indo-européennes   Langues thraco-illyriennes   Lek albanais   Ligue   Ligue de Prizren   Liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs   Liste des préfixes des codes OACI des aéroports   Littoral   Légion étrangère   Macédonien   Maire   Mer Adriatique   Mer Ionienne   Migration humaine   Mont Korab   Montagne   Monténégro   Mortalité infantile   Muharrem Fejzo   Multipartisme   Mère Teresa   Nexhmije Pagarusha   Nickel   Nicolas V   Normands   Noël   Occupation   Ordre de succession au Trône d'Albanie   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Oricum   Pape   Paris   Parlement   Parti de l'Union pour les droits de l'homme (Albanie)   Parti démocratique d'Albanie   Parti social-démocrate (Albanie)   Parti socialiste d'Albanie   Pays en développement   Peuples turcs   Pianiste   Piro Milkani   Plateau (géographie)   Population   Population active   Pouvoir législatif   Premier ministre   Prizren   Productivité   Préfecture   Président de la République   Présidents d'Albanie   Ptolémée   Pâques   Pétrole   Roman (littérature)   Rome   Routes   Roza Anagnosti   Russie   Récepteur radio   Régime parlementaire   Régime politique   République   Saimir Kumbaro   Sali Berisha   Sazan   Seconde Guerre mondiale   Secteur primaire   Serbes   Seuil de pauvreté   Shkodër   Shkumbin   Slaves   Statut   Superficie   Taux de change   Taux de fécondité   Taux de mortalité   Taux de natalité   Tirana   Tosque   Tosques   Traité de San Stefano   Tribu (ethnologie)   Tzigane   Téléphone   Télévision   Union européenne   Vente pyramidale   Via Egnatia   Viktor Gjika   Villes d'Albanie   Vizir   Vladimir Prifti   Vlora   Xhanfize Keko   Xhevahir Spahiu   Zagreb  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^