Fièvre catarrhale

Infos
La fièvre catarrhale (ou maladie de la langue bleue) est une maladie virale non contagieuse, transmise par des moucherons piqueurs du genre Culicoides (famille des Ceratopogonidae), touchant les ruminants sauvages ou d'élevages, mais principalement les moutons, moins souvent les chèvres, bovidés, les cervidés, dromadaires et antilopes.
Fièvre catarrhale

La fièvre catarrhale (ou maladie de la langue bleue) est une maladie virale non contagieuse, transmise par des moucherons piqueurs du genre Culicoides (famille des Ceratopogonidae), touchant les ruminants sauvages ou d'élevages, mais principalement les moutons, moins souvent les chèvres, bovidés, les cervidés, dromadaires et antilopes.

Aire de répartition

C'est une maladie animale à déclaration obligatoire, originaire d’Afrique et qui semble monter vers le nord, possiblement grâce au réchauffement du climat (selon l'AFSSA notamment). Le virus a été détecté dès la fin des années 1950 au sud de l’Espagne et du Portugal, puis en 1998 avant de l'être en Italie et en France (la Corse). Ces pays combattent le virus par des campagnes de vaccination. Fin 2006, on ne connaît aucun cas de transmission à l'Homme. Plusieurs centaines de cas ovins ont été détectés les 6 derniers mois de 2006 en Europe du Nord et il s'agit d’un nouveau sérotype (8), indépendant des foyers repérés au Sud de l’Europe autour de la Méditerranée (sérotypes 1, 2, 4, 9, 16). Le , plus de cas avaient été détectés en Belgique, Allemagne, et Pays-Bas, dont seulement 6 en France. La maladie se développe à nouveau depuis dans ces même pays. La mondialisation des réseaux agroalimentaire et de l'élevage en particulier pourrait augmenter le risque de diffusion de cette maladie et d'autres dans le monde (FAO, Sept 2007) , (17 septembre 2007) . . Le virus pathogène responsable du Orbivirus appartient à la des Reoviridae. Il y a 24 sérotypes. Il est transmis par des Culicoides : Culicoides imicola Culicoides variipennis Culicoides brevitarsis . L'office international des épizooties a indiqué un autre vecteur en Europe : Culicoides dewulfi (Goetghebuer, 1936) voir Ceratopogonidae, Du fait des dommages économiques dus à cette maladie, elle est reprise dans la liste A de l'OIE (Office international des épizooties).

Agent de la maladie

L'agent de la maladie est le bluetongue virus, un virus à ARN de la des Reoviridae, et, comme le virus de peste équine (african horse sickness) également transmis par des Culicoides, il appartient au Orbivirus. On connaît 24 sérotypes différents de bluetongue virus . L'infection par un des 24 sérotypes (ou la vaccination contre un sérotype) ne protège pas (ou pas nécessairement) contre les 23 autres sérotypes. Propriétés :
- inactivé après 180 minutes à 50 °C ou 15 minutes à 60 °C
- inactivé par le ß-propiolactone et le phénol
- sensible à un pH inférieur à 6, 0 et supérieur à 8, 0
- peut survivre longtemps en présence de protéines

Contamination

Les sources connues de virus sont le sang, la semence, les insectes infectéshttp://www.oie.int/fr/maladies/fiches/f_A090.htm que l'on nomme vecteurs biologiques. Un Culicoides infecté le reste à vie. Et une seule de ses piqures suffit à infecter un hôte sensible. La période de latence déterminée expérimentalement est de moins de 10 jours. Le virus n'est pas excrété dans la salive, les mucus ou le jetage, ni dans les lésions buccales bénignes. On ne le retrouve donc pas dans le milieu extérieur, sauf en cas de présence de sang (blessures, mise bas..). Les bovins et les veaux infectés in utero, jouent le rôle de réservoir. Ils permettent au virus de passer l'hiver ("overwintering") dans les régions tempérées où l'hiver est souvent trop rigoureux pour permettre une survie du vecteur toute l'année. Dès le printemps, la densité des Culicoides commence à augmenter, mais ils ne se nourrissent que sur les bovins, sur lesquels ils se contaminent. Ce n'est que plus tard qu'ils commencent à piquer les ovinshttp://www.agriculture.gouv.fr/spip/IMG/pdf/epidemiologie.pdf .

Signes cliniques

Classiquement, la fièvre catarrhale n'affecte que les ovins. L'infection est généralement inapparente chez les bovins et les caprins bien que le virus puisse être retrouvé dans leur sang. La souche de fièvre catarrhale en cause aux Pays-Bas, en Allemagne et en Belgique en 2006 (sérotype 8) est exceptionnelle dans la mesure où elle entraîne l'apparition de signes cliniques chez les bovins. La période d'incubation de la maladie varie de 5 à 20 jours. Il y a deux sortes de fièvre catarrhale :
-la forme aiguë et
-forme sub-clinique.

Symptômes

- fièvre ;
- salivation excessive ;
- œdème du museau ;
- inflammation, ulcération et destruction des muqueuses du museau ;
- langue enflée et colorée en bleu chez quelques animaux (ovins essentiellement) ;
- érythème - rougeur des mamelles chez les bovins, raideur - boiteries.

Conséquences

Les conséquences directes de la fièvre catarrhale sont:
- risque d'avortement des femelles pleines ;
- problèmes des voies respiratoires ;
- amaigrissement ;
- décès des animaux dans les 8 à 10 jours (rare, sauf dans certaines lignées ovines) ;
- en cas de guérison, les animaux ont un notable retard de croissance et sont souvent devenus stériles. Pour éviter la propagation de l'infection, les mouvements en provenance de zones infectées sont réglementés. Ces restrictions ont des répercussions économiques très graves pour le milieu de l'élevage

Dissémination

La fièvre catarrhale est observée dans toute la zone intertropicale, dont en Australie, aux États-Unis, en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie et en Europe (ordinairement entre 35 et 40° de latitude Nord). Son occurrence est saisonnière dans les pays méditerranéens touchés, où elle subsiste lorsque la température s'abaisse. Depuis , elle se répand vers le nord, peut-être à cause du réchauffement global, à la suite de l'implantation de son principal vecteur, C. imicola. En , des cas de fièvre catarrhale ont été observés à la frontière entre les Pays-Bas, la Belgique et l'Allemagne. Des foyers ont par la suite été détectés en France sur la frontière belge. Au total, à la date du , 715 foyers avaient été détectés dans cette zone. Après l'accalmie de l'hiver, la maladie réapparait sévèrement depuis dans cette même zone. En Europe, au 30 août 2007, l’AFSCA recensait 1 338 cas « déclarés »

Fièvre catarrhale aux Pays-Bas

Le , le ministerie van LNV (ministère néerlandais de l'agriculture, de la nature et de la qualité des aliments) a communiqué le constat définitif de la contamination par la fièvre catarrhale d'une entreprise s'occupant de moutons à Kerkrade (Limbourg néerlandais). Selon le ministre Veerman, deux autres, deux autres élevages, l'un à Sneek (province de Frise), l'autre à Woerden (province d'Utrecht) quasi sûrement contaminées et onze autres exploitations sont suspectées. (à compléter/traduire)

Fièvre catarrhale en Belgique

Le , l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) a publié un communiqué de presse. Dans la province de Liège et les Fourons on a observé des moutons et des bovidés contaminés. Il s'agit de onze entreprises belges . Le , elle refait son apparition en Belgique où elle a été diagnostiquée sur des moutons.

Fièvre catarrhale en Allemagne

(à compléter/traduire)

Fièvre catarrhale en France

La maladie est soumise dans ce pays à une déclaration obligatoire auprès de l’inspection vétérinaire. La fièvre catarrhale est apparue pour la première fois en 2000 en Corse. Depuis cette date, 3 sérotypes différents ont pu être détectés (sérotypes 2, 4 et 16). On a pu observer une variabilité de l'expression clinique chez les ovins en fonction du sérotype. En 2006, le sérotype isolé sur la frontière avec la Belgique étant différent (sérotype 8), on a pu conclure que cette épizootie n'avait pas de rapport avec ce qui s'est déroulé en Méditerranée. Depuis le , 5 foyers ont été confirmés dans le nord et l'est de la France, concernant les départements du Nord, des Ardennes et de la Meuse, entraînant l'instauration de zones de surveillance de la maladie dans les zones limitrophes (16 départements). En juin|2007, déja plus de 204 cas étaient déclarés en France : Ardennes, Nord, Aisne, Pas-de-Calais, Aube, Oise… En novembre 2007, un nouveau front se développe en provenance du Pays basque espagnol avec l'arrivée d'un foyer de la maladie due au sérotype 1 au Pays basque français

Moyens de lutte

S'agissant d'un virus, il n'existe encore aucun traitement efficace. Il existe par contre des traitements symptomatiques. La prévention est assurée par la mise en quarantaine des exploitations touchées, la vaccination et le contrôle de l'insecte vecteur. On distingue 2 types de vaccins : des vaccins vivants dits atténués et des vaccins inactivés. Il n'existe actuellement pas de vaccin inactivé contre tous les sérotypes de la fièvre catarrhale. La désinsectisation s'opère aussi bien au niveau des animaux (bovins et ovins) que des bâtiments et les véhicules. Les animaux ne doivent être traités qu’avec des médicaments vétérinaires ayant une AMM avec des délais d'attente nuls pour la viande et le lait, et sur prescription vétérinaire. Les bâtiments et véhicules doivent être désinsectisés avant le chargement. La liste des produits autorisés en France est disponible sur le site public .

Références

==
Sujets connexes
Afrique   Aisne (département)   Aken   Années 1950   Antilope   Asie   Aube (département)   Australie   Autorisation de mise sur le marché   Ceratopogonidae   Chèvre   Commission européenne   Corse   Cyanose   Dromadaire   Düren   Embryo   Europe   Fièvre   Fourons   Incubation   Kerkrade   Lait   Maladie animale à déclaration obligatoire   Maladie virale   Mouton   Moyen-Orient   Muqueuse   Nord (département)   Oise (département)   Pas-de-Calais   Pathogène   Phénol (molécule)   Potentiel hydrogène   Protéine   Province de Liège   Quarantaine   Reoviridae   Ruminant   Salive   Sauvage   Sneek   Vaccination   Vecteur   Viande   Virus à ARN   Vétérinaire   Woerden  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^