Feu grégeois

Infos
Skylitzes (Madrid) L’invention du feu grégeois (du latin græcus, grec) et le secret gardé sur sa composition furent capitaux pour la survie de l’empire byzantin. C'était un peu l'ancêtre du napalm moderne. La formule est attribué au « chimiste » Callinicus originaire d’Héliopolis en Syrie (ou en Égypte selon Cédrénus). Elle aurait été élaborée vers 670. Ce mélange particulièrement inflammable de naphte, salpêtre, soufre et bitume possède u
Feu grégeois

Skylitzes (Madrid) L’invention du feu grégeois (du latin græcus, grec) et le secret gardé sur sa composition furent capitaux pour la survie de l’empire byzantin. C'était un peu l'ancêtre du napalm moderne. La formule est attribué au « chimiste » Callinicus originaire d’Héliopolis en Syrie (ou en Égypte selon Cédrénus). Elle aurait été élaborée vers 670. Ce mélange particulièrement inflammable de naphte, salpêtre, soufre et bitume possède une propriété stupéfiante : il brûle même au contact de l’eau. Les Grecs l’appelaient d’ailleurs feu « liquide » ou « maritime ». En brûlant, il produisait une fumée épaisse et une explosion bruyante qui ne manquait pas d’effrayer les Barbares. Gustave Schlumberger écrit à son propos : Il suffit cependant par la suite aux musulmans de retourner les forces maritimes des provinces byzantines conquises contre leur ancien suzerain pour disposer de cette technologie. Le feu grégeois fut utilisé jusqu’au jusqu'à l'emploi d'une substance plus redoutable encore : la poudre à canon. Sa composition fut perdue après la chute de Constantinople, en 1453. Dupré découvrit par hasard un nouveau feu grégeois au , et communiqua sa découverte à Louis XV (1759). Les effets en étaient si terribles que, par humanisme, le roi de France préféra ensevelir ce secret dans l'oubli, et acheta le silence de Dupré en lui donnant une pension de 2000 livres.

Sources

-
- Edward Gibbon, Histoire de la chute et du déclin de l'empire romain, ch. LII
- Gustave Schlumberger, Récits de Byzance et des Croisades, 1922 Paris, ch. V

Autres liens

- Le film Prisonniers du temps d'après un roman de Michael Crichton met en avant cette technique.
- le roman de C. J. Sansom Les larmes du diable met également en avant le feu grégois Catégorie:Arme incendiaire Catégorie:Explosif Catégorie:Histoire byzantine Catégorie:Feu ar:نار الاغريق bg:Гръцки огън ca:Foc grec cs:Řecký oheň da:Græsk ild de:Griechisches Feuer el:Υγρό πυρ en:Greek fire eo:Greka fajro es:Fuego griego eu:Su greko fi:Kreikkalainen tuli gl:Lume grego he:אש יוונית hu:Görögtűz id:Api Yunani it:Fuoco greco ja:ギリシア火薬 ko:그리스 화약 la:Ignis Graecus lt:Graikiška ugnis nl:Grieks vuur no:Gresk ild pl:Ogień grecki pt:Fogo grego ru:Греческий огонь sl:Grški ogenj sr:Грчка ватра sv:Grekisk eld zh:希腊火
Sujets connexes
Anathème   Animal   Arbalète (arme)   Baalbek   Bazar   Beyrouth   Bitume   Brûlure   C. J. Sansom   Callinicus   Cataphractaire   Chute de Constantinople   Cocktail Molotov   Combustion   Constantin IV   Constantinople   Crète   Cuivre   Damas   Dromon   Eau   Edward Gibbon   Empire byzantin   Engin de siège   Explosion   Feu   Flèche (arme)   Fortification   Fumée   Grenade (arme)   Grèce   Guerre navale   Houille   Igor de Kiev   Incendie   Jean Skylitzès   Lance   Livre (monnaie)   Louis IX de France   Michael Crichton   Napalm   Nicéphore II Phocas   Obus   Omeyyades   Pirate   Plomb   Pompe   Poudre à canon   Prisonniers du temps   Pyrotechnie   Pétrole   Salpêtre   Son (physique)   Soufre   Syrie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^