Alcuin

Infos
Raban Maur (gauche), soutenu par Alcuin (milieu), dédicace son œuvre à l'archevêque Otgar de Mayence (droite) Alcuin, (Northumbrie, 730 - Tours, 804) était un savant et religieux anglais. C'était l'un des principaux amis et conseillers de Charlemagne, et un artisan important de la renaissance carolingienne au et au . Il fut à la tête de la plus grande école de l'Empire carolingien : l'Académie palatine. Il a mené de grandes réformes et il fut un des premiers à défe
Alcuin

Raban Maur (gauche), soutenu par Alcuin (milieu), dédicace son œuvre à l'archevêque Otgar de Mayence (droite) Alcuin, (Northumbrie, 730 - Tours, 804) était un savant et religieux anglais. C'était l'un des principaux amis et conseillers de Charlemagne, et un artisan important de la renaissance carolingienne au et au . Il fut à la tête de la plus grande école de l'Empire carolingien : l'Académie palatine. Il a mené de grandes réformes et il fut un des premiers à défendre l'idée d'une identité européenne qui s'appuie sur la civilisation antique plutôt que sur les héritages barbares.

Biographie

Le moine anglais, originaire de Northumbrie étudie les sciences religieuses et profanes à l'école épiscopale d'York sous la direction d'un disciple de Bède le Vénérable, Aelbert, dont il devient le maître. Il se rend à Rome, rencontre Charlemagne à Parme en 781 et prend à la demande du roi la tête de l'école palatine d'Aix-la-Chapelle en 782. Il est alors l'un des maîtres à penser du monde franc, et l'un des promoteurs de la renaissance intellectuelle. Il prend part aux principaux conciles et y combat l'adoptianisme. Il participe à la réforme liturgique, et en particulier à la révision des livres comme le Lectionnaire et le Sacramentaire grégoriens. Il organise l'enseignement nécessaire à la formation des futures élites administratives du royaume et de l'Église. Il met en place un programme d'enseignement, passant des disciplines de base comme la lecture et l'écriture à l'ensemble des sept arts libéraux (trivium et quadrivium). Alcuin figure naturellement au premier plan dans les réunions dites d'Académie palatine, où les beaux esprits de la cour disputent sous la présidence du roi, surnommé pour la circonstance David, Alcuin s'appelant Horace et Théoduf Pindare. Abbé de Saint-Martin de Tours en 796, il se fixe à Tours en 801 et fait de son abbaye un foyer de la renaissance. En étroites relations épistolaires avec Charlemagne et avec les principaux personnages de son temps, il continue jusqu'à sa mort d'exercer un véritable magistère intellectuel dans l'empire. "A l'abbaye Saint-Martin de Tours, il a fondé une académie de philosophie et de théologie si innovatrice qu'elle fut surnommée «mère de l'Université» L'abbaye de Tours était le centre d'une production de manuscrits à la qualité remarquable." (L'Express 03/08/2006). Pour en revenir à Alcuin, il mourra, toujours dans la plus grande modestie, au terme d'une longue vie de prières et de labeurs, le 19 mai 804 à Tours, à l'âge (fort respectable pour une époque où l'espérance de vie n'excédait pas 30 ans) de 74 ans.

Œuvre

Il a laissé de nombreux ouvrages, extrêmement divers, notamment des traités de pédagogie et de théologie. On ne conserve de son activité littéraire, outre quelques poèmes latins, une bible corrigée, et le fameux Capitulaire de Villis dont cependant, la paternité pose encore question (voir ci dessous). A titre d'exemple voici , dans une suite de questions réponses, comment Alcuin enseignait alors: "-Qu'est-ce que la parole? -L'interprète de l'âme. -Qu'est-ce que l'amitié? -La similitude des âmes. -Qu'est-ce que la foi? -La certitude des choses ignorées et merveilleuses. -Qu'est-ce qui est et n'est pas en même temps? -Le néant. -Comment peut-il être et ne pas être? -Il est de nom et n'est pas de fait." On voit ici comment, déjà, Alcuin annonçait le grand essor philosophique Thomiste du XIII°siècle notamment en posant le fondement du principe d'identité ou de non contradiction (rien ne peut être et ne pas être en même temps et sous le même rapport) sans lequel aucune science ni aucun jugement raisonnable ne sont possibles.

Bible corrigée

Alcuin, par sa formation, prépare une Bible « corrigée ». On admet généralement que la Bible d’Alcuin a été préparée sur les ordres directs de l’empereur, et qu’il s’agissait avant tout d'un texte « impérial » dont la logique semble commander l’existence. (N.B. / Le grand spécialiste de la "Bible d'Alcuin d'York" est l'artiste-scientifique Bruno Fumard dit Jessé Garon'.)

Le Capitulaire De Villis

Plus exactement le "Capitulare de villis vel curtis imperii (ou imperialibus)", dit Capitulaire de Villis. C'est une ordonnance émanant de Charlemagne qui y édicte à l'intention des gouverneurs (Villici) de ses domaines (Villae/Villis) un certain nombre d'observances et de règles. Il ne s'agit pas (comme il est souvent dit) de simples recommandations mais de règles strictes à respecter scrupuleusement, sous peine de lourdes sanctions (amendes, révocation, emprisonnement, banissement…) car ce texte est une Ordonnance royale dont l'application concrète sera contrôlée sur le terrain par les "Missi dominici" (les envoyés du Seigneur). En fait, cette suite d'édits s'adresse aux Villici, les intendants des domaines royaux; elle commence ainsi : : « Nous, Charles Premier, voulons que nos grands domaines, que nous avons constitués pour subvenir à nos besoins, soient intégralement à notre service et non à celui d'autres hommes. » : « Que notre domesticité soit bien traitée et ne soit conduite à la pauvreté par personne... » : « Que chaque administrateur ait dans son office de bons ouvriers, c'est-à-dire des forgerons, des orfèvres ou des argentiers, des cordonniers, des tanneurs... » (suit une longue énumération de plusieurs dizaines de professions). L'Auteur réel et la date de ce long texte, dont le seul exemplaire encore existant est conservé à la Bibliothèque de Wolfenbutte, en Allemagne, nous sont (comme c'est souvent le cas pour les manuscrits carolingiens) malheureusement inconnus. Cependant, par cette imposante suite de 120 articles (les fameux capitulae) Charlemagne entendait, 8 siècles avant Sully, réformer entièrement l'Agriculture et l'Administration de ses domaines, immenses puisqu'ils s'étendaient de l'Allemagne à l'Espagne. Domaines, dont, il faut bien dire, que certains, notamment à l'Ouest, en Francie, étaient connus et reconnus pour être fort mal gérés et entretenus. Il est évident, que cette Ordonnance, véritable Somme, éminemment technique, d'une quarantaine de pages, n'a certes pu être écrite, in extenso, par Charlemagne, bien que celui-ci l'ait voulu, aux plans politique, économique et culturel. Cependant certains auteurs pensent qu'il aurait pu participer à certains articles comme : la Chasse-à-courre, la Vénerie, la Fauconnerie. Ce texte, qui s'intéresse et décrit minutieusement mille choses et activités : les Métiers, les Tissus et les Vêtements, la Chasse, la Boucherie, la Médecine et surtout la Botanique et l'Agriculture piliers de l'Alimentation mais aussi de l'autorité dévolue à la Reine, de l'Enseignement et de la création d'écoles, etc. n'a pu, non plus à l'évidence être écrit par un seul homme, mais bien mieux par une équipe complète. Équipe qui devait obligatoirement être dirigée par un (ou des) chef(s) fort compétent(s). C'est une œuvre collective : l'une des premières du genre. Pour tenter d'attribuer une paternité à ce fameux capitulaire, Charlemagne —qui passait le plus clair de son temps à chasser, guerroyer et se soigner (il souffrait de rhumatismes invalidants)— étant, majoritairement, écarté pour la plupart des 120 articles (quoiqu'il ait pu lui même en dicter quelques-uns); il ne reste que les érudits, les savants de l'époque au premier rang desquels arrivent les moines. En revanche, sur d'autres domaines, en désordre  : l'autorité dévolue à la Reine, la prostitution, la chasse-à-courre, la vénerie, la fauconnerie… Un recours a nécessairement dû être demandé à des nobles (plus ou moins) familiers de ces exercices. Certains auteurs parlent ici de Charlemagne lui-même.

Enseignement

Alcuin est de ceux auxquels on doit la reprise d'un véritable enseignement des arts libéraux. La structure des sept arts libéraux (trivium et quadrivium) était issue de Martianus Capella ; au , Cassiodore avait développé le trivium, et Boèce le quadrivium. Ce fut Bède le Vénérable qui transmit à l'occident du haut Moyen Âge les arts libéraux, avec le comput. Alcuin favorisa la multiplication des ateliers de copie (scriptoria) qui permettaient la diffusion des textes sacrés aussi bien que des œuvres profanes de l'Antiquité romaine.

Sources concernant ce chapitre

-Abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire :
-La_chasse à Cernex (Association) :
-Castlemaniac : chronologie-médiévale (742-816)
-Noctes-gallicanae. Eginhard:Capitulare_De_villis :

Œuvres


-De grammatica
-De orthographia
-De dialectica
-De animae ratione
-De trinitate
-Dialogue sur la rhétorique et les vertus
-"De Villis". (?).

Voir aussi

===
Sujets connexes
Académie palatine   Administration   Adoptianisme   Agriculture   Aix-la-Chapelle   Alimentation   Allemagne   Angleterre   Antiquité   Art carolingien   Arts libéraux   Bible   Botanique   Boucherie   Boèce   Bède le Vénérable   Capitulaire De Villis   Cassiodore   Charlemagne   Chasse   Comput   Concile   Espagne   Fauconnerie   Francie   Francs   Horace   Jessé Garon'   L'Express   Martianus Capella   Missi dominici   Moyen Âge   Médecine   Métier (activité)   Northumbrie   Occident   Ordonnance royale   Parme   Prostitution   Pédagogie   Rome   Saint-Martin   Scriptorium   Sully (Maximilien de Béthune)   Textile   Théodulf d'Orléans   Théologie   Tours   Trivium Quadrivium   Vénerie   York  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^