Iroquois

Infos
Les Iroquois (ou Haudenosaunee) connus aussi par l'expression Cinq-Nations comprennent effectivement cinq et puis plus tard six nations amérindiennes de langues iroquoises vivant historiquement dans le nord de l'État de New York aux États-Unis au sud du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent. La plupart des quelques 75 000 Iroquois vivent aujourd'hui en Ontario au Canada et dans l'État de New York. D'autres vivent au Wisconsin, au Québec et en Oklahoma. Seule u
Iroquois

Les Iroquois (ou Haudenosaunee) connus aussi par l'expression Cinq-Nations comprennent effectivement cinq et puis plus tard six nations amérindiennes de langues iroquoises vivant historiquement dans le nord de l'État de New York aux États-Unis au sud du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent. La plupart des quelques 75 000 Iroquois vivent aujourd'hui en Ontario au Canada et dans l'État de New York. D'autres vivent au Wisconsin, au Québec et en Oklahoma. Seule une petite minorité des Iroquois parle aujourd'hui une des langues iroquoises dont notamment près de 1 500 locuteurs du Mohawk dans le village Kahnawake, au sud de Montréal. Les six nations étaient liées entre elles par une constitution commune appelée Gayanashagowa ou « grande loi de l'Unité »:
- Goyogouins (en anglais « Cayugas »)
- Agniers (en anglais « Mohawks »)
- Onneiouts (en anglais « Oneidas »)
- Onontagués (en anglais « Onondagas »)
- Tsonnontouans (en anglais « Senecas »)
- Tuscarora (la sixième nation, 1722) L'origine du mot « iroquois » est obscure, mais cette appellation pourrait provenir d'une phrase souvent employée à la fin de discours iroquois, « hiro kone » (je l'ai dit). D'autres considèrent que le mot proviendrait du nom qui leur a été donné par leurs ennemis, les Algonquins : « Irinakhoi » (serpents à sonnette). Toutefois, les Iroquois s'appellent eux-mêmes « Haudenosaunee » (peuple aux longues maisons).

Culture

La Gayaneshagowa ou La Grande Loi Qui Lie est composée de 117 paragraphes; transmis oralement, depuis le selon la tradition et depuis le selon les observateurs d'origine européenne; loi qui préfigure les écrits constituants des pères fondateurs de l'Amérique moderne. cf "L'art d'enseignement des indiens iroquois. Aux sources de la première constitution." Un ouvrage de référence d'un ethno-historien, Alexandre Grauer, qui a été écrit avec l'aval des chefs iroquois de la Confédération Six Nations.

Économie, vie quotidienne

Les Iroquois sont un peuple agriculteur et semi-sédentaire. Ils cultivent le blé, le maïs et la courge. Ils complètent leur alimentation par la pêche, au printemps, et la chasse. Les hommes partent à l'automne et reviennent en hiver. Les Iroquois sont aussi d'habiles artisans. Ils portent des vêtements en peau d'animal cousue avec les épines du porc-épic et décorée de coquillages et de motifs divers. Ils utilisent des mocassins.

Habitat

Leurs villages sont constitués de grandes maisons longues en rondins, d'où le nom qu'ils se donnent (voir supra). Ils sont permanents, au sens où le village n'est pas déplacé sauf épuisement du sol ou besoins militaires. Vue panoramique de membres d'une nation Iroquoise en 1914

Organisation sociale

L'organisation sociale est matriarcale, matrilinéaire et matrilocale: c'est la mère qui détermine le lignage, et les femmes possèdent la terre. Après son mariage, l'homme emménage chez son épouse, et ses enfants deviennent membres du clan de la mère. Les femmes choisissent également les chefs de clan. Un père jésuite français qui rencontre les Iroquois en 1650 décrit la société iroquoise comme égalitaire. La Confédération Iroquoise s’étend des Monts Adirondacks aux Grands Lacs, sur le territoire actuel de la Pennsylvanie et du nord de l’État de New York. La terre est détenue et travaillée en commun. La chasse se fait en groupe et les prises sont partagées entre les membres du village. La notion de propriété privée des terres et des habitations est parfaitement étrangère aux Iroquois. Les femmes jouent un rôle important : le lignage s’organise autour de ses membres féminins dont les maris viennent rejoindre la famille. Les familles élargies forment des clans et une douzaine ou plus de clans peuvent former un village. Les femmes les plus âgées du village désignent les hommes habilités à représenter le clan au conseil de village et de tribu. Elles désignent également les 49 chefs qui composent le grand conseil de la Confédération des cinq nations iroquoises. Les femmes surveillent les récoltes et administrent le village quand les hommes sont à la chasse ou à la pêche. Elles fournissent mocassins et nourriture pour les expéditions guerrières, et ont un certain contrôle sur les affaires militaires.

De farouches guerriers

Les Iroquois de la région de New York étaient réputés pour être de terribles guerriers ; les prisonniers de guerre pouvaient être mangésAnne Garrait-Bourrier, Monique Vénuat, Les Indiens aux Etats-Unis, 2002, p.92. Ils utilisaient les mêmes armes que pour la chasse : le tomahawk, l'arc et les flèches, les massues. Certains guerriers iroquois portaient un scalp autour du couAnne Garrait-Bourrier, Monique Vénuat, Les Indiens aux Etats-Unis, 2002, p.93.

Histoire

Répartition des nations iroquoises, vers 1650 Leurs terres d'origine se situent entre les Adirondacks et les chutes du Niagara. Ils s'étendent ensuite dans tout le nord-est des États-Unis d'Amérique et le sud-est du Canada. Des traces de peuplement de maisons en rondins sont attestées dès le Au est introduite la culture du maïs. Selon la tradition iroquoise, à cette époque il n'y avait qu'une seule tribu, habitant sur le fleuve Saint-Laurent, à qui les Algonquins apprennent l'agriculture. La formation des différentes tribus est incertaine. On sait qu'une ligue iroquoise est créée en 1570 sous le nom de Ligue des cinq nations. En 1722, les Tuscaroras entrent dans la ligue, qui devient les Six nations. La population des Iroquois est évaluée à 22 000 individus au début en 1630 et tombe à 6 000 au début du Gilles Havard, Cécile Vidal, Histoire de l'Amérique française, Flammarion, 2003, page 199.. Au , des guerres avec les Français, alliés aux Algonquins, et les Britanniques, les forcent à retourner dans les limites de leurs terres ancestrales, ou au Canada, principalement au Québec. En 1648-1653, les Iroquois attaquent les Hurons, les Algonquins et leurs alliés français. Ils finissent par affaiblir la confédération des Hurons qui se dispersent. Certains prisonniers étaient adoptés (ils devenaient Iroquois) alors que d'autres étaient torturés (on leur arrachait les ongles) ou frappés à coups de baton. Les guerriers mangeaient les organes des vaincusGilles Havard, Cécile Vidal, histoire de l'Amérique française, Flammarion, 2003, pages 95-96.. En 1660, ils livrent la bataille de Long-Sault et menacent la colonie de Nouvelle-France. En 1666, les soldats français attaquent les Iroquois : les Agniers et les Onneiouts se résignent à conclure la paix en 1667. Pendant la guerre d'Indépendance américaine, ils décident de s'allier aux Britanniques, décision qui s'avère désastreuse pour eux : en 1779, George Washington envoie une armée envahir leurs terres ancestrales. La plupart de ces Iroquois sont repoussés jusqu'en Ontario. Au , un petit groupe part faire du commerce de fourrure en Alberta. Les Iroquois restés aux États-Unis sont contraints de céder leurs terres. La plupart des tribus parviennent à éviter la déportation des années 1830, sauf les Onneiouts, qui en 1828 partent pour une réserve du Wisconsin. Les Goyogouins ont vendu leurs terres new-yorkaises en 1807 pour rejoindre des tribus apparentées en Ohio. Les Onontagués, les Tsonnontouans et les Tuscaroras vivent encore aujourd'hui dans des réserves de l'État de New York.

Notes

Bibliographie

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adirondacks   Alberta   Algonquins (tribu)   Amérindiens au Canada   Autochtones du Québec   Automne   Blé   Canada   Chasse   Cinq-Nations   Courge   Fleuve Saint-Laurent   France   Gayanashagowa   George Washington   Grande-Bretagne   Grands Lacs (Amérique du Nord)   Guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique   Hiver   Jacques Cartier   Jacques Frémin   Jésuite   Kahnawake   Lac Ontario   Lewis Henry Morgan   Maïs   Mohawk (langue)   Montréal   New York (État)   Nouvelle-France   Ohio   Oklahoma   Onneiouts   Ontario   Pennsylvanie   Printemps   Pêche (halieutique)   Québec   Scalp   Tomahawk (hache)   Tsonnontouans   Tuscarora   Wisconsin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^