Fanum

Infos
Un fanum (pluriel fana ou fanums) est la forme typique du temple gallo-romain. Ce type de temple est une évolution des temples celtiques, qui en bois au départ, se sont peu à peu monumentalisés. Les sanctuaire de Ribemont-sur-Ancre ou bien encore de Corent en sont de bons exemples, puisque, sous les monuments religieux d'époque romaine, ont été retrouvé leurs équivalents en bois datés de l'époque gauloise. Le fanum d'Oisseau-le-Petit Le fanum, de
Fanum

Un fanum (pluriel fana ou fanums) est la forme typique du temple gallo-romain. Ce type de temple est une évolution des temples celtiques, qui en bois au départ, se sont peu à peu monumentalisés. Les sanctuaire de Ribemont-sur-Ancre ou bien encore de Corent en sont de bons exemples, puisque, sous les monuments religieux d'époque romaine, ont été retrouvé leurs équivalents en bois datés de l'époque gauloise. Le fanum d'Oisseau-le-Petit Le fanum, de construction généralement simple, possède une cella (pièce où le dieu réside), le plus souvent carrée, mais qui peut être ronde ou rectangulaire, entourée d'une galerie, couverte ou non. On ignore l'utilité de cette galerie : elle pouvait servir à une déambulation des fidèles autour de la cella, qui pouvaient ainsi se rapprocher de la divinité. En effet, dans les religions antiques, le temple est la demeure sacrée du dieu et seuls les prêtres y pénètrent, les rites cultuels ayant lieu à l'extérieur du temple. À ce temple central, s'ajoute une enceinte, quelquefois matérialisée sous la forme d'un fossé ou d'un mur, le temenos, qui à pour principal but de délimiter l'espace sacré (placé sous la protection de la divinité" de l'espace profane. Cette séparation sacré / profane n'est pas exclusive à la religion gallo-romaine car on la retrouve aussi bien chez les grecs que chez les romains. De même, à l'époque gauloise, les fossés entourant les sanctuaires sont considérés comme des temenos. On notera l'étymologie du mot profane (qui n'est pas consacré, qui n'est pas initié, ignorant) qui vient directement du latin profanum (de pro « devant » et fanum « lieu consacré »). On retrouve des fanums dans toute la Gaule, aussi bien en ville que dans les campagnes. Le nom du sanctuaire celtique préromain est nemeton, de « nevet » qui signifie sacré.

Villes ayant porté le terme fanum dans leur nom

-Corseul : Fanum Martis (Temple de Mars)

Voir aussi

- Tour de Vésone à Périgueux
- Temple dit de Janus, à Autun
- Site gallo-romain de Tintignac
- Fanum d'Aron à Aurillac Catégorie:Architecture religieuse Catégorie:Gaule Catégorie:Architecture sous la Rome antique ===
Sujets connexes
Aurillac   Autun   Cella (temple romain)   Corent   Corseul   Fanum d'Aron   Gaule   Latin   Nemeton   Oisseau-le-Petit   Profane   Périgueux   Ribemont-sur-Ancre   Site gallo-romain de Tintignac   Vesuna  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^