Confédération canadienne

Infos
La confédération canadienne (ou confédération du Canada) désigne le processus, culminant le 1 juillet 1867, par lequel une union fut formée parmi les provinces, colonies, et territoires de l'Amérique du Nord britannique afin de former un nouvel État fédéral : le Dominion du Canada, un dominion de l'Empire britannique.
Confédération canadienne

La confédération canadienne (ou confédération du Canada) désigne le processus, culminant le 1 juillet 1867, par lequel une union fut formée parmi les provinces, colonies, et territoires de l'Amérique du Nord britannique afin de former un nouvel État fédéral : le Dominion du Canada, un dominion de l'Empire britannique.

Explication du terme

Le terme confédération est maintenant souvent employé pour décrire le Canada d'une manière abstraite et l'expression « les pères de la Confédération » est un exemple d'une telle utilisation. Cependant, le terme se réfère habituellement plus concrètement au processus politique qui unifia les colonies dans les années 1860, et non à la structure politique du pays. Il est également employé pour diviser l'histoire canadienne en deux périodes, la « préconfédération » et la « postconfédération » (la « postconfédération » étant une période qui s'étend jusqu'à nos jours). Bien que l'on emploie souvent le terme "confédération" pour se référer au Canada, il demeure que le Canada serait plutôt une fédération. :Pour plus d'informations, voir l'article Fédéralisme canadien

Histoire

Les divisions coloniales

Avant 1867, l'Amérique du Nord britannique était un groupement de six colonies indépendantes : la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, le Canada-Uni (comprenant essentiellement les parties méridionales du Québec et de l'Ontario), Terre-Neuve, l'Île-du-Prince-Édouard et la Colombie-Britannique. Au début, seules les trois premières colonies énumérées ci-dessus constituaient la Confédération, les autres s'y joignirent par la suite, et Terre-Neuve fut la dernière en 1949, à l'intégrer (le reste du Canada actuel se compose de la Terre de Rupert et des Territoires du Nord-Ouest, qui appartenaient à la Compagnie de la Baie d'Hudson et qui furent cédés au Canada en 1870, et des îles arctiques, qui étaient sous tutelle britannique).

Loi de 1867 sur l'Amérique du Nord britannique

La Confédération fut accomplie lorsque la reine Victoria donna le consentement royal à Acte de l'Amérique du Nord britannique le 29 mars 1867. Cet acte, appelé officiellement le British North America Act (BNAA) (en français l'AANB ou Acte de l'Amérique du Nord britannique), fut rédigé pour des raisons de politique intérieure (instabilité ministérielle, Rep by Pop), de politique extérieure (menace d'invasion des Américains, retrait du soutien militaire du Royaume-Uni) et économique (besoin d'un chemin de fer suite à la fin du Traité de Réciprocité). Il unifiait le Canada-Uni aux colonies du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, et il entra en vigueur le de l'année 1867. L'acte vint dissoudre l'Acte d'Union de 1840 qui avait précédemment unifié le Haut-Canada et le Bas-Canada. Il est le principal document constitutionnel du Canada. Le Canada-Uni fut divisé en deux provinces séparées qui devinrent l'Ontario et le Québec. Le est maintenant célébré comme la fête du Canada. Alors que l'AANB accordait au Canada plus d'indépendance qu'il en avait avant, elle était loin de lui donner son entière indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni. La politique étrangère resta dans les mains des Britanniques, le Comité juridique du Conseil privé demeura la Haute cour d'appel du Canada, et la Constitution ne pouvait être amendée qu'au Royaume-Uni. Graduellement, le Canada gagna plus d'indépendance, aboutissant à la Constitution de 1982 qui coupa le cordon (À noter que le Québec n'a pas ratifié cette Constitution). Jusque là, toute modification du BNAA était une prérogative du Parlement de Westminster. Depuis, la Constitution canadienne est modifiée par une majorité du Parlement du Canada appuyé par une majorité qualifiée (et parfois l'unanimité) des législatures des provinces.
- Les pères de la Confédération choisirent de baptiser le nouveau pays le Dominion du Canada, après avoir rejeté Royaume et Confédération, entre autres options. Ils auraient pu créer le Dominion de Borealia (de Nord en latin), par analogie avec l'appellation de l'Australie (de Sud en latin). À la lumière de l'évolution du Canada, le terme de confédération est aujourd'hui perçu, la plupart du temps, comme une ruse de John A. Macdonald et d'autres pour encourager le Canada français et les colonies maritimes à venir participer aux discussions. La plupart des chefs coloniaux, redoutant d'être dirigés par la population du centre du Canada, ne voulaient pas d'un gouvernement central fort. Macdonald n'avait aucune intention de faire réellement du Canada une confédération et était disposé à maintenir plusieurs des colonies en dehors de l'Union politique, plutôt que d'affaiblir le gouvernement du centre qu'il représentait. Le Canada est ainsi devenu une fédération, mais certainement pas une confédération, comme la Suisse. Cependant, l'impression que le nouveau Canada confédéral était un pacte entre deux peuples fondateurs, domina le discours politique au Québec pendant presque un siècle.

Pourquoi la constitution ?

La fondation du Dominion of Canada répond à une kyrielle d’objectifs. Les objectifs de la Fédération doivent se comprendre par la crainte du voisin américain, lors de la guerre civile aux États-Unis qui perdurait de 1861 à 1865, qui poussa la Couronne britannique à prendre position pour les colonies esclavagistes du sud. On parlait même aux États-Unis d’annexer le Canada-Uni pour se venger face à l’attitude complaisante du Royaume-Uni vis-à-vis du mouvement sécessionniste du sud. L’union des Colonies de l’Empire britannique en Amérique du Nord était selon eux un bon moyen d’assurer leur défense plus adéquatement et ainsi éviter un lourd fardeau financier pour Londres qui se plaignait de payer pour la sécurité de toutes les colonies. D’une seconde part, à partir de 1846, le Royaume-Uni mit fin au tarif préférentiel pour les colonies. Pour remplacer le marché britannique, les Canadiens se tournent vers le marché américain. En 1854, le traité de réciprocité est signé. Il prendra fin en 1864 et ne sera pas signé à nouveau. Bref, l’union, par la perte des marchés américain et britannique devenait nécessaire pour que continue le commerce et que l’industrie canadienne trouve un marché de rechange.

Les pères de la Confédération

La Confédération fut d'abord convenue à la conférence de Charlottetown à Charlottetown, dans l'Île-du-Prince-Édouard en 1864, bien que cette dernière n'ait pas réellement adhéré à la Confédération jusqu'en 1873. Les points particuliers furent la plupart du temps examinés à la Conférence du Québec, à Québec, plus tard en 1864, et lors d'une dernière conférence à Londres en 1866. Le tableau suivant donne la liste des participants aux conférences et indique leur présence à chaque séance. Ils sont connus en tant que pères de la Confédération.

Tableau de participation

Harry Bernard, qui était le secrétaire à la Conférence de Charlottetown, était considéré par certains comme un père de la Confédération. Les « pères ultérieurs », qui introduisirent les autres provinces dans la Confédération après 1867 (comme Joey Smallwood), ne sont habituellement pas considérés comme de « pères de la Confédération ». Au lieu de cela, ils sont parfois mentionnés comme « fondateurs ».

Fonctionnement

:Voir : Loi constitutionnelle de 1867 :Voir : Fédéralisme canadien

Ordre d'adhésion des provinces

La Confédération canadienne comptait originalement quatre provinces. Au fil du temps, plusieurs autres provinces et territoires furent créés ou se sont joint à la Confédération. Voici les dates d'adhésion en ordre chronologique : ==Aide:
Sujets connexes
Acte d'Union   Adams George Archibald   Alberta   Alexander Campbell   Amérique du Nord britannique   Années 1860   Bas-Canada   Canada   Canadien Pacifique   Charles Tupper   Colombie-Britannique   Compagnie de la Baie d'Hudson   Dominion   Edward Barron Chandler   Empire britannique   Fédéralisme   Fédéralisme canadien   Fête du Canada   George-Étienne Cartier   George Brown   Guerre de Sécession   Haut-Canada   Hector-Louis Langevin   Jean-Charles Chapais   Joey Smallwood   John A. Macdonald   John Mercer Johnson   Jonathan McCully   Loi constitutionnelle de 1867   Manitoba   Nouveau-Brunswick   Nouvelle-Écosse   Nunavut   Oliver Mowat   Ontario   Peter Mitchell   Province du Canada   Québec   Rep by Pop   Robert Duncan Wilmot   Royaume-Uni   Samuel Leonard Tilley   Saskatchewan   Terre-Neuve-et-Labrador   Terre de Rupert   Territoires du Nord-Ouest   Thomas D'Arcy McGee   Victoria du Royaume-Uni   William Henry Pope   William McDougall (politicien)   Yukon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^