Université libre de Bruxelles

Infos
sceau de l'ULB depuis 2005 L'Université Libre de Bruxelles (ULB) est une université francophone belge.
Université libre de Bruxelles

sceau de l'ULB depuis 2005 L'Université Libre de Bruxelles (ULB) est une université francophone belge.

Histoire

Origine

L'ULB fut fondée en 1834, dans cette période qui suivit l'indépendance de la Belgique et qui connut la désorganisation de l'enseignement supérieur. Les trois universités d'État fondées à l'époque néerlandaise - Gand, Liège, Louvain - sont amputées de plusieurs facultés. Auguste Baron et Adolphe Quetelet avaient imaginé dès 1831 dans leur loge maçonnique Les Amis philanthropes l'idée d'une université « libre ». La création, en 1834, de l'Université catholique de Malines, sous l'impulsion des évêques de Belgique, fut le détonateur qui poussa le monde libéral à réagir rapidement. Le juriste Pierre-Théodore Verhaegen, Vénérable Maître de la loge Les Amis philanthropes, lança en juin 1834 un appel à une souscription dans les milieux libéraux et dans les loges du Grand Orient de Belgique en vue d'une université « libre » qui combattrait « l'intolérance et les préjugés » en répandant la philosophie des Lumières. On fit cependant remarquer à Verhaegen l'utopie de son projet, lui qui ne disposait ni de professeurs, ni de locaux, ni d'argent. C'était sans compter sur l'aide du bourgmestre de Bruxelles, Nicolas-Jean Rouppe, qui trouva des locaux dans l'ancien palais de Charles-Alexandre de Lorraine, place du Musée. Verhaegen annexa à son projet l'École de médecine et trouva des enseignants parmi les hommes d'expérience du Musée des Sciences et des Lettres. La Faculté de droit fut confiée à des professeurs bénévoles, comme Henri de Brouckère. Dans la foulée, la Ville alloua un subside et le 20 novembre 1834, Auguste Baron pouvait, dans son discours d'inauguration, définir l'esprit de l'université libre : :« Nous jurons d'inspirer à nos élèves, quel que soit l'objet de notre enseignement, l'amour pratique des hommes qui sont frères, sans distinction de caste, d'opinion, de nation ; nous jurons de leur apprendre à consacrer leurs pensées, leurs travaux, leurs talents au bonheur et à l'amélioration de leurs concitoyens et de l'humanité… » Sceau de l'ULB depuis 2005

Le

La première année universitaire pouvait commencer avec ses trente-huit professeurs et nonante-six étudiants. À l'origine, elle porte le nom dUniversité Libre de Belgique et se compose de quatre facultés : philosophie et lettres, droit, sciences et médecine. À partir de 1836, elle changea de nom et devint l'Université Libre de Bruxelles. Jusqu'en 1847, l'université vécut des souscriptions lancées par le Grand Orient et diverses loges maçonniques du pays, dont celle des Amis philanthropes. Outre les difficultés financières, l'Église et l'État faisaient peser des menaces sur la jeune ULB. La loi sur l'enseignement supérieur de 1835 supprimait l'université d'État de Louvain, ce qui permit à l'université catholique de Malines de s'installer dans la cité brabançonne où elle prit le nom dUniversité catholique de Louvain. Il restait donc deux universités de l'État - Gand et Liège - qui virent dans l'ULB une concurrente qui ne pouvait revendiquer le monopole de la libre pensée. Quant aux évêques, ils avaient peine à admettre l'existence d'une université qui se proclamait autonome et qui échappait ainsi à leur contrôle. La presse catholique milita contre l'enseignement dispensé à Bruxelles. Verhaegen répondit à toutes les attaques par un discours académique retentissant où il proclama : « Partis de la liberté d'enseignement, nous réalisons la liberté dans l'enseignement. » Surmontant ces querelles, l'université libre devint une institution reconnue. La population estudiantine était en progression et l'on put en 1842 déménager dans un nouveau bâtiment, le Palais Granvelle sis rue des Sols et rue de l'Impératrice. En 1861 les statuts furent révisés et l'article 1 postulera dès lors que :« Le libre examen est le principe fondateur sur lequel l'Université base son enseignement et sa recherche. Il prône, en matière de savoir, une totale liberté de jugement et le rejet de l'argument d'autorité. » En 1873, l'université ouvrit son école polytechnique où un enseignement pratique put être dispensé. En 1880, elle fut la première en Belgique à permettre aux femmes d'accéder aux cours et ce au sein de son Institut de pharmacie. Avant cela quelques-unes étaient allées étudier dans des universités étrangères, principalement en faculté de médecine. Il n'y avait pourtant en Belgique aucune restriction légale en ce qui concerne l'accès des femmes aux hautes études. Mais traditionnellement, seuls les hommes entraient à l'université, et surtout, aucune école secondaire ne préparait les jeunes filles à de telles études. Le 7 juillet 1886, un incendie détruisit l'aile gauche de l'édifice rue des Sols. La salle académique, la bibliothèque et une partie des collections minéralogiques disparurent dans les flammes. La reconstruction prit six ans. Le 20 novembre était depuis l'ouverture un jour de congé à l'ULB mais ce n'est qu'en 1888, à l'initiative des étudiants, qu'on organisa les premières célébrations de la Saint-Verhaegen. En 1893, l'ULB bénéficia d'un mécénat de grande envergure qui acheva le développement de la Faculté de médecine : Ernest Solvay la dota d'un Institut de physiologie implanté au parc Léopold à Etterbeek (ces locaux sont actuellement occupés par le lycée Émile Jacqmain, une école secondaire très réputée, assez proche de l'ULB) ; Raoul Warocqué, d'un Institut d'anatomie ; Alfred Solvay et quelques autres, d'un Institut d'hygiène et de bactériologie. En 1899 fut crée l'École des sciences politiques et sociales.

Affaires Dwelshauwers et Reclus

Si à l'origine issue d'un milieu certes anticlérical mais néanmoins catholique, ou au moins spiritualiste ou déiste, l'université verra au cours des dernières décennies du le développement d'un courant athée et anti-dogmatique ainsi que l'essor de la démarche scientifique positiviste chère à Auguste Comte, qui affirme le primat absolu de l'expérimentation et de la raison. Cette évolution ne se fit pas sans heurts. Ainsi, en 1890, la thèse de philosophie de Georges Dwelshauwers provoqua de vifs débats par ses positions athées alors que la majorité des professeurs de la faculté de philosophie et lettres étaient toujours déistes. Ces conflits entre doctrinaires et progressistes, puis entre libéraux et socialistes se traduiront également à l'ULB par l'affaire Reclus. Elisée Reclus, géographe français anarchiste, avait été invité à donner cours à l'ULB en 1892. En 1893 suite à un attentat anarchiste le conseil d'administration s'opposa à sa venue désavouant ainsi le recteur Hector Denis, premier socialiste élu à ce poste. Cela provoqua une scission et la création d'une Université nouvelle qui perdura jusqu'à la Première Guerre mondiale.

Début du

L’Institut de sociologie fut fondé en 1902. L'année 1904 vit la création de l'École de commerce Solvay. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, qui entraîna la première interruption des cours de l'université, alors que Jules Bordet, professeur à l'ULB se voit attribué le Prix Nobel de médecine (1919), on envisage de déménager suite à la croissance des besoins en espace et à la démolition du palais Granvelle du fait des travaux de la jonction Nord-Midi. Le choix se porte sur le plateau du Solbosch situé à la limite des faubourgs de l'époque. Les travaux débutent en 1921 par le bâtiment U inauguré en 1924. La construction du bâtiment A (qui n'est donc pas le bâtiment le plus ancien contrairement à une idée reçue) (1924-1928) est soutenue financièrement par :en:Belgian American Educational Foundation du site de la vu la dernière fois le 19 mai 2007. (héritier de Commission for Relief in Belgium (CRB)), une organisation américaine (présidée par Herbert Hoover) destinée à restaurer l'enseignement universitaire en Belgique meurtri par la guerre. Elle participe également avec la famille Tournay-Solvay au financement de la cité Héger ouverte en 1933. En 1939, est inauguré l'Institut de cancérologie Bordet, boulevard de Waterloo.

Néerlandais et naissance de la Vrije Universiteit Brussel

Des cours furent donnés en néerlandais à l'ULB dès 1935 en faculté de Droit, et en 1963 dans presque toutes les facultés. L'ULB fut scindée en octobre 1969 selon la langue, donnant naissance à la Vrije Universiteit Brussel néerlandophone. Cette scission fut confirmée par une loi en 1970 qui consacra la séparation totale des deux entités.

Situation actuelle

L'université est principalement implantée sur trois campus : le campus du Solbosch et le campus de la Plaine à Ixelles, et le campus Érasme à Anderlecht. Le principal est celui du Solbosch, qui accueille l'administration centrale et la plupart des facultés. Le campus de la Plaine accueille la Faculté des sciences, l'Institut de pharmacie et l'instut d'architecture Victor Horta. La Faculté de médecine et l'Hôpital universitaire Érasme sont quant à eux installés sur le campus d'Anderlecht. L'ULB est totalement indépendante de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) bien que le nom de celle-ci soit l'exact équivalent en néerlandais du nom de celle-là, et qu'elles occupent en voisines l'ancienne plaine des Manœuvres (campus de la Plaine).

Facultés, instituts et écoles

- Faculté de Philosophie et Lettres
- Département d'Arts et archéologie
- Département d'Histoire
- Département de Langues et littératures
- Département de Philosophie et sciences des religions
- Département de Sciences de l'Information et de la communication
- Faculté de Droit
- Département de Droit
- Ecole des sciences criminologiques
- Faculté des Sciences sociales, politiques et économiques
- Département de Sciences sociales
- Département de Sciences politiques
- Département de Sciences économiques
- Institut des Sciences du travail
- Solvay Business School
- Institut d'Etudes Européennes
- Section économique
- Section juridique
- Section politique
- Section Histoire et Cultures
- Faculté des Sciences psychologiques et de l'Education
- Faculté des Sciences
- Département d'Informatique
- Département de Biologie
-
- Département de Biologie des organismes
-
- Département de Biologie moléculaire
- Département de Chimie
- Département de Géographie
- Département de Mathématiques
- Département de Physique
- Département des Sciences de la Terre et de l'Environnement
- Ecole interfacultaire de bioingénieurs
- Institut de Gestion de l'Environnement et d'Aménagement du Territoire
- Faculté de Médecine
- Ecole de Santé publique
- Institut Supérieur d'Education physique et de Kinésisthérapie
- Institut de Pharmacie
- Faculté des Sciences appliquées
- Ecole interfacultaire de bioingénieurs Dépendent également de l'ULB :
- Ecole d'infirmier(e)s et d'accoucheuses
- Institut Supérieur d'Architecture Victor Horta

Musées de l'ULB

L'ULB dispose de onze musées auxquels s'ajoutent des collections universitaires peu accessibles au public (cartothèque géographique, géologie et minéralogie, instruments électriques anciens, moulages en plâtre, numismatique, ...).
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
- Site des

Prix et récompenses

Nobel

L'ULB a vu quatre de ses diplômés ou professeurs récompensés par le prix Nobel et non pas trois comme souvent cité (notamment sur le propre site de l'ULB), Henri La Fontaine étant souvent oublié (peut-être parce qu'il n'a pas été professeur contrairement aux trois autres).
- Henri La Fontaine (1854 – 1943) : prix Nobel de la paix en 1913.
- Jules Bordet (1870 - 1961) : prix Nobel de médecine en 1919.
- Albert Claude (1899-1983) : prix Nobel de médecine en 1974.
- Ilya Prigogine (1917 - 2003) : prix Nobel de chimie en 1977.

Prix Francqui

Au cours de ces dix dernières années plusieurs professeurs de l'ULB se sont vu décerner le prix Francqui.
- Éric Remacle
- Paul Magnette
- Marc Henneaux
- Marc Parmentier
- Mathias Dewatripont
- Étienne Pays
- Gilbert Vassart
- Jacques Urbain
- Marc Wilmet
- François Englert
- Pierre Gaspard

Médaille Fields

Une médaille Fields a été reçue par
- Pierre Deligne, 1978
- Jean Bourgain, 1994

Docteurs Honoris Causa

L'ULB honore également des personnalités de renom pour leurs activités diverses en les nommant docteurs honoris causa. Ne sont repris ci-dessous que les docteurs nommés par l'Université et non ceux nommés par les facultés. Par ailleurs, la liste ne remonte pas plus loin que 1973, première année de remise du titre après la scission linguistique.
- 1973 : Salvador Allende
- 1979 : Maurice Béjart, Paul Delvaux
- 1984 : Simone Veil, Willy Brandt, Nelson Mandela, Andréi Sakharov, Altiero Spinelli
- 1987 : Abdou Diouf, Shimon Peres, Sandro Pertini, Mario Soares
- 1989 : Doïna Cornéa, Fang Lizhi
- 1990 : Alexander Dubček
- 1991 : Bronislaw Geremek, Arpad Gönc, Vaclav Havel
- 1992 : Fédérico Mayor, Hubert Reeves
- 1993 : Edgar Morin
- 1994 : Simon Wiesenthal, S.M. Albert II, Pierre Alechinsky
- 1995 : Théodore Angelopoulos, André Delvaux, Henri Storck, Andrzej Wajda
- 1996 : Immanuel Wallerstein, Baron Arthur Haulot, Marek Edelman
- 1997 : Marc Van Montagu, André Capron
- 1998 : Claude Allègre
- 1999 : Jean-Didier Vincent
- 2000 : Louise Arbour, Nora Irma Morales De Cortinas, Simone Susskind, Wassyla Tamzali, Joaquim Chissano
- 2001 : Toots Thielemans (titre décerné en commun avec la VUB)
- 2002 : Hywel Ceri Jones, Domenico Lenarduzzi, Alan Smith, Angélique Verli
- 2004 : Philippe Busquin
- 2005 : Fadela Amara, Baltasar Garzón Real, Pierre Goldschmidt, Alpha Oumar Konaré, Robert Maistriau, Radhia Nasraoui

Anciens étudiants et/ou professeurs célèbres

- Paul Heger (1846-1925) : biologiste
- Fernand Khnopff (1858-1921) : peintre et graveur symboliste
- Auguste Lameere (1862-1942) : entomologiste
- Paul-Émile Janson (1872-1944) : politicien libéral
- Robert Danis (1880-1962) : personnalité dans le domaine de l'orthopédie, et professeur
- Charles Plisnier (1896-1952) : écrivain
- André Ombredane (1898-1958) : professeur de psychologie
- Paul-Henri Spaak (1899-1972) : politicien socialiste
- Denis Marion (1906-2000) : écrivain et professeur
- Enver Hoxha (1908-1985) : dictateur de l'Albanie
- Jules Geheniau (1909) : mathématicien et physicien
- Amir Abbas Hoveida (1919-1979) : premier ministre d'Iran
- Jean Stengers (1922-2002) : historien
- Justin Bomboko (1928) : premier congolais diplômé à l'ULB, homme politique du Congo-Kinshasa
- Jacques Tits (1930) : mathématicien
- Guy Spitaels (1931 : politicien socialiste
- Raoul Vaneigem (1934) : écrivain, révolutionnaire, médiéviste et philosophe
- Herman De Croo (1937) : politicien libéral
- Jean Van Hamme (1939) : scénariste de bandes dessinées
- Pierre Mertens (1939) : juriste et écrivain
- Philippe Moureaux (1939) : politicien socialiste
- Claude Javeau (1940) : sociologue
- Pierre Galand (1940) : personnalité politique socialiste
- Philippe Busquin (1941) : politicien socialiste
- Hervé Hasquin (1942) : politicien libéral
- Mateo Alaluf : sociologue
- Maurice Lippens (1943) : homme d’affaires
- Gilbert Hottois (1946) : philosophe et écrivain
- Alain Berenboom (1947) : avocat et écrivain
- Anne Morelli (1948) : historienne
- Isabelle Stengers (1949) : philosophe des sciences
- Philippe Grollet (1950) : ancien président du Centre d'action laïque
- Luc Dardenne (1954) : réalisateur
- Alain Eraly (1954) : sociologue
- Jean Cornil (1958) : sénateur
- Andrea Rea (1959) : sociologue
- Pascal Delwit (1961) : politologue
- Jean-Michel De Waele (1961) : politologue
- Marc Uyttendaele (1961) : constitutionnaliste
- Jacques Simonet (1963-2007) : politicien libéral
- Amélie Nothomb (1967) : écrivain
- Jean-Michel Javaux (1967) : politicien écologiste
- Florence Reuter (1969) : journaliste et politicienne libérale
- Paul Magnette (1971) : politologue et politicien socialiste
- Zoé Genot (1974) : politicienne écologiste
- Charles Michel (1975) : politicien libéral

Voir aussi

- Faculté de droit
-Faculté des sciences appliquées
- Solvay Business School
- Le Semeur
- Folklore étudiant en Belgique
- Penne
- Cercles étudiants de l'ULB ==
Sujets connexes
Abdou Diouf   Alain Berenboom   Alain Eraly   Alan Smith   Albanie   Albert Claude   Albert II de Monaco   Alexander Dubček   Alpha Oumar Konaré   Altiero Spinelli   Amir Abbas Hoveida   Amélie Nothomb   Anderlecht   Andrea Rea   Andrzej Wajda   André Delvaux   André Ombredane   Anne Morelli   Arthur Haulot   Auguste Comte   Auguste Lameere   Avocat (métier)   Belgique   Biologie   Bruxelles   Centre d'action laïque   Cercles étudiants de l'ULB   Charles-Alexandre de Lorraine   Charles Michel   Charles Plisnier   Claude Allègre   Claude Javeau   Denis Marion   Docteur honoris causa   Edgar Morin   Entomologie   Enver Hoxha   Ernest Solvay   Ernest et Alfred Solvay   Faculté des sciences appliquées de l'université libre de Bruxelles   Fadela Amara   Fernand Khnopff   Florence Reuter   Folklore étudiant en Belgique   Français   Gilbert Hottois   Grand Orient de Belgique   Gravure   Guy Spitaels   Henri La Fontaine   Henri Storck   Henri de Brouckère   Herbert Hoover   Herman De Croo   Hervé Hasquin   Historien   Hubert Reeves   Ilya Prigogine   Immanuel Wallerstein   Iran   Isabelle Stengers   Ixelles   Jacques Simonet   Jacques Tits   Jean-Didier Vincent   Jean-Michel De Waele   Jean-Michel Javaux   Jean Bourgain   Jean Cornil   Jean Stengers   Jean Van Hamme   Joaquim Chissano   Jonction Nord-Midi   Jules Bordet   Jules Geheniau   Juriste   Justin Bomboko   Le Semeur   Libre examen   Loge maçonnique   Louise Arbour   Luc Dardenne   Lycée Émile Jacqmain   Malines   Marc Uyttendaele   Marek Edelman   Mateo Alaluf   Mathématicien   Maurice Béjart   Maurice Lippens   Médaille Fields   Nelson Mandela   Néerlandais   Palais Granvelle (Bruxelles)   Parc Léopold de Bruxelles   Pascal Delwit   Paul-Henri Spaak   Paul-Émile Janson   Paul Delvaux   Paul Heger   Paul Magnette   Peinture   Penne   Personnalité politique   Philippe Busquin   Philippe Grollet   Philippe Moureaux   Philippe Vincke   Physicien   Pierre Alechinsky   Pierre Deligne   Pierre Galand   Pierre Mertens   Première Guerre mondiale   Prix Francqui   Prix Nobel   Province de Brabant   Raoul Vaneigem   Raoul Warocqué   Robert Danis   Saint-Verhaegen   Salvador Allende   Sandro Pertini   Shimon Peres   Simon Wiesenthal   Simone Veil   Solbosch   Solvay Business School   Sénat belge   Theo Angelopoulos   Théodore Verhaegen   Toots Thielemans   Université catholique de Louvain (Louvain)   Université de Liège   Victor Horta   Vrije Universiteit Brussel   Willy Brandt   Zoé Genot  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^