Les Martyrs

Infos
Les Martyrs est une œuvre apologétique de François-René de Chateaubriand publiée en 1809. Elle mêle fiction et réflexion philosophique. L'œuvre ressemble moins à un roman qu'à une épopée où Chateaubriand, à travers l'évocation de martyrs chrétiens, glorifie le merveilleux d'inspiration chrétienne.
Les Martyrs

Les Martyrs est une œuvre apologétique de François-René de Chateaubriand publiée en 1809. Elle mêle fiction et réflexion philosophique. L'œuvre ressemble moins à un roman qu'à une épopée où Chateaubriand, à travers l'évocation de martyrs chrétiens, glorifie le merveilleux d'inspiration chrétienne.

Synopsis

Eudore était un officier romain converti au christianisme. Il fit libérer Velléda, une druidesse qui avait été livrée à Rutilius Gallicus, puis conduite à Rome, pour avoir soutenu en 69-70 la révolte des Bataves (peuple germanique qui habitait la Hollande méridionale actuelle) contre l'empereur romain Titus Flavius Vespasien (9-79). La révolte était conduite par Civilis mais Velléda poursuivra la lutte après la soumission de ce dernier. Prisonnière puis libérée, Velléda tomba follement amoureuse d'Eudore, mais le chrétien refusa de rencontrer la prêtresse germanique. Éprise de ce dernier, qui se refuse à la rencontrer, "elle resta longtemps appuyée contre un arbre à regarder la forteresse" (Chateaubriand, Les Martyrs). De dépit, Velléda finit par se trancher la gorge. La fin d'Eudore ne sera guère plus heureuse. Il périra, avec Cymodocée, sa bien aimée dans l'arène, sous les crocs d'un tigre "connu pour sa férocité". Avec cette figure, Chateaubriand met en scène, encore une fois, la tentation qui rapproche deux amants de cultures différentes et, pour une fois, la transgression de l'interdit.

Anecdotes

Une statue de Velléda se trouvait dans l'ancienne Pépinière du Luxembourg, thébaïde de plusieurs générations romantiques désaffectée et saccagée à la fin de 1866. Beaucoup d'écrivains, de poètes ou de prosateurs ont parlé de cet endroit campagnard, plein de vigne et de roses, sous la protection de la Velléda. C'était le lieu favori des rendez-vous amoureux, au milieu d'un hémicycle de treillage rustique. "Velléda contemplant la demeure d'Eudore" (1844), sculpture française en pierre d'Etienne Hippolyte Maindron (Sénat et jardin du Luxembourg, Zone est). La statue de Maindron connaîtra un immense succès en son temps. Réplique faite par l'auteur placée au musée du Luxembourg en 1871, puis au jardin des Tuileries en 1889. Entrée au Louvre vers 1920 "Velléda" (Vers 1868 - 1870, Musée du Louvre), peinture de Jean-Baptiste Camille COROT (Paris, 1796 - Paris, 1875. Emma Dobigny, un des modèles favoris du peintre, posa pour cette figure mélancolique se détachant sur un fond de paysage brumeux, caractéristique des dernières années de Corot. C'est plus tard qu'on la baptisa "Velléda". ==
Sujets connexes
Apologétique   Christianisme   François-René de Chateaubriand   Martyr   Merveilleux  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^