Félix Dzerjinski

Infos
Feliks Dzierżyński ou Felix Edmundovitch Dzerjinski (Феликс Эдмундович Дзержинский), surnommé Felix de Fer, (11 septembre 1877 près de Vilnius, Pologne - 20 juillet 1926) était un révolutionnaire communiste d'origine polonaise, qui devint un des dirigeants de l'Union soviétique. Il fonda et dirigea la Tchéka, la police politique du tout nouvel État bolchévique et qui deviendra plus tard le KGB.
Félix Dzerjinski

Feliks Dzierżyński ou Felix Edmundovitch Dzerjinski (Феликс Эдмундович Дзержинский), surnommé Felix de Fer, (11 septembre 1877 près de Vilnius, Pologne - 20 juillet 1926) était un révolutionnaire communiste d'origine polonaise, qui devint un des dirigeants de l'Union soviétique. Il fonda et dirigea la Tchéka, la police politique du tout nouvel État bolchévique et qui deviendra plus tard le KGB.

Un « agitateur » régulièrement emprisonné

Dzerjinski est issu d'une famille de l'aristocratie polonaise installée près de Minsk en Biélorussie, qui faisait alors partie de l'Empire russe. Il fut exclu de l'école pour « activité révolutionnaire ». À Vilno, il adhéra en 1895 à un groupement marxiste, le SDKPiL, parti social-démocrate du Royaume de Pologne et de Lituanie fondé depuis peu. Il passe une grande partie de sa vie en prison. Arrêté pour ses activités subversives en 1897 et 1900, il fut exilé en Sibérie, et s'en échappa les deux fois. Émigré en 1902, il devient un des adjoints de Rosa Luxembourg et de Leo Jogiches tous les deux placés à la tête du SDKPiL. Il retourne en Russie pour prendre part à la révolution de 1905 mais est à nouveau arrêté par l'Okhrana et emprisonné. Au Congrès de Stockholm du POSDR en 1906, il est élu au comité central. Ses sympathies pour les Bolcheviks datent de cette époque. Après 1911, lorsque la scission au sein du Parti polonais envenime les rapports entre Rosa Luxembourg et Lénine, il est divisé entre sa fidélité au Parti et son amitié pour la dirigeante. Relâché en 1912, il reprend aussitôt ses activités politiques pour être à nouveau emprisonné à Moscou. À la veille de la révolution de février 1917, Dzerjinski a passé onze années en prison, en exil ou au bagne.

Un des dirigeants de la Révolution d'Octobre

Il est libéré (ou peut-être s'évade-t-il ?) en mars 1917. Aussitôt, il rejoint les rangs des bolcheviques. Avec Staline, Sverdlov, Boubnov et Ouritsky, il est l'un des cinq membres du Comité militaire révolutionnaire chargé de diriger l'insurrection (couronnée de succès) et l'un des plus fermes soutiens de Lénine durant ces événements. Son caractère considéré comme honnête et incorruptible par certains, joint à une adhésion sans limites à l'idéologie bolchévique, lui vaut une rapide reconnaissance et le surnom de « Félix de fer ». Victor Serge le décrit ainsi : « idéaliste probe, implacable et chevaleresque, au profil émacié d'inquisiteur, grand front, nez osseux, barbiche rêche, une mine de fatigue et de dureté. Mais le parti avait peu d'hommes de cette trempe et beaucoup de Tchékas »Une phrase de Dzerjinski citée par l'Humanité du 1 novembre 2001 : « Pour ceux qui ne sont pas de notre avis, quatre murs, c’est trois de trop. ». Ces responsabilités lui donneront aussi plus tard dans la presse européenne le visage du bolchévique brutal assoiffé de sang.

La mise en place de la police secrète

Lénine considérait Dzerjinski comme un héros de la Révolution russe et le pressentit pour organiser le combat contre les « ennemis de l'intérieur ». Le 20 décembre 1917, le Soviet des Commissaires du Peuple fonde la Vétchéka, sigle russe pour Commission panrusse extraordinaire pour combattre la contre-révolution et le sabotage (plus connue sous le nom de Tchéka). Celle-ci est dotée de moyens importants et prioritaires. La nouvelle organisation se fait connaître très rapidement par ses méthodes radicales et terroristes, sa lutte inlassable contre « les forces contre-révolutionnaires ». Quand la guerre civile affecte tout le pays, Dzerjinski organise des troupes de sécurité intérieure afin de renforcer l'autorité de sa milice. Lénine lui accorde tout pouvoir dans son combat contre toutes les oppositions (qu'elles soient d'essence démocratique, socialiste, libérale, agrarienne ou nationaliste). Cette guerre prend, en particulier, les formes de la suppression et de l'interdiction des syndicats, de l'interdiction de la liberté de la presse (fermeture par la force de tous les organes de presse non bolchéviques à savoir 95 % de la presse russe de 1917), de la dissolution de tous les partis politiques, de la création d'un appareil répressif qui atteindra son apogée dans les années trente. Pendant la guerre civile, qui fait au moins 6 millions de morts, voire 12 millions de victimes selon les dernières évaluations d'historiens russes (mais qui incluent aussi dans ce chiffre les victimes des famines), cet homme déterminé est envoyé dans les endroits difficiles où il se distingue par l'organisation de massacres n'épargnant ni les femmes, ni les enfants, ni les vieillards, et visant à l'éradication de la classe « petite-bourgeoise », c'est-à-dire en fait de la partie cultivée, libérale et instruite de la société russe afin de faire de la place pour l'émergence d'un « homme nouveau », l'homme communiste. L'ampleur des activités de Dzerjinski est à mettre en rapport avec la situation minoritaire du bolchévisme dans la société russe de 1917, ainsi que le montrent les résultats de l'élection de la première constituante. Au-delà, et avec l'émergence d'une propagande efficace qui capte le monopole du discours public, les Bolchéviques assurent la pérennité du gouvernement minoritaire. Dzerjinski participe aussi aux débats à l'intérieur de la direction du parti. Hostile à Brest-Litovsk, il s'oppose avec violence à Lénine. Proche de Léon Trotski, il se rapproche de Staline à partir de 1921 lors de « l'Affaire géorgienne » où Lénine les considère tous deux comme responsables de la brutalité de la politique de russificationLénine dans une note sur « La question des nationalités ou de l'autonomie » en décembre 1922 : « Je pense qu'un rôle fatal a été joué ici par la hâte de Staline et son goût pour l'administration, ainsi que par son irritation contre le fameux «social-nationalisme ». L'irritation joue généralement en politique un rôle des plus désastreux. Je crains aussi que le camarade Dzerjinski, qui s'est rendu au Caucase pour enquêter sur les « crimes » de ces «social- nationaux», se soit de même essentiellement distingué ici par son état d'esprit cent pour cent russe (on sait que les allogènes russifiés forcent constamment la note en l'occurrence), et que l'impartialité de toute sa commission se caractérise assez par les «voies de fait» d'Ordjonikidzé. Je pense que l'on ne saurait justifier ces voies de fait russes par aucune provocation, ni même par aucun outrage, et que le camarade Dzerjinski a commis une faute irréparable en considérant ces voies de fait avec trop de légèreté.». Il soutient Staline dans la lutte contre l'opposition quand celui-ci devient secrétaire général en 1922, persuadé que la démocratie ne peut exister à l'intérieur du Parti sans risque pour sa survie. Les bolcheviques mettent en place et développent un système des camp de travail, voire d'extermination (cf. les camps des îles Solovki), sans aucun rapport en ampleur et en nombre de victimes avec les bagnes de l'Empire monarchique (en 1914 les bagnes russes comptent moins de détenus, en nombre et en proportion, que ceux de la Troisième République française et du Royaume-Uni, et leurs conditions de détention y sont réputées moins rudes). En 1930, soit 13 ans après le coup de force bolchévique, alors qu'une caste bureaucratique monopolise le pouvoir, Staline crée une administration séparée, le Goulag, pour le gérer. Le Goulag sert à la répression des anciens dirigeants de la révolution d'Octobre et des militants communistes, déportés par milliers, accusés de ne pas être conformes à la ligne du parti unique. Mais c'est surtout comme outil de répression généralisé qu'il marque l'histoire russe des années 20 aux années 30. La Tchéka et les organisations qui lui succèdent continuent à envoyer dans ces camps de nombreux « ennemis du peuple », dont la définition était suffisamment vague pour concerner toute personne à l'opinion potentiellement dangereuse pour le régime et beaucoup d'entre eux y meurentKhrouchtchev dans son fameux rapport du congrès de 1956 indique toutefois que la violence légale exercée par le Parti sous l'autorité de Dzerjinski devait s'arrêter selon les ordres mêmes de Lénine : "Dès que la situation politique de la Nation se fut améliorée, lorsqu'en janvier 1920 l'Armée rouge s'empara de Rostov et remporta ainsi une très importante victoire sur Denikine, Lénine donna des instructions à Djerjinski afin de mettre un terme à la terreur de masse et d'abolir la peine de mort. Lénine avait justifié cet important geste politique de l'État soviétique de la façon suivante, dans son rapport à la séance de Comité central exécutif du 2 février 1920" : "Nous avons été contraints d'avoir recours à la terreur en raison de la terreur pratiquée par la coalition au moment où de fortes puissances mondiales ont lancé leurs hordes contre nous, ne reculant devant aucun moyen. Nous n'aurions pas duré deux jours si nous n'avions répondu aux actes des officiers et des gardes blancs d'une façon impitoyable; cela signifiait l'usage de la terreur, mais nous y étions contraints par les méthodes terroristes de l'Entente. Mais une fois parvenus à une victoire décisive, avant même la fin de la guerre, immédiatement après la prise de Rostov, nous avons renoncé à la peine de mort et avons prouvé ainsi que nous entendions exécuter notre propre programme conformément à nos promesses. Nous dirons que l'utilisation de la violence est née de la décision de réduire à l'impuissance les exploiteurs, les gros propriétaires terriens et les capitalistes; dès que nous y fûmes parvenus, nous avons abandonné l'usage de toutes les méthodes d'exception. Nous l'avons prouvé dans la pratique ».

Une influence grandissante, une disparition subite

Après la fin de la guerre civile en 1922, la Tchéka devint le Guépéou, une section du NKVD, mais ceci ne réduisit pas pour autant les pouvoirs de Dzerjinski : de 1921 à 1924 il fut en outre Ministre de l'Intérieur, Ministre des Communications et à la tête du Soviet Suprême de l'Économie Nationale et à ce titre sera un des artisans de la Nouvelle Économie Politique (NEP) décidée par Lénine pour donner à une économie exsangue un répit provisoire avant le lancement des étapes suivantes de la collectivisation totale du pays. L'affermissement du régime et les conflits de pouvoir qui vont surgir dans les rangs de l'appareil communiste à la mort de Lénine le 21 janvier 1924 n'épargnent pas le chef de la Tchéka qui tente de conserver une neutralité difficile entre les différentes fractions. Il meurt d'une attaque cardiaque en juillet 1926 après avoir participé à une réunion très agitée au Comité central dans laquelle il s'était violemment emporté contre Kamenev et Piatakov. Certaines sources indiqueraient qu'il aurait été empoisonné par Staline suite à la découverte d'un dossier concernant le passé d'agent double de Staline au sein de l'Okhrana mais il est plus probable que le surmenage, la violence des relations existantes entre les dirigeants, les risques quotidiens courus par le chef de la Guépéou se sont cumulés pour le mener, à 49 ans, à cette mort naturelle. Signe des controverses qui marquent la postérité de Dzerjinski dans l'ancienne URSS, la nouvelle Russie qui a immédiatement réhabilité tous les « vieux bolchéviques » liquidés par Staline dans les années 1930, a fait enlever dès août 1991 la statue représentant le chef de la Tchéka place de la Loubianka près du siège du NKVD (le successeur du NKVD fut le MVD puis le KGB). Récemment, le maire de Moscou, Iouri Loujkov, a proposé de la réinstaller, indiquant, non sans polémiques, que pour lui le nom de Felix Dzerjinski « est avant tout associé à sa lutte contre le vagabondage, au rétablissement des voies ferrées et à la croissance économique ».

Notes et références

Catégorie:Décès en 1926 Catégorie:Naissance en 1877 Catégorie:Personnalité politique d'URSS Catégorie:Personnalité politique polonaise Catégorie:Personnalité politique biélorusse Catégorie:Révolution et guerre civile russes Catégorie:Dirigeant de service de renseignement be-x-old:Фэлікс Дзяржынскі bg:Феликс Дзержински de:Felix Edmundowitsch Dserschinski en:Felix Edmundovich Dzerzhinsky eo:Feliks Dzerĵinskij es:Felix Edmundovich Dzerzhinsky et:Feliks Dzeržinski fi:Feliks Dzeržinski he:פליקס דזרז'ינסקי hu:Feliksz Edmundovics Dzerzsinszkij id:Felix Edmundovich Dzerzhinsky it:Feliks Edmundovič Dzeržinskij ja:フェリックス・ジェルジンスキー ka:ფელიქს ძერჟინსკი lt:Feliksas Dzeržinskis nl:Feliks Dzerzjinski nn:Feliks Edmundowicz Dzierżyński no:Feliks Edmundowicz Dzierżyński pl:Feliks Dzierżyński pt:Felix Dzerzhinsky ro:Felix Edmundovici Dzerjinski ru:Дзержинский, Феликс Эдмундович sl:Feliks Edmundovič Dzeržinski sv:Feliks Dzerzjinskij uk:Дзержинський Фелікс Едмундович zh:费利克斯·埃德蒙多维奇·捷尔任斯基
Sujets connexes
Andreï Boubnov   Années 1930   Comité central   Comité militaire révolutionnaire   Communisme   Goulag   Grigory Ordjonikidze   Guépéou   Iakov Sverdlov   Insurrection   Iouri Loujkov   KGB   Leo Jogiches   Lituanie   Lénine   Minsk   Moscou   Moïsseï Ouritsky   NKVD   Okhrana   Place Loubianka   Pologne   Russie impériale   Révolution   Révolution d'Octobre   Révolution russe   Secrétaire général   Sibérie   Tchéka   Union des républiques socialistes soviétiques   Victor Serge   Vilnius  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^