Hagia Sophia

Infos
Basilique-Mosquée-Musée Sainte Sophie, Istanbul Localisation de Sainte-Sophie dans le centre de Constantinople Hagia Sophia, en grec Αγια Σοφια, en turc Ayasofya, en français « Sainte-Sophie » (« Sainte Sagesse ») est une ancienne église de Constantinople , puis une mosquée d'Istanbul . Aujourd'hui, elle n'est plus un lieu de culte mais un musée (1934). Son esplanade est à la mesure de la gloire de Byzance. La dédicace de l'église, souvent sur
Hagia Sophia

Basilique-Mosquée-Musée Sainte Sophie, Istanbul Localisation de Sainte-Sophie dans le centre de Constantinople Hagia Sophia, en grec Αγια Σοφια, en turc Ayasofya, en français « Sainte-Sophie » (« Sainte Sagesse ») est une ancienne église de Constantinople , puis une mosquée d'Istanbul . Aujourd'hui, elle n'est plus un lieu de culte mais un musée (1934). Son esplanade est à la mesure de la gloire de Byzance. La dédicace de l'église, souvent surnommée la Grande Église, a été vouée au Christ, "Sagesse de Dieu", selon les théologiens.

Histoire

Les premières basiliques

La première basilique consacrée à la « Sagesse Divine » (Haghia Sophia) a été commandée en 325 par l'empereur Constantin Ier après sa conversion au christianisme. Elle fut érigée sur les ruines d'un ancien temple d'Apollon sur une colline surplombant la mer de Marmara. C'est l'empereur Constance II qui consacra ce premier édifice, le 30 octobre 360. Après l'avoir reconstruite, l'empereur Justinien aurait déclaré, lors de l'inauguration le 27 décembre 537, "Salomon tu es vaincu !". C'était la plus grande église de la ville et du grand palais, mentionnée sous le nom de Megalo Ecclesia (la grande Église). On suppose qu'il s'agissait d'un bâtiment en pierre au toit de bois. Au début du V siècle, l'empereur Arcadius ratifia la déposition et l'exil de l'archevêque de Constantinople Saint Jean Chrysostome, suite au bras de fer avec le patriache Théophile d'Alexandrie que Jean avait été chargé de juger. L'édifice fut alors incendié lors d'une émeute en 404. Il fut reconstruit en 415 par l'empereur Théodose II. Le bâtiment repris un plan classique basilical sous la direction de l'architecte Roufinos. Elle fut ouverte le 8 octobre 415. Un siècle plus tard, la basilique subira une nouvelle fois le même sort funeste le 13 janvier 532 pendant la Sédition Nika, qui a embrasé la ville de Constantinople pendant six jours. Des vestiges subsistent devant le mur ouest de l'édifice actuel depuis 1935. De ces ruines, on distingue un escalier de cinq marches accédant à un portique, et trois portes vers le narthex. Le bâtiment faisait 60 mètres de large. L'empereur Justinien, après les émeutes de Nika en 532, entreprend de refonder l'édifice. Il en pose d'ailleurs la première pierre.

La basilique de Justinien

Plan de Sainte-Sophie sous Justinien À la demande de sa femme Théodora, l'empereur Justinien Ier ordonnera que l'on édifie sur ses cendres un monument qui devait être le plus beau jamais vu, surpassant le temple de Salomon. Il choisit, pour construire cette église qu'il voulait magnifique, des mathématiciens et architectes grecs de l'université de Constantinople, Anthemius de Tralles et Isidore de Milet, à qui il laissa une totale liberté. Anthemius décédera pendant la première année. Les architectes dessinèrent un bâtiment de style plus ou moins inspiré du Panthéon de Rome et de l'art chrétien primitif d'Occident. Ce style aujourd'hui qualifié de "byzantin", qui a également subi, dans d'autres bâtiments, des influences iraniennes (sassanides), a inspiré à son tour des architectes arabes, vénitiens et ottomans. Le chantier, qui mobilisera 10 000 ouvriers et 100 maîtres maçons de 532 jusqu'en 537, durera exactement 5 ans 10 mois et 10 jours, une durée étonnamment courte à cette époque pour un ouvrage d'une telle ampleur. Si la structure est en brique, permettant ainsi d'alléger la coupole, elle est néanmoins puissante. L'ornementation met en œuvre les matières les plus nobles que l'on hésite pas à prélever sur les temples de Grèce, de Phénicie ou d'Égypte. L'empereur, qui assistait à la consécration de la basilique le 27 décembre 537, se serait écrié « Oh ! Salomon, je t'ai surpassé ! » (Νενίκηκά σε Σολομών), et il fit placer, à proximité de celle-ci, une statue de Salomon admirant Hagia Sophia. Coupe de l'Hagia Sophia

L'occupation latine

Hagia Sophia était le siège du patriarcat orthodoxe de Constantinople et le lieu d'accueil privilégié des cérémonies impériales. Après la prise de la ville par les croisés en 1204, elle devint une cathédrale catholique romaine jusqu'à leur départ en 1261.

L'époque ottomane

Lorsque les Ottomans s'emparèrent de Constantinople le 29 mai 1453, le sultan Mehmed II le Conquérant, émerveillé par la magnificence de l'église, fit immédiatement cesser la destruction des mosaïques, à laquelle avaient commencé à se livrer ses soldats, et décida de transformer Hagia Sophia en mosquée. Afin de ménager la branche conservatrice de l'islam qui considère la représentation de l'homme comme blasphématoire, les mosaïques furent recouvertes de plâtre. Cependant les Sultans ottomans s'assurèrent qu'elles fussent périodiquement déplâtrées et restaurées avant d'être à nouveau cachées aux yeux des fidèles. Au cours du temps, les Ottomans ont érigé quatre minarets (deux par Mehmed II et deux par Selim II) et ajouté les noms d'Allah, de Mahomet et des premiers califes sur des panneaux circulaires. Demeurant pendant 500 ans la principale mosquée d'Istanbul, Hagia Sophia servit de modèle à de nombreuses autres mosquées ottomanes.

La République de Turquie

Intérieur du musée À son arrivée au pouvoir, Mustafa Kemal Atatürk décide de poursuivre la restauration d'Hagia Sophia entamée par l'American Byzantine Institute dès 1932 et la transforme en musée en 1934. En 1993 une mission de l'UNESCO en Turquie note que le plâtre s'effrite, que la pollution a sali les parements de marbre, que des fenêtres sont cassées, que des peintures décoratives sont endommagées par l'humidité et que le toît en plomb est vétuste. Les efforts de restauration de l'édifice sont renforcés et continuent à ce jour. Le long héritage en tant que basilique chrétienne, que mosquée et que musée très fréquenté, pose un défi délicat en termes de restauration. L'héritage iconographique de mosaïques chrétiennes est progressivement dévoilé mais des créations artistiques musulmanes doivent être détruites pour les mettre au jour. Les restaurateurs tentent d'offrir au visiteur le meilleur des deux expressions artistiques et religieuses.

La plus grande coupole au monde ?

Saint-Sava, au centre, Sainte-Sophie, à droite et la Cathédrale du Christ Sauveur de Moscou à gauche. C'est du moins ce que l'on affirme auprès des touristes qui visitent la Basilique. En fait la plus grande couple jamais édifiée, et toujours existante se trouve être le Panthéon de Rome avec ses 43, 4m de diamètre. Même le Dôme de Florence, de Brunelleschi, n'égala pas le diamètre du Panthéon et ce à 1 mètre près (42m) Lors de sa construction, Hagia Sophia était le plus grand édifice chrétien au monde. La « Grande Église » fascina tout le Moyen-Âge. La hauteur sous la grande coupole est de 56 mètres. Elle est construite en briques légères et son diamètre initial est de 32 mètres. Prouesse technique, les dimensions de cette coupole restèrent insurpassées pendant près de 1000 ans (jusqu'au Duomo de Florence en 1436) ! Elle s'effondra à plusieurs reprises suite à des séismes en 558 et 563, et partiellement en 989 et 1346 et c'est pour compenser sa poussée que Sinan, l'architecte turc de Soliman le Magnifique renforcera les points les plus vulnérables de la construction au moyen de contreforts. Les Ottomans seront d'ailleurs si fascinés par cette coupole qu'ils tenteront d'imiter sa conception dans leurs mosquées, jusqu'à relever le défi que représente cette coupole en dotant la Mosquée bleue édifiée en face d'Hagia Sophia d'une coupole de 23, 5 mètres de diamètre. L'agencement intérieur de la basilique combine le plan centré à coupole et les trois nefs du plan basilical. La coupole, censée représenter le cosmos, est l'élément architectural essentiel de la construction. Elle est baignée par la lumière des 40 fenêtres percées dans la partie supérieure de l'édifice, renforçant l'impression de légèreté, voire de flottement et ainsi son évocation du royaume céleste. Les tribunes laissent également pénétrer la lumière grâce aux 67 piliers qui soutiennent la coupole. Autrefois réservée aux femmes, elles abritent de magnifiques mosaïques sur fond doré. Les sols sont intégralement pavés de marbre. La coupole repose sur quatre arches égales reposant sur quatre piliers de 100 m de base chacun. Pour compenser la poussée du dôme, deux demi-coupoles viennent en contrebutée à l'est et à l'ouest. Quatre pendentifs - un dispositif inédit dans des constructions de cette ampleur - permettent son raccordement au plan carré. Aujourd'hui encore, Sainte Sophie est un des monuments les plus emblématiques de l'architecture médiévale. Ses formes ont depuis servi de modèle à l'architecture des mosquées et ont directement inspiré la basilique Saint-Marc à Venise.

Les mosaïques

Image:Christ Hagia Sofia.jpg|Christ Pantocrator. Image:Johnchrysostom.jpg|Saint Jean Chrysostome. Image:Aya_Sophia_Mosaic.jpg| voir aussi l'article mosaïque ==
Sujets connexes
Allah   Anthemius de Tralles   Apollon   Arcadius   Archevêque   Basilique   Brunelleschi   Byzance   Calife   Cathédrale   Cathédrale du Christ Sauveur de Moscou   Chevalier croisé   Christ Pantocrator   Christianisme   Chute de Constantinople   Constance II   Constantin Ier (empereur romain)   Constantinople   Coupole   Florence   Hagia Sophia   Isidore de Milet   Jean Chrysostome   Mahomet   Mehmed II   Mer de Marmara   Minaret   Mosaïque (art)   Mosquée   Mosquée bleue   Mustafa Kemal Atatürk   Musée   Narthex   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Orthodoxe   Panthéon   Panthéon de Rome   Patriarcat   Pendentif   Plan basilical   Rome   Salomon (Bible)   Selim II   Sinan   Soliman le Magnifique   Sédition Nika   Temple de Saint-Sava   Temple de Salomon   Théodora, femme de Justinien   Théodose II   Théophile d'Alexandrie   Venise  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^