Racing Club de Strasbourg

Infos
Le Racing Club de Strasbourg est un club de football français, fondé en 1906 sous le nom de FC Neudorf. Le club alsacien est présidé par Philippe Ginestet.
Racing Club de Strasbourg

Le Racing Club de Strasbourg est un club de football français, fondé en 1906 sous le nom de FC Neudorf. Le club alsacien est présidé par Philippe Ginestet.

Palmarès

- Champion de France de D1/L1 : 1979
- Vice-Champion de D1/L1 : 1935
- Champion de France de D2/L2 : 1977, 1988
- Vice-champion de D2/L2 : 2002
- Vainqueur de la Coupe de France : 1951, 1966, 2001
- Finaliste de la Coupe de France : 1937, 1947, 1995
- Vainqueur de la Coupe de la Ligue : 1997, 2005
- Vainqueur de la Coupe Intertoto : 1995
- Vainqueur de la Coupe Gambardella : 1965, 2006
- Finaliste de la Coupe Gambardella : 2003
- Champion DH Alsace : 1923, 1924, 1927
- Champion de Dordogne : 1940Le championnat de Dordogne 1940 est remporté par le RC Strasbourg-Périgueux, créé par des joueurs alsaciens évacués dans le sud à cause de la guerre.
- Vainqueur de la Coupe d'Alsace : 1952, 1955, 1958, 1960, 1961, 1980, 1993, 2006
- Champion de France - 17 ans Nationaux : 1992
-(Divers saisonnier : Tournoi des As (1980 - réparti entre Strasbourg et Mulhouse), coupe Kaiserstuhl (2002 - à Fribourg))

Historique

right

Les débuts du club (1906-1918)

Le club voit le jour en 1906 sous le nom de FC Neudorf. Il s'agit d'une équipe de l'école de la rue d'Erstein, dont les élèves sont des joueurs passionnés. Ils n'hésitent d'ailleurs pas à constituer un véritable club. Afin de confirmer cette fondation, les joueurs tiennent à disputer un match « officiel ». Face au club voisin du FC Germania, les gamins de Neudorf se font laminer 7-0 en une mi-temps... et renoncent à disputer la seconde période. Peu après, une nouvelle rencontre opposant les deux équipes, cette fois en 90 minutes, se solde par une courte défaite du FCN, 2-0. Equipe de gosses chaperonnés par leur instituteur M. Rohmer, le FC Neudorf reçoit le renfort, en 1909, de M. Li qui hérite du fauteuil présidentiel. Il est rapidement démis de ses fonctions. Toutefois, le club est admis à disputer les compétitions de la Ligue Régionale. En 1912, Neudorf enlève le titre de troisième division de ligue Oberrhein. En 1914, le club met la main sur un vrai stade en expulsant le FC Franconia du terrain du jardin Haemmerlé (futur Meinau) au terme d'un procès ! Le FC Neudorf vient d'accéder en première division de ligue, mais la guerre stoppe net sa progression.

Le Racing amateur (1919-1933)

À l'issue de la Grande Guerre, après avoir rejoint le territoire français, le club devient le Racing Club de Strasbourg-Neudorf puis Racing Club de Strasbourg. C'est le nouveau président, Charles Belling (ex-gamin de Neudorf et secrétaire du FCN depuis 1909), successeur de Louis Becker, qui initie ses modifications. La première tribune, construite en bois, commence à se remplir pour applaudir le Racing à partir de 1921 et il faut attendre cinq ans seulement pour voir le Racing remporter son premier titre de gloire, celui de Champion d'Alsace.

Les débuts professionnels (1933-1939)

Le samedi 10 juin 1933, au restaurant de la Bourse, le Racing fait le grand saut dans le professionnalisme grâce à une Assemblée Générale extraordinaire qui entérine l'adhésion du Racing. Quelques mois plus tard, on assiste à la première montée en D1 après quatre matchs de barrage contre Mulhouse (0/0 et 3/1) et contre Saint-Étienne (2/0 et 4/4). Tout commence bien pour le Racing qui s'installe immédiatement dans les hauteurs du championnat, il termine 2 en 34/35, 3 en 35/36, 6 en 36/37 et 5 en 37/38.

Les affres de la guerre (1939-1945)

En 1940, l'Alsace étant annexée à l'Allemagne (1 juillet), le Racing doit prendre le nom de Rasensport Club Strassburg et abandonner le professionnalisme, interdit en Allemagne. Emmené par Oscar Heisserer, joueur de l'équipe de France, le Racing participe alors à la Gauliga Elsass, le nouveau championnat d'Alsace, qualificatif pour la phase finale de la Deutsche Meisterschaft, le championnat d'Allemagne. Sous la direction technique de l'entraîneur Germano-néerlandais Karl Bostelaar, le Racing est vice-champion d'Alsace en 1941, 1942 et 1943, finissant 6 en 1944. En 1944-45, les combats pour la libération de l'Alsace empêchent que le Racing ne prenne part à la Gauliga Elsass et ensuite à la coupe de France.

L'apothéose de la Coupe (1945-1968)

Après la Seconde Guerre mondiale, le club alsacien retrouve la France et la première division, mais au terme de la saison 48/49, il est condamné à la relégation. C'est alors que se produit ce que l'on a considéré à l'époque comme un miracle. Les SR Colmar liquidèrent leur section professionnelle. Ce forfait entraîna le maintien du Racing parmi l'élite. Il retrouve des couleurs les deux saisons suivantes mais lors de l'exercice 51/52, le club de la Meinau va connaître le pire avec la première relégation en D2 à l'issue de la plus mauvaise année de l'histoire du club. Quelques mois auparavant pourtant, le RCS bat l'US Valenciennes 3/0, c'est la première victoire en Coupe de France après les deux finales perdues en 37 et 47. On assiste à un délire dans les rues de Strasbourg, le retour des vainqueurs est triomphal. Les années qui suivent ne resteront pas dans les annales, Strasbourg remonte puis redescend en D2. En 59, on inaugure des installations de l'éclairage artificiel et il faut attendre le milieu des années soixante pour retrouver un Racing conquérant, en Coupe des villes de foire. La Coupe de France revient à Strasbourg en 1966, quinze ans après.

Crise et renouveau (1968-1978)

Suivront des années sans saveur jusqu'à l'idée de la fusion avec les Pierrots de Strasbourg. En 1970, on adopte des nouveaux statuts mais le Racing redevient Racing Club de Strasbourg six ans plus tard. Nous sommes en 1976, le club est en D2 et va remonter en D1. L'entraîneur se nomme Gilbert Gress et les joueurs qui composent cette équipe sont Albert Gemmrich, Léonard Specht... Le promu termine l'année à la troisième place et se prépare à vivre la plus belle page de son histoire.

La saison en or (1978-1979)

En 78/79, les Alsaciens sont les plus forts de France et deviennent pour la première et unique fois de leur histoire champions de France. Cette saison restera comme la référence. 56 points au total, 63 buts marqués et seulement 28 encaissés (meilleure défense), invaincu à la Meinau, Strasbourg est au sommet du foot français et ira même se qualifier pour les ¼ de Finales de la Coupe d'Europe des Clubs Champions la saison suivante, éliminé par l'Ajax Amsterdam. Malheureusement, ce sommet ne durera pas et le Racing plongera dans la crise.

L'après titre (1979-1997)

Les années 80 seront de sinistres mémoires et les « Bleus » retrouvent la D2 en 1986. Jusqu'en 1992, à part un aller-retour en D1, ils joueront les premiers rôles... À l'étage au dessus. Grâce à un grand match face à Rennes remporté 4/1, Strasbourg retrouve le plus haut niveau en 1992. En 95, une place en finale de la Coupe de France (défaite 1/0) lui permet de gouter à nouveau au parfum des grands matchs et à la Coupe d'Europe, le Racing atteindra les huitièmes de Finale, éliminé par le grand Inter Milan. Deux ans plus tard, il joue les premiers rôles en championnat toute l'année mais ne termine que 9 une saison exemplaire.

L'ère IMG (1997-2002)

En 1997, le groupe IMG est choisi par la municipalité pour reprendre les destinées du club et les joueurs entraînés par le capitaine champion de France en 1979 Jacky Duguépéroux vont écrire une nouvelle page de l'histoire du Racing en remportant la Coupe de la Ligue contre Bordeaux. Suivra un très beau parcours en Coupe UEFA, après des qualifications face aux Glasgow Rangers et Liverpool FC, en 1/8 de finale, le Racing bat l'Inter Milan 2/0 à la Meinau mais s'incline 3/0 au match retour. Depuis, tous les membres du club reconstruisent un avenir que toute l'Alsace espère gorgé d'émotions pour graver encore et encore des images de fête dans le cœur de ses supporters, comme celles connues le 25 mai 2001 lors de la victoire en finale de la Coupe de France face à Amiens. Après une saison au « purgatoire » en 2001/2002, le Racing a immédiatement retrouvé sa place parmi l'élite du football hexagonal en finissant vice-champion de L2.

Le Racing aujourd'hui (depuis 2002)

La saison 2002/2003, qui verra le Racing finir à une encourageante 13 place, sera marquée par le retrait du groupe IMG et l'arrivée d'une nouvelle et ambitieuse équipe dirigeante emmenée par Egon Gindorf, qui succède à Patrick Proisy en tant que président, et par Marc Keller, nommé Directeur Général. Placée sous le signe de la « reconquête », la saison 2003/2004 doit permettre au Racing de stabiliser le club parmi l'élite nationale et de regagner les faveurs du public alsacien. Après de nombreuses saisons plutôt décevantes, la saison 2004/2005 a offert quant à elle de nombreuses surprises à ses supporters. La reprise des rênes par Jacky Duguépéroux a permis au Racing de reprendre des couleurs. Le succès de cette saison a été grandi par la victoire de la coupe de la ligue (2-1 face a Caen, but de Niang et Devaux) la seconde de l'histoire du club, ce qui permettra de faire retrouver à tous les amateurs de football et fan du Racing les joies et l'adrénaline de la coupe d'Europe. La saison 2005/2006 sera quant à elle placée sous le signe de la déception, et le spectre de la relégation ne tarda pas à se faire sentir : après le départ de Mamadou Niang en juillet 2005, c'est au tour de Mickaël Pagis de quitter le navire prenant l'eau lors du mercato hivernal de janvier 2006. Il sera désormais très difficile au Racing de se maintenir parmi l'élite... Ces difficultés en championnat contrastent fortement avec les performances réalisées en coupe UEFA (élimination du Graz AK, qualification en 1/16 de finale en sortant premier de sa poule (AS Rome, FC Bâle, Etoile Rouge de Belgrade, Tromsø IL), victoire 0-2 à Lovetch (Bulgarie) en 1/16 de finale aller), puis match nul 0-0 au match retour. Au 27 février 2006, le RC Strasbourg est qualifié pour les 1/8 de finale de la Coupe UEFA, mais est toujours relégable en championnat (18 avec 23 points). Mais la situation ne s'arrange pas car après la défaite contre le FC Bâle (2-0) et les défaites en championnat contre Rennes (2-1) et Le Mans (2-1) la relégation et de plus en plus probable. Après la défaite face à Nancy (1-3), le Racing est mathématiquement relégué en Ligue 2 mais le président Phillipe Ginestet se voit déjà retrouver la Ligue 1. Le 6 mai 2006 Jean-Pierre Papin annonce qu'il sera entraîneur de l'équipe du RC Strasbourg pour la saison 2006-2007. L'un des footballeurs français les plus célèbres débute avec le RC Strasbourg une nouvelle carrière footballistique. Au courant du mois d'octobre 2006, le Racing fête son centenaire au Stade de la Meinau et dispute un match de gala contre l'Olympique de Marseille (0-1) suivi d'un feu d'artifice. En Ligue 2, après un départ en douceur (8 après 5 journées), le RC Strasbourg retrouve le haut du tableau après sa victoire contre Châteauroux lors de la 7 journée. Flirtant entre la 4 et la 6 place jusqu'à la 12 journée, la victoire à Gueugnon (0-1) lui permet de monter sur le podium, que le Racing n'a plus quitté depuis malgré deux défaites (Reims, 2-0 et Metz, 4-1). Mais il reste sur 3 matches sans victoire (2 nuls et 1 défaite) qui l'ont éloigné de la première place. Une courte victoire (1-0) contre Reims, un des 3 clubs qui a battu le RCS cette année, permet aux Strasbourgeois de revenir à la 2 place, derrière un FC Metz mathématiquement promu. Si les résultats sont favorables le Racing, qui aborde sereinement son déplacement chez les Pinguouins de Libourne, pourrait obtenir son ticket pour la Ligue 1 dès la réception du Stade Brestois. En effet, depuis la claque reçu à Metz (4-1) en décembre dernier, le Racing a enchaîné 11 matches sans défaites jusqu'à la récente défaite à Istres (3-2). Strasbourg a dû patienter jusqu'à la 37 journée et une victoire sur son rival Metz 2 buts à 1 pour pouvoir s'assurer une remontée en Ligue 1.

Historique du Logo

Image:RCStrasbourg.gif Image:RC-Strasbourg.png

Effectif 2007-2008

Arrivées

James Fanchone du Grégory Paisley de l' Manuel Dos Santos de l' Rodrigo Lacerda Ramos prêté par l' Wason Renteria prêté par le Zoltan Szelesi de l' Alvaro Santos du Pierre Ducrocq du

Départs

Dimitar Rangelov prêt avec option d'achat à l' Yves Deroff à Jean-Christophe Vergerolle à Jean-Christophe Devaux au Samir Yachir prêt au Gaëtant Krebs à Hervé Tum prêt au Jérémy Perbet prêt au Ali-Azouz Mathlouthi prêt à Eugène Claude Ekobo N’Joh prêt à

Liste des présidents du Racing

-1979-1985 : André Bord
-1985-1986 : Jean Willaume
-1986-1990 : Daniel Hechter
-1990-1992 : Jacky Kientz
-1992-1994 : Jean Wendling
-1994-1997 : Roland Weller
-1997-2003 : Patrick Proisy
-2003- novembre 2005 : Egon Gindorf
-depuis décembre 2005 : Philippe Ginestet

Liste des entraîneurs du Racing

Grands noms

Records

Championnat

Plus larges victoires
- 1946-1947 : Strasbourg - RC Paris 8-1
- 1962-1963 : Strasbourg - OGC Nice 7-0 Plus large défaite
- 1959-1960 : Limoges - Strasbourg 8-0 Plus grand nombre de matchs
- 421 : René Hauss Plus grand nombre de buts (L1)
- 117 : Oskar Rohr

Coupe d'Europe

Plus large victoire
- 1979-1980 (Ligue des Champions) : Strasbourg - Start Kristiansand 5-0
- 2005-2006 (Coupe UEFA) : RC Strasbourg - Grazer AK 5-0 Plus large défaite
- 1961-1962 (Coupe UEFA) : MTK Budapest - Strasbourg 10-2 ==
Sujets connexes
AS Rome   Abou Mosalem Farag   Ahmed Kantari   Ajax Amsterdam   Albert Gemmrich   Alexander Farnerud   Alexander Vencel   Ali Bouafia   Alsace   Amara Diané   Amiens Sporting Club Football   André Bord   Antoine Kombouaré   Arsène Wenger   Arthur Boka   Association Sportive Pierrots Vauban Strasbourg   Association sportive de Saint-Étienne Loire   Brahim Hemdani   Carlos Bianchi   Championnat de France de football   Championnat de France de football de ligue 2   Christian Bassila   Claude Le Roy   Corentin Martins   Coupe Gambardella   Coupe Intertoto   Coupe UEFA   Coupe de France de football   Coupe de la Ligue de football   Coupe de la ligue de football 1996-1997   Coupe de la ligue de football 2004-2005   Daniel Hechter   Daniel Jeandupeux   Danijel Ljuboja   David Régis   Didier Six   Dimitar Rangelov   Dominique Dropsy   Edgar Gnoleba Loué   Emil Gargorov   Ernst Stojaspal   FC Bâle   Football   Football Club Libourne-Saint-Seurin   Football Club des Girondins de Bordeaux   France   Francis Llacer   Francis Piasecki   Frank Farina   Frank Lebœuf   Gilbert Gress   Godwin Okpara   Grazer AK   Grégory Paisley   Guillaume Lacour   Gérald Baticle   Gérard Banide   Habib Bellaïd   Habib Beye   Haikel Gmamdia   Henryk Kasperczak   Hervé Tum   IMG   Inter Milan   International Management Group   Ivica Osim   Jacky Duguépéroux   Jacob Mulenga   Jacques Rémy (footballeur)   James Fanchone   Jean-Christophe Devaux   Jean-Christophe Vergerolle   Jean-Marc Furlan   Jean-Noël Huck   Jean-Pierre Dogliani   Jean-Pierre Papin   Jean Wendling   José Cobos   José Luis Chilavert   Jérémy Perbet   La Berrichonne de Châteauroux   Ligue des Champions de l'UEFA   Limoges   Lucien Laurent   Léonard Specht   Mamadou Bagayoko   Mamadou Niang   Manuel Dos Santos   Marc Keller   Mario Haas   Martin Djetou   Mickaël Pagis   Mixu Paatelainen   Mulhouse   Nicolas Bonis   Nicolas Puydebois   Olivier Dacourt   Olivier Echouafni   Olivier Rouyer   Olympique de Marseille   Oscar Heisserer   Oskar Rohr   PFK Litex Lovetch   Pascal Camadini   Pascal Johansen   Pascal Nouma   Patrick Proisy   Philippe Ginestet   Pierre Ducrocq   Pierre Mankowski   Pontus Farnerud   Péguy Luyindula   Pépi Humpal   Racing club de France (football)   Raymond Domenech   Reims   Renaud Cohade   René Hauss   Richard Dutruel   Robert Domergue   Robert Herbin   Robert Jonquet   Rodrigo Lacerda Ramos   Roger Lemerre   Romain Gasmi   Régis Gurtner   Rémi Garde   Rémy Vercoutre   Samir Yachir   Sidi Keita   Sports Réunis Colmar   Stade de la Meinau   Stade rennais   Strasbourg   Stéphane Cassard   Sylvain Sansone   Teddy Bertin   Tromsø IL   Ulrich Le Pen   Valenciennes Football Club   Walter Presch   Wason Renteria   Wolfgang Rolff   Xavier Gravelaine   Yacine Abdessadki   Youri Djorkaeff   Yves Deroff   Yvon Pouliquen  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^