Francisco Villa

Infos
De gauche à droite : Candelario Cervantes, Pablo López, Francisco Villa, Francisco Beltrán y Martín López Doroteo Arango Arámbula, plus connu sous comme le nom de Francisco (Pancho) Villa (5 juin 1878 à Río Grande, Durango - 20 juillet 1923 à Parral, Chihuahua), hors-la-loi devenu général au cours de la révolution mexicaine.
Francisco Villa

De gauche à droite : Candelario Cervantes, Pablo López, Francisco Villa, Francisco Beltrán y Martín López Doroteo Arango Arámbula, plus connu sous comme le nom de Francisco (Pancho) Villa (5 juin 1878 à Río Grande, Durango - 20 juillet 1923 à Parral, Chihuahua), hors-la-loi devenu général au cours de la révolution mexicaine.

Biographie

Orphelin depuis l'âge de douze ans, il dut subvenir aux besoins de sa famille. Puis hors-la-loi à 17 ans pour le meurtre d'un hacendado. Il fût arrêté, s'évada. Prenant le nom d'un bandit célèbre mort quelque temps auparavant, Francisco Villa, il se mit à la tête d'une bande dans le nord du pays, poursuivi par la fameuse police des "rurales" (la plupart du temps d'anciens bandits mis au service du gouvernement). Dans sa jeunesse, Villa ne buvait pas d'alcool et ne disait jamais de mots grossiers, habitudes qu'il conserva, sauf en ce qui concerne l'alcool sur les derniers moments de sa vie. Il était inculte, apprit à lire en captivité à Tlatelolco, il devint un grand stratège et était doué d'un très grand charisme. Il était fidèle à ses amis, comme Rodolfo Fierro ou Tomas Urbina. Il fut toujours loyal à Madero. Il était aussi violent, impitoyable, sauvage et d'un courage extraordinaire. Il aimait les femmes, se maria plusieurs fois. On l'appela le Centaure du Nord. En 1910, le constitutionaliste Francisco Madero, qui avait besoin d'hommes aguerris pour sa révolution, lui donna sa chance en le nommant brigadier dans les forces irrégulières et lui offrit le pardon de ses fautes passées. Il combattit sous les ordres du général Victoriano Huerta, contre les troupes fédérales du gouvernement de Porfirio Diaz, équipées de matériel très moderne. La prise de Ciudad Juarez décida du sort de Diaz, qui partit en exil en Europe. Jaloux de ses succès militaires, Huerta le fit arrêter pour un motif futile et il faillit être fusillé, il ne fut sauvé qu'au dernier moment par un ordre de Madero. Il est assigné à résidence à El Paso jusqu'à l'assassinat du président Madero et du vice-président Pino Suarez en 1913 durant la décade tragique pendant laquelle Huerta prit le pouvoir. Faisant face à Huerta, Villa, équipé d'armes achetées aux États-Unis, obtint des victoires militaires importantes dans le nord du pays avec la prise des villes de Torreón, Ciudad Juárez, Chihuahua et Zacatecas qui provoquèrent la défaite de Huerta. Au pouvoir à Chihuahua Villa controlait des centres miniers et put faire frapper en 1914 des pesos d'argent pour paier ses troupes, ainsi que des pièces de cuivre en 1915. Il fit aussi imprimer des billets sans contrevaleur au trésor mais garantis sur la vie de ceux qui ne les accepteraient pas.. La victoire des constitutionnalistes dégénéra en une lutte fratricide entre révolutionnaires. Vaincu par Obregon, général au service de Carranza, Villa chercha à créer des ennuis internationaux à ce dernier. Le 9 mars 1916, il mena 1 500 de ses combattants dans une attaque contre Columbus au Nouveau-Mexique où ils brûlèrent partiellement la ville et tuèrent 17 de ses résidents. Avec à leur tête le général Pershing, une expédition punitive américaine, lourdement équipées et aidées par quelques avions, les pourchassèrent loin au Mexique sans pouvoir les atteindre ni prendre Francisco Villa. Plus tard Villa à la tête de 800 hommes reprend la ville de Chihuahua et l'occupe pendant deux jours. Déçu de la politique de Venustiano Carranza, il s'est allié avec Emiliano Zapata dans un contrat de 1915 (Pacte de Xochimilco), a guerroyé jusqu'en 1920, quand, défait par Álvaro Obregón, il dut se retirer à Chihuahua. En échange de sa reddition le gouvernement révolutionnaire lui donna l'hacienda de Canutillo. Il y resta jusqu'à son assassinat par des tueurs au service d'Alvaro Obregon qui le craignait toujours. Villa et Zapata furent les deux seuls grands chefs révolutionnaires qui ne tournèrent jamais leur veste. Sa personnalité échappe à la description... Il existe des milliers de photos et de nombreux films d'actualités d'époque où l'on voit le général Villa, son état-major et ses troupes (armée du Nord). Des combats ont été filmés où l'on voit les trains, les premiers avions en action. Plus tard de nombreux films ont été tournés la plupart très fantaisistes, avec les éternels clichés du bandit mexicain vu à travers l'œil de Hollywood, plus ou moins exacts du point de vue biographique.

Les campagnes militaires et batailles

Francisco Villa en uniforme de général de l'armée régulière à sa gauche en costume clair et chapeau, Rodolfo Fierro. 1910 San Andrés, Santa Isabel, attaque d'un train, Bajio del Tecolote, Cerro Prieto. 1911 Santa Rosalia et Camargo, Ciudad Juarez. 1912 Parral, lutte contre Huerta. 1913 Samalayuca, San Andrés, Santa Isabel, prise du train de Chavarria, Zacateca, Durango. 1914 San Andrés, Torreon, ville de Chihuahua, Ciudad Juarez, Tierra Blanca, Chihuahua, Torreon, Ojinaga. 1915 Saltillo, Monterrey, Irapuato, Celaya 1, Celaya 2, Guadalajara, Leon, Encarnacion, Aguascalientes, Zacatecas, San Luis Potosi, Leon, Celaya, Querétaro, San Juan del Rio, Tula, Pachuca, Agua Prieta, Altamira, Guadalupe, San Ignacio, Villa Ahumada, Juarez, Cidad Chihuahua, Casas Grandes. 1916 Guérilla entre Chihuahua et Durango, Guerrero, escarmouches avec le général américain Pershing, ciudad Chihuahua, Santa Rosalia, Jiménez, Ciudad Chihuahua, Torreon. 1917 Estacion. 1918 Guérilla. 1919 Parral, Juarez, guérilla. 1920 Sabinas. Villa capitula avec les restes de la division du Nord qui ne comptait plus que 651 hommes.

Bibliographie

- Luis Garfia M. Verdad y leyenda de Pancho Villa
- Panorama Editorial - Mexico
- Luis Garfias M : Compendio historico-politico-militar de
- la revolucion mexicana. Panorama Editorial - Mexico
- Jesus Silva Herzog : La révolution mexicaine - Petite collection Maspero
- Entre el Angel y el Fierro Francisco Villa - Enrique Krause - Biografia del poder
- Fondo de Cultura economica - Mexico
- John Reed Mexico Insurgente - editores mexicanos unidos - Mexico

Filmographie

- Viva Villa ! de Jack Conway et Howard Hawks (1934) avec Wallace Beery.
- Pancho Villa (Villa Rides) de Buzz Kulik scénario de Sam Peckinpah (1968) avec Yul Brynner dans le rôle de Pancho Villa, Charles Bronson dans le rôle de Rodolfo Fierro, Herbert Lom dans le rôle de Victoriano Huerta et Robert Mitchum, Fernando Rey. Sans doute le film qui se rapproche le plus de la vérité historique.
-
And Starring Pancho Villa as Himself'' (2003) de Bruce Beresford avec Antonio Banderas mais sans consistance historique, où Pancho Villa parle avec l'accent espagnol....

Voir aussi

-Chronologie du Mexique ;
-Guerre civile mexicaine ;
-Histoire du Mexique ;
-Listes d'articles sur le Mexique. ===
Sujets connexes
Antonio Banderas   Bruce Beresford   Buzz Kulik   Charles Bronson   Chihuahua (ville)   Chronologie du Mexique   Ciudad Juárez   El Paso   Emiliano Zapata   Fernando Rey   Francisco Madero   Hacienda   Herbert Lom   Histoire du Mexique   Howard Hawks   Jack Conway   John Silas Reed   Nouveau-Mexique   Parral   Pershing   Robert Mitchum   Révolution mexicaine   Sam Peckinpah   Torreón   Venustiano Carranza   Victoriano Huerta   Viva Villa !   Wallace Beery   Yul Brynner   Zacatecas  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^