Pénitence de Canossa

Infos
Le pape Grégoire VII ayant refusé que les évêques soient nommés par des laïcs, le roi germain Henri IV fit déposer Grégoire VII par le concile de Worms en janvier 1076. Le pape, en février, répliqua en excommuniant Henri, et en déliant ses vassaux de leur serment de fidélité. Les princes du royaume se soulèvent et en octobre 1076, à Trebur, menacent de déposer Henri IV si l’excommunication n'est pas levée avant février 1077. La situation est bloquée car le pape refuse de rec
Pénitence de Canossa

Le pape Grégoire VII ayant refusé que les évêques soient nommés par des laïcs, le roi germain Henri IV fit déposer Grégoire VII par le concile de Worms en janvier 1076. Le pape, en février, répliqua en excommuniant Henri, et en déliant ses vassaux de leur serment de fidélité. Les princes du royaume se soulèvent et en octobre 1076, à Trebur, menacent de déposer Henri IV si l’excommunication n'est pas levée avant février 1077. La situation est bloquée car le pape refuse de recevoir Henri à Rome. Puis le pontife entreprend un voyage vers le nord, pour juger le roi à la diète d’Augsbourg, à la demande des féodaux révoltés. Henri doit absolument devancer le pape. Il doit traverser les Alpes au plus fort de l’hiver; le col du Brenner est le chemin le plus facile en raison de sa faible altitude mais il est fermé par les princes du sud; il passera par le col du Mont-Cenis, qu’aucun souverain n’avait plus emprunté depuis près de deux siècles. Voici le récit que fait le moine chroniqueur Lambert de Hersfeld dans ses Annales : Les montagnes élevées dont les cimes touchaient les nuages, et par lesquelles passaient le chemin, étaient couvertes de masses de neige et de glace tellement monstrueuses qu’aucun cavalier, aucun homme à pied ne pouvait faire un pas sans danger sur les pentes raides et glissantes… Le roi loua donc quelques personnes qui connaissaient le terrain, des gens du cru, familiers des sommets abrupts, pour marcher devant sa suite sur les rochers escarpés et les immenses névés, et faire tout ce qui était possible pour rendre cet horrible chemin plus facile à parcourir pour ceux qui les suivaient. Ceux-ci avançaient tantôt à quatre pattes, tantôt en s’agrippant aux épaules de leurs guides, parfois le pied de l’un deux dérapait sur le sol verglacé, il tombait en glissant sur une bonne partie de la pente. Cependant, la reine et sa cour furent assises sur des peaux de bœuf et traînées par les guides de montagne. Les chevaux ont pu être, pour une partie d’entre eux, descendus à l’aide de dispositifs spéciaux, tandis que d’autres étaient tirés par les pattes qu’on leur avait attachées. Mais parmi ceux-ci beaucoup succombèrent, beaucoup furent gravement blessés, quelques-uns seulement sortirent indemnes de ce péril Le pape séjourne au château de Canossa, une bourgade située à 20 kilomètres au sud-ouest de Reggio d’Emilie. Devant les remparts, pieds nus dans la neige et vêtu seulement d’une cotte de laine comme un pénitent, le roi Henri attend trois jours et trois nuits dans le froid. Jamais un roi ne s’était à tel point humilié. Mais son stratagème réussit, en apparence du moins : Grégoire VII n’eut d’autre choix, le 28 janvier 1077, que d’accueillir le pénitent repenti dans le giron de l’Église – le risque que le roi fût déposé était pour l’instant écarté.

Voir aussi

-Mise en scène du pouvoir politique Canossa Catégorie:Histoire de l'Italie Catégorie:1077 da:Canossagang de:Gang nach Canossa en:Walk to Canossa he:הליכה לקנוסה it:Umiliazione di Canossa ja:カノッサの屈辱 no:Kanossagang ru:Хождение в Каноссу
Sujets connexes
Alpes   Canossa   Col du Brenner   Col du Mont-Cenis   Excommunication   Grégoire VII   Henri IV du Saint-Empire   Mise en scène du pouvoir politique   Trebur  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^