Ernst Jünger

Infos
(1895-1998) est un écrivain allemand. En tant que contemporain et témoin de l'histoire européenne du , Jünger est connu pour sa participation comme militaire aux deux guerres mondiales, dans les tranchées pour la première et comme officier d'occupation à Paris pour la seconde. En tant qu'écrivain, il est devenu célèbre assez jeune après la publication dans Orages d'acier (1920) de ses souvenirs de la Première Guerre mondiale. Après ce premier livre, et jusq
Ernst Jünger

(1895-1998) est un écrivain allemand. En tant que contemporain et témoin de l'histoire européenne du , Jünger est connu pour sa participation comme militaire aux deux guerres mondiales, dans les tranchées pour la première et comme officier d'occupation à Paris pour la seconde. En tant qu'écrivain, il est devenu célèbre assez jeune après la publication dans Orages d'acier (1920) de ses souvenirs de la Première Guerre mondiale. Après ce premier livre, et jusqu'à la fin de sa vie à plus de cent ans, il a publié des récits et de nombreux essais ainsi qu'un journal des années 1939-1948 puis 1965-1996. Parmi ses récits, Sur les falaises de marbre (1939), est un de ses livres les plus connusSur les falaises de marbre est retenu parmi les 25 premiers livres de littérature de langue allemande dans Pierre Boncenne (dir), La Bibliothèque idéale, Albin Michel, collection La Pochotèque, 1992, p. 12.. Francophile et francophone, Ernst Jünger a vu son œuvre intégralement traduite en français et « il fait partie, avec Günther Grass et Heinrich Böll, des auteurs allemands les plus traduits en France »Danièle Beltran-Vidal, Chaos et renaissance dans l'œuvre d'Ernst Jünger, Peter Lang, 1995, p. 5..

Biographie

Jeunesse & Première Guerre mondiale sous les « Orages d'acier »

Ernst Jünger durant la Première Guerre mondiale Après une jeunesse agitée, à seize ans, Ernst Jünger rejoint le groupe de jeunesse « les oiseaux migrateurs » WandervogelWandervogel de Hans Blüher, un des fondateurs du mouvement, avec une lettre d'Ernst Jünger en 1994. puis fugue à l'âge de dix-sept ans pour s'engager dans la Légion étrangère française. Il revient sur cette aventure vingt ans après dans le roman autobiographique Jeux africains publié en 1936Jünger rapporte : « Les événements sont assez exacts, mais transcrits dans un style plus élaboré. » in Julien Hervier, Entretiens avec Ernst Jünger, Gallimard, 1986, p. 40.. Il se porte volontaire dès que l’empereur Guillaume II ordonne la mobilisation en août 1914. Il participe avec ardeur et enthousiasme à la Première Guerre mondialeSes quatre années de guerre font l'objet en France d'un ., est blessé quatorze fois et reçoit, quelques semaines avant la fin de la guerre, la plus haute décoration allemande, la croix Pour le Mérite. Il raconte après guerre son expérience de la guerre des tranchées, comme simple soldat d'abord, puis comme chef des troupes de choc, dans le livre Orages d'acier publié à compte d'auteur en 1920 sur les conseils de son pèreJulien Hervier, Entretiens avec Ernst Jünger, Gallimard, 1986, p. 26.. Il y décrit notamment les horreurs vécues mais aussi la fascination que l'expérience de ce type de combat lui a inspirée. Ce livre connut un grand succès auprès du public et est aujourd'hui encore son livre le plus lu. André Gide écrit : « Le livre d'Ernst Jünger sur la guerre de 14, Orages d'acier, est incontestablement le plus beau livre de guerre que j'ai lu, d'une bonne foi, d'une honnêteté, d'une véracité parfaites ». À rapprocher des lettres et poèmes de guerre de Walter Flex ( Der Wanderer zwischen beiden Welten - Le vagabond entre deux mondes, allusion au Wandervogel), bréviaire de toute une génération après la défaite allemande . Les critiques mentionnent souvent en contraste À l'Ouest, rien de nouveau (Im Westen nichts Neues) du pacifiste Erich Maria Remarque « très éloigné des valeurs des nationalistes, et aussi, finalement, de l'éthique hégélienne de la vieille Prusse » . En 1922, il écrit La guerre comme expérience intérieure (), à la fois un roman et un essai où figurent, outre ses souvenirs de la Grande Guerre et l'effet sur l'âme des soldats de conditions de vie extrèmes dans les tranchées, ses premières réflexions philosophiques et politiques sur la bravoure et le pacifisme.

Entre-deux-guerres : nationalisme et révolution

Après la défaite et sa démobilisation il travaille un temps pour le ministère de la Reichswehr à Hanovre. Il collabore à la rédaction de manuels destinés aux troupes d'infanterie. Le 31 août 1923, il quitte l'armée et entame des études de sciences naturelles et d'entomologie à Leipzig. Il suit également des cours de philosophie auprès de Hans Driesch et Felix Krüger, et lit abondamment, notamment Spengler et Nietzsche. Il effectue plusieurs voyages d'étude de la zoologie à Naples dont un de février à avril 1925. Il quitte l'Université le 26 mai 1926. Il s'installe à son compte comme écrivain et journaliste politique. Il écrit alors dans diverses publications nationalistes « une bonne centaine d'articles en un lustre »Louis Dupeux, « Ernst Jünger, du nationalisme absolu à la gnose totalitaire de l’Arbetier (1925-1932) » in Philippe Barthelet (dir), Ernst Jünger, L'Âge d'Homme, collection Les Dossiers H, 2000, p. 287., celles des ligues d'anciens combattants notamment, et fréquente les cercles nationaux révolutionnaires, constitutifs d'un mouvement de pensée appelé la Révolution conservatrice sous la République de WeimarVoir « Le néo-nationalisme et l'évolution des idées politiques d'Ernst Jünger » in Louis Dupeux, Stratégie communiste et dynamique conservatrice. Essai sur les différents sens de l'expression « National-bolchevisme » en Allemagne, sous la République de Weimar (1919-1933), (Lille, Service de reproduction des thèses de l'Université) Paris, Librairie Honoré Champion, 1976, pages 309-333.. Il fréquente aussi bien Otto Strasser qu'Erich Mühsam et devient proche d'Ernst Niekisch, idéologue allemand principal du National-bolchévisme. Il devient une figure dans le milieu intellectuel nationaliste. Il publie en 1930 l'essai historico-politique intitulé La Mobilisation totale, et, en 1932, Le Travailleur, « couronnement des réflexions politiques de l'auteur » selon Louis DupeuxLouis Dupeux, op. cit., p. 310.. Dans ces deux publications le néo-nationalisme de Jünger s'exprime largement, dans une célébration de l'État, de la technique, force mobilisatrice, et du vitalisme.

Avènement du Troisième Reich et Deuxième Guerre mondiale

Approché par le parti nazi du fait de son passé d'ancien combattant et de ses écrits patriotiques, il refuse toute participation et démissionne même de son club d'anciens du régiment en apprenant l'exclusion des membres juifs. Dès avril 1933 la Gestapo perquisitionne sa maison et il est surveillé en permanence par le régime. Il refuse le 18 novembre de la même année de siéger à l'Académie allemande de littérature où il a été élu le 9 juinAlain de Benoist, Ernst Jünger, une bio-bibliographie, Guy Trédaniel, 1997, p. 23.. Il quitte Berlin pour Goslar. En 1936, il se retire à la campagne, à Überlingen tout d'abord, puis à Kirchhorst. Il entreprend dans les années qui suivent des voyages plus ou moins lointains (Norvège, Brésil, France, Rhodes). En 1939 paraît ce que beaucoup de critiques considèrent comme son chef-d'œuvre, Sur les falaises de marbre, un roman allégorique souvent interprété comme dénonçant la barbarie nazie. Cette allégorie dépasse la simple contestation de l'autoritarisme triomphant alors en Allemagne. Il s'agit d'une illustration subtile des forces à l'œuvre dans l'établissement d'un régime dictatorial. Le monde décrit, intemporel, dépasse le cadre factuel de son époque et fait ressentir l'enfermement intérieur sous le poids du monde extérieur. Sa vie est alors menacée par cette publication, le Reichsleiter Philipp Bouhler intervient en personne auprès de Hitler, mais Jünger échappe miraculeusement à toute sanction du fait de la sympathie qu'éprouve le Führer pour le héros de la première guerre mondiale (titulaire de la croix Pour le mérite) et ses récits de guerreJulien Hervier, Entretiens avec Ernst Jünger, Gallimard, 1986, p. 91.. Jünger est mobilisé le 30 août 1939 dans la Wehrmacht avec le grade de capitaine. Il participe à la campagne de France puis, après la victoire des Allemands, Hans Speidel le fait intégrer l'état-major parisien. Il dispose d'un bureau à l'hôtel « Majestic ». « Ce poste le met au cœur des intrigues et des tensions qui opposent le commandement militaire aux différentes unités du parti. »Alain de Benoist, op. cit., p. 26. Il peut consacrer son temps libre à rédiger son Journal de guerre ainsi que son essai intitulé La Paix qu'il commence à rédiger dès l'automne 1940 et qui anticipe avec la nécessaire réconciliation des nations et l'indispensable construction européenne. Son journal, dont le premier volume Jardins et routes sort dès 1942 en allemand et en français, est un mélange d'observations de la nature avec ses fleurs et ses insectes, de comptes-rendus de ses fréquentations littéraires dans les salons parisiens, dont celui de Florence Gould, et enfin de remarques d'une lucidité désabusée qui soulignent son retrait dans un monde intérieur : Paris, 30 juillet 1944 Une ondée me fait passer quelques instants au musée Rodin, que d'habitude je n'aime guère. (…) Les archéologues d'âges futurs retrouveront peut-être ces statues juste sous la couche des tanks et des torpilles aériennes. On se demandera comment de tels objets peuvent être si rapprochés, et on échafaudera des hypothèses subtiles.Second journal parisien, journal III 1943-1945, Le livre de poche. On retrouve également dans ses journaux son horreur de ce qui s'est emparé de l'Allemagne, sa haine de Hitler (qu'il ne désigne que sous le nom de Kniebolo) et de ses partisans (qu'il désigne du nom de lémures) et sa honte devant les étoiles jaunes qu'il croise dans les rues : « Je suis alors pris de dégoût à la vue des uniformes, des épaulettes, des décorations, des armes, choses dont j'ai tant aimé l'éclat. » Il fait partie de l'entourage de Rommel qui est un des premiers lecteurs de La Paix. Il ne participe pas au complot contre Hitler de 1944 mais est soupçonné à juste titre d'avoir été au courant de l'attentat. « Je ne me consolerai jamais d'avoir brûlé après le 20 juillet le journal que je tenais à cette époque-là » écrit-il le 25 mai 1988Ernst Jünger, Soixante-dix s'efface IV - 1986-1990, Gallimard, p. 305.. Il est muté dans les troupes territoriales en Allemagne. Lors des batailles finales il se borne à interdire à ses hommes de résister quand il constate l'arrivée des chars américains. Le 29 novembre 1944, son fils âgé de 18 ans meurt d'une balle dans la tête en Italie centrale dans les montagnes de Carrare. « Depuis l'enfance, il s'appliquait à suivre son père. Et voici que du premier coup, il fait mieux que lui, le dépasse infiniment. »Second journal parisien, journal III 1943-1945, Le livre de poche, p 394.

Après-guerre : l'« anarque » centenaire

Maison Jünger à Wilflingen Après la capitulation, il est interdit de publication pendant quatre années à cause de son refus de se soumettre aux procédures de dénazification des alliés. De 1950 jusqu'à sa mort en 1998, il vit dans un petit village de Souabe, Wilflingen, et il voyage à travers le monde pour assouvir sa passion de l'entomologie (passion qui a fait l'objet du livre Chasses subtiles)Jean-Michel Palmier évoque dans son livre Ernst Jünger, rêveries sur un chasseur de cicindèles : "Je n'ai jamais vu l'auteur d’Orages d'acier exhiber ses médailles ou ses décorations. Mais le sourire de l'homme qui montrait l'un de ses cartons vitrés où étaient méthodiquement classés, impeccablement étalés, des séries de longicornes ou de carabes était bien celui d'un enfant qui dévoile ses trésors", p. 148 et 149. Quelques scarabées et papillons portent son nomLe papillon Trachydora juengeri et la cicindèle Cicendela juengeri. Jean-Michel Palmier, op. cit. p. 149. Lui qui avait été jusqu'en 1930 une figure de la droite nationaliste défend après 1945 un individualisme anarchisant, radicalement hostile à l'État-Léviathan, avec ses essais Passage sur la ligne (1950) et Traité du rebelle (1951), puis son roman Eumeswill (1977). En 1982 l'attribution du prix Goethe déclenche des protestations en Allemagne de la part des libéraux qui n'acceptent pas son passé militariste mais son centième anniversaire, en 1995, est l'occasion de plusieurs célébrations officielles et il est invité à déjeuner à l'Élysée par François Mitterrand qui éprouve une grande admiration pour lui. Certains considèrent qu'Ernst Jünger, avec Thomas Mann, est l'un des plus grands écrivains de langue allemande du . Il s'est également lié après guerre avec l'un des plus grands écrivains de langue française, Julien Gracq, qui a souvent mentionné l'admiration qu'il éprouve pour l'œuvre de Jünger et notamment pour Sur les falaises de marbreAdmiration évoquée par Gracq dans deux textes. L'un, radiodiffusé en 1959, intitulé Symbolique d'Ernst Jünger (œuvres complètes, tome 1, p. 976). L'autre intitulé L'œuvre d'Ernst Jünger en France publié dans le numéro spécial de la revue Antaios en l'honneur du 70ème anniversaire de Jünger (œuvres complètes, tome 2, p. 1158. L'œuvre de Jünger semble devoir être considérée sous l'éclairage des expériences vécues par l'homme dans sa vie intime. Il est en particulier un des rares écrivains à avoir consacré une œuvre à l'ivresse au sens large, celle donnée par les drogues les plus diverses (Ether, haschich, opium, cocaïne, LSD...) et les boissons traditionnelles (bière, vin, thé). Il faut entendre le mot ivresse au sens de modification de la perception des sens et du rapport au temps. Son expérience personnelle de ces substances est relatée dans cet essai étonnant qu'est Approches, drogues et ivresses (1970), et qui n'est pas sans rappeler Du vin et du haschisch de Charles Baudelaire. Enfin, Héliopolis est une œuvre empreinte d'une humanité naïve, vivante et attirée par les (cf. A. Huxley). Dans l'Allemagne de l'après-guerre il est devenu une figure controversée. La polémique concerne essentiellement sa position d'essayiste et de publiciste dans de nombreuses revues nationalistes des années vingt et trente, et l'influence qu'il aurait pu avoir exercée sur les cadres du parti nazi et leur accession au pouvoir en 1933 avec notamment la publication en 1932 de son essai Le Travailleur. Le 26 septembre 1996, il se convertit au catholicisme.

Œuvre

De son vivant ont été publiées successivement deux éditions générales de ses œuvres. La première en dix volumes de 1960 à 1965 chez Ernst Klett (titre original : Gesammelte Werke). La seconde en dix-huit volumes de 1978 à 1983 chez Klett-Cotta (titre original : Sämtliche Werke) . Il ne s'agit pas d'œuvres véritablement « complètes » dans la mesure où aucun de ses nombreux articles politiques publiés dans des journaux entre 1920 et 1932 n'y figurentLa bibliographie la plus complète en France se trouve dans l'ouvrage d'Alain de Benoist, Ernst Jünger une Bio-bibliographie, 1997. En allemand l'ouvrage de Nicolai Riedel, Ernst Jünger – Bibliographie 1928-2002, Stuttgart, J.B. Metzler, 2003, fait autorité.. Une publication de l'oeuvre dans La Pléiade est attendue pour le printemps 2008.

Récits et romans

- Orages d'acier (In Stahlgewittern - 1920)
- La guerre comme expérience intérieure (Der Kampf als inneres Erlebnis - 1922)
- Le Lieutenant Sturm (Sturm -1923)
- Feu et sang - Bref épisode d'une grande bataille (Feuer und Blut. Ein kleiner Ausshmitt aus einer grossen Schlacht -1925)
- Le Cœur aventureux (Das abenteuerliche Herzv - 1929)
- Jeux africains(
Afrikanische Spiele - 1936)
- Sur les falaises de marbre (
Auf den Marmorklippen - 1939)
- Héliopolis (
Heliopolis - 1949)
- Visite à Godenholm (
Besuch auf Godenholm - 1952)
- Abeilles de verre (
Gläserne Bienen - 1957)
- Le Lance-pierres (
Die Zwille - 1973)
- Eumeswil (
Eumeswil - 1977)
- Le Problème d'Aladin (
Aladins Problem - 1983)
- Trois chemins d'écolier - Tardive vengeance (
Sp. R. - Drei Schulwege - 2003) — posthume

Essais

- Le Travailleur (
Der Arbeiter - 1931)
- La Paix (
Der Friede - 1946)
- Le traité du Rebelle ou le recours aux forêts (
Der Waldgänger - 1951)
- Le Mur du temps (
An der Zeitmauer - 1959)
- L'État universel (
Der Weltstaat - 1960)
- Chasses subtiles (
Subtile Jagden - 1967)
- Approches, drogues et ivresse (
Annäherungen, Drogen und Rausch - 1970)
- L'Auteur et l'Écriture (
Autor und Autorschaft - 1982)
- Les ciseaux (
Die Schere - 1990)

Journaux

- Journal de guerre (
Strahlungen - 1949)
- Soixante-dix s'efface (
Siebzig verweht'' - 1977)

Postérité

-Un taxon végétal et une vingtaine de taxons animaux ont été dédiés à JüngerListe établie par Auguste Francotte in Philippe Barthelet (dir), Ernst Jünger, L'Âge d'Homme, collection Les Dossiers H, p. 222-223..
-Le prix Ernst-Jünger décerné par le land de Bade-Wurtemberg récompense des travaux de recherche en entomologie.
-La bourse d'étude Ernst-Jünger destinée aux chercheurs en sciences humaines est octroyée par le land de Bade-Wurtemberg.

Voir aussi

Bibliographie

Timbre de la poste allemande (1998).

Études, témoignages et biographies

- Banine, Ernst Jünger aux faces multiples, L'Âge d'Homme, 1989, .
- Philippe Barthelet (dir), Ernst Jünger, L'Âge d'Homme, collection Les Dossiers H, 2000, 591 pages, .
- Danièle Beltran-Vidal, Chaos et renaissance dans l'œuvre d'Ernst Jünger, Peter Lang, 1995, 388 pages, .
- Jean-Luc Evard, Ernst Jünger - autorité et domination, L'Éclat, 2004, .
- Isabelle Grazioli-Rozet, Ernst Jünger, Pardès, collection Qui-suis je ?, 2007, 127 pages, .
- Julien Hervier, Deux individus contre l'histoire : Drieu La Rochelle et Ernst Jünger, Klincksieck, 1990.
- Helmuth Kiesel, Ernst Jünger, Siedler, 2007
- Jean-Michel Palmier, Ernst Jünger - Rêveries sur un chasseur de cicindèles, Hachette, 1995, 236 pages, .
- Frédéric de Towarnicki, Ernst Jünger - Récit d'un passeur de siècle, Editions du Rocher, 2000.
- Heimo Schwilk, Ernst Jünger - Ein Jahrhundertleben, Piper Verlag GmbH, 2007

Revues

- La Table ronde, Cahier Ernst Jünger, hiver 1976.
- L'Œil de bœuf numéro 5/6, Ernst Jünger, décembre 1994.
- Alain de Benoist (éd.), Revue nouvelle école n° 48, Le Labyrinthe, 1996.
- Auguste Francotte, Ernst Jünger ou l’entomologiste écrivain, Lambillionea, n° spécial 1998 : 48 p.
- Centre de Recherche et de Documentation Ernst Jünger (CERDEJ) animé par Danièle Beltran-Vidal. Publication annuelle du CERDEJ : Les Carnets Ernst Jünger. Dix volumes parus entre 1996 et 2005.

Entretiens

- Julien Hervier, Entretiens avec Ernst Jünger, Gallimard, Arcades, 1986, 168 pages, .
- Antonio Gnoli et Franco Volpi, Les prochains titans, Grasset et Fasquelle, 1998, 160 pages, . ===
Sujets connexes
Adolf Hitler   Alain de Benoist   Allemagne   Ancien combattant   André Gide   Antaios   Bade-Wurtemberg   Bataille de France   Bière   Brésil   Carrare   Catholicisme   Charles Baudelaire   Cocaïne   Dénazification   Entomologie   Erich Maria Remarque   Erich Mühsam   Ernst Niekisch   Erwin Rommel   Essai   France   François Mitterrand   Friedrich Georg Jünger   Friedrich Nietzsche   Gestapo   Goethe-Preis   Goslar   Guerre   Guerre mondiale   Guillaume II d'Allemagne   Hanovre   Hans Driesch   Hans Speidel   Heidelberg   Heinrich Böll   Honoré Champion   Héliopolis (roman)   Journal intime   Julien Gracq   LSD   Leipzig   Louis Dupeux   Länder de l'Allemagne   Légion étrangère   Léviathan (monstre)   Naples   National-bolchévisme   Nazisme   Norvège   Opium   Orages d'acier   Oswald Spengler   Otto Strasser   Pacifisme   Pierre Drieu La Rochelle   Pour le Mérite   Première Guerre mondiale   Reichsleiter   Reichswehr   Rhodes   Riedlingen   République de Weimar   Révolution conservatrice (Weimar)   Sciences naturelles   Soixante-dix s'efface   Souabe   Sur les falaises de marbre   Taxon   Thomas Mann   Thé   Troisième Reich   Umm-El-Banine Assadoulaeff   Vin   Visite à Godenholm   Vitalisme   Walter Flex   Wandervogel   Wehrmacht   Zoologie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^