Requin

Infos
Les requins sont des poissons cartilagineux ne formant pas un groupe monophylétique, c'est-à-dire que requin désigne des espèces parentes qui ne regroupe pas tous les descendants d'une même espèce ancestrale. C'est avant tout à partir des caractéristiques morphologiques que le nom de requin est attribué. Il en existe 465 espèces(en) R. Aidan Martin, 2007, (page consultée le 20 août 2007) , organisées en 35 s, présentes dans tous les océans du globe. Ils sont cep
Requin

Les requins sont des poissons cartilagineux ne formant pas un groupe monophylétique, c'est-à-dire que requin désigne des espèces parentes qui ne regroupe pas tous les descendants d'une même espèce ancestrale. C'est avant tout à partir des caractéristiques morphologiques que le nom de requin est attribué. Il en existe 465 espèces(en) R. Aidan Martin, 2007, (page consultée le 20 août 2007) , organisées en 35 s, présentes dans tous les océans du globe. Ils sont cependant tous regroupés au sein de la des chondrichthyens qui comporte, en outre, les raies, les poissons scies, les poissons guitares et les chimères. Le super-ordre Selachimorpha a été créé afin de désigner exclusivement les requins. Les selachimorpha sont apparus au Dévonien, il y a environ 430 MaGilles Cuny, Les requins sont-ils des fossiles vivants ?, EDP Sciences, coll. « Bulles de sciences », 2002, , page 50 50px. À partir du Crétacé, il y a 100 Ma, beaucoup d'espèces de requin ont adopté leur forme moderne ; ils n'ont guère évolué depuis ce qui semble être le signe d'une adaptation parfaite à leur milieu. La plupart des requins sont des prédateurs, voire des superprédateurs pour certains, mais les plus grandes espèces, comme le requin baleine (Rhincodon typus) ou le requin pèlerin (Cetorhinus maximus), ne se nourrissent, principalement, que de plancton en filtrant l'eau de mer. Seulement, une douzaine sont considérées comme dangereuses pour l'homme. De nombreuses espèces sont menacées de disparition.

Dénomination

L'origine du terme est controversée, peut être est-ce une déformation de quin (chien), au sens de chien de merDéfinitions et de Chien de mer du CNRTL ou de requiem. Le terme « squale », de sens identique, qui dérive du latin Squalus fait référence à la peau rugueuse de ces animaux du fait des denticules présents sur leur corps. Il existe également un nommé Squalus dont l'un des noms vernaculaires est aiguillat. Plusieurs espèces de requin comportent le terme requin dans un de leurs noms vernaculaires, comme par exemple : requin marteau, requin tigre, requin pélerin, mais ce n'est pas une généralité, il existe aussi des noms vernaculaires ne comprenant pas le terme requin comme dans le cas de maraîche, roussette, mako etc. Voici deux listes de requins. La première est classée suivant les noms vernaculaires, la seconde suivant les noms scientifiques. Comme souvent chez les poissons, les noms vernaculaires ne sont pas toujours très précis. Une même espèce peut recevoir plusieurs noms et le même nom peut désigner des espèces différentes d'où l'aspect contradictoire de ces listes.
-Liste des noms vernaculaires de requin
-Liste des espèces de requin

Description

Anatomie externe du requin Le requin se caractérise par sa silhouette fuselée, particulièrement hydrodynamique, et ses nageoires pectorales et dorsales, ainsi que sa nageoire caudale hétérocerque (de forme asymétrique). Il est pourvu d'un squelette entièrement cartilagineux et de cinq à sept fentes branchiales latérales selon les espèces. La taille du requin varie selon les espèces, de 15 à 20 cm pour les plus petits, comme le requin nain (Squaliolus laticaudus) et le requin pygmée (Euprotomicrus bispinatus), à plus de 18 mètres pour le plus grand, le requin baleine (Rhincodon typus). Sa peau est rugueuse, recouverte d'innombrables denticules cutanées, des écailles osseuses placoïdes d'origine dermique et épidermique, qui le protègent contre les parasites et améliorent sa pénétration dans l'eau. Les mâchoires du requin présentent des particularités uniques dans le monde animal. Elles sont entièrement mobiles, indépendantes, et garnies de plusieurs centaines de dents réparties sur plusieurs rangées dont seule la dernière est fonctionnelle, les autres étant des dents de remplacement. Les dents, dont la forme varie selon les espèces, sont renouvelées en permanence tout au long de la vie du requin, et sont spontanément remplacées par une dent de la rangée suivante lorsqu'elles tombent ou sont abîmées. Fixées sur un tissu fibreux très solide, elles se redressent vers l'extérieur lorsque le requin ouvre la gueule, ce qui lui permet de mordre plus facilement une proie et de la maintenir fermement grâce à la concavité des dents. Son foie, qui peut représenter jusqu'à 25 % de son poids, est constitué à 90 % de squalène, et lui sert principalement à compenser son absence de vessie natatoire pour se stabiliser, mais également de réserve énergétique.

Schéma d'identification

Les ordres de requins du super-ordre Euselachii de la classification classique sont:
- Carcharhiniformes (Requin-marteau, Roussette...)
- Heterodontiformes (Requin dormeur..)
- Hexanchiformes Compagno, 1973 (Requin pèlerin...)
- Lamniformes (Megalodon, Grand requin blanc...)
- Orectolobiformes (Requin baleine...)
- Pristiophoriformes (Requin-scie)
- Squaliformes Compagno, 1973 (Aiguillat...)
- Squatiniformes (Ange de mer...) Arbre permettant de déterminer l'ordre d'un requin Pour cette raison, certains auteurs ont séparé Euselachii en deux:
- super-ordre Selachimorpha correspondant aux ordres des requins
- super-ordre Rajomorphii correspondant aux ordres des raies, torpilles, poissons-scie et poissons guitare.

Distribution

Les requins sont présents dans toutes les mers et tous les océans du globe, à l'exception de l'Antarctique. Quelques espèces, comme le requin bouledogue (carcharhinus leucas), sont capables de vivre en eau douce ou peu salée (fleuves, rivières, estuaires, lacs). Il leur arrive de remonter certains fleuves jusqu'à plus de 3 000 km à l'intérieur des terres, comme par exemple dans le Zambèze et le lac Victoria, en Afrique. Des membres d'une espèce (Pristiophoridés) vont même se reproduire dans le Lac Titicaca, en Amérique du Sud. Certaines espèces sont pélagiques, d'autres côtières ; on trouve des requins depuis la surface jusqu'à 2 500 mètres de profondeur(en) Royal Society, 2006, (page consultée le 20 août 2007), environ.

Locomotion

Les requins utilisent leur nageoire caudale pour se propulser et changer brutalement de direction, les nageoires pectorales font office de gouvernail selon le même principe que les ailerons d'avion, la ou les nageoires dorsales servent de stabilisateurs. Pour pouvoir respirer, ils sont obligés de nager en permanence, même à faible vitesse, afin de maintenir un courant d'eau apportant suffisamment d'oxygène à leurs branchies. Il arrive cependant que certains requins, plus particulièrement ceux vivant à proximité de récifs, se reposent sur le fond en se mettant face au courant, ce qui est suffisant pour qu'ils capturent l'oxygène nécessaire à leur métabolisme(en), R.H. Johnson, Sharks of tropical and temperate seas, Les éditions du Pacifique, 1978, , page 20 50px. Certaines espèces, comme le requin mako (Isurus oxyrinchus), sont capables d'atteindre des vitesses de pointe d'au moins 50 km/hGéry Van Grevelynghe, Alain Diringer, Bernard Séret, Tous les requins du monde, Délachaux et Niestlé, 1999, , page 175 50px. Les denticules présents sur la peau des requins provoquent des micro-perturbations qui facilitent l'écoulement hydrodynamique et le rendement de la nage en créant une couche limite d'eau permanente contre la peau, ce qui fait qu'ils glissent dans l'eau facilement. Contrairement à la plupart des autres poissons, ils n'ont pas de vessie natatoire pour se stabiliser en profondeur mais utilisent le squalène, huile présente dans leur foie, de densité moindre que l'eau pour corriger leur flottabilité négative. Les requins pélagiques sont capables de parcourir des distances considérables, et pour certaines espèces comme le requin bleu (prionace glauca) d'avoir parfois un circuit migratoire Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, 2006, document consulté le 21 septembre 2007, , mais peu de données sont disponibles. Toutefois, un traçage par satellite a montré qu'un grand requin blanc, surnommé « Nicole », a effectué une migration d'Afrique du sud vers l'Australie(en) BBC News, 2005, (page consultée le 20 août 2007), . La distance d'environ 11000 km a été couverte en 99 jours soit une vitesse moyenne de 4, 6 km/h.

Reproduction

La plupart des requins se reproduisent dans l'océan ; cependant certains requins de l'ordre des pristiophoriformes choisissent les lacs (Amérique centrale). Contrairement aux autres poissons, les requins ont un mécanisme de reproduction peu efficace ; et rarement observé. La maturité sexuelle est atteinte tardivement (plusieurs années), le nombre d'individus par portée est très faible (d'un individu à quelques centaines selon les espèces) et la durée de la gestation est particulièrement longue (de 7 mois à 2 ans). Le mâle dispose de deux ptérygopodes mais un seul est utilisé lors de l'accouplement. Le sperme est déposé dans le cloaque de la femelle. Le développement des embryons n'est pas identique selon l'espèce considérée ; il peut être :
-ovipare : ponte d'œufs,
-vivipare : développement dans l'utérus grâce à un placenta,
-ovovivipare : les œufs se développent et éclosent à l'intérieur même de l'abdomen de la mère. Dans tous les cas à sa naissance le requin est autonome. Plusieurs cas de reproduction sans accouplement(en) Muséum d'histoire naturelle de Floride, département d'Ichtyologie, 2007, (page consultée le 20 août 2007), (en) Muséum d'histoire naturelle de Floride, département d'Ichtyologie, 2007, (page consultée le 20 août 2007), (en) Demian D. Chapman et al., 2007, (document consulté le 20 août 2007), sont documentés et laissent supposer que le requin serait capable de parthénogenèse.

Menaces et conservation

Les requins sont intensivement pêchés, parfois pour leur viande mais le plus souvent - uniquement - pour leurs ailerons qui constituent l'ingrédient principal de mets (soupe et bouchées) appréciés en Asie. Le nombre de requins tués annuellement dans le monde a été évalué dans les années 1980 à au moins 100 millions d'individus. Toutefois, l'intensification de la pêche et l'augmentation de la demande pour les ailerons de requin laissent à penser que ce nombre est fortement sous-évalué aujourd'hui. Une maturité sexuelle tardive et une durée particulièrement longue de la gestation, ainsi qu'une faible production d'embryons rendent les requins particulièrement vulnérables à la surexploitation.
- Près de 10% des espèces d'élasmobranches (requins et raies) figurent sur la liste rouge de l'IUCN et sont menacés d'extinction à des degrés divers.
- La méditerranée détient selon l'UICN le record du nombre d'espèces de poissons cartilagineux menacés de disparition, avec en 2007 42% AFP, Près de la moitié des requins et raies menacés d'extinction en Méditerranée, 2007, page consultée le 22 novembre 2007 des espèces de requins et raies menacées d'extinction ; :Trente espèces menacées de disparition, dont ; :: - 13 considérées en danger critique d'extinction, dont la Raie de Malte (endémique, dont la population chuté de 80% en raison des pêcherie de grands fonds, le requin-taupe bleu et le requin-taupe commun :: - 8 espèces en danger :: - 9 vulnérables. :Dans cette région, les causes sont : :: - la surpêche induite par le développement et l'utilisation des chaluts, :: - les prises accidentelles (pêche à la palangre ou au filet), :: - la pollution (mercure et méthylmercure en particulier, avec des taux dépassant 0.50mg/kg, notamment chez l’aiguillat commun); :: - la dégradation de leurs habitats. Les pays qui en pêchent le plus sont la Turquie, la Tunisie, la Grèce, l'Italie et l'Espagne. :L'UICN alerte sur le fait que le filet dérivant bien qu'interdit en mer Méditerranée, continue à être utilisé et à capturer de nombreux requins. En 2007, seuls le requin blanc et le requin pèlerin sont protégés dans les Eaux de la Communauté Européenne (et en Croatie). L'UICN notait en novembre 2007 que bien que huit espèces de requins et de raies aient été listées par quatre conventions internationales sur la conservation de la faune sauvage méditerranéenne, seules trois espèces ont été protégées. L'UICN demande donc un moratoire sur la pêche en eau profonde, que soient interdits les filets dérivants, l'enlèvement des seules nageoires de requins peuvent. L'UICN sollicite aussi une application réelle des lois, des quotas et limites de prise de pêche pour les requins (et les raies) en Méditerranée. Différentes études (en) Julia K. Baum & al., 2003, (page consultée le 20 août 2007), (en) Julia K. Baum, Ransom A. Myers, 2004, (page consultée le 20 août 2007), démontrent une baisse alarmante des populations de requins, allant dans le golfe du Mexique jusqu'à 99% pour le requin longimane sur une période de seulement 50 ans. La taille et la masse moyenne des poisons pélagiques et des requins pêchés est en très forte baisse(en) Peter Ward, Ransom A. Myers, 2005, (document consulté le 20 août 2007), ce qui laisse penser que beaucoup de requins sont pêchés avant de pouvoir atteindre la maturité sexuelle et donc se reproduire.

Phylogénie

Requin préhistorique Les fossiles de requins bien conservés sont très rares compte tenu de la nature cartilagineuse du squelette, le plus souvent seules les dents résistent à l'altération du temps. La phylogenèse du requin est donc particulièrement délicate. Les squelettes les plus anciens furent découverts à la fin du dans l'état de l'Ohio aux États-Unis sont du genre Cladoselache datant du Dévonien supérieur (360 Ma)Gilles Cuny, Les requins sont-ils des fossiles vivants ?, EDP Sciences, coll. « Bulles de sciences », 2002, , page 50. D'une taille d'environ 2 mètres ce requin est loin d'être en position de superprédateur mais plutôt de proie en particulier des Placodermes comme le Dunkleosteus. La disparition des Placodermes vers 354 Ma va favoriser le développement des chondrichtyens, en particulier en matière de diversitéGilles Cuny, Les requins sont-ils des fossiles vivants ?, EDP Sciences, coll. « Bulles de sciences », 2002, , page 63. À la fin du Permien une extinction de masse se produit faisant disparaître 90 % des espèces marines dont des chondrichtyens. Une deuxième extinction à la fin du Trias opère à nouveau une sélection et élimine, par exemple, les xénacanthes qui avaient vécu pendant 200 Ma. Au Mésozoïque les hybodontes se distinguent par leur grande taille (au moins 3 mètres) et une mâchoire capable de broyer n'importe quelle carapaceGilles Cuny, Les requins sont-ils des fossiles vivants ?, EDP Sciences, coll. « Bulles de sciences », 2002, , page 150. Au Jurassique les néosélaciens sont en compétition avec les hybodontes mais l'extinction du Crétacé il y a 65 Ma provoqua la fin des hybodontes ainsi que celle de beaucoup d'autres espèces à commencer par les dinosaures. Ces néosélaciens comme, peut être, le mcmurdodus ont la plupart des caractéristiques du requin moderne. Carcharocles megalodonIl y a eu une controverse entre les paléontologues et les biologistes quant à savoir si ce requin devait être Carcharocles megalodon ou bien Carcharodon megalodon, il semble que la première forme ait été retenue. a probablement été le superprédateur des océans tropicaux à partir du Miocène, d'une taille supposée de 13 mètres on trouve en abondance ses dents fossilisées, ce requin s'est éteint vraisemblablement il y a 1, 6 MaUne polémique existe sur la date d'extinction, toutefois, l'extinction de l'espèce est une quasi-certitude.. ;Arbre simplifié ─o Euselachii ├─o plusieurs taxons éteints ou vivants dont les chimères └─o ├─o plusieurs taxons éteints dont les Xenacanthiformes └─o ├─o plusieurs taxons éteints dont les Hybodontoidei └─o Neoselachii, taxon mixte ├─o Galeomorphii, taxon de requin │ ├─o Orectolobiformes │ └─o │ └─o Lamniformes et Carcharhiniformes └─o Squalea, taxon mixte └─o Squalimorpha ├─o plusieurs familles de requin dont les Hexanchidae, Echinorhinidae, Chlamydoselachidae └─o Batoidea ou Batidoidimorpha, dont raies, poissons guitares, poissons-scies, poissons anges, qui ne sont pas considérés comme des requins ├─o Torpediniformes dont les torpilles ├─o Myliobatiformes └─o Rajiformes

Danger pour l'homme

Carte des attaques depuis le Seules cinq espèces sont qualifiées de dangereuses compte tenu de leur taille et de leur régime alimentaire : le requin tigre (Galeocerdo cuvieri), le requin blanc (Carcharodon carcharias), le requin bouledogue (Carcharhinus leucas) le requin mako (Isurus oxyrinchus) et le requin longimane (Carcharhinus longimanus). Le requin n'est tout de même pas un animal inoffensif. Toutefois le nombre d'accidents est extrêmement faible : entre 57 et 78 attaques de requin non provoquées par an dans le monde entier(en) ISAF, 2007, (site consulté le 20 août 2007), . Le danger n'est pas forcément lié à une morsure, car un coup de queue peut aussi être très dangereux, comme de la part de mammifères marins (orque, baleine). De plus, du fait de sa rugosité, la peau du requin ainsi que les ailerons peuvent provoquer des blessures importantes par simple frôlement.

Mythes et réalités

Réputation

La quadrilogie Les Dents de la mer (titre original américain : Jaws) a beaucoup contribué à la mauvaise réputation qu'ont les requins auprès du public. Bien qu'il n'y ait pas d'erreur manifeste en matière de taille et de comportement, l'accumulation des scènes voulues pour le scénario est en revanche non crédible et ne pourrait être le fait d'un seul requin. Pourtant dès le Moyen Âge cette réputation n'était plus à faire : Paradoxalement la réputation du requin tient surtout à l'aspect exceptionnel et rare d'une attaque. En effet, l'hippopotame ou le cobraPierre Aubry, 2007, (page consultée le 20 août 2007), tuent des milliers de personnes chaque année dans le monde sans pour autant que cela soit médiatisé, en revanche une attaque ou même la seule présence d'un requin dans l'eau donne lieu à un article en bonne place dans les journaux. En fait, la raison de cette crainte est surtout liée à la perception psychologique voire psychanalytique des profondeurs sombres et inconnues des océans qui alimentent tous les fantasmes.

« Mangeur d'homme »

Watson et le requin, peint en 1778 par John Singleton Copley Le requin est un prédateur, notamment spécialisé dans le nettoyage de cadavres et l'attaque d'animaux malades. Qualifier un requin de mangeur d'hommes est impropre car son régime ne comprend qu'exceptionnellement des êtres humains. La majorité des rares attaques de requins sont du type mordu-relâché (ou morsure d'exploration) sans autre suite que les conséquences de l'unique morsure (qui peut être mutilante et fatale pour cause d'hémorragie). Le plus souvent une attaque est liée à une erreur d'identification ou peut être motivée par la curiosité ; cette dernière hypothèse devenant de plus en plus crédible aux yeux de spécialistes du grand requin blanc comme R. Aidan Martin(en) R. Aidan Martin, Field guide to the great white shark, ReefQuest Centre for Shark Research, 2003, , page 123 50px. Un événement aussi spectaculaire qu'une attaque de requin a souvent une large couverture médiatique, alimentée par la recherche du sensationnel. C'est ce qui a amené George Burgess, spécialiste des requins du muséum d'histoire naturelle de Floride et responsable de la base de données mondiale des attaques de requins, à rappeler que statistiquement il y avait beaucoup plus de risque d'être tué en allant se baigner en Floride par une noix de coco qui tombe sur la tête que par un requin Daily University Science News, 2002, (page consultée le 21 août 2007), . Le risque est également bien plus grand de se faire écraser par une voiture en traversant la rue.

Cancer et requin

Contrairement à une idée généralement reçue les requins peuvent développer un cancer(en) R. Aidan Martin, (page consultée le 20 août 2007), (en) American Cancer Society, 2000, (page consultée le 20 août 2007), . Cependant, ils disposent de mécanismes biologiques particuliers qui semblent être très efficaces pour prévenir l'angiogenèse, c'est-à-dire la formation de petits vaisseaux qui irriguent les cellules cancéreuses. Les médicaments à base de cartilages de requin sont très sujets à caution dans le milieu scientifique(en) BBC News, 2000, (page consultée le 20 août 2007), . La squalamine, substance extraite de l'estomac du requin, pourrait être efficace dans le traitement des tumeurs cancéreuses. La squalamine affamerait les cellules cancéreuses en inhibant l'angiogenèse.Supplément gratuit à Science et vie Junior n 203 août 2006, , pages 20 à 21

Utilisation des requins

Outre l'utilisation de sa chair et de ses ailerons pour l'alimentation, le requin est entièrement exploitable. On peut citer en particulier l'huile de son foie qui est exploitée dans l'industrie pharmaceutique ou pour la lubrification de machines, sa peau qui après tannage est employée en maroquinerie, ses cartilages qui peuvent être transformés en gélatine, etc. Toutefois, la disproportion du prix d'achat entre les ailerons et les autres parties du corps fait qu'en pratique le requin n'est exploité quasiment que pour ses ailerons, le reste étant retourné à la mer pour ne pas encombrer les cales. Depuis quelques années se développe la plongée sans cage avec des requins en milieu tropical. Les requins sont alors, parfois, habitués à être nourris, une activité communément appelée feeding (de « to feed », « nourrir » en anglais). Des centaines de plongées sont organisées chaque jour dans le monde en compagnie essentiellement de requins de récif mais également à l'occasion en présence de requins tigres, de grands requins-marteaux ou encore de requins bouledogues. Cette activité, permet de démystifier le requin auprès des plongeurs et de l'observer en milieu naturel. Cet écotourisme rencontre un réel succès et participe pour une part importante à l'économie de pays comme l'Égypte, les Maldives ou encore la Polynésie française. C'est pourquoi des mesures interdisant ou limitant le prélèvement d'ailerons de requins ont été prisesArrêté 396/CM du 28 avril 2006 portant inscription des requins sur la liste des espèces protégées de la catégorie B et modifiant le code de l’environnement de la Polynésie française, (document consulté le 21 août 2007), sous la pression de l'industrie touristique et des plongeurs.

Les dents de requins fossiles

Les dents de requins fossiles ont longtemps été une énigme. Voir l'article Glossopètre.

Symbolique

-Dans la symbolique tahitienne, le requin est associé à la sagesse.
-Dans la symbolique hawaïenne, le requin est associé à la protection (Aumakua).
-Dans la symbolique māori, le requin est associé à un guide bienfaiteur du marin égaré.
-Dans la symbolique japonaise, le requin est associé à la terreur.
-Dans la symbolique polynésienne, le requin est associé à l'incarnation ultime de l'âme.

Notes et références de l'article

Voir aussi

-Poisson
-Poisson cartilagineux
-Les différents requins marteaux Et aussi :
-Baie des Anges ==
Sujets connexes
Afrique   Afrique du Sud   Aiguillat   Aileron (aéronautique)   Amérique du Sud   Antarctique   Attaque de requin   Australie   Baie des Anges   Baleine   Branchie   Carapace   Carcharhiniformes   Carcharodon megalodon   Cartilage   Chlamydoselachidae   Chondrichthyes   Classification classique   Climat tropical   Cloaque   Cobra   Concavité   Croatie   Crétacé   Côte (géographie)   Dent   Denticule   Derme   Dinosaure   Dunkleosteus   Dynamique des fluides   Dévonien   Eau douce   Echinorhinidae   Elasmobranchii   Endémisme   Espagne   Euselachii   Extinction des espèces   Extinction du Crétacé   Extinction du Permien   Extinction du Trias-Jurassique   Faune (biologie)   Feeding (plongée)   Floride   Gestation   Glossopètre   Golfe du Mexique   Gouvernail   Grand requin-marteau   Grand requin blanc   Grèce   Guillaume Rondelet   Gélatine   Habitat (écologie)   Heterodontus   Hexanchidae   Hexanchiformes   Holocephali   Homo sapiens   Huile   Hémorragie   Hétérocerque   Institut de recherche pour le développement   Italie   Japon   John Singleton Copley   Jurassique   Lac Titicaca   Lac Victoria   Lamniformes   Les Dents de la mer   Liste des espèces de requin   Liste des noms vernaculaires de requin   Majorité sexuelle   Mako   Maldives   Maraîche   Maroquinerie   Mer   Mercure (chimie)   Million d'années   Miocène   Monophylétique   Moyen Âge   Muscle strié   Myliobatiformes   Mésozoïque   Māori   Nageoire caudale   Nageoire dorsale   Nageoire pectorale   Noix de coco   Nom vernaculaire   Océan   Ohio   Ordre (biologie)   Orectolobiformes   Orque   Oviparité   Ovoviviparité   Palangre   Parthénogenèse   Peau   Permien   Phylogénie   Placenta   Placoderme   Plancton   Plongée sous-marine   Poisson   Pollution   Polynésie   Polynésie française   Pristiformes   Pristiophoriformes   Proie   Prédateur   Ptérygopode   Raie   Rajiformes   Reproduction (biologie)   Requiem   Requin-marteau   Requin baleine   Requin bleu   Requin bouledogue   Requin longimane   Requin mako   Requin nain   Requin pygmée   Requin pèlerin   Requin tigre   Rhinobatiformes   Roussette   Sagesse   Shark finning   Sperme   Squaliformes   Squalus   Squalus acanthias   Squalène   Squatina   Squatiniformes   Squelette   Superordre (biologie)   Superprédateur   Surexploitation   Surpêche   Symbolique   Tahiti   Torpediniformes   Torpille   Trias   Tunisie   Turquie   Union internationale pour la conservation de la nature   Utérus   Vessie natatoire   Viviparité   Zambèze  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^