Nestorius

Infos
Nestorius ou Nestorios (en grec Νεστόριος, né à Antioche vers 381 - mort en exil en Égypte en 451) fut patriarche de Constantinople du 10 avril 428 au 11 juillet 431. Ses prises de position sont à l'origine du nestorianisme.
Nestorius

Nestorius ou Nestorios (en grec Νεστόριος, né à Antioche vers 381 - mort en exil en Égypte en 451) fut patriarche de Constantinople du 10 avril 428 au 11 juillet 431. Ses prises de position sont à l'origine du nestorianisme.

L'enjeu du débat marial

Un débat a lieu à Constantinople sur le titre Theotokos (« mère de Dieu ») donné à Marie que d'autres préféreraient voir nommée Anthropotokos (« mère de l'homme »). Nestorius propose une solution de compromis avec Christotokos (« mère du Christ »). Elle a l'avantage d'être « fondée sur les Écritures ». Nestorius considérait en effet qu'une femme créée ne pouvait être la mère de Dieu, « être par excellence et donc sans cause ». Cependant, sa solution touchait un point sensible de la religiosité populaire. L'écho de ses prédications arrivèrent jusqu'en Égypte où Cyrille était patriarche d'Alexandrie et ressentait ces prédications comme une concurrence insupportable. Il ébruite donc le néologisme en se gardant bien de dire dans quel contexte il est apparu. Nestorius sollicite l'appui de l'évêque de Rome, Célestin I (422-432), espérant créer un axe Rome-Constantinople contre Alexandrie. En 429, Cyrille attaque les thèses de Nestorius dans des homélies, puis dans une Lettre aux moines et enfin dans une correspondance avec Nestorius (Deuxième Lettre de Cyrille à Nestorius). En 430, Cyrille fait porter par le diacre Posidonius un dossier christologique traduit en latin avec la mission de faire passer Nestorius pour un adoptianiste, c'est-à-dire quelqu'un qui conçoit Jésus-Christ comme un homme que Dieu aurait adopté. Sur la foi de Jean Cassien, moine marseillais, bon connaisseur de l'Orient, un synode régional à Rome condamne Nestorius en août et exige une rétractation dans les dix jours. Cyrille a donc réussi à faire jouer un axe Alexandrie-Rome contre Constantinople. Nestorius conseille à l'empereur Théodose II de réunir un concile œcuménique à Éphèse pour la Pentecôte 431. La lettre de convocation date du 19 novembre 430 pour une réunion en juin 431. Durant ce même mois de novembre, Cyrille réunit un synode régional à Alexandrie qui condamne Nestorius et adresse au patriarche de Constantinople une troisième lettre avec douze anathèmes inacceptables pour les orientaux. Ce texte deviendra le manifeste du monophysisme.

Le concile d'Éphèse

La lettre de convocation ne demandait que quelques évêques afin que le service n'en souffrit pas. Rome envoie deux évêques, Carthage un diacre, l'Illyrie, un évêque. Cyrille va lui-même à Éphèse avec quarante évêques. Cette imposante délégation est présente dès le 7 juin, jour de Pentecôte. Les jeux sont faits, car la délégation de Palestine n'arrive que le 12 juin et la délégation conduite par Jean d'Antioche n'arrive que le 26 juin. Les délégués romains arrivent délibérément en juillet car, pour eux, la question est réglée depuis le synode régional romain de 430. Le concile d'Éphèse ouvre le 22 juin sous la présidence de Cyrille, dont la délégation est la plus nombreuse et en l'absence de Nestorius qui a reçu des menaces de Memnon, evêque d'Éphèse, partisan de Cyrille. Candidien, le représentant de Théodose veut retarder l'ouverture mais il est mis à la porte par les partisans de Cyrille. À l'arrivée des évêques palestiniens, Théodose tient compte de leur protestation contre le procédé et annule la séance du 22 juin qui condamne Nestorius. Les Cyrilliens n'en tiennent pas compte. À l'arrivée des Romains, le concile leur reconnaît des prérogatives en compensation de quoi, ils entérinent la séance du 22 juin. Les quatre dernières sessions déposent Jean d'Antioche, Théodoret de Cyr et une trentaine d'autres evêques.

Les conséquences d'Éphèse

Théodose II enferme Memnon d'Ephèse, Cyrille d'Alexandrie et Nestorius de Constantinople en les sommant de se réconcilier, sans obtenir le moindre résultat. On peut donc se demander pourquoi l'empereur n'a pas été plus ferme alors que ses prédécesseurs savaient taper sur la table quand le besoin s'en faisait sentir. C'est que la cour de Constantinople était divisée, car Cyrille, par des cadeaux somptueux s'était acquis le soutien des puissants. La situation évolue en coulisse en faveur de Cyrille, d'une part du fait du consensus obtenu par l'absence des contradicteurs et d'autre part par ses largesses. En octobre 431, Maximien remplace Nestorius et celui-ci regagne son couvent d'Antioche avant d'être exilé à Pera. Dès qu'il est certain que Nestorius ne sera pas réhabilité, Cyrille lâche sur la doctrine et Théodose obtient le compromis de 433. Officiellement déchu, Cyrille regagne Alexandrie triomphalement en octobre 433.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adoptianisme   Alexandrie   Alphabet grec   Anathème   Antioche   Antiquité tardive   Christologie   Concile   Concile d'Éphèse   Constantinople   Cyrille d'Alexandrie   Célestin Ier   Dieu   Jean Cassien   Jésus de Nazareth   Latin   Liste des primats de l'Église orthodoxe de Constantinople   Marie de Nazareth   Marseille   Monophysisme   Nestorianisme   Nouveau Testament   Néologisme   Palestine   Patriarche (religion)   Patriarche œcuménique   Pentecôte   Synode   Théodoret de Cyr   Théodose II  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^