Charles Nicolas Fabvier

Infos
Charles Fabvier en habit grec Charles Nicolas Fabvier est un général, ambassadeur et député français. Il est né le 10 décembre 1782 à Pont-à-Mousson (Meurthe) et mort le 15 septembre 1855 à Paris. Élève de l'École polytechnique, il entra au 1 régiment d'artillerie en 1804, fit ses premières armes en Allemagne et fut blessé à l'affaire de Crems et Dürenstein, ce qui lui valut, si jeune encore, la croix d'honneur. Il fut chargé d'une mission de confiance
Charles Nicolas Fabvier

Charles Fabvier en habit grec Charles Nicolas Fabvier est un général, ambassadeur et député français. Il est né le 10 décembre 1782 à Pont-à-Mousson (Meurthe) et mort le 15 septembre 1855 à Paris. Élève de l'École polytechnique, il entra au 1 régiment d'artillerie en 1804, fit ses premières armes en Allemagne et fut blessé à l'affaire de Crems et Dürenstein, ce qui lui valut, si jeune encore, la croix d'honneur. Il fut chargé d'une mission de confiance en 1807, et fut au nombre des officiers que l'Empereur envoya au sultan Selim pour défendre sa capitale contre les Anglais. Le lieutenant Fabvier obtint de se joindre au général Gardanne, plénipotentiaire près du Shah de Perse que Napoléon Ier voulait dérober à l'influence de l'Angleterre et de la Russie. On l'envoya à Ispahan pour y fonder un arsenal et y créer un matériel d'artillerie. Le Shah récompensa ses succès et son zèle par la décoration de l'ordre du Soleil. Fabvier rentra en Europe par la Russie. À la fin de 1809, il servit comme volontaire à l'armée polonaise, sous Poniatowski. Arrivé à Vienne, il fut nommé capitaine dans la garde impériale. Aide-de-camp du duc de Raguse en 1811, ce maréchal l'envoya, quoique blessé, en Russie, rendre compte à l'Empereur de la bataille de Salamanque. Il arriva au quartier général le 6 septembre 1812, veille de la bataille de la Moskowa. Il y fut blessé grièvement à l'assaut de la grande redoute. On l'avait vu s'arracher au sommeil au bruit du canon, s'armer d'un fusil, combattre au premier rang de nos tirailleurs, remplacer le premier chef qui venait de tomber et aller recevoir deux balles en s'élançant au plus fort du danger. L'Empereur le récompensa en le nommant chef d'escadron au 6 corps. Il fit la campagne de Saxe en 1813, fut élevé au grade de colonel d'état-major et nommé baron de l'Empire ; servit avec distinction dans la campagne de France, et signa, le 31 mars 1814, la capitulation de Paris, au nom de Mortier et Marmont. Au retour de l'Empereur, il fit partie comme volontaire des corps de partisans qui se levèrent pour défendre les frontières. Il accompagna en 1817, comme chef d'état-major, le maréchal Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont, chargé de pacifier Lyon, et se trouva par suite engagé dans de vives contestations avec le général Simon Canuel, qui le fit condamner comme diffamateur. Mis à la réforme, et quelque temps après en disponibilité pour cause de libéralisme, il fut arrêté au mois d'août 1820, comme prévenu d'avoir pris part à la conspiration militaire que jugeait alors la Cour des pairs, mais il fut remis en liberté par défaut de charges. Cité ensuite à la requête du ministère public, comme témoin, il fit une déposition remarquable, et refusa de faire connaître un nom qui lui était demandé par le procureur général. La Cour le condamna pour refus à 500 francs d'amende. En 1822, accusé d'avoir tenté de favoriser l'évasion des quatre sergents de La Rochelle, il fut acquitté; mais, découragé, il quitta la France en 1823. Il alla en 1823 servir la cause des Grecs lors de la guerre d'indépendance grecque et va leur porter le secours de son épée et de ses conseils. Débarqué à Navarin, il y établit aussitôt un magasin à poudre et indiqua les réparations à faire aux fortifications de la citadelle. Il fit ensuite un voyage en Angleterre pour y ranimer l'intérêt attiédi des philhellènes. Il en ramena plusieurs officiers français. Arrivé dans le Péloponnèse, le gouvernement lui offrit, avec le titre de général, le commandement supérieur des troupes régulières. Le colonel refusa; il se contenta d'organiser, comme volontaires , quelques bataillons. Il organisa un corps d'armée et défendit en 1826 l'Acropole d'Athènes. De retour en France en 1828, il fut chargé en 1829 d'accompagner l'expédition de Morée. En 1830 (26 juillet), il revenait d'Italie lorsqu'il fut entraîné à prendre une part active aux événements de la révolution de Juillet. D'abord chef d'état-major du général Gérard, il fut nommé le 4 août commandant de la place de Paris, donna sa démission en 1831, rentra en disponibilité avec le titre de lieutenant-général. Il fut élevé à la pairie en 1845. Il fut nommé en 1848 ambassadeur à Constantinople, puis au Danemark. Le général Fabvier est ensuite représentant du peuple à l'Assemblée nationale. Député de la Meurthe, il siège parmi les conservateurs. Il rentre dans la vie privée après le 2 décembre 1851.

Bibliographie

- Journal des opérations du 6 corps en 1814, et Lyon en 1817.

Source

-
-
- Catégorie:Philhellène Catégorie:Général français Catégorie:Personnalité de la guerre d'indépendance grecque Catégorie:Quatre sergents de La Rochelle Catégorie:Naissance en 1782 Catégorie:Décès en 1855 de:Charles Nicolas Fabvier el:Κάρολος Φαβιέρος ru:Фавье, Шарль Николя
Sujets connexes
Acropole (Athènes)   Adolphe Édouard Casimir Joseph Mortier   Allemagne   Ambassadeur   Angleterre   Assemblée nationale (France)   Athènes   Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont   Bataille de Dürenstein   Bataille de la Moskowa   Campagne de France (1814)   Chambre des pairs   Constantinople   Danemark   Député   Europe   Expédition de Morée   Fath Ali Shah Qajar   France   Guerre d'indépendance grecque   Guerres napoléoniennes   Général   Ispahan   Italie   La Rochelle   Libéralisme   Lyon   Meurthe (département)   Napoléon Ier   Paris   Philhellénisme   Polonais   Pont-à-Mousson   Pylos   Péloponnèse   Russie   Simon Canuel   Vienne (Autriche)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^