Bataille du 13 prairial an II

Infos
La bataille du 13 prairial an II, également appellée Troisième bataille d'Ouessant, ou en angleterre Glorious First of June (Glorieux Premier-Juin), est un combat naval qui eut lieu, au large d'Ouessant entre l'escadre commandée par Louis Thomas Villaret de Joyeuse et l'amiral Howe de la Royal Navy entre le 28 mai et le 1794.
Bataille du 13 prairial an II

La bataille du 13 prairial an II, également appellée Troisième bataille d'Ouessant, ou en angleterre Glorious First of June (Glorieux Premier-Juin), est un combat naval qui eut lieu, au large d'Ouessant entre l'escadre commandée par Louis Thomas Villaret de Joyeuse et l'amiral Howe de la Royal Navy entre le 28 mai et le 1794.

Origine

Les Français, qui avaient eu à subir plusieurs mauvaises récoltes consécutives (ce qui fut une des causes de la Révolution), commençaient à souffrir de la faim. Ils attendaient donc un grand convoi de 117 navires marchands remplis de grain en provenance d'Amérique pour les soulager.
- Décembre 1793 - L'amiral Van Stabel de la marine française est envoyé pour escorter le convoi avec deux autres vaisseaux de ligne.
- 10 avril 1794 - Six vaisseaux de ligne français sous les ordres du contre-amiral Joseph-Marie Nielly quittent Brest pour rencontrer Van Stabel au milieu de l'océan Atlantique.
- 11 avril - Van Stabel quitte Chesapeake avec le convoi.
- 2 mai - L'expédition britannique chargée d'intercepter le convoi, sous les ordres de l'amiral Lord Howe (alors à la tête de la flotte de la Manche), quitte Spithead. Elle est composée de 34 navires de ligne et 15 vaisseaux plus petits. Le convoi, composé d'une centaine de navires marchands, ne pouvait pas facilement passer inaperçu, c'est pour cette raison que les Anglais préférèrent rester cachés dans la Manche.
- 4 mai - Après avoir passé le Cap Lizard, le convoi anglais fut envoyé, protégé par 8 vaisseaux de ligne et 6 ou 7 frégates. Deux d'entre eux devaient les accompagner pendant tout le voyage. Les six autres, sous les ordre du contre-amiral Montagu devaient aller jusqu'au Cap Finisterre, puis se mettre en chasse du convoi français entre Cap Ortegal et Belle-Île. Le détachement sous les ordre de Lord Howe ne comptait plus que 26 vaisseaux de ligne et 7 frégates.
- 5 mai - Howe dépassa Ouessant, et envoya ses frégates en reconnaissance, au large du port de Brest. Elle revinrent pour dire que le gros de la flotte française, aux ordres de Villaret-Joyeuse et composée de 25 navires de ligne, était à quai ou au mouillage dans la rade. Howe navigua jusqu'à la latitude où le convoi était susceptible de passer, sachant que, si l'amiral français sortait, ce serait pour aller à la rencontre des navires marchands et les protéger d'une attaque. Menacer le convoi était donc le meilleur moyen d'attirer Villaret-Joyeuse hors du port.
- 16 mai - Villaret-Joyeuse sort enfin du port avec sa flotte au complet.
- 17 mai - La flotte de Villaret-Joyeuse passe à proximité de la flotte anglaise, protégée par un épais brouillard.
- 19 mai - La flotte française s'élance à la rencontre du convoi.
- Lord Howe rentre à Ouessant et croise Brest à nouveau, s'apercevant du départ de Villaret-Joyeuse.
- L'amiral français fut informé par le Patriote (74) que Nielly venait de capturer, la frégate britannique le Castor 32, commandée par le Capitaine Thomas Troubridge, ainsi qu'un convoi venant de Terre-Neuve.
- Villaret-Joyeuse capture une partie d'un convoi hollandais de 53 navires partis de Lisbonne.
- une frégate détachée par l'amiral Montagu rejoignit Howe, l'informant que Montagu avait réussi à récupérer une partie du convoi de Terre-Neuve, et que Nielly s'apprêtait à se joindre à Van Stabel en mer. Montagu lui-même avait évité de croiser la route du convoi entre 45° et 47° degrés de latitude Nord. Howe, à présent, modifia sa route pour retrouver son subordonné, qui, s'il rencontrait le gros de la flotte française, risquait de se trouver en danger.
- 21 mai - Howe récupéra une partie du convoi hollandais capturé par Villaret-Joyeuse. De lui, il apprit que la flotte français avait été, le 19 mai entre 46° et 47° N. et à une longitude comprise entre 11° et 22° Ouest et qu'elle se dirigeait à l'Ouest. Considérant d'une part que Montagu était trop au Sud pour être menacé par Villaret-Joyeuse, et, d'autre part, qu'il était assez fort pour intercepter le convoi, Lord Howe décida de poursuivre le gros de la flotte française. Le vent était changeant et le temps instable.

La journée du 28 mai

Ce ne fut que le 28 mai à 6h30 que la flotte anglaise aperçut l'ennemi à 47° 4' Nord et 13° 39' Ouest. Le vent venait du Sud-ouest, et les français allaient vent arrièredans le sens du vent. Il était difficile pour la flotte britannique d'entrer en action contre le vent si les français refusaient le combat. Lord Howe détacha une escadre légère de quatre navires, le Bellerophon (74), le Russell (74), le Marlborough (74), et le Thunderer (74), sous les ordres du contre-amiral Thomas Pasley, avec pour mission d'attaquer l'arrière de la flotte française. Villaret-Joyeuse réagit et essaya de les maintenir à distance. Dans l'après-midi, les navires de Pasley avaient fini par rejoindre les derniers vaisseaux français, le Révolutionnaire (110). Le combat s'engagea alors que la nuit commencait à tomber, d'autres vaisseaux britanniques arrivèrent en renfort. le Révolutionnaire démâta et dut être ramené à Rochefort par l' Audacieux (74). Le navire anglais Audacious (74) subit également d'important dégâts et dut rentrer à Plymouth.

La journée du 29 mai

Pendant la nuit, les deux flottes continuèrent leur course poursuite. Le lendemain, Howe essaya à nouveau d'engager le combat malgré le vent contraire.

Deux jours de poursuite

La bataille du Premier-Juin

left

Développements ultérieurs

Le convoi français échappa à la capture, et dépassa sans encombre l'endroit où la bataille avait eu lieu le 28 mai. Mis à part un navire qui sombra au large de Brest, le 3 juin, à cause des mauvaises conditions météorologiques, le reste arriva intact. L'arrivée du convoi suffit amplement à consoler les français de leur défaite tactique. Quant aux anglais, l'échec de Howe dans la capture du convoi fut masqué par la joie de la victoire. Les Français avaient perdu 7 navires, 13 avaient été sérieusement endommagés, 1 500 hommes avaient été tués, 2 000 blessés et 3 000 capturés, alors que du côté britannique on comptait 8 navires sérieusement endommagés, 287 morts et 811 blessés. Les deux pays revendiquèrent la victoire. Les britanniques pour la victoire tactique en elle-même; les français pour avoir rempli l'objectif initial de leur campagne, amener sain et sauf le convoi à Brest. Depuis lors, la marine française n'essaya plus de forcer le blocus britannique. La France commença à privatiser ses approvisionnements, ou eut recours à des pays neutres.

Navires engagés

Plaque historique sur la base de la statue place de la République à Paris

France

Trajan
- (74) - Capitaine Dumoutier Eole (74) - Capitaine Bertrand Keranguen America (74) - Capitaine Louis Lhéritier Téméraire
- (74) - Capitaine Morel Terrible (110) - Capitaine LeRay, Contre-Amiral Bouvet de Précourt Impétueux (74) - Capitaine Douville. Captured Mucius (74) - Capitaine Larreguy Tourville (74) - Capitaine Langlois Gasparin (74) - Capitaine Tardy Convention (74) - Capitaine Joseph-Allary Trente-et-un Mai (74) - Capitaine Honoré Gantheaume. il n'arriva que le 31 mai Tyrannicide (74) - Capitaine Alain-Joseph Dordelin Juste (80) - Capitaine Blavet. Capturé Montagne (120) - Capitaine Basire, Contre-Amiral Villaret de Joyeuse Jacobin (80) - Capitaine Gassin Achille (74) - Capitaine Guillaume-Jean-Noël La Villegris. Capturé Vengeur de Peuple (74) - Capitaine Renaudin. Il se rendit, coulé par le Brunswick Patriote
- (74) - Capitaine Lucadou Northumberland (74) - Capitaine François-Pierre Etienne. Capturé Entreprenant (74) - Capitaine Lefrancq Jem(m?)appes (80) - Capitaine Desmartis Neptune (74) - Capitaine Tiphaigne Pelletier (74) - Capitaine Barrade Républicain (110) - Capitaine Longer, Contre-Amiral Nielly Sans-Pareil
- (80) - Capitaine Jean-François Courant. Capturé Scipion (74) - Capitaine Huguet Frégates: Bellone (36) Seine - Capitaine: lieutenant de vaisseau Cornic fils; cette frégate appartenant à l'escadre Villaret Joyeuse n'était pas présente toutefois le 1 juin mais seulement au combat du 29 mai. Tamise - Capitaine Jean-Marthe-Adrien L'Hermite Autres: Montagnard (74) - Capitaine Jean-Baptiste-Franois Bompart. Partit le 29 mai Indomptable (74) - Capitaine Lamel. Endommagé, Rentra le 31 mai Mont Blanc (74) - Capitaine Thévenard. Rentra le 31 mai Révolutionnaire (110) - Endommagé le 28 mai, remorqué jusqu'à Rochefort le 28/29 mai par Audacieux Audacieux (74) - Rentra le 28/29 mai Les bateaux marqués d'un
- appartenaient à l'escadre de Nielly, qui arrivèrent (mis à part l' Audacieux (74)) le 30 mai.

Royaume-Uni

Vaisseaux de ligne: Caesar (80) - Capitaine Anthony James Pye Molloy Bellerophon (74) - Capitaine William Hope, Contre-Amiral Thomas Pasley Leviathan (74) - Capitaine Hugh Seymour Russell (74) - Capitaine Payne Royal Sovereign (100) - Capitaine Henry Nichol(l?)s, Amiral Graves Marlborough (74) - Capitaine G. Cranfield Berkeley Defence (74) - Capitaine James Gambier Impregnable (98) - Caiptaine George Blagden Westcott, Contre-Amiral Caldwell Tremendous (74) - Capitaine Pigott Barfleur (98) - Capitaine Cuthbert Collingwood, Contre-Amiral Bowyer Invincible (74) - Capitaine Thomas Pakenham Culloden (74) - Capitaine Isaac Schomberg Gibraltar (80) - Capitaine Thomas Mackenzie Queen Charlotte (100) - (flag 1) Capitaines Roger Curtis et Andrew Snape Douglas, Amiral Lord Howe Brunswick (74) - Capitaine John Harvey Valiant (74) - Capitaine Thomas Pringle Orion (74) - Capitaine John Thomas Duckworth Queen (98) - Capitaine John Hutt, Contre-Amiral Gardner Ramillies (74) - Capitaine Henry Harvey Alfred (74) - Capitaine John Bazely Montagu (74) - Capitaine James Montagu Royal George (100) - Capitaine William Domett, Amiral Hood Majestic (74) - Capitaine Charles Cotton Glory (98) - Capitaine John Elphinstone Thunderer (74) - Capitaine Albemarle Bertie Autres: Phaëton (38) - Capitaine William Bentinck Latona (38) - Capitaine Edward Thornborough Niger (32) - Capitaine Arthur Kaye Legge Southampton (32) - Capitaine Robert Forbes Venus (32) - Capitaine William Brown Aquilon (32) - Capitaine Robert Stopford Pegasus (28) - Capitaine Robert Barlow Charon (navire hôpital) - Capitaine George Countess Comet (fireship) - Capitaine William Bradley Incendiary (fireship) - Capitaine John Cook Kingfisher (sloop) - Capitaine Thomas Le Marchant Grosselyn Rattler (cutter) - Capitaine John Winne Ranger (cutter) - Capitaine Charles Cotgrave

Voir aussi

- Les autres batailles d'Ouessant
- Panthéon de Paris de:Seeschlacht am 13. Prairial en:Glorious First of June io:13 prairial an II-batalio it:Glorioso Primo di Giugno 13 prairial An II Catégorie:Évènement de la Révolution française et du Directoire Catégorie:Histoire de la marine française Catégorie:1794
Sujets connexes
Amérique   Bataille d'Ouessant   Belle-Île   Brest   Cap Finisterre   Cap Lizard   Joseph-Marie Nielly   Le Mont-Blanc (1791)   Le Scipion   Lisbonne   Louis Thomas Villaret de Joyeuse   Navire   Océan Atlantique   Ouessant   Panthéon de Paris   Paris   Philippe-Jacques de Loutherbourg   Place de la République   Plymouth (Angleterre)   Richard Howe   Rochefort (Charente-Maritime)   Royal Navy  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^