Passion du Christ

Infos
Ascension et de la Pentecôte, panneau d’ivoire provenant de Paris, second quart du . La passion du Christ est l’ensemble des souffrances et supplices qui ont précédé et accompagné la mort de Jésus de Nazareth dit le Christ. Le récit de la Passion, ainsi que les annonces de la Passion, sont relatés dans le Nouveau Testament de la Bible, en particulier les évangiles synoptiques et l’évangile selon Jean, ainsi que dans divers textes apocryphes. Il s'agit de textes
Passion du Christ

Ascension et de la Pentecôte, panneau d’ivoire provenant de Paris, second quart du . La passion du Christ est l’ensemble des souffrances et supplices qui ont précédé et accompagné la mort de Jésus de Nazareth dit le Christ. Le récit de la Passion, ainsi que les annonces de la Passion, sont relatés dans le Nouveau Testament de la Bible, en particulier les évangiles synoptiques et l’évangile selon Jean, ainsi que dans divers textes apocryphes. Il s'agit de textes à caractère religieux qui expriment la foi des rédacteurs. L'exégèse permet de faire la part entre les éléments proprement historiques et l'interprétation. passion du Christ devant Notre-Dame de la Garde à Marseille

Annonces de la Passion

Panneau du chemin de croix d’Albrecht Altdorfer, vers 1509-1516 D’après les évangiles synoptiques, le Christ annonce sa mort et sa résurrection à trois reprises :
- aux disciples, après sa reconnaissance par l'apôtre Simon-Pierre comme messie, dans la région de Césarée en Israël (||)
- aux disciples, réunis en Galilée (||)
- aux douze apôtres sur la route de Jérusalem (||). Ces trois annonces prédisent :
- que Jésus de Nazareth va être livré aux grands prêtres et aux scribes, qui le condamneront à mort ;
- qu’il souffrira beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes ;
- qu’il sera livré aux païens (note : ce mot désigne les Romains)
- qu’il sera bafoué, flagellé et mis en croix
- la résurrection de Jesus le troisième jour.

Le récit de la Passion

Carte de Jérusalem à l’époque du Nouveau Testament.Gethsémani borde le torrent du Cédron, au pied du mont des Oliviers, à droite de la carte.La Via Dolorosa est figurée en pointillés entre la forteresse Antonia et la colline du « crâne » (Golgotha).

L’arrestation de Jésus

Deux jours avant la Pâque juive, Jésus se trouve chez Simon le lépreux à Béthanie, village qui se trouve au sud-est du mont des Oliviers, à environ 3 km de Jérusalem. Le soir venu, après le repas avec les Douze apôtre (Cène), Jésus se rend au jardin de Gethsémani, où il s’isole avec les apôtres Pierre, Jacques le Majeur et Jean. L'apôtre Judas arrive alors, menant une bande armée Romaine envoyée par les grands prêtres Juifs et les anciens. Judas désigne Jésus en lui donnant un baiser. Les gardes se saisissent de Jésus et l’emmènent devant les autorités juives pour qu’il soit jugé. Simon avait sorti son glaive et coupé l’oreille du serviteur du Grand Prêtre, mais Jésus s’oppose à son intervention : :« Regaine ton glaive ; car tous ceux qui prennent le glaive périront par le glaive ». Le jardin de Gethsémani Le couronnement d'épines par Le Titien, vers 1570. Ecce Homo, peinture d’Antonello de Messine vers 1473. Crucifixion, par Albrecht Altdorfer

Jésus devant le Sanhédrin

La porte dorée, l’ancienne porte d’Orient de Jérusalem, actuellement condamnée. Les évangiles synoptiques rapportent que Jesus est emmené devant le grand prêtre Caïphe, où se réunissent les scribes et les anciens. À l’issue de son interrogatoire, Jésus proclame publiquement être le Messie et le Fils de Dieu. Jésus est alors condamné à mort pour blasphème. La version de l’évangile selon Jean est assez différente : Jésus est mené devant Anne, le beau-père de Caïphe et ancien grand prêtre. Celui-ci interroge Jésus sur ses disciples et sa doctrine : "Après avoir été giflé par l’un des gardes, Jésus est envoyé chez le grand prêtre Caïphe" Pendant l’interrogatoire de Jésus, Pierre se tenait dans la cour du grand prêtre. Interrogé sur son appartenance aux disciples de Jésus, il renie Jésus trois fois avant le chant du coq, comme cela avait été prédit.

Jésus devant le préfet romain

Le lendemain matin, Jésus est emmené et jugé devant le préfet Ponce Pilate. Une fois condamné à mort par Pilate, il est d’abord flagellé, c’est-à-dire lié à une colonne où il est frappé avec un fouet aux lanières lestées d’os ou de métal (Brown et al. 628). Les évangiles canoniques, à l’exception de l’évangile selon Luc, rapportent que Jésus est emmené au prétoire (Praetorium), supposé être soit le palais du roi de Galilée Hérode Antipas, soit le Fort Antonia (Brown et al. 628). Matthieu et Marc parlent tous deux qu’une compagnie entière de soldats, qui étaient probablement pour la plupart des recrues de Palestine ou de Syrie (Brown et al. 628), punit Jésus. Ceci est improbable et plus certainement une exagération puisqu’une compagnie de soldats comprenait de 200 à 600 soldats. (Brown et al. 628). Jean n'indique pas combien de soldats étaient présents. Ils le revêtent d’une tunique pourpre (sainte Tunique), et lui placent une couronne d'épines sur la tête, et l’acclament comme roi des Juifs. Ils feignent de lui rendre hommage, en lui cognant la tête avec un bâton qui, d’après l’évangile selon Matthieu, avait été fait pour soutenir. Les Évangiles essaient de montrer que les soldats accomplissent involontairement les desseins de Dieu. (Miller 50). Après cet épisode, Marc et Matthieu notent que les soldats rendent à Jésus ses vêtements, mais d’après l’Évangile selon Jean, ils lui laissent la robe pourpre et la couronne. C'est alors que Ponce Pilate demande au public hébreu présent dans la petite cour du Temple de choisir qui de Jésus ou de Barabbas (un brigand) échappera à l'exécution. Or cette « foule » s'exclame, selon les textes, « Libérez Barabbas », laissant du même coup exécuter Jésus. Cet épisode est probablement à l'origine de croyances selon lesquelles le peuple juif aurait été responsable de la mort du Christ (voir déicide). Cette interprétation a été combattue par l'Église au moins depuis le concile de Trente, ainsi qu'en témoigne le catéchisme du Concile de Trente (1566), et le catéchisme de l'Église catholique promulgué en 1991. Une survivance de cette croyance est restée jusqu'en 1959 dans la prière du Vendredi saint (Oremus et pro perfidis judaeis).

La crucifixion

D’après l’Évangile, Jésus fut obligé, comme d’autres condamnés au crucifiement (qui deviendra pour ce cas précis la Crucifixion), de porter sa propre croix jusqu’au mont du Golgotha (la place du crâne), le lieu de l’exécution. D’après les évangiles synoptiques, sur la route du Golgotha, les soldats obligent un passant, Simon de Cyrène, à porter la croix de Jésus. La raison n’en est pas donnée dans les Évangiles, mais l’Évangile selon Marc trouve opportun de citer les enfants de Simon, Alexandre et Rufus, comme s’ils avaient été des personnages connus des futurs lecteurs de Marc (Brown et al. 628). Paul cite aussi un Rufus dans son Épître aux Romains . Luc ajoute que les femmes disciples suivaient Jésus, et pleuraient sur son destin, mais qu’il leur répondait par des citations . Quand ils arrivent au Golgotha, les Évangiles synoptiques déclarent qu’il est proposé à Jésus du vin mêlé de myrrhe pour atténuer la douleur, mais il le refuse. Jésus est alors crucifié, d’après les Évangiles synoptiques à la troisième heure (9 h), mais d’après Jean à la sixième heure (midi). Les Évangiles synoptiques ajoutent que la croix comportait, au-dessus de la tête de Jésus, l’inscription Iesu Nazarati Rex Iudorum, « Jésus de Nazareth, roi des Juifs ». L’Évangile selon Jean précise que Pilate a rédigé cette inscription sur un écriteau, en hébreu, en latin et en grec ancien. Les Évangiles canoniques déclarent alors que les vêtements de Jésus lui furent retirés par les soldats, pour être répartis entre eux en plusieurs lots. L’Évangile selon Jean prétend que ceci accomplit une prophétie de . D’après l’Évangile selon Luc, les deux voleurs crucifiés aux côtés de Jésus, lui parlent. Luc déclare que l’un railla Jésus, et que l’autre le respecta, et que Jésus déclara que le voleur respectueux gagnerait promptement son entrée au paradis ; traditionnellement l’autre est considéré comme voué à l’enfer.

Datation des événements

D’après les Évangiles, Jésus aurait été crucifié la veille du Shabbat (samedi de repos hebdomadaire des juifs), c'est-à-dire un vendredi, mais ce point est parfois contesté, car il n’y a pas trois jours pleins entre la mort de Jésus et sa résurrection le dimanche suivant : pour satisfaire aux annonces de la Passion, il faut compter ainsi : La tombe de Jésus dans le jardin du Saint-Sépulcre sur la coline du Golgotha
- 1 jour : mort de Jésus le vendredi après-midi, avant le crépuscule, (l’heure de changement de date pour les Juifs) ;
- 2 jour : samedi, jour du Shabbat (samedi de repos hebdomadaire des juifs)
- 3 jour : résurrection le dimanche matin ou dans la nuit précédente. Mais, pour la date, les Évangiles synoptiques ne s’accordent pas avec l’évangile selon Jean, qui situe la mort de Jésus le jour de la préparation de la Pâque juive, le 14 Nissan, alors que les Évangiles synoptiques placent le jour des Azymes la veille (|), et donc la mort de Jésus le 15 Nissan. À partir des éléments du Nouveau Testament, associés à la connaissance d’événements historiques et astronomiques, les historiens datent généralement l’événement supposé de la Passion du Christ entre 28 et 33, fin mars ou début avril. Deux dates sont plus fréquemment avancées :
- le vendredi 7 avril 30, pleine lune le jeudi 6 avril à 23h56 ;
- le vendredi 3 avril 33, pleine lune le 3 avril à 15h02. Ce même jour, une éclipse partielle de lune théoriquement visible à Jérusalem eut lieu vers 17h51 à 18h33 (heures locales) : cette éclipse a pu être rapprochée de l’éclipse de soleil (impossible au moment de la pleine lune) décrite dans les Évangiles synoptiques (||).

Célébration

La Passion est célébrée le Vendredi saint. Pour le texte de la prière universelle prononcée ce jour-là, voir : prière du Vendredi saint.

Les instruments de la Passion

Les instruments de la Passion, église Saint-Pierre de Collonges-la-Rouge Les instruments de la Passion, église Saint-Pierre de Collonges-la-Rouge Les artistes religieux représentent souvent les instruments ou objets qui entourent la passion :
- Deux anges qui présentent,
- Marteaux, (clous), tenailles,
- Les échelles pour dépendre les corps des crucifiés,
- Les trois croix,
- La lance du centurion,
- L'éponge imbibée de vinaigre au bout d'une branche d'hysope,
- (La couronne d'épine et le sceptre)
- Le coq de saint-Pierre. Et aussi :
- La colonne,
- Les trente pièces d'argent de Judas,
- La lanterne des gardes, les torches,
- Le glaive de Saint-Pierre,
- Le roseau et le fouet de la flagellation,
- La tunique sans couture et le vêtement rouge,
- les dés pour tirer au sort les vêtements,
- La coupe de boisson amère, et le calice de l'agonie,
- La main du grand-prêtre qui gifla le Christ...

Voir aussi

===
Sujets connexes
Albrecht Altdorfer   Antonello de Messine   Anân   Apôtre   Ascension du Seigneur   Astronomie   Barabbas   Bible   Blasphème   Béthanie   Canon (Bible)   Catéchisme de l'Église catholique   Catéchisme du Concile de Trente   Caïphe   Chemin de croix   Collonges-la-Rouge   Concile de Trente   Crucifiement   Crucifixion   Cène   Césarée   Disciple   Doctrine   Exégèse   Flagellation   Fouet (arme)   Galilée (région)   Gethsémani   Golgotha (Calvaire)   Grec ancien   Hébreu   Hérode Antipas   INRI (locution)   Israël   Jacques de Zébédée (apôtre)   Jean (apôtre)   Judas Iscariote   Jérusalem   Jésus de Nazareth   Latin   Marc (évangéliste)   Marseille   Matthieu (apôtre)   Messie   Mont des Oliviers   Myrrhe   Nissan (hébreu)   Notre-Dame de la Garde   Nouveau Testament   Oremus et pro perfidis judaeis   Paganisme   Pain azyme   Palestine   Paradis   Paris   Passion (peinture)   Paul de Tarse   Peinture chrétienne   Pentecôte   Pierre (apôtre)   Ponce Pilate   Prière universelle   Prophétie   Préfet   Prétoire   Prêtre catholique   Saint-Sépulcre   Sainte Couronne   Scribe dans le Proche-Orient ancien   Simon de Cyrène   Souffrance   Syrie   Titulus   Vendredi saint   Via Dolorosa  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^