Olympie

Infos
Olympie parmi les principaux sanctuaires grecs Olympie (en grec ancien , grec moderne Olympía) était un centre religieux de la Grèce, dans le Péloponnèse, plus précisément dans une petite plaine de l’Élide, sur la rive droite de l’Alphée près de la cité de Pyrgos à environ 18 kilomètres de la mer Ionienne et au pied du Mont Cronion. À l’endroit du site était l’Altis, un bois sacré. Le stade lui-même était enfoui au beau milieu d'un bois d'olivie
Olympie

Olympie parmi les principaux sanctuaires grecs Olympie (en grec ancien , grec moderne Olympía) était un centre religieux de la Grèce, dans le Péloponnèse, plus précisément dans une petite plaine de l’Élide, sur la rive droite de l’Alphée près de la cité de Pyrgos à environ 18 kilomètres de la mer Ionienne et au pied du Mont Cronion. À l’endroit du site était l’Altis, un bois sacré. Le stade lui-même était enfoui au beau milieu d'un bois d'oliviers sauvages. L’Autel de Zeus était aussi à cet emplacement. C'est le site traditionnel pour allumer la flamme olympique quelques mois avant la cérémonie d'ouverture de chaque Jeux Olympiques d'hiver comme d'été.

Histoire

Palestre d'Olympie Le site semble avoir été occupé de manière continue depuis le début du Olympie était un sanctuaire, et non une ville, uniquement habité par le personnel des temples et les prêtres du culte. Elle abritait un sanctuaire dédié à Zeus, sous l'égide duquel se tenaient des Jeux, tous les quatre ans à partir de 776 av. J.-C., date de la paix entre Lycurgue, roi et législateur de Sparte, et le roi Iphitos de Pise, en Élide. À l'origine, le sanctuaire d'Olympie dépendait de la cité de Pise, la plus importante de la Triphylie, une des régions de l'Arcadie. Puis les Arcadiens furent chassés au début du par les Éléens, qui, selon la légende, venaient de la Grèce centrale. Les Eléens faillirent perdre à leur tour Olympie à la fin du au profil des premiers occupants et ils durent finalement remettre la conduite des concours aux Arcadiens en 364 av. J.-C. Après des luttes sanglantes dans le sanctuaire même, ils reprirent le contrôle du sanctuaire et des concours, qu'ils conservèrent sans discontinuité jusqu'à la dernière célébration des Jeux en 393 ap. J.-C. Héraklès et Pélops sont deux grands personnages qui sont intervenus dans la fondation de la ville et des Jeux Olympiques.

Monuments

Plan du sanctuaire (d'après Kaltsas , fig. 14, p. 16-17) Le temple colossal (64, 2 m de long, 24, 6 m de large) de Zeus Olympien, est fait de marbre et est de style dorique. Il fut érigé entre -470 et -456. Le temple vécut plusieurs catastrophes, notamment un incendie vers -426, et un tremblement de terre un siècle plus tard qui le détruisit et l'enfouit dans le sable. Ce temple est une merveille architecturale, construit grâce au butin rapporté suite à la victoire contre Pise. À l'origine, la ville d'Olympie n'était pas une ville mais un sanctuaire qui fut créé par Pelops et Héraclès y créa les jeux (olympiques donc). Le sanctuaire était rattaché à la ville de Pise. Quand il s'en détacha, il devint une ville et pris pour Dieu protecteur Zeus (comme Athéna pour Athènes). Les deux frontons du temple abritent des scènes mythologiques sculptées en ronde-bosse dans le marbre. La plus grande (au centre) mesure 3, 15 mètres. On peut noter également que certaines de ces statues ont été évidées pour alléger leur poids. Le fronton représentait la course de chars entre Pelops et Oenomaos. Le fronton Ouest représentait la bataille des Lapithes contre les Centaures, qui valorise la thématique de la résistance divine (et héroïque) à une conduite de bêtes. Bien sur, l'exactitude de l'identité des personnages sur les frontons n'est pas confirmée. On observera également la présence de douze métopes situées aux extrémités supérieures des porches intérieurs. Ces métopes représentaient les douze travaux d'Héraclès (fils de Zeus et fondateur des Jeux Olympiques). On notera que les scènes représentées dans le temple sont celles de l'origine du sanctuaire et de la ville d'Olympie. Le temple de Zeus abritait l'une des anciennes sept merveilles du monde, la statue chryséléphantine (d'or et d'ivoire) de Zeus, abondamment décrite par Pausanias. Cette statue fut sculptée par l'atelier de Phidias de 440 à 430 av. J.-C. environ. Elle mesurait 12, 75 mètres de haut ; le corps était fait d'ivoire, les cheveux, la barbe, les sandales, et la draperie, en or. Le trône était d'ébène et d'ivoire. Par vénération pour le sculpteur, l'atelier fut conservé jusqu'au après J.-C. Le temple était, quant à lui, de style dorique périptère (6x13 colonnes), construit avec le calcaire coquiller local et recouvert de stuc blanc. Seul le toit et quelques décors étaient en marbre. Le temple de Zeus est dû à l'architecte éléen Libon (Libo).

Exploration du site

Le site archéologique est trouvé au par un voyageur français nommé Montfaucon mais les fouilles commencent réellement en 1829 avec l'expédition de Morée. Il est vrai que la plupart des bâtiments étaient recouverts d'une couche épaisse de sédiments dus aux nombreux débordements des rivières Alphée et Kladée. De plus les tremblements de terre, et notamment ceux de 522 et 551, avaient contribué à la destruction d'un grand nombre de bâtiments. Des fouilles plus importantes commencent en 1875, financées par le gouvernement allemand, qui avait obtenu l'exclusivité, et menées par Ernst Curtius.

Communes

Olympie
-Ancient Pisa (Miraka)
-Académie Olympique Internationale (pop: 63)
-Aspra Spitia
-Ypsilo
-Chelidonio
-Floka
-Irakleia
-Kafkonia
-Kamena
-Nea Kamena
-Vasilaki
-Kladeos
-Koskina
-Fanara
-Kryonero
-Linaria
-Louvro
-Gyros
-Mageira
-Mouria
-Pefko
-Pelopio
-Ampari
-Platanos
-Agios Georgios (pop: 7)
-Pournario
-Smila
-Karoutes
-Strefi
-Kato Strefi (Flokeika)
-Xirokampos

Cérémonie de la flamme Olympique

Devant les ruines du temple d'Héra, des actrices jouent le rôle de prêtresse et procédent à l'allumage de la flamme. La chorégraphie et les costumes des figurantes s'inspirent de l'Antiquité. Le système d'allumage correspond à un procédé déjà connu des anciens : l'utilisation du Soleil et d'un récipient concave (un miroir parabolique), les rayons du Soleil, réfléchis au centre du récipient dégagent une chaleur intense qui permet l'obtention d'une flamme. La flamme olympique ne peut être allumée que de cette façon.

Divers

En 2004, les épreuves de lancer du poids des Jeux Olympiques d'Athènes se sont déroulés à Olympie. En août 2007, de violents incendies ont failli détruire le site historique d'Olympie.

Population historique

Voir aussi

Bibliographie

- N. Kaltsas, Olympia, Athènes, 2004 (3 éd.). ===
Sujets connexes
Alphée   Altis   Arcadie   Architecte   Autel de Zeus   Expédition de Morée   Grec ancien   Grec moderne   Grèce antique   Jeux Olympiques   Jeux Olympiques d'été de 2004   Lycurgue (législateur)   Mer Ionienne   Mont Cronion   Ordre dorique   Palestre   Phidias   Péloponnèse   Périptère   Sept merveilles du monde   Sparte   Statue chryséléphantine de Zeus olympien   Zeus  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^