Bataille de Mons

Infos
À Mons, dans le dernier affrontement de la bataille des Frontières, le corps expéditionnaire britannique affronte la 1 armée allemande du général Alexander von Kluck. Malgré leur nette infériorité numérique, les Britanniques repoussent leur première attaque et infligent aux Allemands de lourdes pertes grâce à un feu nourri et précis. Les attaques allemandes qui suivent obligent alors les Britanniques à se replier de seulement 5 km. En raison du recul de la V armée française de
Bataille de Mons

À Mons, dans le dernier affrontement de la bataille des Frontières, le corps expéditionnaire britannique affronte la 1 armée allemande du général Alexander von Kluck. Malgré leur nette infériorité numérique, les Britanniques repoussent leur première attaque et infligent aux Allemands de lourdes pertes grâce à un feu nourri et précis. Les attaques allemandes qui suivent obligent alors les Britanniques à se replier de seulement 5 km. En raison du recul de la V armée française de Lanrezac légèrement à l'est, les Britanniques sont contraints d'effectuer une retraite ordonnée. Mons marque la fin de la bataille des frontières. Pour Helmuth von Moltke, le chef d'état-major allemand, cette série de batailles annonce une grande victoire. Les pertes françaises sont lourdes (300 000 hommes) et la retraite des Français et des Britanniques semble désordonnée. C'est sur ce constat qu'il modifie encore le plan Schlieffen. Il ordonne à ses forces basées dans le nord-est de la France de poursuivre leur mouvement tournant vers Paris, mais il envoie les renforts qui leur étaient destinés ailleurs en Lorraine pour une nouvelle attaque. Deux corps de l'aile droite allemande sont également envoyés sur le front est, où la mobilisation russe a été plus rapide que prévue. D'autres unités de l'aile droite sont déployées pour faire le siège devant Anvers, où une grande partie de l'armée belge est postée, et faire tomber la ville forteresse de Maubeuge tenue par les Français. L'évaluation de la situation stratégique de Moltke est erronée, en partie en raison du peu de communication qu'il a avec ses commandants. En revanche, le chef d'état-major général français, le général Joseph Joffre, estime que malgré ses lourdes pertes, le moral des troupes reste élevé. Joffre, qui connaît à présent la position des armées allemandes, prépare une contre-attaque dans le nord-est de la France. Il ordonne à ses forces, face aux Allemands, de poursuivre leur retraite ordonnée, tandis que les armées autour de Verdun doivent rester en position pour être au centre de l'offensive. Deux nouvelles armées sont créées : la VI armée sous le commandement du général Michel Maunoury et la IX armée du général Ferdinand Foch. Joffre prévoit de placer la VI armée à l'ouest de l'aile droite des forces allemandes qui marchent à travers le nord-est de la France, et envoie la IX armée renforcer les troupes luttant contre les forces allemandes qui avancent vers le nord-est de Paris. Cependant, ce plan est compromis par la rapidité de l'avancée allemande, qui continue de faire reculer les Britanniques et les Français vers le sud.

Voir aussi

-Anges de Mons Mons Mons Mons Mons Catégorie:1914 Catégorie:Histoire de Mons en:Battle of Mons
Sujets connexes
Alexandre von Kluck   Allemagne   Anges de Mons   Anvers   Bataille des Frontières   Belgique   Empire allemand   Ferdinand Foch   France   Helmuth Johannes Ludwig von Moltke   John French   Joseph Joffre   Lorraine   Maubeuge   Mons   Paris   Plan Schlieffen   Première Guerre mondiale   Royaume-Uni   Verdun (Meuse)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^