Heinrich Böll

Infos
Heinrich Böll, né le , décédé le , est considéré comme l'un des plus grands auteurs allemands de l'après-Seconde Guerre mondiale.
Heinrich Böll

Heinrich Böll, né le , décédé le , est considéré comme l'un des plus grands auteurs allemands de l'après-Seconde Guerre mondiale.

Biographie

Böll est né à Cologne dans une famille catholique, pacifiste et progressiste, d'un père maître ébéniste. Le jeune Böll est opposé au parti nazi et a la possibilité de ne pas s'engager dans les Jeunesses Hitlériennes dans les années 30. Apprenti chez un libraire à Bonn, il étudie l'allemand à l'Université de Cologne avant la mobilisation. Incorporé dans la Wehrmacht en 1939, il est stationné en France, en Roumanie, en Hongrie puis en URSS. En 1942, il se marie avec Anne-Marie Cech avant de repartir pour le front. Blessé à plusieurs reprises, il est capturé par les troupes étasuniennes en avril 1945, envoyé dans un camp de prisonniers et libéré en novembre. Deux ans plus tard, il devient écrivain à plein temps, mais ne commencera à en vivre qu'à partir de 1951. Sa première nouvelle, Le train était à l'heure est publiée en 1949 en Allemagne. Böll fréquente le Groupe 47 tout comme Günter Grass ou Ingeborg Bachmann. Il gagne des lecteurs avec le prix du Groupe 47 en 1951 pour Die schwarzen Schafe. Ses premières œuvres souffrent d'un certain misérabilisme lorsqu'il décrit les conditions de vie des Allemands moyens dans l'immédiat après-guerre. L'année 1959 est celle d'un changement radical dans la littérature allemande avec la publication de trois romans essentiels : Die Blechtrommel (Le tambour) de Günter Grass, Mutmaßungen über Jacob (La frontière) d'Uwe Johnson et Billard um halb zehn de Böll. En 1967, Böll reçoit le Prix Georg Büchner pour l'ensemble de son œuvre. En 1972, il reçoit le prix Nobel de littérature pour ses nombreux romans, nouvelles, pièces radiophoniques et essais. Il est le premier Allemand à recevoir le prix depuis Thomas Mann en 1929. Ses ouvrages ont été traduits dans plus de 30 langues et il reste l'un des auteurs allemands les plus lus. Son livre L'honneur perdu de Katarina Blum a fait l'objet d'une adaptation cinématographique réussie, tant du point de vue artistique que commercial, par Volker Schlöndorff en 1975. Böll est toujours resté très attaché à sa ville natale, son catholicisme ardent et omniprésent, son sens de l'humour acide et son socialisme critique. Dans la période de l'immédiat après-guerre, il se préoccupe des souvenirs de la guerre et de ses effets matériels et psychologiques sur la vie des Allemands ordinaires. Il a fait de ces épaves de l'après-guerre les héros de ses romans en les décrivant avec tendresse. Böll a été très touché par la prise de Cologne par le parti nazi et, plus tard, par la destruction de sa ville par les bombardements alliés. Rebâtie, Cologne n'avait plus le même charme pour lui. De ce fait, son œuvre a été classée comme Trümmerliteratur (littérature des ruines). Ses cibles préférées sont les figures classiques de l'autorité : le gouvernement, les milieux des affaires et l'Église dont il dénonce, parfois avec virulence, le conformisme, la couardise, la vanité et les abus de pouvoir. Il critique aussi les catholiques sociologiques qui voient dans l'Église un moyen de promotion sociale. Böll décrivait son travail d'écrivain comme « la recherche d'une langue habitable dans un pays habitable, il ne dissocie donc pas son travail de ses convictions politiques et de son jugement critique sur l'Allemagne occidentale et le « miracle économique » de la période Adenauer. Ses positions politiques contre la guerre froide et la reprise de la course aux armements lui ont valu de la sympathie en URSS sans pour autant que Böll ne puisse être soupçonné de communisme. Böll accueille Alexandre Soljenitsine juste après son expulsion d'URSS dans sa villa de Langenbroich. Après la seconde guerre mondiale, il fut comme d'autres intellectuels dont Raymond Aron, instrumentalisé par la CIA.Celle-ci a financé plusieurs années durant une offensive de propagande culturelle secrète auprès des intellectuels européens par l'intermédiaire du " Congrés pour la liberté de la Culture ". Heinrich Böll est approché et a travaillé – plusieurs documents le confirment – pendant plus de dix ans pour le Congrès et ses différentes organisations. D'après Gunter Grass, Böll ignore alors qu’il oeuvre en fait pour la CIA. Sur la scène intérieure, son intervention en faveur d'Ulrike Meinhof, sa critique de la politique de sécurité et de répression de l'État, des campagnes calomnieuses de la presse conservatrice (Die verlorene Ehre der Katharina Blum) l'ont définitivement placé à gauche. Böll vivait avec sa femme Anne-Marie, soit à Cologne, soit dans les montagnes Eifel en Rhénanie-Palatinat près de Langenbroich où il meurt en 1985. Le couple a eu trois fils. L'héritage de Böll est aujourd'hui controversé : il n'a fourni aucun apport novateur au roman allemand, que ce soit dans la structure ou le langage. Certains critiques placent même Böll, qui écrit dans un style assez dépouillé et avec des mots simples, dans la catégorie Trivialliteratur (littérature facile, de quai de gare). La présence pesante d'un moralisme chrétien lui offre un large succès commercial parmi les bourgeois, pourtant ses cibles préférées, ce qui discrédite la portée de sa critique, au contraire d'un Brecht. Böll ressemble en de nombreux points, tant au plan personnel qu'artistique, à l'écrivain français François Mauriac. Selon le critique littéraire allemand de l'après-guerre, Marcel Reich-Ranicki, qui jugeait en 1963 : Comme chrétien, comme artiste, Böll est avant tout un moraliste émotif.

Œuvres publiées


- Le train était à l'heure, 1949 (Der Zug war pünktlich, 1947) ;
- (Das Vermächtnis), 1948 ;
- La mort de Lohengrin (Wanderer, kommst du nach Spa...), 1950 ;
- Les brebis galeuses (Die schwarzen Schafe), 1951 ;
- Où étais-tu, Adam ? (Wo warst du, Adam?), 1951 ;
- (Nicht nur zur Weihnachtszeit), 1952 ;
- Rentrez chez vous, Borger!, 1955 (Und sagte kein einziges Wort, 1953) ;
- Les enfants des morts, 1955 (Haus ohne Hüter, 1954) ;
- Le pain des jeunes années (Das Brot der frühen Jahre), 1955 ;
- Journal irlandais (Irisches Tagebuch), 1957 ;
- (Die Spurlosen), 1957 ;
- (Die Waage der Baleks), 1958 ;
- (Dr. Murkes gesammeltes Schweigen), 1958 ;
- Les deux sacrements, 1961 (Billard um halb zehn, 1959) ;
- (Ein Schluck Erde) 1962 ;
- La grimace, 1964 (Ansichten eines Clowns, 1963) ;
- Loin de la troupe (Entfernung von der Truppe), 1964 ;
- Fin de mission (Ende einer Dienstfahrt), 1966 ;
- Portrait de groupe avec dame (Gruppenbild mit Dame), 1971 ;
- L'honneur perdu de Katarina Blum (Die verlorene Ehre der Katharina Blum), 1974 ;
- Protection encombrante (Fürsorgliche Belagerung), 1979 ;
- Le destin d'une tasse sans anse, 1988 (Gesammelte Erzählungen, 1981) ;
- Mais que va-t-il devenir ce garçon ?, 1988 (Was soll aus dem Jungen bloß werden? Oder: Irgendwas mit Büchern, 1981) ;
- (Vermintes Gelände), 1982 ;
- (Die Verwundung), 1983 ;
- Un esprit radical au service de Dieu, 1983 (Radikaler in Gottes Dienst. Über Thomas von Aquin)
- Femmes devant un paysage fluvial, 1987 (Frauen vor Flusslandschaft, 1985) (posthume) ;
- Le silence de l'ange, 1995 (Der Engel schwieg, 1992), écrit entre 1949 et 1951 ;
- Le chien blême, 2001 (Der blasse Hund, 1995), nouvelles d'avant 1950 dont une de 1937.

Littérature sur Böll

- Bernd Balzer: Das literarische Werk Heinrich Bölls. Kommentare und Interpretationen. dtv, München 1997. ISBN 3-423-30650-5
- Werner Bellmann (Hrsg.): Das Werk Heinrich Bölls. Bibliographie mit Studien zum Frühwerk. Westdeutscher Verlag, Opladen 1995. ISBN 3-531-12694-6
- Werner Bellmann (Hrsg.): Heinrich Böll, Romane und Erzählungen. Interpretationen. Reclam, Stuttgart 2000. ISBN 3-15-017514-3
- Michael Butler (Hrsg.): The Narrative Fiction of Heinrich Böll. Social conscience and literary achievement. Cambridge 1994.
- Marcel Reich-Ranicki: Mehr als ein Dichter: über Heinrich Böll. Kiepenheuer & Witsch, Köln 1986. ISBN 3-462-01792-6
- J.H. Reid: Heinrich Böll. A German for His Time. Berg Publishers Ltd., Oxford 1988.
- Klaus Schröter: Heinrich Böll. Rowohlt-Verlag, Reinbek 1987. ISBN 3-499-50310-7
- Jochen Vogt: Heinrich Böll. 2. Aufl. Beck-Verlag, München 1987. ISBN 3-406-31780-4
- Heinrich Vormweg: Der andere Deutsche. Heinrich Böll. Eine Biographie. Kiepenheuer & Witsch, Köln 2002. ISBN 3-462-02938-X

Cinéma

Straub et Huillet ont adapté deux fois Heinrich Böll au cinéma :
-1962 - Machorka-Muff, 35mm, noir et blanc, 18 min
-1964/65 - Nicht Versöhnt oder Es hilft nur Gewalt wo Gewalt herrscht (Non Reconciliés ou Seule la violence aide, où la violence règne), 35mm, noir et blanc, 55 min En 1976, Aleksandar Petrović adapte Portrait de groupe avec dame, avec Romy Schneider.

Voir aussi

Lien interne

- Littérature de langue allemande ===
Sujets connexes
Aleksandar Petrović   Allemagne   Bertolt Brecht   Bonn   Catholicisme   Central Intelligence Agency   Cologne   Communisme   Eifel   France   François Mauriac   Groupe 47   Guerre froide   Günter Grass   Hongrie   Ingeborg Bachmann   Konrad Adenauer   Littérature de langue allemande   Marcel Reich-Ranicki   Nazisme   Pablo Neruda   Patrick White   Portrait de groupe avec dame   Prix Nobel de littérature   Raymond Aron   Rhénanie-Palatinat   Romy Schneider   Roumanie   Seconde Guerre mondiale   Straub et Huillet   Thomas Mann   Ulrike Meinhof   Union des républiques socialistes soviétiques   Université de Cologne   Uwe Johnson   Volker Schlöndorff   Wehrmacht   Wirtschaftswunder  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^