Philippe II de Macédoine

Infos
Philippe II de Macédoine

Philippe II

siècle ap. J.-C., Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France Philippe II de Macédoine (en grec ancien, ), né en 382 et mort en 336 av. J.-C., roi de Macédoine de 360 à 336, père d'Alexandre le Grand.

Biographie

Il est l'un des trois fils du roi Amyntas III et d'Eurydice. En 368, alors qu'il est âgé de 14 ans, on l'envoie en otage à Thèbes. Bien traité, il y aurait appris l'art de la guerre en observant Épaminondas. Il y reste jusqu'à l'âge de 17 ans, soit jusqu'en -365. De retour en Macédoine, il prend le pouvoir à la mort de son frère Perdiccas III en 359 : au cours de l'été 360, il est désigné comme tuteur de son neveu, le fils mineur de Perdiccas, Amyntas IV, qu'il écarte un peu plus tard en se faisant proclamer lui-même roi par l'assemblée du peuple macédonien. Au moment où il prend les rênes du pouvoir, Philippe n'a que 22 ans. Il se trouve face à une situation difficile, puisque la survie du royaume de Macédoine est menacée par les Illyriens. En outre, les voisins de la Macédoine Péoniens, Odryses de Thrace et Athéniens ont tout avantage à un affaiblissement du royaume. Philippe commence par éliminer ses rivaux potentiels, dont le prétendant Argaios, soutenu par Athènes. Il doit ensuite se résoudre à accepter la suzeraineté de Bardylis, roi des Illyriens, dont il épouse la fille, Audata. Il conclut également un traité de paix avec Athènes, à qui il laisse les mains libres à Amphipolis. Afin de renforcer la position macédonienne, Philippe lance une vaste réforme de l'armée. Il augmente le nombre de fantassins et crée un bataillon d'élite, les hypaspistes, calqué sur le Bataillon sacré de Thèbes. Il donne à son armée un entraînement strict et un armement repensé : le soldat macédonien reçoit un armement défensif (armure, cnémise, bouclier) plus léger que celui de l'hoplite, dont l'ensemble de l'équipement pèse environ 35 kg. En outre, Philippe dote le fantassin d'une longue pique, la sarisse, établissant ainsi les fondements de la phalange macédonienne. Le royaume de Macédoine à la mort de Philippe II Fort de sa nouvelle armée, Philippe affronte et vainc les Péoniens puis les Illyriens. Il se tourne ensuite vers Amphipolis, qu'il assiège lui-même en 357. Il semble probable qu'un traité secret ait lié Philippe à Athènes, comme l'affirme Théopompe, Philippe devant prendre la ville pour le compte des Athéniens — il y a là un renversement de rapport de force net par rapport à la situation de 359, et ce d'autant plus que Philippe ne tient pas sa promesse, et conserve la ville pour son compte. Il intervient ensuite dans la Troisième Guerre sacrée, à l'appel de Thèbes et de la Ligue thessalienne. Cependant, il est battu à deux reprises par Onomarchos, stratège des Phocidiens. Philippe doit battre en retraite, bien décidé cependant à revenir. En effet, en 352, il investit la Thessalie et vainc Onomarchos au lieu-dit du Champ-de-Crocus. Il fait crucifier le cadavre du stratège vaincu et fait jeter à la mer plus de 3 000 prisonniers phocidiens, châtiment réservé aux sacrilèges. Dans la foulée, il s'empare de Phères et se fait élire à la tête de la Ligue thessalienne. Alors qu'il poursuit les Phocidiens, il est arrêté dans le défilé des Thermopyles par une coalition athénienne, spartiate et achéenne. Malgré cet échec, Philippe a marqué les cités grecques par sa puissance. Il les menace désormais directement. Philippe se tourne ensuite vers la Thrace, divisée en trois royaumes à la mort de Cotys, roi des Odryses. À l'appel de l'un des rois, il assiège la forteresse d'Hèraion Teichos, au bord de la Propontide. Ce mouvement menace directement les intérêts athéniens, à la fois à cause de leurs clérouquies de Chersonèse, mais aussi à cause de leur approvisionnement en blé. Athènes vote d'abord l'envoi d'un contingent massif, mais la nouvelle exagérée d'une maladie de Philippe les dissuade de l'envoyer effectivement, à tort : Philippe prend Hèraion Teichos et livre la forteresse à la cité de Périnthe, qui avait également fait appel à lui. Alors que les cités grecques l'avaient tenu pour quantité négligeable, elles le craignent désormais. C'est à ce moment que Démosthène compose sa première Philippique.

Épouses et descendance

Roi polygame, comme c'était la coutume en Macédoine, il n'aurait eu pas moins de sept épouses, d'après un fragment de son biographe Satyrus préservé par Athénée. Il s'agit dans l'ordre chronologique de :
- Phila, macédonienne d'Élimée, épousée vers 360/359, et morte presque aussitôt. Il s'agit sans doute de la veuve de son frère Perdiccas III et de la mère d'Amyntas IV.
- Audata, d'Illyrie, épousée vers 359/358, qui lui donne une fille, Cynané, peut-être en 357 ;
- Philinna de Larissa en Thessalie, épousée vers 358/357, mère d'Arrhidée né vers 357 ;
- Olympias, princesse molosse d'Épire, rencontrée à Samothrace et épousée en 357, mère d'Alexandre (né en 356) et de Cléopâtre (née en 355) ;
- Nicesipolis de Phères en Thessalie, épousée vers 352, mère de Thessalonice en 351, et peut-être morte en couches à cette occasion ;
- Meda de Thrace, épousée vers 343 ;
- Cléopâtre, épousée en 337, mère d'Europa en 336. Il trouve la mort alors qu'il projette de se lancer à la conquête de la Perse : il est assassiné au cours d'un banquet par Pausanias, l'un de ses officiers.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Alexandre le Grand   Amphipolis   Amyntas III   Amyntas IV   Athènes   Athénée   Bataillon sacré   Bibliothèque nationale de France   Chersonèse de Thrace   Cléopâtre (épouse de Philippe II)   Cléopâtre de Macédoine   Colonisation grecque   Cotys   Démosthène   Grec ancien   Guerres sacrées   Hoplite   Hypaspistes   IIe siècle   Illyrie   Larissa (Thessalie)   Les Philippiques (Démosthène)   Ligue achéenne   Molosses (Épire)   Olympias   Pausanias (Macédoine)   Perdiccas III de Macédoine   Perse   Phalange (Antiquité)   Philippe III de Macédoine   Phocide   Phères   Propontide   Royaume de Macédoine   Samothrace   Sparte   Thermopyles   Thessalie   Thrace   Thèbes (Grèce)   Théopompe   Tombe de Philippe II de Macédoine  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^