Louis-Joseph Papineau

Infos
Daguerréotype de Louis-Joseph Papineau vers 1852 Louis-Joseph Papineau (samedi , Montréal - lundi , Montebello) est un homme politique, avocat et seigneur de la Petite-Nation. Il est le fils de Joseph Papineau. Grand orateur, il réclama la création d'un régime parlementaire basé sur la souveraineté populaire. Ses nombreux discours seront un élément clé dans la rébellion des Patriotes de 1837. Lorsque sa tête est mise à prix en 1837, il passe aux États-Unis, et plu
Louis-Joseph Papineau

Daguerréotype de Louis-Joseph Papineau vers 1852 Louis-Joseph Papineau (samedi , Montréal - lundi , Montebello) est un homme politique, avocat et seigneur de la Petite-Nation. Il est le fils de Joseph Papineau. Grand orateur, il réclama la création d'un régime parlementaire basé sur la souveraineté populaire. Ses nombreux discours seront un élément clé dans la rébellion des Patriotes de 1837. Lorsque sa tête est mise à prix en 1837, il passe aux États-Unis, et plus tard en France. Il ne revient au pays qu'après l'amnistie générale de 1845.

Biographie

Éducation

Il étudie au Collège de Montréal et plus tard au Petit Séminaire de Québec. Il est admis au barreau du Bas-Canada en 1810.

Vie publique

Il sert comme officier de milice du Bas-Canada. Il est Capitaine au 5 Bataillon de la Milice d'Élite et Incorporée le 6 octobre 1812. lieutenant au 2 Bataillon Montréal le 3 avril 1811; enseigne le 1 août 1803. Assistant juge avocat. Le 23 décembre 1813, il remplace Louis Lévesque comme juge-avocat. Suivant les traces de son père, il délaisse quelque peu la pratique du droit et s'implique en politique. Élu dans le comté de Kent à l'élection générale de 1808, il entre au Parlement du Bas-Canada. Il se joint au Parti canadien qui est largement majoritaire en chambre. Le 21 janvier 1815, il est élu Orateur de la Chambre d'assemblée du Bas-Canada. La même année, il succède à Pierre-Stanislas Bédard et devient chef du Parti canadien. Il poursuit la politique du parti qui lutte contre le favoritisme dans l'attribution des postes de fonctionnaires et dénonce les abus des conseils législatif et exécutif nommés par le gouverneur. En 1820, il refuse une place dans le conseil législatif formé par le gouverneur Dalhousie. En décembre 1822, il part pour Londres avec John Neilson dans le but de présenter une pétition de quelque 80 000 noms contre le projet d'union du Haut et du Bas-Canada soumis en secret à la Chambre des communes par des représentants du commerce et de l'administration publique, en juillet de la même année. En 1826, il se retrouve à la tête du Parti patriote, un parti canadien réformé et jugé plus radical par plusieurs politiciens de l'époque. En 1831, il contribue, par son rôle prépondérant dans l'Assemblée, à faire voter une loi garantissant l'égalité politique de tous les citoyens, sans égard à la religion. Ceci permit entre autres aux Juifs de tenir des registres civils dans le pays et d'accéder aux fonctions publiques. Cette loi fut un précédent dans l'histoire de l'Empire britannique. Il participe au comité qui rédige les 92 résolutions (En fait il y en avait 93, se référer aux subsides aux agriculteurs et la grève parlementaire), votées par l'Assemblée législative le 21 février 1834. Après l'arrivée des 10 résolutions de Russell au Bas-Canada, il prend le leadership du mouvement de contestation du peuple (Rébellion des Patriotes) et participe à de nombreuses assemblées populaires. Il préside le comité qui organise le boycott des produits anglais dans la colonie. Le 15 novembre, il crée le Conseil des patriotes avec Edmund Bailey O'Callaghan. Il quitte Montréal le 16 novembre après avoir appris que le gouverneur Gosford avait ordonné l'arrestation des chefs patriotes. Il traverse la frontière américaine le 25 novembre.

L’image du nationalisme bas canadien selon Louis-Joseph Papineau

Louis-Joseph Papineau a fait un discours lors du débat parlementaire qui se nomme Les Quatre-vingt-douze résolutions (1834). Ce discours a été fait le 18 février 1834 à la Chambre, suite à la présentation des Quatre-vingt-douze résolutions faites par Louis-Joseph Papineau, Elzéar Bédard et Augustin-Norbert Morin, à la Chambre par Elzéar Bédard, le 17 février 1834. Ce manifeste a été fait à l’occasion de l’état de crise politique, économique et sociale dans la colonie du Bas-Canada. Ce discours politique a été fait afin de convaincre les gens de la Chambre d’envoyer ce manifeste au Roi d’Angleterre pour ainsi voir des changements dans la façon de diriger la colonie par le régime britannique, avoir la responsabilité ministérielle, voir transformer le Conseil législatif en Conseil électif, dénoncer la corruption des Anglophones, du gouverneur et du système parlementaire qui n’est pas démocratique, avoir le respect de la langue française et celui de la religion catholique, etc. À la Chambre, il y a les radicaux et les modérés du Parti patriote ainsi que les bureaucrates. C’est à eux que s’adresse ce discours. Avec le discours, on peut découvrir une image du nationalisme bas canadien de la part de Louis-Joseph Papineau. Celui-ci aime son pays, c’est la raison pour laquelle il veut le défendre contre le régime britannique et les Anglophones du Haut-Canada. Il veut voir changer l’administration du gouvernement du Bas-Canada. Louis-Joseph Papineau se doit d’être le défenseur du pays. Il veut aussi le bien du pays autant sur le plan moral, administratif, économique, politique, etc. Finalement, il dénonce la corruption anglophone, une menace pour le Bas-Canada.

Exil

À son arrivée aux États-Unis, il est accueilli à la maison familiale de son ami, le juge Reuben Hyde Walworth, à Saratoga dans l'État de New York. Il s'affaire ensuite à faire passer sa femme et ses enfants aux États-Unis. Pendant un certain temps, il tente d'obtenir l'appui du président américain Martin Van Buren, mais sans succès. Le 8 février 1839, il quitte New York pour Paris, où il espère gagner l'appui de la France à la cause du Canada français. Au mois de mai, il publie Histoire de l'insurrection du Canada en réfutation du Rapport de Lord Durham dans la revue Progrès. Malgré les sympathies de plusieurs politiciens influents dont Lamartine et Lamennais, la France de Louis-Philippe reste neutre dans le conflit entre la Grande-Bretagne et ses colonies canadiennes. Il quitte la France en 1845.

Retour en politique

En 1848, il est élu au nouveau Parlement du Canada-Uni dans le comté de Saint-Maurice. En sérieux désaccord avec la politique du parti réformiste de Lafontaine, il rompt les rangs et se fait député indépendant. Républicain convaincu après un long séjour passé aux États-Unis et en France, il soutient le mouvement annexionniste. Il participe à la création du Parti rouge. Il est défait à l'élection de 1851, mais est toutefois élu lors des élections complémentaires l'année suivante. Il ne se présente pas comme candidat aux élections de 1854. Il se retire de la vie publique peu après et ne réapparait que pour tenir une conférence à l'Institut canadien de Montréal en décembre 1867. Il décède à son manoir de Montebello le 23 septembre 1871.

Voir aussi

Article connexe


- Histoire du Québec ===
Sujets connexes
Alphonse de Lamartine   Archibald Acheson   Avocat (métier)   Bas-Canada   Boycott   Chambre des communes   Collège de Montréal   Colonie de peuplement   Daguerréotype   Dalhousie   Dictionnaire biographique du Canada   Empire britannique   France   Félicité Robert de Lamennais   Grande-Bretagne   Haut-Canada   Histoire du Québec   Institut canadien de Montréal   Joseph Papineau   Loi   Londres   Louis-Philippe Ier   Martin Van Buren   Montebello (Québec)   Montréal   New York (État)   Paris   Parlement   Parti canadien   Parti patriote   Parti rouge   Personnalité politique   Pierre-Stanislas Bédard   Politique   Religion   Rébellion des Patriotes   République   Saint-Maurice (Québec)   Saratoga (New York)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^