Société Radio-Canada

Infos
La Société Radio-Canada (SRC) en français ou la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) en anglais, est une société d'État canadienne. La SRC est le plus ancien service de diffusion du Canada : elle a été créée le 2 novembre 1936. Les services radiophoniques comprennent CBC Radio One, CBC Radio Two, La Première Chaîne, Espace musique et le service international Radio Canada Internatio
Société Radio-Canada

La Société Radio-Canada (SRC) en français ou la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) en anglais, est une société d'État canadienne. La SRC est le plus ancien service de diffusion du Canada : elle a été créée le 2 novembre 1936. Les services radiophoniques comprennent CBC Radio One, CBC Radio Two, La Première Chaîne, Espace musique et le service international Radio Canada International. Les services télévisuels sont CBC Television, Télévision de Radio-Canada, CBC Newsworld, le Réseau de l'information, Documentary Channel, CBC Country Canada et ARTV. La SRC diffuse aussi des émissions à destination de l'Arctique canadien sous les noms de CBC North et Radio Nord Québec. La SRC contrôle également un service audio-numérique, Galaxie, et deux sites internet, tous dans les langues officielles. La société possède aussi 40% du diffuseur satellitaire Sirius Canada qui diffuse les services supplémentaires de la SRC : CBC Radio 3, Bande à part, Première Plus, Info Plus et RCI Plus. En tant que société de la Couronne, la SRC fonctionne de façon autonome par rapport au gouvernement. Elle est régie par la Loi sur la radiodiffusion de 1991, et est directement responsable devant le parlement canadien, via le ministère du Patrimoine canadien.

Histoire

Maison de Radio-Canada à Montréal En 1929 la commission Aird (Commission royale sur la diffusion radio) recommande la création d'un réseau national de diffusion radiophonique. La principale cause de cette recommandation est l'influence grandissante de la radiodiffusion états-unienne à travers des réseaux qui commencent alors à s'étendre au Canada. Graham Spry et Alan Plaunt font du lobbying auprès de la Canadian Radio League. En 1932 le gouvernement de R.B. Bennet crée le prédécesseur de Radio-Canada, le Canadian Radio Broadcasting Commission (CRBC). La CRBC lance un réseau de stations de radio auparavant détenues par le Canadien National, qu'il utilisait pour émettre auprès des passagers de ses trains de voyageurs, avec une couverture s'étendant notamment dans le centre et l'est du Canada. Le 2 novembre 1936 la CRBC devient entièrement une société de la couronne et acquiert son nom actuel. Durant les décennies suivantes, la S.R.C. devient responsable de toutes les innovations en diffusion au Canada. Elle introduit la modulation de fréquence en 1946, et débute la diffusion d'émissions de télévision le 6 septembre 1952 avec l'ouverture d'une station à Montréal, CFBT, ainsi qu'une autre à Toronto, CBLT, qui ouvre deux jours après. La première station de télévision privée affiliée à la SRC est CKSO, située à Sudbury, dans l'Ontario, lancée en octobre 1953. De 1944 à 1962 SRC opère deux services radios en anglais sur la bande AM connues sous le nom de Trans-Canada Network et de Dominion Network. Dominion Network est un réseau de stations privées (sauf CJBC, publique) qui diffuse des programmes légers et des émissions de radio états-uniennes. Il sera dissout en 1962. Trans-Canada Network rassemble la partie publique de SRC et diffuse des programmes plus sérieux que Dominion Network. Elle devient plus tard CBC Radio, avant d'être renommée CBC Radio One Le 1 juin 1958 le signal télévisé de la SRC est disponible d'un océan à l'autre. La diffusion de programmes en couleur débute le 1 juillet 1966 et le service entièrement en couleur démarre en 1974. Pendant les années 1960, la SRC a joué un rôle lors de la Révolution tranquille en donnant la parole à plusieurs acteurs politiques qui voulaient bâtir un État-providence. En 1978 la SRC devient le premier diffuseur au monde à utiliser un satellite pour diffuser des programmes télévisés, couvrant le Canada de l'est à l'ouest. À partir des années 1970, la SRC n'est plus aussi dominante dans le paysage audiovisuel, mais elle continue de jouer un rôle important. Actuellement la SRC dispose de plusieurs stations de radios, de réseaux de télévision terrestre ou câblée, aussi bien en français qu'en anglais, mais également dans des langues autochtones. L'influence culturelle de la SRC, comme celle de nombreux diffuseurs publics dans le monde, a diminué dans les dernières décennies. Cela est dû en partie à de sévères restrictions budgétaires exigées par le gouvernement canadien, qui débutent dans les années 1980 et s'accroissent dans les années 1990. Autre facteur, la fragmentation de l'auditoire de la télévision (déclin de la télévision en réseau en général, due à la montée de chaînes spécialisées aussi bien qu'à l'accroissement des jeux vidéo et d'Internet). Les réseaux privés du Canada affrontent la même compétition mais leur déclin est moindre que celui de la SRC. Pour le Canada anglophone, le déclin de CBC peut être partiellement attribué au fait que les réseaux privés diffusent des programmes états-uniens avec des publicités canadiennes. Ces programmes sont très populaires auprès des anglophones et possèdent souvent un auditoire plus nombreux que les programmes canadiens, qui sont une spécialité de la SRC. L'auditoire des émissions de télévision francophones a aussi décliné, surtout à cause de la concurrence des réseaux privés de langue française. Toutefois un star-system solide est en place au Québec, et peu de programmes états-uniens ou étrangers sont diffusés par les chaînes privées ou publiques. Le service radiophonique francophone de la SRC, quant à lui, est parfois en tête des cotes d'écoute selon les sondages. Pour ce qui est des informations, comme par exemple les élections fédérales, la SRC peut conserver une légère avance. Par exemple, après les élections fédérales de 2006, CBC Television a publié des pages de publicité dans la presse affirmant que 2, 2 millions de canadiens avaient regardé sa couverture de l'évènement, soit plus que tout autre diffuseur. Toutefois, dans des publicités similaires, CTV a aussi revendiqué être en tête, et affirmé que CBC n'avait été reagerdé que par 1, 2 million de personnes. Du côté francophone, les soirées électorales du réseau privé TVA sont maintenant plus écoutées que celles de la SRC.

Frontier Coverage Package

À partir de 1967 et jusqu'au milieu des années 1970, la SRC a fourni un service télévisé aux populations nordiques et isolées. Des émetteurs ont été construits dans quelques endroits et ont diffusé par cassettes une sélection de quatre heures hebdomadaires de programmes en noir et blanc. Les cassettes étaient envoyées dans ces communautés pour être montrées, puis transportées dans d'autres lieux. Les communautés les plus importantes n'attendaient ces programmes qu'une semaine, les autres les recevaient avec plusieurs mois de décalage. La première station FCP est lancée à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, en 1967, le deuxième à Whitehorse, dans le Yukon en 1968. D'autres stations apparaissent de 1969 à 1972. La plupart des stations sont adaptées au signal du satellite Anik en 1973, recevant 12 heures de programmes en couleurVoir http://www.insidethecbc.com/technology/transmission/feb5/. Les diffusions étaient dirigées vers la zone de temps atlantique (UTC -4 ou2) ou celle du temps pacifique(UTC -8 ou 7), bien que l'auditoire se situait dans des zones allant d'UTC-5 à UTC8. Il faut de nombreuses années pour que les programmes de télévision proviennent du nord, d'abord avec une heure hebdomadaire dans les années 1980 avec Focus North, avant d'arriver à Northbeat, un programme d'un quart d'heure quotidien de la fin des années 1990.

Logos

Logos de CBC/Radio-Canada Image:Cbc-radiocanada(années30).png|Logo de 1936 à 1958. Image:CBC Logo 1940-1958.png.

Programmes

Télévision

La SRC possède deux réseaux de télévision nationaux : CBC Television en anglais et la Télévision de Radio-Canada en français. Les deux diffusent de la publicité et sont semblables aux réseaux privés, mais offrent plus de programmes canadiens. La plupart des chaînes de télévision de la SRC, y compris celles des grandes villes, sont possédées par Radio-Canada elle-même et diffusent un programme commun à côté d'une programmation locale. Certaines chaînes qui diffusent depuis des petites villes sont des affiliés privés de la SRC, c'est-à-dire des chaînes privées diffusant surtout des programmes de Radio-Canada. Toutefois, la plupart des affiliés de langue anglaise décident de diffuser des programmes locaux ou provenant de l’étranger (ces derniers étant les plus populaires) via d'autres diffuseurs. Ce type d'affiliés devient rare. Les affiliés privés du réseau francophone, qui sont tous situés au Québec, ne peuvent diffuser d'autres programmes que ceux de Radio-Canada, notamment à cause du fait que trois d'entre eux sont propriété de Cogeco, qui possède aussi le réseau privé de télévision francophone TQS. Les stations de CBC television au Nunavut, aux Territoires du Nord-Ouest et au Yukon adaptent leurs programmes aux populations locales et diffusent en plusieurs langues locales, comme l'Inuktitut ou le Dene. Deux des émissions les plus populaires sont la diffusion des rencontres de hockey sur glace. En anglais l'émission est connu sous le nom de Hockey Night in Canada alors qu'il était connu en français sous La soirée du hockey. Les deux émissions sont diffusés à la télévision depuis 1952. L'édition française a cessé en 2004, alors que la chaîne spécialisée francophone RDS a acheté les droits des matchs du Canadien de Montréal. Radio-Canada continue de diffuser les matchs du Canadien du samedi soir sur ses stations de télévision situées à l'extérieur du Québec. Les cotes d'écoute de la CBC television ont décliné ces dernières années. Au Québec, où la majorité de la population est francophone, la télévision publique demeure populaire et possède certaines de plus fortes cotes d'écoute de la province. Les deux réseaux terrestres ont aussi lancé la diffusion en Haute Définition, avec des rencontres de la LNH et de football canadien produits en H.D. pour le réseau anglophone.

Câble

La SRC possède trois chaînes de télévision spécialisée : CBC Newsworld, une chaîne d'information en anglais, Réseau de l'information, son équivalent francophone, et CBC Country Canada, un service numérique de catégorie 1. Radio-Canada a également des intérêts dans la chaîne culturelle francophone ARTV, la chaîne francophone internationale TV5Monde (connue au Canada sous le nom de TV5) en plus d'être l'actionnaire majoritaire (82%) de Documentary ChannelConseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes. . Le 22 juin 2007..

Radio

La SRC a quatre services radiophoniques, deux en anglais, que sont CBC Radio One et CBC Radio Two, et deux en français, La Première Chaîne et Espace Musique. CBC Radio One et La Première Chaîne se concentrent sur l'information, mais diffusent aussi des programmes musicaux, des variétés, des comédies ou du sport. Historiquement CBC Radio One et la Première Chaîne diffusaient surtout sur la bande AM, mais nombre de ces stations ont déménagé vers la FM. CBC Radio Two et Espace Musique, exclusivement en FM, diffusent des émissions musicales, avec une prédilection pour la musique classique. La SRC dispose également de deux services en ondes courtes : Radio Nord Québec qui diffuse vers le nord de la province sur une fréquence statique de 9625 kHz, et Radio Canada International, destinée au reste du monde. De plus les stations de Radio One situés à John's(Terre Neuve) et à Vancouver(Colombie Britannique) émettent en ondes courtes. Certaines ont une service radiophonique digital pour une couverture plus efficace des zones isolées . En novembre 2004 la SRC, en partenariat avec Standard Broadcasting et Sirius Satellite Radio a demandé à la CRTC une licence pour introduire un service radio par satellite pour le Canada. La CRTC a approuvé cette nouveauté, ainsi que pour deux autres pour la radio par satellite le 16 juin 2005. Le 1 décembre 2005, Sirius Canada l'a lancé, avec plusieurs stations de radio de la SRC, y compris CBC Radio 3 et Bande à part. Beaucoup de canadiens estiment que Radio-Canada subit une baisse de qualité, les émissions Sounds like Canada et Go and Freestyle étant souvent cité à l'appui de cette opinion.

Internet

Radio-Canada a deux sites internet principaux. L'un est en anglais, et fut lancé en 1996http://www.cbc.ca/ CBC.ca, l'autre est en françaishttp://www.src.ca/ SRC.ca. Image:Cbcradiocanada_internet.png|Logo des sites webs

Histoire

- En 1993, la SRC lance un site internet expérimental, suivi par un petit site de CBC Radio et un autre pour l’émission Street Cents de CBC Halifax TV.
- En 1995, la SRC fusionne ses sites de télévision et de radio en un seul site.
- En 1996, elle lance la diffusion radiophonique 24 heures sur 24 en RealAudiohttp://www.cbc.ca/listen/index.html.
- En 1997, la SRC lance CBC Kids et couvre pour la première fois de son histoire une élection fédéralehttp://cbc.ca/kids.
- En 1998, c'est la création d'un service d'information en lignehttp://www.cbc.ca/news.
- En 2000, la SRC crée un service radio et CBC Radio 3, un magazine exclusivement sur internet. Radio 3 fourni du streaming dédié à la culture jeune et à la musique indépendante généré par CBC Radio. En 2005, la production du magazine est suspendue, bien que le site continue en baladodiffusion et que certains de ses programmes continuent d'être diffusés comme une émission du samedi soir sur CBC Radio Two. Bande à part est l'équivalent francophone de ce service et diffuse aussi du contenu le week-end sur Espace Musique. Les deux services sont lancés en tant que stations à part entière sur Sirius Canada en décembre 2005 et sont aussi disponibles aux abonnés américains de Sirius.

Récompenses

En 2003 la SRC a remporté le prix de l'Online News Association dans la catégorie Journalisme de service pour sa couverture de l'épidémie de SRAS. En 2004 CBC.ca fut la seule organisation a gagner deux prix de l'Online News Association, une dans la catégorie Journalisme de spécialité pour sa couverture des élections fédérales de 2004http://www.cbc.ca/canadavotes Canada Votes, et l'autre dans la catégorie Journalisme de service pour l'ADR Database, un projet de la cellule d'enquête de CBC News. CBC.ca fut également finaliste de la catégorie Commentaire en ligne pour une rubrique consacrée à la langue anglaisehttp://www.cbc.ca/news/indepth/words/ “Words: Woes and Wonder” En 2004 la SRC offre un service RSS et, en 2005, lance un nouveau magazine de divertissement en lignehttp://www.cbc.ca/arts arts and entertainment magazine. Radio-Canada offre également un service d'archive gratuit diffusant des moments historiques de l'histoire canadienne. Plus de 8000 émissions sont en ligne. En 2006 CBC.ca connaît une modification de son habillage après une vaste étude, avec une amélioration de la conformité aux standards d'internet.

Baladodiffusion

En 2005, Radio-Canada se met à la baladodiffusion de certains de ses programmes, à savoir Quirks and Quarks, l'émission de CBC Radio One consacrée aux sciences et à la technologie, Canadian Music Podcast de CBC Radio Three, et Metro Morning, de CBLA. En mai 2006 Radio-Canada ajoute plusieurs autres émissions et .

enRoute

CBC Newsworld et RDI fournissent des informations sur l'actualité, la météo et les sports pour Air Canada.

Autres entreprises

Services audio

CBC/Radio-Canada offre un service audio de 45 stations, 24h/24, connu sous le nom de Galaxie. Il est disponible par câble digital et par la diffusion par satellite via les fournisseurs de télévisions. Certaines compagnies du câble, comme StarChoice, ne diffusent que 20 de ces 45 stations à côté de MadTrax, un service digital de musique de 20 stations offert par Corus Entertainment.

Radio-Canada dans d'autres pays

Francophonie

De nombreuses émissions de la Télévision de Radio-Canada et du Réseau de l'information sont diffusées sur les différents signaux de la chaîne francophone internationale TV5 Monde. Le journal radiophonique de Radio Canada est aussi diffusé la nuit sur France Info.

Newsworld International

Radio-Canada, en association avec Power Corporation of Canada (ancien propriétaire de CKWS, une télévision de Kingston, Ontario), a possédé deux réseaux de 1994 à 2000 :
-Newsworld International(NWI), une chaîne du câble États-Unienne qui rediffuse la plupart des programmes de CBC Newsworld.
-Trio Channel, une chaîne d'art et de divertissement. En 2000 Radio-Canada et Power Corporation of Canada vendent ces chaînes à USA Network, qui acquiert plus tard Vivendi Universal qui est ensuite partiellement acquise par NBC pour former NBC Universal. NBC Universal possède toujours Trio Channel, qui n'a plus aucun lien avec la SRC (et qui devient en 2005 une chaîne diffusée exclusivement sur Internet). Toutefois Radio-Canada continue de diffuser NWI. Le 1 août 2005, NWI cesse la diffusion des programmes de CBC et est rebaptisée Current TV, suite à son entrée dans le consortium INdTV.

Auditoire aux États-Unis

Radio-Canada peut être reçus dans les communautés américaines situées près de la frontière, comme Bellingham (État de Washington), Detroit (Michigan) et Buffalo (État de New York), où elle dispose d'un certain auditoire. Ce phénomène se voit aussi dans la région des Grands Lacs comme à Ashtabula (Ohio) et Erie (Pennsylvanie) qui reçoivent les programmes de la CBC par l'émetteur de London (Ontario), en fonction des conditions atmosphériques régnant au dessus du lac Érié. Certains programmes de la SRC sont aussi retransmis par les radios locales, comme le New Hampshire Public Radio. Les chaînes de télévision de la SRC sont également disponibles par le câble près de la frontière canadienne. Par exemple CBET, de Windsor (Ontario) est disponible à Toledo (Ohio) grâce au câble. Les téléspectateurs américains de la télévision publique canadienne apprécient les programmes d'information comme The National et the Fifth Estate, de comédie tels Royal Candian Air Farce, The Red Green Show ou This is Wonderland, ainsi que des émissions britanniques comme Coronation Street, Emmerdale et Doctor Who. Hockey Night in Canada est souvent préférée aux programmes américains consacrés à la LNH dans les régions frontalières. De plus la couverture des jeux olympiques est également bien perçue car elle offre une alternative à NBC qui, selon certains, se concentre trop sur les sportifs américains. De plus, la couverture des jeux par CBC est en direct, alors que celle de NBC est en différé. Les transmissions en AM des services radiophoniques anglophones et francophones de Radio-Canada peuvent, la nuit, être reçues dans une large part des États-Unis. Il s'agit, par exemple des stations CBE (Windsor, Ontario), CBW (Winnipeg), CBK (Saskatchewan), et CJBC (Toronto, Ontario).

Diffusion de CBC News aux États-Unis

Lors des attentats du 11 septembre contre les États-Unis, plusieurs diffuseurs américains ne disposant pas de leurs propres moyens d'information comme C-SPAN, ont diffusé la couverture des évènements réalisée par Radio-Canada. Dans les jours suivant, C-SPAN a diffusé The national, l'émission nocturne d'information de Peter Mansbridge. La qualité de cette couverture a été reconnue par le Canadian Journalisme Foundation; l'éditeur en chef Tony Burman acceptera plus tard l'Excellence in Journalisme Award(2004) pour la qualité du service. C-SPAN a aussi diffusé la couverture des principaux évènements ayant affecté les Canadiens, incluant :
-Les élections fédérales canadiennes.
-La mort et les funérailles de Pierre Elliott Trudeau.
-L'invasion de l'Irak en 2003, couverte notamment par l'émission The National durant trois semaines.
-La panne d'électricité qui a frappé l'Amérique du Nord en 2003.
-Les procédures importantes du parlement canadien.
-Les élections présidentielles américaines de 2004.
-La visite officielle du président états-unien au Canada. Plusieurs stations de PBS ont aussi diffusé certains programmes de Radio-Canada, notamment The Red Green Show. Toutefois ces émissions sont syndiquées par des distributeurs indépendants et ne sont pas gouvernées par la politique de mariage commun de PBS.

CBC Radio : diffusion aux États-Unis

Certains programmes de CBC Radio One, comme Definitely Not the Opera et As it Happens ont été diffusés par certaines stations affiliées à American Publlic Media. Avec le lancement de Sirius Canada en décembre 2005, certaines stations de la SRC, dont Radio-Canada International, Radio Three et Bans à Part, sont disponibles pour les abonnés à Sirius.

Caraïbes et Bermudes

Plusieurs pays des Caraïbes reçoivent les émissions de CBC TV :
-Bahamas, sur CoralWave (Câble Bahamas), réseau télévisé du Nord des Bahamas (Canal 8)
-Barbades, sur le réseau câblé du Caribbean Broadcasting Corporation (Canal 703).
-Bermudes, sur le service câblé CableVision.
-Trinité et Tobago, sur le réseau de télévision Columbus Communications Trinidad Ltd. (CCTL).

Propriété privée ou publique

Les controverses avec l'industrie de la diffusion surviennent souvent quand CBC lance de nouveaux services dans les zones où opèrent ou tentent d'opérer des diffuseurs privés. La CRTC, qui décide de l'attribution de nouvelles licences de diffusion est, comme Radio-Canada, une société gouvernementale, et les dirigeants de la SRC et les membres de la CTRC sont nommés par le premier ministre, ce qui incite certains diffuseurs privés à avoir des soupçons de favoritisme envers Radio-Canada. Beaucoup croient que Radio-Canada est un contrepoids nécessaire à ce qui est perçu comme le big-business orienté à droite des réseaux privés, ou que la SRC préserve la culture canadienne de l'influence hégémonique de la diffusion de programmes états-uniens. Les canadiens continuent d'être favorables au maintien du financement public pour Radio-Canada. Selon un sondage fait en mai 2004, 89% des Canadiens sont favorables à un financement situé au même niveau, voire à un niveau plus élevé de la société publique, MaI 2004. Dans la lignée de son objectif d'origine, Radio-Canada garantit que les stations canadiennes agissent plus justement que celles affiliées à des diffuseurs étrangers. Le gouvernement canadien tente de contrebalancer cette iniquité en subventionnant largement la production de programmes canadiens. Pour l'instant la SRC a obtenu une licence pour un service d'information en continu, CBC Newsworld. Comme pour d'autres services thématiques, cette décision a rendu impossible l'apparition de tout autre service d'information avec un format similaire fait de nouvelles et d'analyses. Quand les chaînes privées CTV Newsnet et LCN sont lancées en 1997, leurs licences les obligent à diffuser une boucle de nouvelles d'une durée de 15 minutes. Les critiques envers la SRC arguent que le favoritisme de la CRTC envers Radio-Canada se voit par le fait que CBC Newsworld n'a pas subi de sanctions équitables suite à la diffusion de programmes ne correspondant pas au format tout-info, comme l'émission Roadshow. En fait Roadshow, qui peut être classé comme une série documentaire, ne tombe pas techniquement dans la gamme autorisée, alors que des comédies comme This Hour Has 22 Minutes et Royal Canadian Air Farce ont été supprimé de la programmation de Newsworld en 1997 après des plaintes de diffuseurs privés, bien que les deux émissions se concentraient sur des évènements récents. La SRC est intervenue directement dans chaque demande par la CTV de changer les restrictions appliquées à Newsnet jusqu’à la décision finale de la CRTC, qui a largement supprimé les restrictions en 2005. Toutefois la SRC n'est pas la seule à utiliser cette pratique, car il est fréquent pour les diffuseurs d'intervenir contre un autre à propos de décisions concernant les licences. Le marché canadien est relativement petit et certains diffuseurs pensent ne pas pouvoir supporter l'approche néolibérale américaine. Ils affirment qu'il est meilleur de favoriser certains diffuseurs dans certaines zones, pour qu'au moins une chaîne canadienne soit capable de prospérer. D'autres allégations de favoritisme se sont concentrées sur l'attribution de fréquences radios. Toutefois toutes les demandes de Radio-Canada ne sont pas satisfaites. Ainsi la société publique a demandé l'attribution d'une fréquence à Montréal pour créer un troisième réseau francophone, ce qui fut rejeté au profit d'un diffuseur privé. Nombre de groupes recevant des décisions favorables de la CRTC ont été accusés d'avoir bénéficié d'un traitement de faveur de la part de cet organisme.

Sous-titres

La télévision publique est un leader de longue date du sous-titrage des programmes pour les sourds et les malentendants : CBC Television le fait depuis 1981http://www.cbc.radio-canada.ca/history/1980s.shtml. Les émissions sous-titrées commencent avec la diffusion de l'image d'un clown blanc dans les versions francophones et anglophones de la télévision En 1997 Henry Vlug, un juriste sourd de Vancouver a déposé plainte auprès de la Commission Canadienne des Droits de la Personne car selon lui l'absence de sous-titres dans certains programmes de CBC Television et de Newsworld enfreignaient ses droits en tant que personne ayant un handicap. Une décision de 2000 du Tribunal Canadien des Droits de la Personne, s'est montrée favorable à Vlug et a considéré que l'absence de sous-titrage constituait une discrimination envers les handicapés. Radio-Canada a accepté de sous titrer tous les programmes de CBC Television et de Newsworld à partir du 1 novembre 2002) représente les animateurs, la production, les techniciens, les administratifs et soutient les équipes hors Québec et Moncton.
- Association of Professionals and Supervisors
- American Federation of Musicians of the United States and Canada
- Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists (performers; )
- International Alliance of Theatrical, Stage Employees and Moving Picture Machine Operators of the United States and Canada
- Writers Guild of Canada
- Association des réalisateurs
- Syndicat des communications de Radio-Canada
- Société des auteurs de la radio, de la télévision et du cinéma
- Syndicat Canadien de la fonction publique, Conseil des sections locales, Groupe des employé(e)s de bureau et professionnel(le)s
- Société professionnelle des auteurs-compositeurs du Québec
- Syndicat des technicien(ne)s et des artisan(e)s du réseau français
- Union des artistes

Bureaux de Radio-Canada

Radio-Canada a des reporters situés dans les villes suivantes. Les principales villes sont en gras, avec la note P:
- St. John's (P)
- Halifax (P)
- Moncton (P)
- Montréal (P)
- Québec (P)
- Toronto (P)
- Ottawa (P)
- Winnipeg (P)
- Regina (P)
- Edmonton (P)
- Calgary (P)
- Vancouver (P)
- Yellowknife (P)
- Saguenay (P)
- Trois-Rivières (P)
- Sherbrooke (P)
- Victoria, Colombie-Britannique
- Kelowna
- Fredericton
- London, Ontario
- Grand Sudbury
- Thunder Bay
- Windsor
- Charlottetown
- Saskatoon
- Whitehorse
- Goose Bay
- Gander
- Sydney

International

- Londres (P)
- Paris (P)
- Washington (P)
- New York (P)
- Nations unies (P)
- Jérusalem (P)
- Moscou (P)
- Beyrouth
- Pékin
- Shanghaï Radio-Canada utilise aussi des bureaux satellites avec des reporters qui prennent l'avion quand un événement se produit hors du bureau. Durant la fin des années 1990, Radio-Canada a mis un terme à ses opérations ultramarines.

Présidents

- 1936–1939 : Leonard Brockington
- 1940–1944 : René Morin
- 1944–1945 : Howard B. Chase
- 1945–1958 : A. Davidson Dunton
- 1958–1967 : J. Alphonse Ouimet
- 1968–1972 : George F. Davidson
- 1972–1975 : Laurent A. Picard
- 1975–1982 : A.W. Johnson
- 1982–1989 : Pierre Juneau
- 1989 : William T. Armstrong
- 1989–1994 : Gérard Veilleux
- 1994–1995 : Anthony S. Manera
- 1995–1999 : Perrin Beatty
- 1999–présent: Robert Rabinovitch

Personnalités

- Dan Aykroyd, Coming Up Rosie, en tant que Purvis Bickle
- Denise Bombardier, ayant présenté, entre autres Présent international, Le point, Noir sur blanc (1979-1983) et Trait-d’union (1987-1988)
- Jocelyne Blouin, première femme diplômée en météorologie à présenter les bulletins météo à la SRC
- Bill Cameron, correspondant et présentateur.
- John Candy, Coming Up Rosie, dans le rôle de Wally Wypyzypywchuk
- Adrienne Clarkson – ancienne Gouverneur général du Canada, a présenté Take 30 et the fifth estate.
- Joan Donaldson – ancien journaliste et présentateur de CBC Newsworld
- Dave Foley, Kids in the Hall, de 1989 à 1994
- Michael J. Fox, dans les séries The Master, et The Magic Lie en 1978
- Barbara Frum, dans As It Happens (1971-1981) et The Journal (1982-1992)
- Lorne Greene, présentatrice (1939-1942), a couvert une grande partie de la Seconde Guerre Mondiale.
- Jay Ingram dans Quirks and Quarks de 1979 à 1992
- Judith Jasmin a commencé à travailler pour Radio-Canada à la fin des années 190, a co-présenté Carrefour avec René Lévesque à Radio-Canada/Radio, ainsi que Reportage et Conférence de presse, elle est devenue la première femme correspondant à l'étranger de Radio-Canada, aux Nations-Unies(1966) puis à Washington.
- Michaëlle Jean, Gouverneur Général du Canada. À présenté la série documentaire The Passionate Eye et Grands Reportages, et produit et présenté plusieurs documentaires.
- Peter Jennings – A neuf ans, il a présenté un programme pour enfants nommé Peter’s People sur CBC Radio à Ottawa
- Kristin Kreuk, Laurel Yeung, dans une série pour adolescents, Edgemont, 2001
- René Lecavalier, correspondant de guerre (Deuxième Guerre mondiale), puis a présenté La Soirée du hockey du 11 octobre 1952(début de l'émission) aux années 1970.
- René Lévesque, journaliste pour Radio-Canada de la fin de la Seconde Guerre Mondiale à 1960, il a couvert la Guerre de Corée et présenté Point de mire. Il démissionne, et devient ministre dans le gouvernement du Québec en 1960, puis premier ministre du Québec.
- Mark McKinney, Kids in the Hall, EN 1989-1994
- Lorne Michaels, The Hart and Lorne Terrific Hour (1970-1971)
- Anne Murray, DANS Singalong Jubilee, au cours des années 1960.
- Mike Myers, Range Ryder and the Calgary Kid, 1977, et un rôle dans King of Kensington
- Knowlton Nash, a présenté plusieurs émissions pour Radio-Canada.
- Catherine O'Hara, Coming Up Rosie, en tant que Myrna Wallbacker
- Christopher Plummer – a joué dans une production de CBC TV, Othello en 1951 .
- Lloyd Robertson – A présenté CBC Weekend en 1969 puis The National de 1970 à 1976.
- Fred Rogers – Son émission Misterogers (1962) sur CBC est devenue Mister Rogers' Neighborhood sur NET (qui deviendra plus tard PBS) en 1968
- Percy Saltzman – Présentateur météo ; la première personne à apparaître sur CBC Television en 1952
- Jeanne Sauvé – Ancien Gouverneur Général du Canada, elle fut journaliste freelance pour CBC Radio à partir de 1952.
- Lorne Saxberg – Présentateur d'origine de CBC Newsworld.
- Martin Short, dans un épisode de Peep Show, “Goldberg is Waiting”.
- Cy Strange présentateur de As It Happens et de Fresh Air durant plusieurs décennies.
- Donald Sutherland – Commence à 14 ans pour CBC Radio à Halifax.
- Jan Tennant, la première femme à présenter The National .
- Scott Thompson, Kids in the Hall, de 1989 à 1994
- Alex Trebek, Reach for the Top comme co-présentateur, Strategy comme présentateur, 1969.
- Pamela Wallin, productrice pour CBC Radio. Plus tard, elle présente Prime Time News et Pamela Wallin Live sur CBC TV.

Émissions vedettes

Émissions d'importance :
- Le Téléjournal (animé par Bernard Derome et Céline Galipeau)
- Le National (animé par Geneviève Asselin)
- Le Monde (animé par Brigitte Bougie)
- Tout le monde en parle (animé par Guy A. Lepage)
- Découverte (animé par Charles Tisseyre) ===
Sujets connexes
ARTV   Adrienne Clarkson   Air Canada   Alex Trebek   Alliance canadienne   Amérique du Nord   Anglais   Anne Murray   Années 1970   Années 1980   Années 1990   Audience (média)   BBC World   BBC World Service   Bahamas   Barbara Frum   Bellingham (Washington)   Bermudes   Beyrouth   Bill Cameron   Budget   Buffalo (New York)   C-SPAN   CBC Newsworld   CBC Television   Calgary   Canada   Canadien National   Catherine O'Hara   Charlottetown   Christopher Plummer   Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes   Current TV   Dan Aykroyd   Dave Foley   Denise Bombardier   Documentary Channel   Dollar canadien   Donald Sutherland   Découverte (émission)   Edmonton   Espace Musique   France Info   Français   François Parenteau   Fred Rogers   Fredericton   Gander (Terre-Neuve-et-Labrador)   Gouverneur général du Canada   Grand Sudbury   Grands Reportages   Grève   Halifax (Nouvelle-Écosse)   Hockey sur glace   Institut Fraser   Internet   Jay Ingram   Jeanne Sauvé   Joan Donaldson   Jocelyne Blouin   John Candy   Judith Jasmin   Jérusalem   Kelowna   Kristin Kreuk   La Soirée du hockey   Lac Érié   Le Téléjournal   Les Disques SRC   Lloyd Robertson   Londres   Lorne Greene   Lorne Michaels   Mark McKinney   Martin Short   Michael J. Fox   Michaëlle Jean   Michigan   Moncton   Montréal   Moscou   Musique classique   Média   Météorologie   National Broadcasting Company   National Public Radio   New York   Newsworld International   Normand Lester   Nouveau-Brunswick   Nunavut   Ohio   Ontario   Organisation des Nations unies   Othello   Ottawa   Pamela Wallin   Paris   Parti conservateur du Canada   Pennsylvanie   Peter Jennings   Peter Mansbridge   Pierre Elliott Trudeau   Point de mire   Première Chaîne   Public Broadcasting Service   Publicité   Pékin   Québec   RSS (format)   Radio Canada International   Radio FM   Radiodiffusion   René Lecavalier   René Lévesque   Robert Rabinovitch   Réseau CTV   Réseau de l'information   Saguenay (ville)   Saskatchewan   Saskatoon   Satellite artificiel   Scott Thompson   Sherbrooke   Sirius Satellite Radio   Société de la Couronne   Sydney   Thunder Bay (Ontario)   Toronto   Tout le monde en parle (Québec)   Trois-Rivières   Télévision   Télévision de Radio-Canada   Télévision québécoise   USA Network   Vancouver   Victoria (Colombie-Britannique)   Whitehorse   Windsor (Ontario)   Winnipeg   Yellowknife   Yukon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^