Contras

Infos
Les Contras (terme espagnol signifiant « contre-révolutionnaires ») appeler aussi Résistance nationale étaient des groupes de lutte armée opposés au gouvernement sandiniste du Nicaragua qui a succédé à la chute après une guerre civile du président Somoza, au pouvoir depuis 43 ans.
Contras

Les Contras (terme espagnol signifiant « contre-révolutionnaires ») appeler aussi Résistance nationale étaient des groupes de lutte armée opposés au gouvernement sandiniste du Nicaragua qui a succédé à la chute après une guerre civile du président Somoza, au pouvoir depuis 43 ans.

Historique

Initialement soutenus par la dictature argentine de VidelaLes mouvements activistes de gauche argentins ont participé à la guerre civile de 1979 et assassiné l'ancien président Somoza et la CIA, les Contras utilisaient les méthodes de guérilla et opéraient des raids contre l'économie et l'administration, notamment dans le nord du Nicaragua à partir de bases arrières situées au Honduras. Composés de plusieurs groupes politiques, agriculteurs, tribus indigènes et anciens sandinistes opposés à la collectivisation de leur terre, au rapprochement avec l'Union soviétique et au service militaire obligatoire ; ils se sont unis en juin 1985 avec le soutien actif de la CIA et avaient un effectif compris entre et combattants en 1990 selon les sources. L'accord de cessez-le-feu du 23 mars 1988 prépara le désarmement et la réintégration progressive des Contras dans le jeu politique démocratique, conduisant à l'organisation d'élections. Le bilan direct de cette guerre civile est estimé à 30 000 morts. Le , le président Daniel Ortega décide la suspension du cessez-le-feu avec la Contra antisandiniste. Le , les élections sont gagnées par une coalition de centre-droit dirigée par Violeta Chamorro. Dans les années 1990, quelques Recontras se formèrent à nouveau mais momentanément.

Soutien du gouvernement des États-Unis

Le 23 novembre 1981, le président Ronald Reagan autorise la CIA dirigée par Robert Gates à recruter et à appuyer les Contras, avec un budget de 19 millions de dollars US. En 1984, le Nicaragua décide de porter plainte contre les États-Unis à la Cour Internationale de Justice, ce qui aboutit en 1986 à un verdict appelant les États-Unis à « cesser » d'employer l'usage illégal de la force contre le gouvernement sandiniste en plaçant des mines sous-marines et en entraînant et appuyant les Contras. Les États-Unis avaient « rompus leur obligation dictée par le droit international de ne pas utiliser la force contre un autre État » et était condamné à payer des réparations. Washington a déclaré que les États-Unis n'étaient pas soumis aux jugements de la Cour. La fin de l'aide officielle, suite à la pression du congrès américain, conduit à un soutien clandestin en particulier par le biais de ventes d'armes à l'Iran, ce qui déclencha un scandale connu sous le nom d'Irangate.

Notes

Sources

-

Liens externe

- sur le site de la CIA;
- Sur le site de la cour internationale de justice. Catégorie:Nicaragua Catégorie:Opération soutenue par la Central Intelligence Agency de:Contra (Organisation) en:Contras es:Contra (revolucionario Nicaragua) fi:Contrat it:Contras ja:コントラ nl:Contra (Nicaragua) sv:Contra
Sujets connexes
Anastasio Somoza Debayle   Années 1990   Central Intelligence Agency   Cessez-le-feu   Collectivisation   Contras   Contre-révolution   Daniel Ortega   Guerre civile   Guerre sale   Guérilla   Honduras   Iran   Jorge Rafael Videla   Lutte armée   Nicaragua   Robert Gates   Ronald Reagan   Union des républiques socialistes soviétiques  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^